Trouvez, comparez et organisez votre voyage avec PartirOu.com
Où partir ?
Quand partir ?
Billet d'avion
Séjours
Hébergements
Croisières
Voitures
Carnets de voyage
Photos
Carnet & guide de voyage
Carte Chili

Chili

Le Nord du Chili

J'ai préparé ce voyage de A à Z durant près de 5 mois, recherché des informations sur Internet et dans quelques guides, appris l'Espagnol en 3 mois, essayé d'imaginer toutes les éventualités et plus ou moins planifié notre circuit... pour finalement avoir pu effectuer ce voyage inoubliable sans aucun problème...
Comme à chaque fois, j'organise le voyage, le propose à mon entourage pour le réaliser à plusieurs (avec des amis) ou tout simplement en couple (avec mon épouse).
Nous avons donc finalement pu former un groupe de 5 personnes, dont 2 n'ont pu nous rejoindre qu'une semaine plus tard, en Bolivie...

Itinéraire

Ce récit se décompose en 3 parties :

LES NUITS LES VISITES
Chili 1ère partie (Extrême Nord du Chili)
1 nuit dans l'avion  
1 nuit dans un bus  
1 nuit à Iquique Iquique - Humberstone - Geoglifos de Pintados - Matilla - Pica
1 nuit à Mamiña Mamiña - Gigante de Atacama - Arica
1 nuit à Putre Putre - Parc National Lauca - Parinacota
1 nuit au Lac Chungara Parc National Lauca - Lac Chungara
Bolivie 2ème partie (Altiplano et Sud Lipez)
12 nuits (voir détail)
Chili 3ème partie (Nord et Centre du Chili)
1 nuit à San Pedro de Atacama San Pedro de Atacama - Valle de la Luna
1 nuit dans un bus Parc National Pan de Azúcar - Chañaral
1 nuit au Parc National Pan de Azúcar Parc National Pan de Azúcar - Île de Humboldt - Chañaral
1 nuit dans un bus  
1 nuit à Pisco del Elqui  Valle del Elqui
1 nuit à Pichasca Pichasca - Valle del Encanto
2 nuits à Tongoy Tongoy - plage - Parc National La Campana
1 nuit à Santiago du Chili Santiago du Chili
1 nuit dans l'avion  

L'aller

Résidants tous les 3 à Strasbourg (France), nous avons pris le train pour Paris, un premier trajet de 4h, suivi du métro Gare de l'Est/Orly, puis de deux vols, l'un de Paris (France) à Madrid (Espagne) d'une durée de 2h et l'autre de Madrid à Santiago du Chili d'une durée de 14h.

Billet d'avion pour le Chili

Après notre atterrissage au Chili, nous avons pris un bus pour rejoindre Santiago du Chili, la capitale, située à 30 km de l'aéroport. Ce dernier nous a déposé dans une gare routière où nous avons aussitôt acheté des billets pour un trajet en bus de 1800 km d'une durée de 26 heures dont la destination fut la ville d'Iquique au Nord du Chili. Ce type de transport n'est vraiment pas cher au Chili. Les bus sont relativement confortables et proposent des versions "semi-cama" (traduction : "semi-lit") ou "cama" (lit). Les repas sont inclus dans le prix du trajet. Nous avons donc pris le premier bus disponible, un "semi-cama" pour un coût d'environ 32 euros par personne. Les bus "cama" sont un peu plus chers, mais il y en a beaucoup moins (1 par jour) ; celui du jour était déjà parti.

Les bus
Les deux grandes compagnies de bus les plus courantes au Chili sont TurBus (www.turbus.cl) et Pullman (un peu plus cher). Ces bus sont très fréquentés par les chiliens. Nous étions d'ailleurs les seuls touristes !

Il y a également la possibilité de prendre l'avion pour Iquique : seulement 2 heures de vol, mais pour plus de 170 euros ! Pour des raisons financières, nous avons donc opté pour le bus !

2 heures plus tard, nous voilà partis pour 26 heures de bus (!) tout de même entrecoupées de 3 repas servis dans le bus en roulant (repas style avion 3ème classe !!!) et de 3 arrêts d'1/4 d'heure dans des gares routières où nous pouvions également nous restaurer (il faut dire que dans le bus, le repas était un peu léger !). Parfois même, le bus s'arrêtait pour récupérer un vendeur d' "encas" qui attendait au bord de la route, pour le re-déposer plus loin après sa vente dans le bus.


