Trouvez, comparez et organisez votre voyage avec PartirOu.com
Où partir ?
Quand partir ?
Billet d'avion
Séjours
Hébergements
Croisières
Voitures
Carnets de voyage
Photos
Carnet & guide de voyage
Carte Cambodge

Cambodge

Angkor

Nous rêvions depuis longtemps de cette destination puisque le Cambodge est le berceau de la civilisation Khmer, puissant empire qui, entre le 9e et le 14e siècle, a érigé les célèbres temples d'Angkor ! Par ailleurs, bien que le pays soit en plein essor touristique, le Cambodge figure encore parmi les destinations les plus authentiques d'Asie ! C'est donc lors d'un voyage de plusieurs mois en Asie, que nous avons décidé de nous rendre au Cambodge et plus précisément au plus près des temples d'Angkor. Et pour mieux nous imprégner de ce lieu qui semble grandiose, nous avons prévu de nous poser à Siem Reap pour 9 nuits.

L'aller

Pour le trajet "aller" nous avons pris un vol Paris-Kuala Lumpur avec la compagnie aérienne Air Asia pour 300 EUR TTC l'aller simple, repas inclus (compagnie low-cost malaisienne qui, à ce moment-là, avait ouvert une ligne Paris-Kuala Lumpur ; ce n'est plus le cas en 2013). Après 12h30 de vol "low-cost" c'est-à-dire sans écran TV ni couverture, avec un repas payant mais un bon service tout de même, nous atterrissons à Kuala Lumpur, la capitale de la Malaisie. Nous passons le reste de la journée à visiter la ville et y passons la nuit (lire notre récit Escale à Kuala Lumpur) avant de reprendre un vol Air Asia, le lendemain matin, pour rejoindre la ville de Siem Reap au Cambodge (71 EUR TTC/pers. ; 2h05 de vol).

Au Cambodge, nous avançons nos montres puisque le décalage horaire est de 6h (en plus par rapport à la France - 5h en été). La capitale du pays est Phnom Penh, mais c'est Siem Reap que nous souhaitions atteindre pour être au plus près du mythique site d'Angkor.

Billet d'avion pour le Cambodge

Coût total de nos vols "aller simple" Paris - Kuala Lumpur - Siem Reap : 371 EUR TTC par personne.

L'aéroport de Siem Reap est certainement le plus bel aéroport typique que nous ayons jamais vu ! Pour entrer au Cambodge, nous devons établir des visas. Cette formalité nous prend 20 mn à l'aéroport.

Visa
Pour les ressortissants français, un visa est nécessaire. Celui-ci peut être établi à l'avance avant le voyage ou sur place. Pour l'obtenir à l'avance, vous pouvez vous rendre sur le site du Ministère des Affaires Etrangères du Cambodge. Pour l'obtenir sur place, il faut effectuer cette formalité au passage en douane. Les douanes délivrent les visas aux aéroports de Phom Penh, Siem Reap et Sihanoukville, ainsi que dans d'autres douanes terrestres et maritimes. Il faut se munir d'une photo d'identité format 4 x 6 cm. Si vous n'en avez pas, vous pourrez souvent la faire sur place. L'obtention coûte 20 USD pour les touristes. Bien entendu, il faut voyager avec un passeport d'une durée de validité suffisante de 4 mois minimum (6 mois c'est encore mieux). Un visa touristique permet de séjourner un mois maximum dans le pays, cette durée pouvant être prolongée une seule fois d'un mois supplémentaire. Informations actualisées en 2013 ; pour obtenir une information récente : Ministère des Affaires étrangères

Nous rejoignons en taxi la ville de Siem Reap qui se trouve à 8 km de l'aéroport (tarif unique "prépayé" à 7 USD, soit 5,30 EUR, pour rejoindre n'importe quel endroit de Siem Reap).

Monnaie
La monnaie du Cambodge est le Riel, codifié KHR. Toutefois, les cambodgiens utilisent plus souvent le Dollar américain (USD), si bien que même dans les distributeurs de billets, des USD sont proposés. En pratique, il est bien d'avoir un peu de Riels et plus de Dollars. Les Riels permettent de payer les petits achats auprès des locaux, même si le dollar est toujours accepté. Les Dollars permettent de payer tout le reste (hébergement, restaurant, visite, taxi, etc.).
Carte du cambodge et des sites angkoriens

Le Cambodge, qui est 4 fois plus petit que la France, est principalement visité pour le fabuleux site d'Angkor mais aussi le lac Tonlé Sap ou encore la capitale Phnom Penh.

En visitant le Cambodge, on ne peut oublier que les cambodgiens ont subi de nombreuses années de dictature qui ont accablé le pays il n'y a pas si longtemps de cela ! Un génocide, orchestré par les Khmers rouges, a fait plus de 2 millions de morts, soit environ 20% de la population cambodgienne ; il a pris fin en 1979 après 6 années de terribles souffrances. Après cela, le pays a mis de longues années à s'en remettre. En 2012, l'extrême pauvreté est toujours présente bien que certains cambodgiens s'en sortent mieux, le tourisme aidant. Près de 3 millions de touristes visitent le Cambodge chaque année. Les locaux n'en profitent malheureusement pas tous, aussi faut-il penser à voyager en touriste responsable, afin que les locaux puissent en profiter le plus possible...


Siem Reap

De par sa proximité avec le site d'Angkor, la ville est une parfaite base de départ pour les visites.

Comment venir à Siem Reap

Etant une destination prisée au Cambodge, Siem Reap possède son propre aéroport situé à seulement 8 km de la ville. De nombreuses lignes nationales et internationales y atterrissent. C'est ce que nous avons fait avec un vol Air Asia depuis Kuala Lumpur (Malaisie), pour le prix de 71 EUR TTC/pers..

Le bus est le moyen le plus économique pour arriver à Siem Reap. Voici quelques exemples de durées et de tarifs de trajets en bus ; les prix varient selon la qualité du véhicule :

  • de Phnom Penh (5 à 6h de trajet ; 5 à 8 EUR) ;
  • de Sihanoukville (10h de trajet ; 8 à 14 EUR) ;
  • de Hô Chi Minh-Ville (Viêt Nam ; 12h de trajet ; 13 à 17 EUR) ;
  • de Bangkok (Thaïlande ; 8 à 9h de trajet ; 7 à 11 EUR).

Il est également possible d'arriver à Siem Reap en bateau. Cet itinéraire passe par le lac Tonlé Sap et à proximité des villages flottants. Voici quelques tarifs :

  • de Phnom Penh (6 à 7h de trajet ; 27 EUR) ;
  • de Battambang (7 à 8h de trajet ; 16 EUR).

A Siem Reap, nous partons à la recherche d'un hébergement, et nous trouvons très rapidement un mignon petit hôtel, très accueillant, dans lequel nous nous sentons bien ! Il s'agit de l'hôtel "MotherHome Inn", dans lequel nous nous posons pour 9 nuits.

Où dormir à Siem Reap
La ville de Siem Reap regorge d'hébergements, puisqu'elle est située à seulement 6 km d'Angkor Vat. Les hébergements les plus proches des temples sont même à moins de 3 km. Le choix est grand et conviendra à toutes les bourses. Très rapidement, nous nous posons au "MotherHome Inn" (22 EUR/chambre pour 2 pers. petit-déjeuner inclus ; très propre ; petite salle de bains ; réfrigérateur ; climatisation ; bouteille d'eau tous les jours ; service digne d'un hôtel de luxe ; restaurant délicieux ; une moyenne de 5 EUR/pers. pour un repas complet avec boisson ; petit déjeuner en buffet délicieux et varié ; possibilité d'avoir un petit déjeuner à emporter pour les lève-tôt ; belle piscine bien chaude, très propre, avec chaises longues, serviettes et parasols ; au calme ; le personnel de l'hôtel donne des conseils sur les visites, propose des guides et des chauffeurs de tuk-tuk ou taxi ; ; ; à réserver sur cette page MotherHome Inn ; la direction possède 2 autres hôtels à Siem Reap : Motherhome Guesthouse et MotherHome Boutique).

Siem Reap est une ville qui a su profiter du tourisme puisque de nombreux bâtiments du centre ville sont très récents. On y trouve à profusion des hôtels, guesthouses et restaurants. Les maisons en dur côtoient les maisons en bois sur pilotis. Mais c'est surtout en sortant dans la campagne que nous remarquons la pauvreté et le quotidien difficile des gens. Leurs paillotes, généralement sur pilotis, sont souvent posées au bord des rivières, qui sont malheureusement remplies de déchets et polluées. La circulation est essentiellement composée de cyclomoteurs, de vélos, et de tuk-tuk. Les quelques voitures qui circulent sont souvent des taxis, ou encore de grosses berlines toutes récentes ! Le pays bénéficie des dernières technologies puisque les véhicules ne polluent quasiment pas (en tout cas pas de façon apparente) et rares sont les gros nuages noirs de fumées qui s'échappent des pots d'échappement !

