Trouvez, comparez et organisez votre voyage avec PartirOu.com
Où partir ?
Quand partir ?
Billet d'avion
Séjours
Hébergements
Croisières
Voitures
Carnets de voyage
Photos
Carnet & guide de voyage
Carte Grèce

Grèce

La Grèce continentale

La Grèce (ou République hellénique) est un pays que Gilles avait visité durant son adolescence et dont il conservait quelques clichés en souvenir. Le principal objectif de notre voyage étant de rejoindre la Turquie par la route, le passage en Grèce était une évidence puisque ce pays se trouvait être sur notre trajectoire. C'est donc sur le chemin du retour que nous décidons de nous y arrêter et d'en faire le tour.

Pour ce séjour, nous étions munis d'un navigateur GPS (Tomtom Grèce pour iPhone), d'un atlas routier Michelin de l'Europe, du guide du routard Grèce, ainsi que de l'application fournie par ASCI - EuroCampings.

Itinéraire

LES NUITS ET LES VISITES
2 étapes nuit
1 nuit à Delphes
1 nuit à Athènes
5 nuits à Isthmia (Canal de Corinthe - Loutraki - Lac Vouliagmeni - Cap Iréo)
2 nuits à Athènes (Cap Sounion - Temple de Poséidon)
1 nuit à Epidaure
2 nuits à Nauplie (Fort Palamède - Tirynthe - Mycènes)
Sur la route (Monastère Elona)
1 nuit à Mistra
2 nuits sur la plage de Mavrovouni
1 étape nuit dans le Magne (Vathia)
1 nuit à Olympie
1 étape nuit (Pont Charilaos Trikoupis)
2 nuits sur la plage d'Ammoudia
Sur la route (Dodone)
4 nuits à Kastraki (Les Météores)
Mode d'emploi de la carte
  • vous pouvez "glisser" la carte en déplaçant la souris avec le clic gauche maintenu
  • agrandir la carte en cliquant sur le [+] en-haut à gauche de la carte
  • cliquer sur une étoile jaune pour obtenir des détails sur le lieu
  • cliquer sur un trait bleu pour connaître la distance
  • afficher la carte sur Google Maps en cliquant ici

L'aller

Cela fait déjà 54 jours que nous sommes sur les routes et nous avons donc, comme prévu, rejoint la Turquie en camping-car depuis la France. C'est sur le chemin du retour que nous décidons de visiter la Grèce. Notre itinéraire jusqu'ici a été le suivant : Allemagne (2 jours) - Autriche (4 jours) - Hongrie (4 jours) - Roumanie (7 jours) - Bulgarie (1 jour) - Turquie (36 jours).







Comment rejoindre la Grèce
Avec son propre véhicule :
Pour rejoindre la Grèce avec son propre véhicule depuis la France, il faut parcourir environ 2 000 km de frontière à frontière. Plusieurs itinéraires sont possible. Le trajet le plus court, par la voix terrestre depuis Paris, passe par l'Allemagne (UE), l'Autriche (UE), la Slovénie (UE), la Croatie (UE), la Serbie et la Macédoine, ce qui totalise 2 350 km de Paris à la frontière grecque et 550 km de plus jusqu'à Athènes. Une autre variante consiste à longer la mer Adriatique en passant l'Italie (UE), la Slovénie (UE), la Croatie (UE), la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro et l'Albanie, un trajet à peine plus long que le précédent, mais avec des routes moins bonnes. En prenant l'un de ces itinéraires, il est préférable de prendre son temps, car les routes de certains pays traversés sont de qualité médiocre et la circulation dangereuse. Il ne faut pas espérer pouvoir rouler comme en France et compter au moins 3 jours pour le trajet.

Une autre option, et c'est certainement la plus prisée des voyageurs, est de se rendre sur la côte Adriatique italienne pour emprunter un ferry jusqu'à la Grèce (port d'Igoumenitsa). Dans ce cas, selon le port italien d'embarcation, le trajet sur la route peut alors être réduit à 1 300 km pour faire Paris-Igoumenista, soit 1 050 km de moins, mais cela oblige à effectuer 750 km en ferry. Selon le port d'embarcation italien, les distances seront différentes.