La côte Pacifique

Au fur et à mesure de l'avancée de notre "périple" en bus, les paysages devinrent de plus en plus arides...

Ce trajet fut un moment profitable pour faire la causette avec les chiliens (en espagnol bien sûr !). 26 heures en bus peuvent paraître très longues mais elles ont tout de même été très supportables du fait que les sièges sont inclinables (semi-cama) ; cela nous a permis de dormir quelques heures...

Plus de photos...


1ère PARTIE : LE CHILI
(EXTRÊME NORD DU CHILI)


Iquique

Nous voilà enfin à Iquique, station balnéaire chilienne sur la côte pacifique. Je précise toutefois que nous sommes en hiver, que l'eau est à 14°C (à ce qu'il paraît) et qu'il n'y a pas vraiment de soleil (il y a du vent et il fait froid (environ 10°C) ) ! Mais nous n'étions pas là pour nous baigner ! Nous avions deux objectifs : chercher un hôtel pour récupérer de la nuit précédente et nous renseigner sur les locations de voitures.

Sur la côte, les hôtels sont relativement chics et chers (minimum 60 euros la chambre hors-saison). On trouve au centre des hôtels meilleur marché, mais nous n'avions plus la force de chercher après nos 26h de bus, largués à Iquique, à marcher avec plus de 15 kg sur le dos... Nous nous sommes donc laissés tenter par un bel hôtel avec vue sur la mer...

Où dormir à Iquique

Iquique est une assez belle ville qui se situe entre la mer et une énorme dune de sable. Si vous aimez les pélicans, vous serez servis : il y en a partout ! On y trouve de tout : du Mc Donald au Casino en passant par les supermarchés, les cybercafés, les loueurs de voitures, les plages, le port, etc., on se croirait chez nous !

Plus de photos...


Le lendemain matin, après un bon petit déjeuner, nous avons récupéré la voiture de location que nous avions négociée le jour précédent (139 euros pour 2 jours). Nous avions effectivement prévu de louer un véhicule pour les deux premiers jours au Chili, afin de rejoindre Arica tout en visitant quelques sites et villages (présentés ci-après). Une façon de commencer nos vacances en douceur...


Humberstone

Nous prenons donc la route en direction d'Humberstone, village fantôme situé à environ 50 km d'Iquique. A peine sortis d'Iquique, nous gravissons la grande dune par sa seule route et nous nous retrouvons très vite à 1000 m d'altitude avec un ciel bleu et une température proche des 30°C. Humbertone est un village qui fut construit vers 1860 autour d'un gisement de nitrate et abandonné depuis 1960. L'accès au village est payant (le montant que vous voulez ! ). On y trouve des bâtiments, maisons, usines, une salle de théâtre, une église, des locomotives, un terrain de basket, ..., et pas un "chat". Cette ville vaut le coup d'œil...

Plus de photos...


Geoglifos de Pintados

50 km plus loin, dans le désert d'Atacama - l'un des plus arides au monde - Geoglifos de Pintados, un site regroupant plus de 400 figures couvrant les versants de plusieurs collines. Elles dateraient de 1200 après J-c. Surprenant !

Plus de photos...


Matilla et Pica

Nous continuons notre route à travers le désert sur la Panaméricaine, la seule grande route traversant tout le Chili du Nord au Sud. Nous empruntons ensuite une route secondaire (en moyen état) puis une piste pour rejoindre deux oasis, Matilla et Pica. Sur la route, nous rencontrerons du sable, des cailloux, aucune voiture, des croix chrétiennes plantées au bord de la route et une tornade. Ces deux petits villages, implantés à 1300 m d'altitude, sont entourés de nombreux vergers irrigués par des eaux thermales. Nous commençons par visiter Matilla et sa superbe église. Le temps était magnifique et nous avons profité de cet endroit pour boire du jus de fruit local (du jus de mangue) : un délice !


L'église de Matilla

Nous avons ensuite visité Pica en voiture. Si vous recherchez du repos dans un petit village avec la garantie de trouver un temps magnifique (il n'y pleut que très rarement), une température idéale et des piscines naturelles, c'est là qu'il faut aller ! Il paraît d'ailleurs que beaucoup de chiliens y passent leurs vacances d'été (janvier-février).

Plus de photos...