Durant les 9 jours que nous allons passer ici, nous aurons le temps de découvrir les temples d'Angkor, le lac Tonlé Sap, mais aussi la ville de Siem Reap. Nous rejoindrons plusieurs fois le centre de Siem Reap, au niveau du quartier "routard" où l'on trouve bon nombre d'hébergements et de restaurants. C'est aussi ici que l'on peut trouver toutes les agences qui permettent d'organiser la suite du voyage (bus, tuk-tuk, location de vélo, etc.). Les taxi-tuk-tuk sont nombreux, mais il faut négocier dur et toujours avec le sourire !

Au même endroit, se trouve le vieux marché couvert nommé "Old Market" . Pour le repas de midi, nous nous contentons généralement de fruits achetés au marché ou dans l'un des nombreux stands que l'on trouve partout à Siem Reap. Nous trouvons avec bonheur l'un de nos fruits préférés : le longan !

A côté du "Old Market" coule la rivière Siem Reap. Sur l'autre rive de la rivière se trouve un autre marché, cette fois avec des boutiques neuves où l'on peut trouver de tout : du matériel électronique, des vêtements ou encore des bijoux. Attention à bien négocier et à ne pas payer le prix fort !

Un soir, nous sommes allés voir l'un des nombreux spectacles de danse cambodgienne (ou ballet khmer). Réservé à notre hébergement, nous avons passé la soirée au "Angkor Mondial Restaurant" qui propose un dîner-spectacle (7 EUR/pers. incluant le dîner hors boisson, le spectacle et le transfert depuis l'hôtel ; repas sous forme d'un buffet de qualité moyenne ; beau spectacle ; beaucoup de monde).

Plus de photos de Siem Reap...


Angkor

Parler de la splendeur des temples d'Angkor, n'est pas peu dire ! Les visiteurs sont généralement éblouis par la beauté architecturale de l'ensemble du site ! Comparable au Taj Mahal en Inde, à Petra en Jordanie ou à Tikal au Guatemala, Angkor fait partie des quelques sites sur la planète qui vous saisissent au premier coup d'œil ! Et effectivement, tout au long de nos 7 jours de visites, nous avons été subjugués et fascinés par ce lieu, vestige d'un temps passé où le faste et la grandeur étaient omniprésents. Outre la majestueuse silhouette des temples qui se dressent fièrement sur chacun des sites, c'est l'époustouflante richesse et beauté des sculptures qui ornent les temples qui nous ont émerveillés !

Cette mystérieuse citée d'Angkor, qui signifie "ville royale", était l'une des capitales de l'Empire Khmer régnant dans cette région d'Asie entre les 9e et 14e siècles. Le roi Jayavarman II fonda l'Empire khmer au 9e siècle et Angkor s'est créée petit à petit, chaque souverain qui y a régné ajoutant souvent ses propres monuments (palais, temples, bassins) à ceux déjà existants. Les sculptures témoignent de la vie à cette époque et nous montrent que la citée est passée de la religion bouddhiste à l'hindouisme selon l'empereur régnant.

Ce sont les empereurs Suryavarman II et Jayavarman VII qui, au 12e siècle, ont le plus marqué l'Empire Khmer puisqu'ils ont tous deux fait construire les plus grands monuments qui constituent Angkor, dont Angkor Vat et Angkor Thom. A son apogée, Angkor abritait plus de 700 000 personnes, sur une superficie de 1 000 km² (surface équivalente à 10x celle de Paris aujourd'hui) ! Des études récentes annoncent même un territoire de 3 000 km² ! Plusieurs guerres se succèdent avec les pays voisins, dont le royaume de Champa, qui réussit à prendre possession d'Angkor, avant que la citée ne soit reprise par les Khmers.

La région est soumise à des périodes de sécheresse et de mousson, mais les khmers ont réussi à vivre avec ces aléas naturels grâce à la construction de bassins et de canaux, un système hydraulique d'irrigation très sophistiqué dont ils avaient la maîtrise. D'énormes bassins ou réservoirs, appelés "Baray", ont été creusés par l'homme, afin d'y stocker l'eau durant les périodes de mousson et d'en disposer lors de la saison sèche. Le plus grand des bassins, appelé Baray occidental, fait 8 x 2,1 km ; le second bassin par sa taille est le Baray oriental, qui fait 7,2 x 1,7 km : deux constructions titanesques lorsque l'on prête attention à leur taille ! Avec de nombreux canaux, ils irriguent la région et remplissent les douves entourant les temples. En dehors du rôle d'irrigation, les barays (bassins) avaient un rôle religieux, avec une représentation des océans dans le monde.

Cependant, vers le 14e siècle, Angkor décline très vite pour des raisons plus ou moins connues. Plusieurs hypothèses sont en effet émises : la surpopulation et son impact sur la nature, dont la déforestation ; la construction démesurée de monuments, impactant les finances du régime ou encore plusieurs inondations et sécheresses successives. Les rivaux des pays alentours profitèrent alors de l'affaiblissement de l'Empire khmer pour les anéantir.

Redécouverts plusieurs siècles plus tard, les temples d'Angkor sont alors restaurés petit à petit. Aujourd'hui inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, le site fait toujours l'objet de fouilles et de restauration. Le mot "Angkor" représente aujourd'hui un ensemble de plus de 300 monuments disséminés en pleine forêt sur plusieurs dizaines de kilomètres. On considère Angkor comme la 8e Merveille du Monde et entre 2 et 3 millions de touristes la visitent chaque année !

De l'époque, il ne reste que la partie minérale, dont certains éléments sont très en ruine. Les couleurs, appliquées à l'origine sur les murs, ne sont visibles qu'à très peu d'endroits. Quant aux constructions en bois, elles n'ont pas résisté aux méfaits du temps et ont complètement disparu.

Des cartographies des sols par laser, appelées Lidar, laissent apparaître de nombreuses architectures qu'il reste encore à découvrir. Le Baray occidental n'est plus que partiellement rempli d'eau. Le Baray oriental est, quanà à lui, complètement asséché. Le travail considérable et la passion des nombreux archéologues d'aujourd'hui et de ces derniers siècles, nous permettent d'apprécier le site d'Angkor et de le comprendre. C'est l'explorateur français Henri Mouhot qui découvre Angkor en 1860 ; l'explorateur français Louis Delaporte en fera de nombreux croquis et récits effectués entre les années 1866 et 1868.

La ville de Siem Reap, installée à environ 5 km d'Angkor, s'est vu transformée en moins de 20 ans, par l'afflux des touristes. On y compterait plus de 300 établissements hôteliers ! Tout est organisé autour des visites d'Angkor et les locaux s'activent à tout instant à rendre le site propre et accueillant.

Comment se rendre à Angkor et s'y déplacer

Le site d'Angkor est ouvert tous les jours de 5h30 à 17h30. L'accès à la journée coûte 20 USD/pers., soit 15 EUR. Pour y accéder plusieurs jours, plusieurs "pass" sont proposés : 3 jours consécutifs ou 3 jours sur 1 semaine = 40 USD ; 7 jours consécutifs ou 7 jours sur 1 mois = 60 USD. Le passe Passe "Angkor" de 7 jours valable 1 mois - Cambodge est nominatif avec une photo d'identité (photo à fournir ou à faire sur place).
L'entrée est gratuite pour les moins de 12 ans, ensuite c'est plein tarif.
Par ailleurs, en achetant un "pass", il est possible d'accéder gratuitement au site d'Angkor après 17h la veille du début de validité de ce dernier.

Angkor se trouve à seulement quelques kilomètres au nord de Siem Reap. Il est donc très facile de s'y rendre et les solutions sont multiples.

Tout d'abord à vélo : il est possible d'en louer partout à Siem Reap. Il y a ensuite le tuk-tuk ou le taxi, qu'il faudra prendre à la journée ou au trajet. Voici quelques exemples de tarifs à la journée pour la visite des temples proches de Siem Reap comme Angkor Vat, Angkor Thom, Ta Prohm, ... : le tuk-tuk = de 10 à 11 EUR ; le taxi = 19 EUR. Des bus et cars s'y rendent aussi. Les accès sont multiples, et partout, un contrôle de votre ticket ou poinçonnage de votre passe est prévu. Parfois, des contrôles sont effectués au niveau des temples. En venant de Siem Reap, c'est Angkor Vat qui est le premier en vue et est atteint en 10 à 15 mn de tuk-tuk. Les plus lointains des sites inclus dans les billets d'entrée ou passe "Angkor", sont à 50 km ! D'autres sites, à plus de 200 km, sont visitables mais ne sont pas inclus dans le billet d'entrée pour Angkor.