Voici quelques exemples de ports italiens d'embarcation, de trajet sur route et de trajet en ferry, toujours calculés depuis Paris : Ancona, 1 300 km (route), 750 km (ferry) ; Bari, 1 750 km, 370 km ; Brindisi, 1 850 km, 250 km. Les avantages à choisir cette option : fréquenter de bien meilleures routes (autoroutes et voies rapides en Italie), rester dans l'Union Européenne (UE) et la possibilité d'emprunter le ferry durant la nuit ce qui permet par la même occasion de se reposer (par exemple, le trajet en ferry Ancona-Igoumenitsa dure entre 15 et 18h). Concernant le coût du trajet total, il faut prendre en compte le carburant, les péages, les vignettes, le ferry, l'usure du véhicule et éventuellement le coût d'une assurance automobile supplémentaire si nécessaire (selon les pays traversés). Ajouter 450 km pour faire Igoumenista-Athènes.

La Grèce fait partie de l'UE (Union Européenne), le passage avec son propre véhicule ne pose donc aucun problème. Il faut toutefois contrôler son assurance automobile, afin de vérifier si celle-ci est valable en Grèce (en général, c'est le cas ; présence du code GR (non barré) sur la carte verte). Dans le cas contraire, il faut voir avec son assureur ou souscrire une assurance complémentaire pour ce pays. Attention, toutefois, si vous décidez d'atteindre la Grèce en hiver en passant par l'Allemagne : une règlementation stricte concernant les pneus neige y est appliquée ! Il est donc nécessaire de s'informer au préalable sur ce point avant son départ. Attention également à l'enneigement qu'il peut y avoir en hiver dans certaines régions traversées.

En avion :
Bien entendu, il est possible de rejoindre la Grèce beaucoup plus rapidement en avion.
Prix du carburant
En Grèce, le prix du carburant est plus élevé qu'en France, et il est également plus élevé que dans la plupart de ses pays frontaliers, exception faite en Turquie où le carburant est encore plus cher qu'en Grèce ! En octobre 2011, le prix du litre de gasoil oscillait entre 1,40 et 1,60 EUR. Si vous arrivez par la route, n'oubliez pas de faire le plein avant d'entrer en Grèce, sauf bien évidemment si vous arrivez de Turquie, comme c'était notre cas. Remarque : le paiement avec une carte de crédit française n'engendre (normalement) pas de frais bancaires.

Même si nous étions véhiculés, ce récit s'adresse à tout un chacun. Que vous soyez en voiture, en camping-car, à moto, en transport en commun ou en voyage organisé, la Grèce se parcourt aisément et nous essayons dans ce récit de donner le maximum d'informations pratiques, le tout illustré de nombreuses photos, de cartes et de coordonnées GPS.

Nous passons la frontière Turquie/Grèce située après Ipsala (ville turque) soit à 250 km d'Istanbul. Le passage de la douane turque, puis de la douane grecque se fait en 10 mn. Nous voilà en Grèce (région de Thrace grecque) et de retour dans l'UE (Union Européenne) ce qui nous permet de retrouver notre Euro si familier.

Union européenne, visa et monnaie
La Grèce fait partie de l'UE (Union Européenne) ce qui permet aux ressortissants européens de voyager avec facilité dans ce pays (exemple pour les ressortissants français : pas de visa nécessaire pour les séjours inférieurs à 3 mois et une carte nationale d'identité en cours de validité suffit). La Grèce fait également partie de l'espace de Schengen (libre circulation des personnes), ce qui facilite le passage à la frontière avec tous les pays qui sont dans ce cas. Certes, aucun pays frontalier terrestre de la Grèce ne fait partie de l'espace de Schengen, mais cette facilité est également valable si vous arrivez en bateau depuis l'Italie (UE). La Grèce a également adopté la monnaie Euro ce qui nous facilite la vie sur place ! Informations actualisées en 2013 ; pour obtenir une information récente : Ministère des Affaires étrangères

Aussitôt après la frontière, vous montons sur l'excellente autoroute A2 ; il y a très peu de circulation et elle est, de surcroît, gratuite (en tout cas pour l'instant, car des gares de péage sont en cours de construction !).

Comme notre passage en douane s'est effectué juste avant la tombée de la nuit, nous passons notre première nuitée dans un petit village, sur le parking de la première église chrétienne orthodoxe que nous voyons (village d'Arsakaio ; nuit très calme, un peu de bruit en début de nuit car la place est située à proximité d'un café ; ; ).