Mamiña

Nous quittons ces deux petits villages pour rejoindre, à une centaine de kilomètres plus loin, un autre petit village de la pré-cordillère des Andes, situé à une altitude de 2700 m et ayant également des sources thermales. C'est là que nous passerons la nuit. La raison de ce choix fut tout d'abord l'altitude ; il fallait en effet que nous commencions à nous habituer à l'altitude pour la suite de notre voyage. De plus, ce village était tout à fait charmant et l'eau thermale que l'on y trouvait était réputée dans tout le Chili pour ses vertus thérapeutiques (cette eau est même vendue en bouteille dans tout le Chili comme eau minérale !). En revanche, il y a fait plus froid !

Après une longue route à travers le désert et les canyons, nous arrivons au coucher du soleil. Dehors, il fait environ 12°C. A l'entrée du village, il faut nous présenter au poste de police (une pancarte le signale). Nous avons ensuite passé presque une heure à trouver dans la nuit un hébergement. Nous avons finalement trouvé un petit chalet, pas trop cher avec salle de bains alimentée par son eau thermale. Cette eau thermale soufrée alimente tout le village. Il suffit d'ouvrir le robinet pour comprendre !!!

Après cette 3ème nuit au Chili, nous nous sommes levés très tôt pour visiter le village et ses alentours en attendant 8 heures, l'heure à laquelle le petit déjeuner nous était servi.

Plus de photos...


Gigante de Atacama

Après le petit déjeuner, nous redescendons dans le désert d'Atacama à la recherche du "Gigante de Atacama".

Quelle aventure ! Aucun indice sur la route pour nous permettre de trouver "ce monsieur" et aucun des chiliens que nous avons croisés ne le connaissaient !!! Après avoir enfin trouvé la route qui devait nous y mener, celle-ci était en travaux à 1 km de là, de plus, avec une déviation à travers le désert : que de la piste... et dans un état... !!! Après 25 km, nous rebroussons chemin, abandonnant tout espoir de voir ce fameux "Gigante de Atacama"... Sur le chemin du retour, nous apercevons au loin, une figure sur une colline ; aidés du zoom de mon appareil à photos nous observons enfin ce "Géant" !

Nous en avons conclu que pour y accéder, il existe très certainement un panneau indicateur, mais placé sur la route en travaux et pas sur notre déviation !!! Nous avons donc décidé de laisser tomber et de poursuivre notre route...

Pour information, Gigante de Atacama, serait une gigantesque représentation humaine haute de près de 90 m.

Pour trouver Gigante de Atacama
En roulant sur la Panaméricaine vers le Nord, à Huara, prenez l'unique route secondaire à droite sur une distance d'environ 15 km. Mais après quelques kilomètres, vous verrez déjà au loin, sur votre gauche une colline isolée, c'est ici. Il faudra pour la rejoindre emprunter une piste sur 2 ou 3 km.

Arica

Nous prenons maintenant la route en direction d'Arica (250 km) (dernière grande ville au Nord du Chili). Sur la route, d'autres figures et de gigantesques et canyons inattendus. La route est longue mais très belle. Arica est implantée sur la côte pacifique et proche de la frontière Péruvienne. Comme cette ville se trouve à 0 m d'altitude, vous ne voulions pas nous y attarder afin de conserver le taux déjà élevé de globules rouges dans notre sang, générés par les quelques jours que nous avions déjà passés en "haute altitude"...

Nous avons donc aussitôt pris connaissance des horaires des bus qui pourraient nous emmener à notre prochaine étape, car c'est ici que devions "abandonner" notre voiture de location. Malheureusement, plus aucun bus ne partait ce jour-là, puisqu'un seul bus part par jour et ce, vers 7h du matin.

Nous avons donc décidé de nous débrouiller autrement, en commençant par discuter et négocier un trajet de 200 km en taxi. Mais comme nous n'arrivions à tomber d'accord sur le coût de la prestation (bien que les chauffeurs ne demandaient qu'environ 80 euros en tout...) nous avons préféré prendre la route avec le véhicule que nous avions loué pour le ramener à Arica le lendemain (un mauvais calcul mais nous le découvrirons malheureusement trop tard !)...

Où dormir à Arica

Putre

Nous voilà sur la route en direction de la Bolivie avec toujours notre véhicule de location qu'il nous faudra rendre à tout prix le lendemain puisqu'il n'est pas possible d'emmener un véhicule de location du Chili vers la Bolivie.