Une fois à l'intérieur du site, il est possible de continuer avec son moyen de locomotion jusqu'au monument souhaité, et ainsi de suite pour rejoindre les monuments suivants. Selon la distance, il est possible de tout faire à pied. A l'approche d'un temple, si véhicule il y a, il doit être abandonné pour continuer à pied. Sur place, il est également possible de faire une balade à dos d'éléphant (en face du temple Phnom Bakkeng) ou encore de s'offrir une vue depuis une sorte de montgolfière (à l'Ouest d'Angkor Vat).

Carte de la région d'Angkor - Cambodge
Plan de la région d'Angkor

- Cliquez sur la zone du plan que vous désirez agrandir
- Pour récupérer la carte complète, cliquez ici
Lexique pour mieux déchiffrer Angkor

Le nom d'Angkor est aujourd'hui attribué à l'ensemble des monuments archéologiques khmers de cette région, éparpillés sur plusieurs dizaines de kilomètres. Les Khmers sont un groupe ethnique dominant du Cambodge.
A Angkor, on trouve principalement des temples, mais également des monastères, des palais et des Barays (bassins ou réservoirs). Le temple d'Angkor Vat fait référence au temple le plus visité de cette région, "Vat" voulant signifier "Temple". Les temples sont généralement entourés d'enceintes, allant d'une à plusieurs enceintes. La première enceinte fait référence à la plus proche du centre du temple. La première enceinte est alors parfois entourée d'une deuxième enceinte, puis d'une troisième, etc.. Les enceintes sont traversables via des "portes", appelées ici "gopura". Un Gopura Gopura - Angkor - Cambodge est un passage (une porte) orné d'une tour généralement sculptée de divinités hindoues ou bouddhistes. Ces gopuras sont généralement positionnés aux quatre points cardinaux (Nord, Est, Sud et Ouest). On en compte donc généralement 4 par enceinte. Parfois, il n'existe que 2 Gopuras, parfois, il y en a 5. Aujourd'hui, certaines enceintes extérieures ont complètement disparu et il ne reste que les gopuras. Parfois il ne reste plus rien ! Les enceintes intérieures sont, quant à elles, généralement mieux conservées ou mieux restaurées. Une enceinte est parfois entourée de douves remplies d'eau, mais parfois asséchées, ou partiellement asséchées de nos jours. Les douves sont traversables par une Chaussée , une sorte de digue (pas vraiment un pont). Ces chaussées sont faites de gros pavés et on en trouve également à l'intérieur des enceintes. Parfois, les chaussées sont bordées de rampes formées de divinités, telle que la chaussée des géants . Parmi elles, Nâga , un serpent à plusieurs têtes, tenu par des Devas , des esprits du bien, ou par des Asuras , des esprits démoniaques.

A l'approche du centre du temple, on trouve des monuments, tels que des bibliothèques, des galeries, des terrasses, des bassins et des sanctuaires. Les Galeries sont de longs couloirs, souvent périphériques et rectangulaires, parfois encore couverts d'un toit. Les galeries contiennent très souvent des bas-reliefs. Un bas-relief est un type de sculpture, présentant un faible relief, que l'on trouve généralement sur un mur. Le haut-relief est, quant à lui, plus prononcé que le bas-relief. On distingue cet effet lorsque la forme sculptée ne fait presque pas partie du fond. Pour compléter cette explication du bas-relief et du haut-relief, il y a aussi la ronde-bosse qui se différencie complètement puisqu'il n'est pas du tout rattaché à un fond, c'est le cas d'une statue. A Angkor, on trouve ces trois types de sculptures.

De nombreuses divinités hindoues et bouddhistes sont représentées, dont : le Garuda , un oiseau de la mythologie hindouiste et bouddhiste ; l'Apsara , une divinité féminine d'une grande beauté, une déesse céleste, compagne des Devas et des Asuras ; le Dvarapala, une divinité gardienne des portes des temples ; les taureaux Nandi ou Nandin ; le Linga ou Lingam, le sexe masculin de Shiva, représenté par une pierre dressée vers le ciel ; le Yama, le dieu de la mort et de l'enfer.

Les temples d'Angkor sont, pour la plupart, de type "temple-montagne". Le temple-montagne est appelé ainsi lorsqu'il est construit sous la forme d'une pyramide à étages, représentant le mont Meru. Le Mont Meru est une montagne mythique considérée, par les religions hindoues et bouddhistes, comme le centre de la Terre et l'axe du monde. La région étant quasi exempte de colline et de montagne, la seule solution était donc de créer artificiellement la montagne par une pyramide. Au sommet de la pyramide se trouve le sanctuaire qui constitue le cœur du temple. Le sanctuaire est le lieu sacré dédié à un dieu ou à un dieu-roi, dont on trouve en général une représentation sous la forme d'une statue. On y accède par un ou plusieurs escaliers très raides représentant la difficulté d'atteindre le royaume des dieux. De par sa construction, il est souvent en forme de croix. Un sanctuaire est dédié au dieu ou au souverain. Le sanctuaire principal et central domine le temple, puisqu'il s'agit du monument le plus haut. A cette époque les souverains étaient considérés comme des dieux (dieux-rois).

Un Prasat représente un temple, un palais, une chapelle ou encore un gîte. La plupart des monuments d'Angkor ont été construits en latérite, en grès ou en brique. La latérite est une roche brune ou rouge que l'on trouve dans les régions tropicales.

Nous visitons Angkor à 8 reprises, tant il y a de choses à découvrir ! Un jour normal est rythmé de la sorte : départ tôt le matin (7h) en tuk-tuk, après le petit déjeuner, pour pouvoir bénéficier de la « fraîcheur » du matin (26°C) ; vers 13h, lorsque la température atteint parfois 36°C à l'ombre, nous arrêtons la visite, retournons à l'hôtel et profitons de la piscine durant le reste de l'après-midi ! Cela fait tout de même 6h de visite et ce rythme nous convient, car au milieu de la journée le soleil tape fort. Heureusement, certaines ruines se trouvent en pleine forêt ce qui permet de les visiter à l'abri des rayons du soleil ! L'air est humide et les visites deviennent difficiles en pleine journée, pour nous, comme pour notre fils Yann qui a 4 ans !

Il faudrait plusieurs semaines pour visiter l'ensemble du site mais nous n'y consacrons que 7 journées, ainsi qu'une soirée, pour visiter les sites les plus connus. Nous prenons systématiquement un tuk-tuk au départ de notre hébergement, pour nous conduire de lieu en lieu (de 10 à 11 EUR pour la journée ; conduit par Hai Bunheang, un très sympathique jeune cambodgien qui parle anglais ; ; tél. (855) 12 217 208 ; @). Une seule fois, nous prendrons un taxi pour rejoindre le site de Banteay Srey, situé à une distance beaucoup plus éloignée. Sur place, nous visitons les lieux en individuel (sans guide), pendant que notre chauffeur de tuk-tuk ou de taxi nous attend au point de rencontre que nous avons défini ensemble. Parfois, il nous propose de nous récupérer de l'autre côté du site, en nous expliquant l'endroit à l'aide d'un plan.

Voici un petit planning afin de vous donner une idée d'ordre et de temps passé durant nos 8 journées de visites :

Journée Durée Itinéraire et visite
1 de 17h à 18h Angkor Vat
2 de 5h30 à 13h Angkor Vat - Angkor Thom (Bayon - Baphûon - Phiméanakas - Sras Srei - Terrasse des éléphants- Terrasse du Roi Lépreux)
3 de 7h à 13h Chau Say Tevoda - Thommanon - Ta Keo - Ta Prohm - Banteay Kdei - Srah Srang - Prasat Kravan
4 de 7h à 13h Preah Khan - Neak Pean - Ta Som - Mebon oriental - Prè Rup
5 de 7h à 13h Groupe de Roluos (Lolei - Bakong - Preah Ko)
6 de 7h à 13h Banteay Srei - Banteay Samre - village Pradak
7 de 14h à 17h Ta Prohm - Angkor Thom (Bayon - Prasat Suor Prat)
8 de 15h30 à 17h30 Phnom Bakheng

Voilà, nous sommes posés à Siem Reap depuis aujourd'hui midi et nous sommes très impatients de découvrir Angkor ! Vers 17h, nous nous rendons sur le site, par le biais d'un chauffeur (et de son tuk-tuk) proposé par l'hôtel (4 EUR le tuk-tuk). Nous nous rendons tout d'abord à la caisse principale nous permettant d'acheter un passe de 7 jours à utiliser sur 1 mois. En effet, en étant muni d'un passe, il nous est possible d'entrer dans le site gratuitement après 17h, sans que l'entrée ne soit décomptée comme un jour de visite. C'est ce que nous faisons, mais vu l'heure tardive, nous n'allons pas très loin et nous nous arrêtons au premier monument en vue : Angkor Vat.

Angkor Vat

Le temple d'Angkor Vat (ou Angkor Wat) fut construit au début du 12e siècle durant le règne de Suryavarman II, et devint le plus grand temple du monde ("Vat" signifie "Temple").

