Trouvez, comparez et organisez votre voyage avec PartirOu.com
Où partir ?
Quand partir ?
Billet d'avion
Séjours
Hébergements
Croisières
Voitures
Carnets de voyage
Photos
Carnet & guide de voyage
Carte Croatie

Croatie

Zagreb et Krapina

L'objectif de notre voyage est de rejoindre la côte croate et ses magnifiques îles. Comme nous arrivons par la route depuis l'Est de la France, nous prévoyons d'effectuer deux stops : le premier pour visiter le site archéologique de Krapina et le second pour découvrir la ville de Zagreb.

Lieux visités

Nord de la Croatie (sur cette page) :
Ouest de la Croatie :
  • Poreč - Rovinj - Pula - Rt Kamenjak - Ile de Krk - Ile de Lošinj - Château de Nehaj - Parc National des Lacs de Plitvice - Ile de Pag - Zadar
Sud de la Croatie :
  • Parc National de Krka - Šibenik - Trogir - Salone - Split - Ile de Hvar - Delta de la Neretva - Ile de Korčula - Presqu'île de Pelješac - Ile de Mljet - Dubrovnik
  • Cliquer sur un nom pour connaître sa position sur la carte
  • Cliquer sur  +  ou  -  pour zoomer
  • Cliquer sur un repère pour obtenir la légende

Mode d'emploi :

Présentation

Véritable perle de l'Adriatique, la Croatie est un superbe pays où la nature et les sites architecturaux rivalisent de beauté ! Après quelques années mouvementées entre 1990 et 2000, le pays a retrouvé toute sa tranquillité.

En effet, pays issu de l'ex-Yougoslavie, la Croatie (ou Hrvatska en croate) souhaite se détacher de la Yougoslavie et déclare ainsi son indépendance le 8 octobre 1991 ; le gouvernement yougoslave refuse ce détachement et s'engage alors dans une terrible guerre (guerre des Balkans ou guerre de Yougoslavie). Bien que l'indépendance de la Croatie ait été reconnue internationalement en 1992, les combats continuent encore sur plusieurs années (environ 5 ans). Lors de l'indépendance du pays, c'est la ville de Zagreb qui est choisie pour devenir la capitale de la Croatie. Le 1er juillet 2013, la Croatie (ou Hrvatska en croate) entre dans l'UE (Union Européenne), mais conserve pour l'instant sa monnaie, à savoir le Kuna (HRK). Après la Slovénie, c'est le second pays de l'ex-Yougoslavie à entrer dans l'UE.

Union européenne, Visa et Monnaie
La Croatie fait partie de l'UE (Union Européenne) depuis le 1er juillet 2013 ce qui permet aux ressortissants européens de voyager avec facilité dans ce pays (pour les ressortissants français : aucun visa n'est nécessaire et une carte nationale d'identité en cours de validité suffit). Cependant, la Croatie ne fait pas partie de l'espace de Schengen (libre circulation des personnes) et conserve donc les contrôles douaniers à ses frontières. De plus, la Croatie conserve encore pour l'instant sa propre monnaie, à savoir le Kuna, abrégé par HRK, ou par KN. Comme dans la plupart des pays, il est toujours plus intéressant de payer avec la monnaie locale, plutôt qu'en Euro ou Dollar américain. Changer des Euros en Kunas peut aisément se faire à la frontière, à un aéroport, dans une banque du pays ou encore dans certaines boutiques. Informations actualisées en 2017 ; pour obtenir une information récente : Ministère des Affaires étrangères.

Touristiquement, la Croatie est surtout connue pour sa côte Adriatique et son archipel, puisque le pays compte pas moins de 700 îles ! Le nord de la Croatie semble encore peu fréquenté des touristes...

Pour ce voyage, nous étions munis d'une carte routière "Europe", d'un GPS Tomtom sur iPhone, du Guide du Routard et du Lonely Planet.

L'aller

Nous avons, pour la première fois, traversé la Croatie (ou Hrvatska en croate) en 2011. Nous y sommes retournés en 2013, après avoir passé 2 semaines en Slovénie, c'est pourquoi nous avons débuté la visite de la Croatie par le nord.