Au fur et à mesure que les kilomètres s'accumulent, le paysage se désertifie et nous avons l'occasion d'apercevoir sur le bord de la route une multitude de magnifiques "Cactus candélabres".


Cactus candélabre

Mon altimètre défile, nous dépassons notre record d'altitude et enfin nous apercevons les premiers monts enneigés ! Nous arrêtons notre route à Putre (3400 m) où nous passerons la nuit. Nous avons logé dans une chambre très sommaire, mais pas chère du tout (13 euros pour la chambre de 3 lits) : l'aventure démarre !

Où dormir à Putre

Putre

Plus de photos...


Parc National Lauca

Le lendemain matin, très tôt (6h), nous continuons notre route en direction du parc national de Lauca (un parc gratuit) où nous apercevons nos premiers lamas !

Il s'agit de l'un des plus beaux parcs nationaux du Chili et effectivement, aujourd'hui, il est incrusté dans notre mémoire à jamais. Difficile à décrire, regardez les photos et vous comprendrez !

Nous sommes à 4500 m d'altitude et commençons à ressentir une difficulté à respirer au moindre effort physique.

Nous continuons notre route jusqu'au lac Chungara, où nous nous arrêtrons : quel spectacle grandiose ! En arrière plan se dessine les monts enneigés de sommets culminants à environ 6000 m et tout autour nous pouvons observer vigognes, vichascas, degus (ou octodons), flamants roses, canards et autres types de volatiles...

Mais nous voilà maintenant à 200 km d'Arica avec toujours notre voiture de location que nous devons absolument rendre ce même jour...


Le lac Chungara

En face du lac, le refuge des gardiens du parc et nous sympathisons, justement, avec l'un d'entre eux. Nous arrivons à trouver une solution pour ramener la voiture de location à Arica et revenir ce même jour à Chungara : "sauvés" ! Mais en attendant ce "va et vient" entre les deux localités, nous décidons de profiter encore un peu de la voiture pour visiter les alentours...

Plus de photos...


Parinacota

Parinacota, très sympathique et typique petit village d'altitude chilien : magnifique ! Bernard en a profité pour se faire un petit plaisir en s'achetant une superbe veste en laine de lamas...

Plus de photos...


Il nous fallait maintenant penser à rendre notre véhicule de location. Nous avons finalement décidé qu'Emmanuelle et moi-même descendrions la voiture à Arica. Cela arrangea bien Emmanuelle car elle commençait à ressentir les premiers symptômes du mal de l'altitude. Bernard resterait donc au refuge du lac Chungara en compagnie du garde Efrain.

Nous avons proposé notre véhicule à d'autres touristes qui souhaitaient également rejoindre Arica, ce qui nous a permis de partager nos frais d'essence. Je ne rentre pas dans les détails du parcours mais en conclusion, nous avons pu à nouveau rejoindre le refuge du lac Chungara après 400 kilomètres, un dénivelé de 4500 m et 6 heures de trajet !!!

Tout ce temps imparti à Bernard lui a permis de se perfectionner en Espagnol en discutant avec Efrain ; ce dernier en a également profité pour acquérir quelques rudiments de la langue française...

De retour au refuge, nous avons "festoyé" et avons passé une excellente soirée en compagnie du garde : 4 personnes loin de toute civilisation à 4500 m d'altitude et -10°C à l'extérieur... : un autre monde... !

Après cette journée mouvementée, nous avons enfin gagné nos sacs de couchage pour rêver de "Zorro" et de "lard aux pois"... (n'est-ce pas Bernard !?!) Mais voilà que, 3-4 heures après être tombés dans les bras de "Morphée", nous avons été, tous les trois, réveillés par un affreux mal de tête... Impossible de se rendormir ! Au fur et à mesure que les minutes s'écoulaient, les maux empiraient, pour moi surtout (vomissements et tremblements) ! Quelle nuit horrible ! Nous étions au courant de ce type de symptômes occasionnés par le mal de l'altitude... En revanche, nous ne savions pas que ces troubles commenceraient à ne se faire ressentir que quelques heures après notre arrivée en haute altitude... !