Aujourd'hui, il s'agit du monument le mieux conservé d'Angkor, grâce à une occupation quasi permanente par des moines bouddhistes, ce qui n'a pas été le cas des autres temples. Il est aujourd'hui le temple le plus photographié d'Angkor.
Angkor Vat forme un rectangle de 1,1 x 0,9 km entouré de douves, d'une largeur d'environ 170 m, remplies d'eau. Sur plus de 10 km, les douves sont bordées de marches, actuellement dans un mauvais état. Les douves sont traversables par deux ponts-digues, l'un à l'Est, l'autre à l'Ouest, mais c'est le pont Ouest qui est le plus emprunté, car il offre le plus beau panorama. En arrivant depuis Siem Reap, deux routes au choix atteignent Angkor Vat. Il faut ensuite garer son vélo ou autre véhicule à côté de l'entrée Ouest. D'ici, c'est déjà magnifique ! Le pont, long de 170 m, est plutôt une sorte de large digue, partiellement détruite, traversée par une chaussée de pierres. Après la traversée des douves, un bâtiment, large de 240 m, symbolise l'entrée du site. Au centre du bâtiment, face à la chaussée, se dresse le gopura (porte d'accès ornée d'une tour). A droite et à gauche du gopura, se trouvent deux longues galeries (couloirs). C'est seulement après avoir passé le gopura, que l'on découvre véritablement Angkor Vat qui se situe encore à 400 m de là et que l'on rejoint par une chaussée intérieure dallée. La chaussée intérieure passe tout d'abord à proximité de petits bâtiments (2 bibliothèques), puis passe entre 2 bassins remplis d'eau, avant d'arriver sur une terrasse cruciforme. Nous sommes alors devant le temple lui-même.

Le temple est entouré de 3 enceintes. Nous sommes pour l'instant devant la 3e enceinte, rectangulaire sur environ 220 x 180 m. L'enceinte est formée d'une longue galerie et de 4 gopuras situés aux points cardinaux et permettant l'accès. Il faut commencer par s'attarder sur cette longue galerie rectangulaire de près de 800 m de long au total, qui renferme de magnifiques bas-reliefs. Ces bas-reliefs représentent les événements passés de l'Empire khmer, des scènes de vie, des divinités, etc.. Par exemple, dans la galerie Ouest, la "Bataille de Kuruksetra" et la "Bataille de Lanka" y sont représentées. Dans la galerie Sud, "Défilé Historique" et "Cieux et Enfers". Dans la galerie Est, "Barattage de l'Océane de lait" et "Victoire de Vishnou sur les Asuras". Dans la galerie Nord, "Victoire de Krisna sur l'Asura Bana" et "Combat des Asuras et des Devas". A l'intérieur de la 3e enceinte, se trouvent encore 2 bibliothèques.

La 2e enceinte, également rectangulaire, est composée de galeries et de 4 gopuras. Puis vient la 1re enceinte, cette fois surélevée d'environ 20 m. Ensuite, le sanctuaire central constitue le cœur du temple. Il est placé à 35 m de hauteur et le somment peut être atteint par un escalier abrupte, qui représente la difficulté d'atteindre le royaume des dieux.

Nous ne rentrons pas davantage dans les détails, car il y aurait tant de chose à dire et à apprendre encore ! Nous vous laissons le découvrir sur place ! Dans notre cas, nous visitons Angkor Vat, la première fois un soir, puis une deuxième fois très tôt un matin pour assister au lever du soleil.

Assister au lever du soleil sur Angkor Vat est au programme de nombreux visiteurs. Ce matin-là, nous nous levons à 4h30 et partons de Siem Reap à 5h en tuk-tuk. Le site d'Angkor ouvre à 5h30 et c'est dans la nuit complète que nous roulons jusqu'à l'accès Ouest d'Angkor Vat. Munis de nos lampes de poche, nous marchons jusqu'au temple. 150 m avant le temple, se trouvent deux bassins d'eau. Devant l'un d'eux, nous découvrons la foule venue assister et photographier le lever du soleil qui se déroule à l'arrière du temple. Certains locaux louent même de petites chaises ! Durant environ 1h nous assistons à ce spectacle grandiose, qui évolue et change au fur et à mesure que le soleil se lève. La silhouette du temple se reflète dans l'eau du bassin et c'est ce qui rend cet endroit magique et unique à ce moment de la journée ! Une fois le soleil levé, nous terminons par la visite du temple lui-même (que nous faisons sans guide).

Plus de photos d'Angkor Vat...

Phnom Bakheng

Non loin d'Angkor Vat a été érigé le temple de Phrom Bakheng. Il s'agit d'une pyramide de 7 niveaux au sommet de laquelle se trouve le sanctuaire. Ce temple a la particularité d'être construit sur le sommet d'une petite colline, ce qui est assez rare dans cette région. La colline se gravit à pied ou à dos d'éléphant (11 EUR/l'aller). D'en haut, la vue est bien entendu magnifique puisque l'on domine toute la jungle, avec au loin à 1,5 km, le temple d'Angkor Vat et à plus de 2 km, le bassin Baray occidental. En général, il y a foule le soir, car nombreux sont ceux qui viennent ici pour observer le coucher du soleil. C'est d'ailleurs ce que nous avons fait le dernier jour de notre séjour à Angkor. Nous sommes arrivés sur les lieux à 16h puis avons gravi, à pied, la colline en 20 à 30 mn, jusqu'au pied du temple. La montée vaut la peine d'être effectuée puisqu'à cette hauteur, le temple d'Angkor Vat est déjà bien visible. Pour aller encore plus haut, il faut atteindre le sommet du temple Phnom Bakheng, mais à ce moment de la journée, il y a tellement de monde que avons renoncé. En effet, l'accès au sommet du temple est organisé sous la forme d'une file d'attente et la longueur de cette dernière nous a dissuadés de nous y rajouter ! Pour le retour, nous avons opté pour l'éléphant, pour le bonheur de notre fils Yann !

Quelques photos de notre balade au sommet de la colline de Phnom Bakheng...

Angkor Thom

Angkor Thom, qui signifie "Grande Ville", a été construit durant le règne de Jayavarman VII au 12e siècle. Angkor Thom a la forme d'un carré de 3 x 3 km et regroupe de nombreux monuments. Il est entouré de douves, partiellement remplies d'eau, d'une largeur d'environ 100 m. Les douves sont traversables par 5 chaussées, dont 4 sont situées aux points cardinaux et une 5e au Nord-Est. Nous atteignons Angkor Thom par le Sud. Cette chaussée-digue, également appelée "Chaussée des géants", est bordée de 108 statues qui tiennent un long serpent à plusieurs têtes (Nâga). Les 108 statues sont des représentations d'esprits et elles sont toutes différentes. D'un côté du pont, il y a 54 esprits du Bien (Deva) qui tiennent Nâga du côté gauche. De l'autre côté du pont, il y a 54 esprits démoniaques (Asura) qui tiennent Nâga du côté droit.

Nous traversons la chaussée-digue puis le gopura orné de 3 tours. Le haut des tours est sculpté de visages tandis que des têtes d'éléphants ornent le pied du gopura. Les 5 gopuras permettant l'accès à Angkor Thom sont appelés Porte Est, Nord, Ouest, Sud et Porte de la Victoire. La Porte Est est également appelée Porte de la Mort. Les 4 portes ou gopuras qui représentent les 4 points cardinaux sont axées sur le Bayon. La Porte de la Victoire est axée sur le centre du Palais Royal.

Plus de photos des portes d'accès à Angkor Thom...

Bayon

Après la Porte Sud nous faisons encore 1,4 km pour arriver au Bayon (ou Prasat Bayon) qui se trouve exactement au milieu d'Angkor Thom. Le Bayon était initialement un temple bouddhiste qui fut transformé en temple hindou. Ce temple est en très mauvais état de conservation, mais il est spectaculaire en raison de son architecture. Il comporte 37 des 57 tours d'origine (dont la plus haute fait 43 m de haut), 216 visages, des apsaras, une multitude de bas relief, etc.. Les bas-reliefs représentent des scènes de vie. Bien qu'il ait été construit après Angkor Vat, c'est-à-dire vers la fin du 12e siècle, il est en bien plus mauvais état. C'est d'ailleurs le dernier édifice construit à Angkor avant que ne décline la civilisation khmer. Des fouilles ont permis de trouver les restes d'une grande statue bouddhique qui se trouvait au centre du Bayon, et qui a complètement été détruite lors du changement de religion vers l'hindouisme. Aujourd'hui, la statue reconstituée est exposée à 100 m à l'Est du Bayon.

Nous sommes vraiment fascinés par le lieu et le visiterons plusieurs fois, tant il y a de détails à découvrir ! La première vision du Bayon fait plutôt penser à un énorme tas de pierres ; mais plus on approche de l'édifice et plus on commence à voir les visages sculptés. A l'intérieur, c'est incroyable !