Comment rejoindre la Croatie

Avec son propre véhicule :
Pour rejoindre la Croatie avec son propre véhicule depuis la France, il faut parcourir environ 670 km de frontière à frontière. Plusieurs itinéraires sont possibles. Le trajet le plus court par la voie terrestre depuis Paris, passe par l'Italie (UE) et la Slovénie (UE), ce qui totalise 1 300 km de Paris à la frontière croate. Un autre itinéraire, qui totalise à peu près la même distance, passe par l'Allemagne (UE), l'Autriche (UE) et la Slovénie (UE). Autre alternative : via la Suisse. Ces itinéraires sont entièrement constitués d'autoroutes. Le choix de l'itinéraire dépendra de votre point de départ en France et de votre destination finale en Croatie.

Une autre option possible est de se rendre sur la côte adriatique italienne et de prendre un ferry jusqu'aux ports de Dubrovnik, Split ou Zadar. En Italie, les ferries partent d'Ancona, Pescara, Bari ou encore de Venise. L'avantage de ce choix est de pouvoir se reposer durant la traversée en ferry. Exemple de tarif : le trajet en ferry d'Ancona en Italie, jusqu'à Split en Croatie coûte environ 160 EUR pour un fourgon (van) + 2 personnes.

La Croatie fait partie de l'UE (Union Européenne) mais pas de l'espace Schengen (libre circulation des personnes) : elle conserve donc les contrôles douaniers aux frontières ! Le passage avec son propre véhicule ne pose généralement pas de problème. Il faut toutefois vérifier si l'assurance automobile du véhicule est valable en Croatie (présence du code HR (non barré) sur la carte verte) ; c'est en général le cas. Dans le cas contraire, il faut voir ce point avec son assureur pour souscrire une assurance complémentaire pour ce pays.

En avion :
Il est bien entendu possible de rejoindre la Croatie beaucoup plus rapidement en avion. De nombreuses liaisons existent avec la capitale Zagreb, mais également avec d'autres lieux touristiques comme Dubrovnik, Split, Zadar, Pula et Rijeka (aéroport sur l'île de Krk), ainsi que quelques vols pour Osijek (nord) et Bol (île de Brač).

Même si nous étions véhiculés, ce récit s'adresse à tout le monde. Que vous soyez en voiture, en camping-car, à moto, en transport en commun ou en voyage organisé, nous essayons, dans notre récit, de donner le maximum d'informations pratiques pour tous les types de voyageurs, le tout illustré de nombreuses photos, de cartes et de coordonnées GPS.

Plutôt que de tout rédiger sur un seul récit, nous l'avons éclaté en 3 parties : ce récit, intitulé "Zagreb et Krapina", un second récit sur "Le Sud de la Croatie" ainsi qu'un récit sur "L'Ouest de la Croatie".

En juillet 2013, nous entrons donc en Croatie par la frontière terrestre via la route E59 en provenance de la ville de Ptuj en Slovénie.

Frontière, Douanes et Visa

Les pays frontaliers de la Croatie sont la Slovénie (UE), la Hongrie (UE), la Serbie, la Bosnie-Herzégovine et le Monténégro. Les postes de frontière et de douane sont donc nombreux et existent avec tous ces pays frontaliers.

Le passage de la douane croate est en général rapide pour les citoyens de l'UE (nous avons mis moins d'une minute).

Pour un français, aucun visa n'est exigé et une carte nationale d'identité en cours de validité suffit. Informations actualisées en 2017 (pour obtenir une information récente : Ministère des Affaires étrangères).


Krapina

Après 14 km d'autoroute (A2-E59) depuis la frontière, nous arrivons au village de Krapina (implanté à 75 km de Zagreb) qui est situé dans la région du "Zagorje".

Musée de l'homme de Néandertal

On ne vient pas à Krapina par hasard ! Si l'on y vient c'est pour visiter l'incontournable Musée de l'Homme de Néandertal. C'est en effet à Krapina que de nombreux restes de néandertaliens ont été découverts !

La visite est vraiment intéressante et le musée est véritablement bien conçu (ticket famille à 13 Euros pour 2 adultes + 1 enfant ; 1,30 Euro/par audiophone ; fermé le dimanche). S'étalant sur près de 12 000 m², la visite du musée se calque sur une échelle de temps, très bien illustrée, depuis l'apparition de l'univers, la création de la Terre, puis la création de la vie sur terre... jusqu'à aujourd'hui. La visite se termine à l'extérieur par un court sentier à proximité d'anciens lieux de fouilles.

Notre fils Yann, qui a 6 ans, est fasciné par les reproductions grandeur nature et les grands schémas hauts en couleurs qui illustrent le musée.