En effet, au début, l'on ne souffre que du manque d'oxygène, surtout lorsque l'on fait quelques efforts physiques ; mais après plusieurs heures (environ 6), l'on souffre (certains heureusement y échappent !) également de maux de tête et plus rarement de vomissements, voir même de syncopes (dans ce cas, il faut vraiment s'inquiéter) ! Les maux disparaissent lorsque l'on s'active en journée et donc, chaque nuit ces maux réapparaissent en s'atténuant toutefois au fil des jours. Mais je vous rassure, nous ne regrettons absolument rien de cette aventure !!!


Le lendemain, après le petit déjeuner, nous nous sommes postés au bord de la route (vers 10h) pour prendre un bus qui ne passa... jamais ! (en tout cas pas ce matin-là !) Nous avons donc opté pour le "stop". A raison d'un camion par heure, l'attente fut longue ! Le quatrième poids lourd qui passait par là a consenti enfin à nous embarquer ! Il était 14h... Un petit conseil : si vous avez à patienter en plein soleil, surtout pensez à vous protéger... Les rayons sont beaucoup moins filtrés à cette altitude et on ne sent pas leurs méfaits car l'air est frais...

Nous voilà maintenant en route pour la Bolivie, en camion, avec un sympathique chauffeur bolivien. 10 km plus loin, nous arrivons à une première frontière, chilienne (car la frontière bolivienne se trouve 20 km plus loin). Nous y passerons presque 1 heure à attendre la validation des papiers et du chargement du poids lourd. Nous avons ensuite repris la route en direction de la deuxième frontière...


2ème PARTIE : LA BOLIVIE
(ALTIPLANO ET SUD LIPEZ)

La 2ème partie du voyage se passe en Bolivie (voir 2ème partie : La Bolivie) et finira par une 3ème partie à nouveau au Chili (voir ci-dessous).


3ème PARTIE : LE CHILI (suite)
(NORD ET CENTRE DU CHILI)

Nous voilà tous les 3 de retour au Chili accompagnés de Carole et Cyril (qui nous ont rejoint en Bolivie) dans un bus en direction de San Pedro de Atacama sur une route asphaltée (incroyable : une chose que nous n'avions plus vu depuis un certain temps en Bolivie). Nous avons ensuite été fouillés comme tout le monde à la douane chilienne située juste avant San Pedro de Atacama.

Passage de la douane chilienne
La nourriture emportée de Bolivie est interdite et confisquée.

Après la fouille et la validation de notre passeport par le tampon de la douane, nous reprenons le bus qui nous déposera quelques kilomètres plus loin, au centre du village.


San Pedro de Atacama

San Pedro de Atacama est un village relativement touristique et un point de passage obligé des routards. Nous retrouvons ici à nouveau un peu plus de confort. Nous sommes le 19 septembre 2001, le lendemain de la fête nationale du Chili (jour de l'indépendance en 1810), d'où la présence de nombreux drapeaux chiliens un peu partout. Dans les alentours du village, il y a de nombreuses chose à faire, beaucoup d'agences proposent des circuits.

Pour cette fin de journée, nous avons fait du shopping, une ballade dans les alentours, mangé des brochettes et passé la nuit dans un petit hôtel sympa.

Où dormir à San Pedro de Atacama
Mines !
Il faut éviter de sortir des sentiers, car l'on risque de marcher sur.... des mines !!! On rencontrera effectivement certains panneaux nous mettant en garde !

Plus de photos...


Valle de la Luna

Le lendemain, nous nous sommes décidés à faire l'un des circuits proposés par les nombreuses agences locales, circuit qui nous mènerait à la Vallée de la Mort et à la Vallée de la Lune (5 euros par personne). Malheureusement, la beauté du paysage fût un peu ternie par un ciel couvert. Mais nous avons tout de même pu assister au "légendaire" coucher du soleil vu du haut de la plus haute dune de la Vallée de la Lune. Spectacle amplement mérité après une montée éprouvante due non seulement à la difficulté de marcher dans le sable, mais surtout à la foule de touristes s'acheminant sur cette dune... !


La vallée de la Lune vue du haut de sa célèbre dune

Plus de photos...


Le soir, nous avons quitté San Pedro de Atacama en bus pour rejoindre Calama, la plus proche des grandes villes, à 1h30 de route (2 euros par personne). Nous souhaitions y prendre un bus de nuit qui nous amènerait à Chañaral pour la suite de notre voyage. Arrivés à Calama, nous avons cherché des places vacantes auprès des deux principales compagnies de bus du Chili Turbus et Pullman. Nous avons pu convenir d'un trajet avec deux bus et une escale à Antofagasta. Le premier était un bus "normal", le deuxième un "semi-cama" (14 euros par personne).