Plus de photos du Bayon à Angkor Thom...

Baphûon

A 200 m du Bayon se trouve un autre temple, le Baphûon (ou Prasat Baphuon), construit au 11e siècle par le roi Udayâdityavarman II, avant même la création d'Angkor Thom. Une longue chaussée sur pilotis de pierres accède au temple. Il s'agit du temple de type "temple-montagne" sur 5 étages. Un temple-montagne est un temple en forme de pyramide symbolisant le Mont Meru, une montagne mythique. Du haut du temple, à 24 m du sol, la vue est absolument grandiose.

Plus de photos du Baphûon à Angkor Thom...

Au 15 ou 16e siècle, un Bouddha couché long d'environ 60 m y a été ajouté, dont on distingue encore le visage.

Phiméanakas

A côté du Baphûon, nous pénétrons dans le Palais Royal dont il ne reste que le temple Phiméanakas, le bassin Sras Srei (ou bassin royal) ainsi qu'un autre petit bassin. Le Palais Royal était construit principalement en bois et a donc complètement disparu. Le temple hindou Phiméanakas (ou Palais Céleste) a été construit, quant à lui, au 10e siècle, donc bien avant Angkor Thom. Plus tard, il a finalement été intégré dans l'enceinte du Palais Royal d'Angkor Thom. Ce temple est une pyramide à 3 étages et appartient à la famille des temples-montagnes. Son sommet est accessible par 4 escaliers en pente très raide, inclinés à 60°. Aujourd'hui, un seul escalier reste praticable. Les fouilles archéologiques récentes démontrent que Phiméanakas est le centre de tout le royaume d'Angkor, parfaitement aligné avec Phnom Bakkeng et le Mébon oriental. Une nouvelle chaussée aurait été découverte quelques mètres sous terre sur la trajectoire Phiméanakas - Mébon oriental. Cela pourrait vouloir dire qu'Angkor Thom, ou l'ancienne ville d'Angkor Thom est plus ancienne que ce qu'on pouvait penser ! Juste à côté du temple se trouve le Bassin Royal (ou bassin Sras Srei) qui fait 150 m x 50 m, ainsi qu'un autre petit bassin.

Plus de photos du Phiméanakas et du bassin royal à Angkor Thom...

Terrasse des Eléphants

A côté du Palais Royal, se trouve la Terrasse des Eléphants, longue de plus de 300 m. La terrasse est surélevée de 3 à 5 m. C'est certainement depuis cette terrasse que le roi Jayavarman VII (12e siècle) regardait défiler son armée. Les murs de la terrasse sont sculptés d'éléphants, de lions et de Garudas, oiseau de la mythologie hindou et bouddhiste. Deux escaliers permettent de monter sur la terrasse. Ils sont tous les 2 encadrés de 3 têtes d'éléphants avec leurs trompes pendantes, similaires aux têtes d'éléphants que l'on trouve sur les portes d'Angkor Thom.

Plus de photos de la Terrasse des Eléphants d'Angkor Thom...

Terrasse du Roi Lépreux

Dans le prolongement de la Terrasse des Eléphants se trouve la Terrasse du Roi Lépreux. Les sculptures sont impressionnantes de par leur nombre et leur bon état de conservation. Des fouilles récentes ont mis à jour un mur intérieur, 2 m derrière le premier. En passant entre les 2 murs, on découvre, là aussi, un nombre impressionnant de sculptures. Au-dessus, se trouve une copie de la statue du Roi Lépreux, car l'original se trouve au musée de Phnom Penh. Ce nom de Roi Lépreux a été donné du fait que les bouts des doigts de la statue sont rognés, comme s'ils avaient été atteints de la lèpre. Certains archéologues pensent qu'il ne s'agit pas d'un roi, mais de Yama, le dieu de la mort et de l'enfer. Ce lieu était peut-être utilisé lors de la mort d'un roi, lors du jugement effectué par Yama.

Plus de photos de la Terrasse du Roi Lépreux d'Angkor Thom...

Prasat Suor Prat

En face de la Terrasse des éléphants se trouve un ensemble de 12 petites tours, appelées Prasat Suor Prat, un endroit où se déroulaient les procès publics.

Une photo d'un Prasat Suor Prat à Angkor Thom...

Preah Palilay, Tep Pranam et Preh Pithu

Il s'agit de 3 autres petits monuments qui se trouvent dans Angkor Thom, mais que nous n'avons pas visités.

Chau Say Tevoda

Chau Say Tevoda (ou Chao Say Thevada) se trouve à l'extérieur d'Angkor Thom, à environ 400 m de la Porte de la Victoire. Il s'agit d'un temple entouré d'une enceinte unique et très en ruine. 4 gopuras se trouvent aux 4 points cardinaux.

Plus de photos de Chau Say Tevoda...

Thommanon

Thommanon se trouve en face de Chau Say Tevoda, de l'autre côté de la piste. Certainement construit au même moment que Chau Say Tevoda, Thommanon est mieux conservé. On y trouve 2 gopuras.

Plus de photos de Thommanon...

Ta Keo

Ta Keo est un temple inachevé, d'où l'aspect brut des murs dénudés de sculptures. Sa construction débuta au début du 11e siècle, mais elle fut arrêtée au moment où le règne de l'empereur gouvernant fut interrompu prématurément.

Plus de photos de Ta Keo...

Ta Prohm

Monastère qui fut construit sous le règne Jayavarman VII, Ta Prohm est délimité par une enceinte de 1 x 0,7 km avec 4 gopuras aux 4 points cardinaux. Les restaurateurs ont laissé une partie de la végétation recouvrir l'édifice, et l'on peut ainsi imaginer le site tel qu'il a été découvert il y a quelques siècles de cela. Les racines des arbres s'entrelacent dans la pierre ce qui anime le site d'une magie toute particulière ! Un coup de cœur qui nous a fait revenir deux fois sur le site ! Il s'agit certainement du 3e site le plus visité d'Angkor, après Angkor Vat et Angkor Thom. Des estrades sont même placées à certains endroits pour faciliter les poses devant les énormes racines, mais aussi afin de préserver le lieu. Des files d'attente se créent aux heures d'affluence !

Plus de photos de Ta Prohm...

Banteay Kdei

Le temple de Banteay Kdei est également entouré d'une enceinte et de ses gopuras. En pénétrant le site par la Porte Est, on traverse une terrasse bordée d'une balustrade de nâgas. Après la terrasse, on pénètre une autre enceinte par un magnifique gopura. On arrive ensuite sur une chaussée à nâgas qui mène sur une terrasse autrefois couverte : la salle de danse. Des Apsaras sont sculptées sur les nombreux piliers. Après la salle de danse, il y a le temple proprement dit, où les sculptures sont impressionnantes ! Il est possible de poursuivre vers l'Ouest pour ressortir par le gopura Ouest et passer par une autre balustrade à nâgas.

Plus de photos de Banteay Kdei...

Srah Srang

Srah Srang (ou Sras Srang) est un bassin qui fut construit au 10e siècle, mais il sera réaménagé lors du règne de Jayavarman VII au 12e siècle, en même temps que la construction de Banteay Kdei, située juste à côté. Le bassin fait environ 800 x 400 m. Tout autour, on y aperçoit encore la consolidation en pierre en forme d'escalier. Sur la rive Ouest, du côté du temple de Banteay Kdei, il y a un escalier orné de statues de "lions gardiens" qui servait d'embarcadère. Cet embarcadère est actuellement en cours de restauration. Sur les rives du bassin se trouvent le village Srah Srang.

Quelques photos du bassin Srah Srang...

Prasat Kravan

Constitué de 5 tours de briques, Prasat Kravan (ou Temple des Cardamomes) fut construit au 10e siècle. Seule la tour centrale est encore entière, et ce, grâce à la restauration du lieu. A l'intérieur de la grande tour on peut découvrir de beaux bas-reliefs sculptés, dont l'un représente un garuda monté par Vishnu.

Plus de photos de Prasat Kravan...

Preah Khan

Preah Khan se trouve au nord d'Angkor Thom, à 1,5 km de la Porte Nord. Egalement construit sous le règne de Jayavarman VII, il s'agissait d'un temple et d'un monastère entourés de 4 enceintes.
L'enceinte extérieure de 800 x 700 m possède 4 gopuras et est bordée de douves qui sont toujours remplies d'eau à ce jour. La traversée des douves se fait par une chaussée de Nâgas, portés par des Devas et des Asuras, tout comme celles d'Angkor Thom. En arrivant par l'Ouest, on traverse une chaussée bordée de bornes en pierres sculptées, représentant des lions qui portent un bouton de fleur de lotus. La chaussée, qui mène aux douves, est elle-même traversée par la chaussée de nâgas, puis elle traverse le gopura.
Il reste ensuite à faire 300 m pour atteindre le temple de Preah Khan. Il y de nombreuses galeries et les bas-reliefs ainsi que les statues sont nombreux et magnifiques ! Au centre, le sanctuaire cruciforme contient un stupa mis en place vers le 16e siècle en remplacement de la statue du père de Jayavarman VII, dont le temple lui était consacré. Tout comme à Ta Prohm, de nombreux arbres ont poussé sur les constructions et ont été laissées en l'état par les restaurateurs. Un curieux monument de 2 étages, avec 32 piliers ronds, et dont on ne connaît pas encore l'utilité, se dresse dans le site. En face de ce monument, une chaussée cruciforme, bordée d'une balustrade, mène sur une terrasse. Un escalier permet d'atteindre la terrasse, lui-même bordé de statues de "lions gardiens". Là aussi, nous avons un véritable coup de cœur pour ces merveilleux édifices ancestraux !