Où dormir à Krapina

Camping-car : après avoir posé la question à l'entrée du musée, on nous indique qu'il est possible de passer la nuit sur le parking du musée .

Site web officiel : www

Malheureusement, il est interdit de faire des photos à l'intérieur du musée ! Nous n'avons donc que quelques photos de la petite partie extérieure du musée !

Plus de photos du musée de Krapina...


Zagreb

Nous rejoignons ensuite la ville de Zagreb via l'autoroute A2.

Autoroutes croates
Les autoroutes croates sont des routes à péages. Elles sont de très bonne qualité et sont équipées d'aires de service et de stations-services pour se ravitailler en essence ; la vitesse est limitée à 130 km/h.

Nous cherchons un camping ou un endroit pour bivouaquer. Le seul camping de Zagreb se trouve, à notre goût, trop loin de la ville. Nous réussissons finalement à nous garer à proximité du centre-ville sur un parking payant, moyennant seulement 2 Euros (1 Euro/heure en journée ; 2 Euros pour la nuit ; non gardé la nuit ; peu de bruit venant de la route, mais une voie ferrée très fréquentée et donc bruyante ; ; ; le centre historique de la ville se rejoint très facilement en 10 minutes de tramway, un arrêt étant situé à 200 m du parking).

Où dormir à Zagreb
En tant que capitale du pays, le choix des hébergements est très vaste à Zagreb.

Nous avons repéré un seul camping à Zagreb : le "Motel & Camping Plitvice" (placé à côté d'un Motel, sur une aire d'autoroute A3, à 14 km du centre de Zagreb ; arrêt de bus à proximité ; bus qui passe régulièrement pour rejoindre Zagreb ; ; ). Bivouaquer (camping sauvage) est (à priori) interdit.

Aussitôt après avoir stationné notre véhicule, nous rejoignons en tramway la Place Trg bana Jelačića, située au centre de Zagreb et tout à côté du centre historique (1,6 Euro/pers. et 8 mn de trajet en transport en commun).

Se déplacer dans Zagreb
Rien n'est plus facile que se déplacer dans le centre de Zagreb ! On y trouve des tramways modernes et des bus. Les tickets sont à acheter (par exemple) dans les kiosques (à journaux) "Tisak" que l'on trouve un peu partout. Bien entendu, on peut également prendre les taxis pour se déplacer (plus onéreux).

Capitale de la Croatie, Zagreb compte un peu moins d'un million d'habitants. Elle est parfois appelée "la petite Berlin de l'Est" et attire chaque année toujours davantage de touristes. Le centre historique du 12e siècle correspond à la vieille ville où l'on découvre de vieux bâtiments et des remparts. Il est fort agréable de s'y promener car il est principalement réservé aux piétons. Il est implanté principalement dans la partie "haute" de la ville ("Gornji grad" ou Upper Town) qui correspond aux petites collines des anciennes cités médiévales "Gradec" et "Kaptol". C'est dans la partie "basse" de la ville (appelée "Donji Grad") que se trouvent les grandes places, les parcs, les grands magasins, musées et autres monuments. Le quartier récent et moderne de Zagreb est quant à lui appelé "Novi Zagreb".

Parmi les lieux à ne pas manquer dans le centre historique, il y a la cathédrale, la Porte de pierre (Kamenita Vrata), la tour Kula Lotrščak (ou tour Lotrščak) ou encore l'église Saint-Marc. Il y a de nombreux musées à visiter dans la ville (le musée municipal, celui d'Archéologie et d'Ethnographie, le musée d'Art contemporain, etc.). Il faut se laisser aller à flâner dans les ruelles et impasses et déambuler au gré de ses envies. La rue Tkalčićeva est très animée en fin de journée et soirée, avec de nombreux bars et restaurants.

Construite au 13e siècle dans la partie haute de la ville, l'église Saint-Marc (Sveti Marco) offre aux visiteurs son magnifique toit aux couleurs bleu-blanc-rouge du pays (qui date de 1880) sur lequel se dessinent deux blasons : celui de droite (un château) représente les armoiries de la ville de Zagreb et celui de gauche représente l'union des royaumes de trois provinces : la Croatie, la Dalmatie et la Slavonie.

La Porte de pierre (Kamenita Vrata) était partie intégrante des fortifications construites à l'époque médiévale. Victime d'un incendie en 1731, seule une icône de la Vierge à l'Enfant, accrochée sur ses murs, est retrouvée intacte. Ainsi, en signe de gratitude, la Porte de pierre abrite aujourd'hui une petite chapelle qui permet aux personnes qui le souhaitent de s'y recueillir.