Il est déjà plus de minuit et une nuit difficile nous attend. A Antofagasta nous avons une escale de plus d'une heure... Emmanuelle et moi en profitons pour nous chercher, avec succès (!), de quoi manger (sandwichs, glaces, cafés) dans les ruelles noires et vides de cette ville ; il est 3h du matin...


Parc National Pan de Azúcar

Le lendemain matin, nous arrivons à Chañaral, tous bien fatigués. Nous avons donc commencé par nous restaurer. Puis nous avons pris un taxi (15 euros) qui nous a emmenés faire nos courses (alimentaires et postales !) pour enfin nous déposer à 30 km de là, au parc national de Pan de Azúcar.

Une fois arrivés au parc (1 euro par personne), nous installons nos tentes dans un camping (2 euros par personne) au bord du Pacifique. Ce parc offre quelques plages sauvages, des falaises, des collines désertiques remplies de cactus, des îles peuplées de pingouins, de phoques et de pélicans. De nombreuses randonnées sont possibles. Des pêcheurs peuvent vous emmener visiter (6 euros par personne), sans y débarquer, l'île de Pan de Azúcar qui abrite une grande colonie de pingouins de Humboldt, de lions de mer et de loutres (un régal - à faire absolument !).

La visite de cette île contrastait avec le reste du voyage... Il est vrai que cette côte aride et chaude contraste avec la mer froide...

Le soir, nous avons dîné autour d'un feu de camp. Le lendemain nous avons effectué une grande ballade au sommet d'une colline, le paysage fut très aride et rempli de cactus ; nous rencontrerons même un renard (zorro en espagnol) ce jour-là.

Plus de photos...


Le soir, nous reprenons la route pour rejoindre Chañaral à l'arrière d'un pick-up... chargé de mollusques fraîchement pêchés ! A Chañaral, nous avons pu prendre une bonne douche dans une station essence (c'était on ne peut plus nécessaire !!!). Après une petite visite de la ville, nous avons repris la route de nuit en bus, destination : La Serena (11 euros par personne).

A notre arrivée, le lendemain matin, nous avons décidé de louer un véhicule. Après avoir longuement cherché un loueur de voitures ouvert (nous étions tout de même dimanche matin !!!) Cyril et moi avons rejoint l'aéroport en taxi où, effectivement, nous avons eu la possibilité de louer une voiture.

Il était 9h et, le loueur n'ouvrant ses portes qu'à 10h, je décidais d'aller chercher, en bus, Carole, Emmanuelle et Bernard qui nous attendaient au centre ville. 10h30 : toujours personne à l'agence de location... Nous avons dû nous armer de beaucoup de patience et enfin, à 13h, nous prenions possession du pick-up (343 euros pour 5 jours) que nous souhaitions louer.... !!! Nous avons aussitôt pris la route en direction de la Vallée d'Elqui.


Valle del Elqui

La vallée d'Elqui est connue pour ses vignes qui produisent le Pisco, l'eau de vie chilienne et péruvienne. Grâce à un climat ensoleillé, cette vallée est un site également adéquat pour la culture de fruits exotiques. L'on trouve, de plus, dans cette région, un grand nombre d'observatoires astronomiques, mais la plupart sont réservés aux scientifiques.

Nous avons logé dans un très agréable, tranquille et confortable "cabaña", petit chalet aménagé avec beaucoup de goût par la patronne, une allemande. Ces cabañas se trouvaient au milieu d'un jardin fleuri à souhait où se mêlaient subtilement toutes sortes de parfums de fleurs et de fruits (lilas, jasmin, fruits exotiques, etc.) avec, en bruit de fond, les chants des perroquets et le murmure d'une cascade : un délice pour chacun de nos sens, bref, un avant goût du paradis !!! De plus, une piscine se trouvait au centre de ce jardin, mais malheureusement glaciale en cette saison (début du printemps).

En tout cas, je vous recommande vivement cet endroit : Cabañas El Tesoro del Elqui www.

Plus de photos...