Plus de photos de Preah Khan...

Jayatatâka et Neak Pean

A l'Est du temple de Treah Khan, se trouve le Bassin de Jayatatâka (ou Baray du Preah Khan). D'une taille de 3,5 x 0,9 km, il contient encore aujourd'hui partiellement de l'eau. La végétation semble reprendre petit à petit le dessus, compte tenu des nombreux arbres qui sont les pieds dans l'eau. Les nénuphars ainsi que le coassement des grenouilles agrémentent le paysage. Au centre du bassin se trouvent un îlot ainsi que le temple Neak Pean (ou Neak Poan). On atteint l'îlot par une digue de 300 m partant de la rive nord du bassin. Sur l'îlot large de 400 x 300 m, se trouve le temple de Neak Pean, lui-même constitué d'un grand bassin entouré de 4 autres petits bassins, tous reliés par une niche (ou chapelle). Au centre du plus grand bassin, se trouve un petit îlot circulaire de 14 m de diamètre (un bassin dans un bassin, un îlot sur un îlot...). Lors de notre visite, il nous était interdit de nous approcher des constructions. La visite est donc courte.

Quelques photos de Neak Pean...

Krol Ko

Krol Ko est un petit temple entouré de 2 enceintes mais nous ne visitons pas ce lieu qui se trouve juste à côté de la digue qui mène à Neak Pean.

Ta Som

Ta Som a été construit par Jayavarman VII à la fin du 12e siècle, puis il a été agrandi par Indravarman II au début du 13e siècle. Ce temple est situé à l'extrémité Est du bassin de Jayatatâka. Comme la plupart des temples d'Angkor, il est entouré de plusieurs enceintes (ici deux enceintes) munies de leurs portes (garudas).

Plus de photos de Ta Som...

Mebon oriental

Construit au 10e siècle sous le règne du roi Rajendravarman II, le temple de Mebon oriental (ou Mebon Est) est assez particulier. A l'origine, il était placé sur une île artificielle au milieu du deuxième plus grand bassin d'Angkor, le Baray oriental (aujourd'hui complètement asséché). Il est également particulier de par sa fabrication en brique. Il est entouré de 2 murs d'enceinte avec ses gopuras, le tout réparti sur 3 niveaux.

Quelques photos du Mebon oriental...

Prè Rup

Egalement construit au 10e siècle sous le règne du roi Rajendravarman II, il est très similaire au temple de Mebon oriental, bien qu'il ne soit pas construit sur une île. Le temple de Prè Rup (ou Prae Roup) est situé au Sud du Baray oriental. Il a également été fabriqué en brique et est entouré de 2 murs d'enceinte avec ses gopuras.

Plus de photos de Prè Rup...

Banteay Samrè

Le temple de Banteay Samrè se trouve à l'Est du Baray oriental. Il est un peu à l'écart de tous les autres temples d'Angkor et des circuits classiques touristiques. Il est encore entouré de 2 enceintes avec ses gopuras, magnifiquement bien conservés. Les longues chaussées surélevées qui y mènent sont bordées d'escaliers donnant sur les champs ou les bassins asséchés. A l'intérieur des enceintes, les sculptures en haut-relief, situées au-dessus des portes sont magnifiques ! Le temple semble inachevé, puisque l'on remarque des murs ou portes en pierres brutes. La partie centrale du temple, dont le sanctuaire, est spectaculaire ! Banteay Samrè vaut vraiment de coup d'être visité !

Plus de photos de Banteay Samrè...

Village de Pradak et Srah Srang

Plusieurs villages se trouvent à l'intérieur même du site d'Angkor. Le village de Srah Srang se trouve sur les bords du bassin Srah Srang quant au village de Pradak, il se trouve au milieu du bassin Baray oriental, aujourd'hui asséché. Lors de nos visites, nous nous attardons un peu plus dans le village de Pradak, placé tout en longueur en bordure de la route. Les sourires sont au rendez-vous et l'accueil est chaleureux ! Nous assistons à la sortie de l'école et les élèves, vêtus de leur costume d'écolier, nous offrent de larges sourires ! Une habitante nous invite à goûter le fruit du borassus flabellifer (ou palmier de Palmyre) et, bien entendu, nous n'échappons pas à l'arrivée massive d'enfants qui nous proposent d'acheter leurs constructions artisanales ! Une très agréable balade qui nous fait baigner dans la culture locale du pays !

Plus de photos du village de Pradak...

Groupe de Roluos

Construits au 9e siècle, il s'agit des premiers monuments khmers, préangkoriens, dont font partie les sites de Lolei, Bakong et de Preah Ko. Ce groupe se trouve complètement excentré du reste des monuments d'Angkor, puisqu'il se trouve à 12 km à l'Est de Siem Reap ; il est accessible par la route principale en direction de Phnom Penh. Même si l'accès n'est pas le même que celui des monuments principaux d'Angkor, le passe "Angkor" est valable.

Lolei

Le petit temple de Lolei se trouve sur une île artificielle, au milieu du Baray Lolei actuellement asséché. C'est très petit et très en ruine, la visite est donc courte.

Autour du temple, il y a un monastère récent habité par des moines bouddhistes, ainsi qu'une école qu'un moine nous fait visiter.

Quelques photos de Lolei...

Bakong

Le temple de Bakong se trouve de l'autre côté de la route principale et est bien plus grand que celui de Lolei. Deux douves et trois enceintes entourent le temple. Il s'agit d'un "temple-montagne", à plusieurs étages.

Du côté intérieur des douves, un monastère récent est occupé par des moines.

Quelques photos de Bakong...

Preah Ko

Le site de Preah Ko est relativement petit. On y trouve des prasats, des statues de taureaux Nandis et de lions, gardiens du temple. Le temple est entouré de douves qui abritaient certainement un Palais Royal.

En face du temple de Preah Ko, il y a un centre d'artisanat que nous visitons (gratuit). Nous observons le labeur des adultes et des enfants qui travaillent le cuir, la pierre et le tissage... Ici, l'école n'est pas obligatoire et nombreux sont les parents qui font travailler leurs enfants pour quelques riels par mois...

Plus de photos de Preah Ko...

Banteay Srei

Situé à 34 km au nord de Siem Reap et à 28 km d'Angkor Vat, se trouve le temple de Banteay Srei (ou Banteay Srey). La route 67 permet d'atteindre ce site sans difficulté. Un grand parking bien organisé se trouve à 300 m du temple.
Pour nous y rendre et compte tenu de la distance, nous avons préféré prendre un taxi (23 EUR), plus confortable qu'un tuk-tuk. Sur place, nos passes sont contrôlés.

Depuis le parking, nous entrons à Banteay Srei par l'Est. Après avoir passé le gopura oriental, nous marchons sur une chaussée jusqu'au gopura suivant de la 3e enceinte. Des douves intérieures remplies d'eau se trouvent de l'autre côté de l'enceinte. C'est incroyablement beau ! Construit au 10e siècle, le temple de Banteay Srei est tout en grès rose, ce qui lui donne ce charme spécifique !

Après avoir traversé les douves par une chaussée, nous repassons encore un gopura ainsi que la 2e enceinte. Plusieurs monuments sont érigés entre les enceintes 1 et 2. Nous passons ensuite la 1re enceinte. On y trouve trois sanctuaires ainsi que deux bibliothèques. L'ensemble comporte des sculptures en haut-relief de toute beauté, certainement les plus belles d'Angkor ! On y trouve également de belles fausses portes. Ce site est un autre de nos coups de cœur et nous repartons à regret par la porte opposée, pour revenir au parking en contournant le temple.

Plus de photos de Banteay Srei...

Carte du cambodge et des sites angkoriens

Sites hors des sentiers battus

De nombreux autres sites angkoriens existent, moins visités que les sites classiques comme Angkor Vat. Pour les passionnés, n'hésitez pas à aller plus loin, car certains lieux en valent vraiment la peine. En dehors de Banteay Srei, nous n'avons pas fait ces visites lointaines (et ce n'était pas l'envie qui manquait) car l'organisation de la journée aurait été plus difficile avec notre fils de 4 ans. Nous avions opté pour une visite en profondeur, durant 7 jours, des sites proches de Siem Reap et à aucun moment nous ne nous sommes lassés de ces vestiges du temps passé, plus beaux les uns que les autres !