Tour fortifiée du 13e siècle, la tour Kula Lotrščak ("tour des cambrioleurs") est également située dans la partie "haute" de la ville. Pourvue d'une cloche, elle annonçait alors la fermeture des portes de la ville. Un canon, installé plus tard à son sommet, se manifeste par un coup chaque jour à midi. A côté de la tour, on peut se balader dans la rue piétonne Strossmartre dans laquelle se trouvent de nombreuses échoppes d'artisanats.

Inauguré en 1890, le funiculaire de Zagreb fait partie du patrimoine culturel de la ville. Il permet, en un peu plus d'une minute, de relier la partie basse à la partie haute de la ville, la sortie "haute" étant située à côté de la tour Kula Lotrščak.

Située dans la partie haute de la ville, la superbe cathédrale de l'Assomption de la Vierge Marie (ou Cathédrale Saint-Stéphane) domine majestueusement la ville de Zagreb. Sa construction débute en 1093 mais ne s'achève qu'en 1880 après que l'édifice ait subi de nombreux dégâts suite à des destructions, incendies et tremblement de terre.

Non loin de la cathédrale et repérable aux nombreux parasols rouges, les étals colorés du marché de Dolac regorgent de fruits, de légumes et autres spécialités locales qui invitent à découvrir la gastronomie croate !

Nous passons la fin d'après-midi à nous promener dans les rues de la ville ; nous regagnons ensuite, en tramway, notre camping-car, stationné sur un parking non loin du centre, pour y passer la nuit.

Plus de photos de Zagreb...

D'autres lieux peuvent être visités comme le parc Maksimir, le cimetière de Mirogoj etc..


La suite de notre voyage

Après cette halte de deux jours à Krapina puis à Zagreb, nous continuons notre route vers l'Est de la Croatie et plus précisément vers la région de la "Slavonie" avant d'entrer en Bosnie-Herzégovine .

Pour connaître la suite de notre aventure : Traversée de la Bosnie-Herzégovine


Informations complémentaires

Hébergements en Croatie

Le panneau "Sobe" signifie "Chambres" à louer.

Billet d'avion pour la Croatie
Avant de partir


Langue
La langue parlée en Croatie est le croate. Les croates parlent rarement le français. L'anglais est pratiqué dans les zones touristiques. L'allemand et l'italien sont parfois compris et parlés. Voici une petite liste de mots croates :
  • "dobar dan" ou "dan" = "bonjour" ;
  • "da" = "oui" ;
  • "ne", prononcé "né" = "non" ;
  • "hvala", prononcé "vala" = "merci" ;
  • "dobrodošli" = "bienvenue" ;
  • "špilja" ou "jama" = "grotte", "cave" ou "fosse" ;
  • "kamp" ou "autokamp" = "camping" ;
  • "tvrđava" = "forteresse" ;
  • "trg" = "place" ou "carré" ;
  • "most" = "pont" ;
  • "soba" et "sobe" = "chambre" et "chambres" ;
  • "grad" = "ville".
Climat dans l'intérieur de la Croatie
En été, à l'intérieur du pays et surtout dans le Nord (Zagreb), les précipitations sont plus importantes que sur les côtes et les îles. L'hiver est froid, même très froid. La meilleure période pour visiter la Croatie est donc l'été. Pour davantage de précision sur le climat, vous pouvez consulter notre fiche climat de la Croatie.
Autres pages

Données clés du voyage

Pays visité : Croatie
Région visitée : Intérieur
Villes visitées : Zagreb
Sites visités : Krapina
Les voyages : les 23 et 24 juillet 2013 (2 jours)
Hébergements : Bivouac
Moyen de transport : Camping-car
Nombre de personnes : 3 (Emmanuelle, Gilles et Yann (6 ans)
Langues utilisées : Anglais - Allemand
Taux de change moyen au moment du voyage en 2013 : 1 EUR (Euro) = 7,50 HRK (Kuna) = 1,32 USD (Dollar américain)

Conclusion

Nous avons très apprécié ce bref passage dans le nord de la Croatie...

Nous espérons que le résumé de notre voyage vous aura donné envie de découvrir ce très beau pays, si proche de la France !

Merci de votre intérêt et bon vent !

Emmanuelle et Gilles

Toutes les photos du Nord de la Croatie...