Pichasca

Le lendemain, nous reprenions (avec un petit pincement au cœur !) la route en direction de Pichasca. Au niveau de Vicuña, nous avons emprunté une longue piste. La route était vraiment magnifique, mais un peu pénible, et ce malgré notre pick-up. Dans la soirée, nous sommes arrivés au village de San Pedro de Pichasca. Nous étions à cours d'argent (environ 4 euros) et comme nous savions que nous ne trouverions pas de distributeur à proximité, nous avons été contraints de nous restaurer et de nous héberger à "l'économique" ! Carole et Cyril nous ont trouvé un festin (pain, tomates, thon en boite et fruits) pour seulement 2 euros !

Le lendemain, après un tout petit déjeuner, nous partons à Pischasca, à 1 km de là. L'entrée était payante, mais sans argent comment faire ? Le sympathique garde nous a donc fait grâce des droits d'entrée !

Pichasca est déclaré monument naturel ; pas très grand et balisé, l'on y trouve des troncs d'arbres pétrifiés (fossilisés) ainsi qu'une caverne préhistorique sur les murs de laquelle se trouvent quelques peintures rupestres... que nous cherchons d'ailleurs toujours !!!


Tronc d'arbre pétrifié

Finalement, nous avons été relativement déçus de cette visite à Pichasca. Pour visiter ce parc, je pense qu'une heure est suffisante...

Plus de photos...


Valle del Encanto

Nous reprenons aussitôt la route vers la "Vallée enchantée" (Valle del Encanto). Cette vallée, déclarée "monument national", regroupe un grand nombre de "petroglifos" (dessins gravés dans la pierre), de "piedras tacitas" (mortiers, petits trous de la taille d'un bol à café creusés dans la roche et utilisés pour les aliments) et de "pictografias" (dessins peints sur la pierre). Tout cela daterait de plus de 2000 ans avant J-c. Il suffit de parcourir quelques dizaines de mètres à pied, pour effectivement découvrir un grand nombre de "petroglifos" et de "piedras tacitas" ; en revanche, les "pictografias" sont très difficiles à apercevoir.

Cette vallée est remplie de superbes cactus, de sentiers et peut être parcourue en voiture. Un garde vous accueille, vous fournit un plan et vous explique l'itinéraire idéal. Une à deux heures suffisent pour voir un grand nombre de ces vestiges.

Plus de photos...


Tongoy

Dans cette même journée, nous rejoignons la ville balnéaire de Tongoy et y louons un appartement plein pied au bord de la mer, pour la modique somme de 31 euros par jour. L'appartement est tout équipé et comprend 2 chambres, 2 salle de bains, une cuisine américaine et une terrasse avec vue sur la mer. Nous y resterons 2 jours...

Pas grand chose à faire à Tongoy si ce n'est "farniente" sur la plage et baignade ....dans une eau glaciale à cette époque de l'année ! Seul Bernard a eu le courage d'y plonger ! Le soleil nous a, de surcroît, fait faux bond.... mais à défaut de soleil, on trouve bien sûr toutes sortes de magasins dans lesquels on peu flâner et de nombreux restaurants dans lesquels on peut se restaurer !

Plus de photos...


Parc National La Campana

Deux jours plus tard, nous reprenons la route sous un soleil radieux pour le Parc National La Campana au centre du Chili. Ce parc, situé en montagne, rassemble une flore assez exceptionnelle avec toutes sortes de cactus et de palmiers que l'on peut admirer tout au long des kilomètres de sentiers qui composent ce parc. Nous y trouvons un paysage beaucoup plus verdoyant que ceux que nous avons vu jusqu'ici. Nous avons emprunté un sentier d'environ 13 km aller-retour pour rejoindre une magnifique cascade. Sur le chemin, nous avons rencontré, des vaches, des chevaux, des renards, de petits rongeurs et de nombreux oiseaux. On peut également y rencontrer une variété de mygale... mais nous n'avons pas eu cette "chance" !

Comme nous ne souhaitions pas camper dans ce parc, il nous fallait être au dehors avant 17h ; passé cette heure, le parc ferme ses portes jusqu'au lendemain matin...

Plus de photos...


Santiago du Chili

Nous reprenons donc la route en direction de la capitale, Santiago du Chili. Nous nous sommes installés dans un hôtel au centre ville et avons visité, de nuit, les quartiers aux alentours. Une ville assez infernale à nos yeux, avec des avenues à 2 x 5 voies, dont 3 voies sur les 5 sont réservées aux bus et aux taxis ; je ne vous explique donc pas le dilemme devant lequel l'on se retrouve lorsqu'il faut tourner à droite et donc traverser les 3 voies de bus !!! De plus, les bus font la course entre eux et roulent donc très vite. Il paraît que les chauffeurs sont payés à la comm. Nous avons donc préféré laisser la voiture au parking pour la visite du centre ville.