Voici, ci-après, une liste des sites qui nous ont paru intéressants et que nous avons classés par ordre de distance. Cette liste est issue des renseignements que nous avons pris et des recherches que nous avons effectuées. Seul l'accès à Kbal Spean est inclus dans les billets d'entrée ou passe d'Angkor. Pour les autres sites, ils sont soit gratuits, soit payants en supplément. Attention toutefois à être particulièrement vigilant concernant ces 3 points :

Kbal Spean

A 48 km au nord de Siem Reap, ou à 13 km de Banteay Srei, il y a le site de Kbal Spean. Il est situé en pleine forêt dans le massif de Phnom Kulen. Ici, pas de temple ! Kbal Spean ou "rivière aux milles lingas" est un site où l'on trouve des sculptures gravées sur la roche du lit de la rivière ; il y a par ailleurs une quantité impressionnante de lingas alignés (sexe masculin de Shiva, représenté par une pierre dressée vers le ciel) ! Depuis le parking , un sentier de 2 km traverse la jungle et 40 mn de marche sont nécessaires pour arriver au site proprement dit. Le cadre est agrémenté de cascades. Attention à ne pas sortir des sentiers, car il y a encore les mines anti personnelles disséminées sur le terrain. Faire l'aller-retour Siem Reap - Kbal Spean revient à environ 20 EUR en tuk-tuk et 27 EUR en taxi. La visite du site est incluse dans le passe ou le billet d'entrée pour Angkor.

Phom Kulen

Encore un peu plus loin, un temple récent, entouré d'une rivière et de cascades, se trouve au sommet du massif de Phnom Kulen. Dans le temple du même nom, se trouve un bouddha couché. Des lingas sont également présents sur le site. Un droit de passage de 20 USD est demandé pour emprunter la piste qui accède au temple dont l'entrée n'est pas incluse dans le billet d'Angkor. Tout comme à Kbal Spean, attention à ne pas sortir des sentiers, car il y a encore des mines anti personnelles disséminées sur le terrain.

Beng Mealea

Beng Mealea est un site récemment ouvert aux touristes. Il se trouve à 64 km de route de Siem Reap et est accessible par une route puis une piste en 1h30 environ. L'ensemble des monuments est entouré de douves rectangulaires de 1 x 0,8 km qui sont partiellement asséchées. Comparable à Ta Prohm, le site est envahi par la végétation et certains monuments sont très en ruines ; ici, il y a toutefois moins de limitation et la visite peut se faire presque partout. Attention toutefois à ne pas détériorer les vieilles pierres et attention aux serpents qui peuvent se cacher dans les rochers ! Le site est en cours d'aménagement, ce qui est le signe de son attrait touristique présent et à venir. A côté du site, les traces d'un baray sont toujours visibles.

Koh Ker

Encore plus loin, sur la même route de Beng Mealea, le site de Koh Ker est situé à 120 km de Siem Reap . Déminé depuis peu, il est maintenant ouvert aux visiteurs. Plusieurs prasats sont admirablement encerclés de racines d'arbres. Les statues ont malheureusement toutes été volées. Dans l'un des prasats, une énorme statue de Shiva est cours de restauration. A l'arrière du site, se trouve l'un des plus hauts monuments khmers : le Prasat Thom, un "temple-montagne" haut de 30 m. Du haut de la pyramide, une magnifique vue surplombe la forêt et les autres monuments.

Prasat Bakan

Prasat Bakan est situé à 160 km et à 5h de route et de piste de Siem Reap ! Il est également appelé Preah Khan de Kompong Svay, pour ne pas le confondre avec le Preah Khan qui se trouve à côté d'Angkor Thom. Ici, les douves asséchées forment un carré de 4,5 x 4,5 km, c'est-à-dire de dimension encore plus grande que celles d'Angkor Thom ! Construit au 11e siècle et terminé au 12e siècle par Jayavarman VII, Prasat Bakan aurait été l'une des capitales d'Angkor, lorsque les Chams occupaient le site principal d'Angkor (Angkor Vat, etc.). C'est ici, que Jayavarman VII aurait constitué une nouvelle armée destinée à reprendre Angkor. Il chassa les Chams, rétablit la dynastie khmer et fit d'Angkor la capitale khmer. Le site de Prasat Bakan est très en ruine et attend d'être restauré. A proximité, il reste un baray partiellement asséché. Le site est difficile d'accès, voire impossible en saison des pluies. Attention également aux mines, car les alentours n'ont pas encore été déminés ! Pour y aller, il serait bien de partir avec un guide et un 4x4.

Preah Vihear

Le site de Preah Vihear jouit d'un magnifique cadre, puisqu'il est placé sur un plateau dominant la plaine qui se trouve 500 m plus bas. Il est placé sur la frontière avec la Thaïlande et chacun des pays revendique le temple ! C'est pour cette raison, qu'il faut se renseigner sur la situation politique des 2 pays avant d'aller visiter ce temple car il peut être fermé dès que des tensions règnent entre les 2 pays. Le site est très bien conservé et vaut le détour. Son accès se fait par un long escalier entouré de balustrades de nâgas. On passe ensuite 4 gopuras, à chaque fois d'un niveau plus élevé. Puis on arrive au sanctuaire. En continuant et en sortant des enceintes, on arrive au bord de la falaise d'où la vue sur la plaine est magnifique (photo d'une maquette du site ). Pour venir ici, la route d'accès est bonne. Depuis Siem Reap, il faut compter 3h30 à 4h pour les 220 km de route. Il est possible de dormir à proximité, dans le village de Angkrong. L'accès au site est gratuit, mais pour faire les 5 derniers kilomètres, il faut emprunter un pick-up pour monter sur le plateau sur lequel se trouve le temple (19 EUR). Il serait possible d'y accéder à moto (4 EUR). L'unique entrée du temple est placée en Thaïlande, donc, ne soyez pas étonnés de rencontrer bon nombre de militaires et surtout, n'oubliez pas vos passeports ! Les militaires ou femmes de militaires vous solliciteront pour avoir par exemple des cigarettes. L'accès depuis la Thaïlande est plus simple, puisqu'une route thaïlandaise arrive par le haut du plateau jusqu'aux portes du temple. En Thaïlande, le temple est appelé Khao Phra Wihan.

La Sensitive
La sensitive est une plante très particulière que nous avons souvent pu observer en Asie comme ici, au Cambodge, mais aussi en Indonésie, au Népal, etc.. Sous le nom de Mimosa pudique ou Sensitive, c'est une plante qui réagit lorsqu'elle est touchée ! Ce n'est pas une plante carnivore mais son système de défense la fait bouger et on a l'impression qu'en une seconde, la plante s'est fanée ! Elle n'a pas encore livré tous ses secrets aux botanistes, mais cette réaction est certainement là pour dissuader les prédateurs brouteurs et pour se protéger des intempéries. On la trouve généralement dans les campagnes, en bordure d'un champ de riz par exemple. Pour tester le phénomène, il suffit de la toucher ! Le déclenchement est instantané puisque la plante ferme ses feuilles et baisse ses branches en 1 ou 2 secondes. Voici une petite image animée qui vous montre son apparence normale, puis son apparence après que nous l'ayons touchée .

Tonlé Sap

Le Tonlé Sap (ou Boeung Tonlé Sap) est un lac imposant du Cambodge. C'est la plus grande étendue d'eau douce de toute l'Asie du Sud-Est ! Il est relié au fleuve Mekong, mais pas directement alimenté par celui-ci. En saison sèche, le lac Tonlé Sap est alimenté par les rivières environnantes. L'eau s'écoule ensuite vers le Mékong. En saison des pluies, le surplus d'eau du Mekong se met à remonter dans le lac et provoque ainsi un courant inversé. Le lac grossit alors de 5 à 6 fois, pour atteindre 12 000 km² (environ 250 x 50 km). Son niveau d'eau monte de 8 à 11 m supplémentaires ! Il envahit alors les forêts et les plaines. Lorsque la saison des pluies cesse, l'eau du lac se vide à nouveau dans le Mekong.

Le Tonlé Sap est surnommé la petite Méditerranée ; il est le poumon du Cambodge et le poisson abonde avec environ 200 espèces ! De nombreuses espèces d'oiseaux migrent ici selon les saisons ; certains sont en voie de disparition, d'où l'importance de la réserve qui a été créée. Un patrimoine naturel exceptionnel du Cambodge, désigné comme réserve de biosphère par l'Unesco, mais où subsistent malheureusement des problèmes de braconnage...

Les habitants de la région se sont adaptés à cette nature en construisant leurs maisons soit sur pilotis, soit sur des embarcations flottantes.

Au bord du lac se trouvent de nombreux villages sur pilotis qui vivent de la pêche, mais également des cultures de riz et de lotus. A chaque saison sèche, les plaines se transforment en champs cultivés. En saison humide tout est inondé et seules émergent les maisons sur pilotis qui restent au sec ! Les pistes et sentiers sont surélevés à l'aide de digues.

Sur le lac, de véritables villages se sont créés, d'où le nom de "villages flottants", où commerces, écoles et temples ont su trouver leur place ! Les habitants de ces villages vivent, pour la plupart, de la pêche et de l'élevage de poissons ; d'autres se sont orientés vers l'élevage de crocodiles qui sont destinés à finir en sac à main ou en portefeuille. Le moyen de locomotion est bien entendu tout ce qui flotte ! Des colporteurs, à bord de leur barque, passent de maison en maison pour vendre leurs produits. Selon la saison, ces villages se déplacent pour se placer au meilleur endroit pour la pêche. Tout comme sur terre, les villages portent des noms, dont voici une petite liste : Chong Knheas, Kampong Phluk, Kampong Khleang, Moat Khla, Prek Kra, Kbal Taol et Prek Toal.

De Siem Reap vers le village flottant de Chong Knheas

Chong Knheas est le village flottant de plus proche de Siem Reap, situé à seulement 15 km de la ville. Il est donc le plus visité des villages flottants et tout est fait pour y emmener les touristes. Attention, cet afflux de curieux peut rompre le charme d'une telle visite et beaucoup de voyageurs semblent déçus des lieux.

En ce qui nous concerne, nous sommes partis en tuk-tuk (fourni par notre hébergement) en direction du lac Tonlé Sap. Quelques kilomètres après, l'influence du Tonlé Sap se fait déjà remarquer puisque nous roulons sur une route surélevée bordée de maisons sur pilotis.

Dans les plaines, nous voyons d'immenses étendues de champs cultivés, puisque nous sommes actuellement en saison sèche (mars). Nous nous arrêtons pour admirer, à perte de vue, les magnifiques champs de lotus en fleurs...

Après 12 km de tuk-tuk (depuis Siem Reap) nous arrivons au niveau d'un immense embarcadère prévu spécialement pour les touristes, toujours plus nombreux . Pour embarquer, nous devons tout d'abord payer une taxe de 2 USD/pers. (1,50 EUR). Notre chauffeur de tuk-tuk nous dégote un bateau pour nous seuls (11 EUR/pers. pour 1h30 de navigation). Nous sommes heureux de nous trouver seuls sur le bateau ce qui nous permet d'avancer à notre rythme et de prendre des photos comme nous le souhaitons ; nous sommes étonnés de constater qu'il n'y a pas autant de monde que nous le pensions. Seuls quelques autres bateaux sont pleins. Nous naviguons dans une sorte de canal sur environ 4 km pour atteindre le lac. En saison des pluies, ce canal disparaît sous les eaux. De nombreux habitants ont élu domicile sur les berges du lac, dans des cabanes précaires qui tiennent debout tant bien que mal. Nous sommes émus par cette pauvreté qui nous saute au visage...

20 min après, nous arrivons au lac et au village flottant de Chong Knheas . Nous naviguons doucement à travers ces maisons si particulières et observons la vie des habitants. Un peu plus tard, le bateau nous arrête dans ce qui est appelé une ferme à crocodiles, je dirais plus une sorte d'attrape touriste ! En effet, quelques crocodiles sont élevés là et des aquariums, qui contiennent des spécimens des poissons du lac, sont disposés sur des tables. Nous apprécions la terrasse en hauteur sur le toit de la maison qui nous permet d'avoir une vue d'ensemble sur le village. On nous propose des souvenirs, des boissons fraîches, etc., mais rien n'est obligatoire.

D'après nos lectures, certains bateaux emmènent les touristes visiter l'école et comme par hasard, un magasin de cahiers se trouve au même endroit avec des articles au tarif exorbitant ! D'autres bateaux proposent d'acheter du riz pour la population, également à des prix exagérés ! Nous comprenons alors que certains touristes puissent ne pas apprécier cette destination. Cela ne nous est pas arrivé. Seule une jeune fille est venue vers nous, dans une bassine flottante, pour nous montrer son serpent et nous réclamer un peu d'argent (lorsqu'un animal est utilisé, nous ne donnons rien) !

Yann, notre fils, est ravi de découvrir de vrais crocodiles, mais aussi les maisons flottantes, en nous précisant tout de même, qu'il ne souhaiterait pas vivre ici car les enfants n'ont pas beaucoup de jouets ! :o) Ici, la pauvreté est telle qu'elle nous fait pleinement prendre conscience de notre statut de « riches touristes » que nous sommes ! C'est un réel apprentissage de la vie auquel est confronté Yann...

Plus de photos du lac Tonlé Sap et du village flottant de Chong Knheas...

Sur le chemin du retour, notre tuk-tuk tombe en panne ! Mais pas de problème, un coup de fil donné par notre chauffeur et l'hôtel nous envoie un tuk-tuk de remplacement !


Le suite du voyage

Le lendemain, nous quittons à regret Siem Reap et le Cambodge par un vol Air Asia pour Kuala Lumpur en Malaisie où notre voyage continue (vol aller simple à 67 EUR TTC ; 2h de vol).

Lire la suite du voyage : Les îles du Nord-Est de la Malaisie péninsulaire


Informations complémentaires

Climat
Le Cambodge subit une mousson (saison des pluies) de mai à novembre. Les mois les plus secs sont décembre, janvier, février et mars. Avril est le mois le plus chaud. Les meilleurs mois pour voyager au Cambodge sont décembre, janvier et février, car à partir de mars le taux d'humidité devient important. Durant notre séjour au Cambodge en ce début du mois de mars, il n'a plu qu'une seule fois en soirée. Les journées étaient ensoleillées, avec toutefois beaucoup de nuages. Aux alentours de midi, il faisait très chaud et le taux d'humidité était élevé. Voyager en saison humide est également intéressant, car les douves et les bassins des temples d'Angkor sont bien remplis, ainsi que le lac Tonlé Sap. Les pluies sont généralement abondantes, mais courtes. Pour davantage de précisions sur le climat, vous pouvez consulter notre fiche climat du Cambodge.


Autres informations et Liens

Notre carte de la région d'Angkor :

Quelques liens de sites web francophones que nous avons appréciés. Merci aux auteurs :

Hébergements au Cambodge
Billet d'avion pour le Cambodge

Données clés du voyage

Voyage réalisé : du 4 au 13 mars 2012
Durée : 9 jours
Pays visité : Cambodge
Villes et villages visités : Siem Reap - Pradak - Chong Knheas
Sites visités : Angkor - Tonlé Sap
Hébergements : Hôtel
Moyens de transport : Tuk-tuk et Taxi
Nombre de personnes : 3 (Emmanuelle, Gilles et Yann (4 ans) )
Langue utilisée : Anglais
Taux de change moyen au moment du voyage : 1 EUR (Euro) = 5 240 KHR (Riel) = 1,32 USD (Dollar américain)
Budget
Coût de ce voyage de 9 jours pour 2 adultes + 1 enfants de 5 ans (hors vols) : environ 600 EUR se répartissant de la manière suivante :
  • hébergement de 9 nuits : 198 EUR ;
  • passe de 7 jour pour la visite d'Angkor : 90 EUR ;
  • repas : 150 EUR ;
  • le reste (déplacements, Tonlé Sap, spectacle, etc.) : 162 EUR.

Conclusion

Quel séjour marquant ! Quel accueil ! Une richesse, certes historique avec l'incontournable site d'Angkor, mais également une ouverture de cœur hors du commun ! Nous n'avons croisé que des gens souriants, qui, malgré des années de massacres et de misère, n'ont pas oublié la chaleur que peu procurer un sourire ! Car il ne faut pas oublier les années de dictature qui ont accablé le pays il n'y a pas si longtemps de cela ! Yann, notre petit bonhomme, a véritablement été chouchouté ici... et nous aussi ! Ces 9 jours seront inoubliables... et nous espérons pouvoir y retourner un jour...

J'espère que le résumé de notre aventure vous aura donné envie de découvrir cet endroit merveilleux ! Si vous souhaitez d'autres précisions pour préparer votre voyage, n'hésitez pas à poser vos questions dans notre forum !

Nous vous rappelons également les autres outils de notre site que nous mettons à votre disposition :
* Où et Quand partir - des fiches pays classées par climat et centres d'intérêts en fonction de votre budget et des heures de vols souhaitées
* Notre comparateur de billets d'avion qui vous permet de trouver les meilleurs tarifs ainsi que les meilleurs aéroports de départ et d'arrivée en fonction d'une destination
* Nos autres comparateurs pour vos séjours, hôtels et location de véhicules.

Merci de votre intérêt et bon vent !

Emmanuelle et Gilles

Toutes les photos d'Angkor, de Siem Reap et du Tonlé Sap...