La visite de Santiago du Chili s'étant faite de nuit, je n'ai malheureusement pris aucune photo...

Où dormir à Santiago du Chili

Le retour

Le lendemain, Emmanuelle, Bernard et moi partons seuls avec le véhicule en direction de l'aéroport (30 km). Carole et Cyril resterons un jour de plus à Santiago du Chili avant de prendre à leur tour l'avion.

Après avoir rendu le véhicule, nous voilà à nouveau prêts à décoller pour un vol d'une durée de 14h jusqu'à Madrid (Espagne), puis de 2h jusqu'à Paris (France).

Billet d'avion pour le Chili

Arrivé à Paris, l'avion prend une heure de retard (pendant que l'aérogare est fouillé en raison d'une alerte à la bombe, notre avion reste sur la piste). Comme nous avions réservé le train pour Strasbourg, il nous restait très peu de temps pour rejoindre la gare de l'Est. Nous avons donc pris un taxi pour arriver à la gare... deux minutes avant le départ du train ! Après 4h de trajet, nous voilà de retour à Strasbourg et ceci marque la fin de notre superbe et inoubliable voyage.

Carole et Cyril rentreront chez eux de lendemain, comme prévu, en passant par le Brésil.


Informations supplémentaires

Budget
  • Dépenses sur place par personne hors vols : environ 750 euros ;
  • Coût du vol aller/retour Paris / Santiago du Chili : 638 euros.
Notre itinéraire
Hébergements au Chili

Données clés du voyage

Dates : du 1er au 29 septembre 2001
Durée : 28 jours
Pays visités : Chili - Bolivie (voir Bolivie)
Villes visitées au Chili : Iquique - Humberstone - Matilla - Pica - Mamiña - Arica - Putre - Parinacota - San Pedro de Atacama - Chañaral - Pisco del Elqui - Tongoy - Santiago du Chili
Sites et Parcs nationaux visités au Chili : Geoglifos de Pintados - Gigante de Atacama - Parc National Lauca - Lac Chungara - Valle de la Luna - Parc National Pan de Azúcar - Valle del Elqui - Pichasca - Valle del Encanto - Parc National La Campana
Hébergements au Chili : Hôtel - Chez l'habitant - Refuge - Camping
Transports au Chili : Bus - Voiture - Stop - Taxi
Nombre de personnes : 3 (Bernard, Emmanuelle, ma femme, et moi Gilles) la première semaine
+ 2 (Carole et Cyril) les 3 semaines suivantes
Langues utilisées : espagnol et un peu anglais

Conclusion

A l'heure d'aujourd'hui, il s'agit de notre plus beau voyage que je vous recommande vivement. Je rappelle que dans ce "périple andin", nous avons parcouru deux pays complètement différents : le Chili et la Bolivie.

La Bolivie est, à mes yeux, incontestablement le plus beau des deux pays, avec ses paysages grandioses et magnifiques, les tenues vestimentaires si particulières des boliviens, ses coutumes et ses villes. La vie y est nettement moins chère qu'au Chili, en dehors de la location de véhicules. Il nous reste encore à voir beaucoup de chose dans ce pays, entre autre, l'Est et l'Amazonie.

Le Chili offre, je pense, la possibilité d'un voyage plus confortable. Ce pays compte également de magnifiques paysages et je pense plus particulièrement au Parc National Lauca, dans la première partie de notre voyage. La tenue vestimentaire des chiliens est proche de celle des occidentaux. Dans la troisième partie, nous étions peut-être moins touchés par les paysages chiliens, et cela s'explique, je pense, par le fait que nos yeux avaient déjà été subjugués par les magnifiques paysages que nous avions vus en Bolivie...

Donc un conseil si vous décidez de faire les deux pays : commencez par le Chili...

Nous avons même déjà décidé de retourner au Chili pour faire cette fois-ci, le Sud et la Patagonie.

J'espère que vous pourrez tirer profit de ce résumé et vous remercie de l'intérêt que vous y avez apporté...

Gilles

Toutes les photos du Chili...