La religion orthodoxe grecque est la descendante des premières communautés chrétiennes, puisque la Grèce a été évangélisée par les Apôtres de Jésus durant le 1er siècle. Nous croiserons fréquemment, tout au long de notre séjour, les « Pops », ces prêtres chrétiens orthodoxes dont les grandes robes noires et les longues barbes blanches ou grises les caractérisent !

Chiffre de la journée : 340 km parcourus (270 km en Turquie + 70 km en Grèce)

Nous accélérons ensuite notre rythme, car Marie-France et René, les parents d'Emmanuelle, ont tout récemment planifié de venir nous voir en Grèce. Nous devrons donc être à Athènes dans 3 jours !







Comment se déplacer en Grèce

Transports en commun :
Utiliser les transports en commun est la solution idéale pour rencontrer les locaux et se mêler à la population. Prendre le bus est la solution la plus économique pour se déplacer en Grèce.

Voiture :
Louer une voiture ou venir avec son propre véhicule est certainement la solution idéale pour visiter la Grèce. Les routes sont bonnes et la conduite proche de celle en France. Le carburant devra toutefois être ajouté au budget (prix du litre plus cher qu'en France). Louer une voiture se fait sans problème. Pour plus d'information sur les routes, le code de la route, les péages, lire "Routes et autoroutes + Péages" et si vous désirez venir avec votre propre véhicule, lire "Comment rejoindre la Grèce".

Avion :
Et pourquoi pas prendre quelques vols intérieurs pour parcourir la Grèce et ses îles.

Bateau :
La Grèce se parcourt également en bateau car de nombreuses îles font partie de ce pays.

Les 2 jours suivants sont consacrés au trajet et nous roulons à travers une multitude de champs blancs ! Non, il n'a pas encore neigé et ce sont des flocons de coton que nous voyons de part et d'autre de la route ! En effet, dans cette région, les exploitations cotonnières sont nombreuses ce qui explique que la Grèce soit le cinquième exportateur mondial de coton ! Nous nous arrêtons pour voir de plus près ces plants de coton ce qui nous permet d'échanger quelques mots (en anglais et en allemand) avec les cueilleurs qui sont ravis d'avoir de la compagnie ! (pour information, "bonjour" se dit "kalimera").

Plus de photos des cultures de coton...

Nous continuons sur l'excellente autoroute A2 et traversons, sans nous arrêter, la région Macédoine grecque.

Routes et Autoroutes + Péages

Routes :
La qualité des routes nationales est relativement similaire à celle en France ; elles sont parfois excellentes et parfois moins bonnes. Tout comme en France, les routes nationales grecques sont limitées à 90 km/h (pour une voiture) et à 50 km/h en zone habitée.

Autoroutes :
En Grèce, il n'y a pas de vignette à acheter car les autoroutes sont généralement à péage. A notre passage (2011), de nombreuses autoroutes sont en construction, et certaines déjà praticables sont encore gratuites ! Par ailleurs, le pays traverse une crise économique ce qui ralentit la fin des travaux et certaines barrières de péages ont été levées en raison des grèves. Les péages peuvent être payés en espèces. Les autoroutes sont limitées à 120 km/h pour les voitures. Deux grandes autoroutes traversent le pays : l'A2 qui traverse la Grèce d'Ouest en Est, jusqu'à la frontière turque (650 km) et l'A1qui traverse la Grèce depuis la frontière de la Macédoine jusqu'à Athènes (550 km). D'autres autoroutes, plus courtes, parcourent le pays.

Après 380 km de trajet (autoroute A2, puis A1), nous passons la nuit sur un terrain de camping en bord de mer. Etant hors saison touristique, nous nous retrouvons seuls dans le camping "Poseidon Beach" (16 EUR la place pour 2 personnes ; douche chaude à 0,30 EUR ; en bord de mer avec plage de gravillons ; www ; ; ). D'autres campings se partagent la plage, comme le "Camping Arion" (tél. (0352) 41115) ou le "Camping Esperides".

Chiffre de la journée : 380 km parcourus


Delphes

Nous continuons notre route, toujours sur l'autoroute A1, et entrons dans la région de la Grèce centrale. Après 200 km, nous quittons l'autoroute pour prendre la direction de Delphes (ou Delphi).

Notre premier « vrai » stop est le site archéologique de Delphi (ou Delphes) implanté dans un superbe décor de montagne dans lequel se dressent de majestueux cyprès, ces sapins à la silhouette élancée qui font partie du paysage grecque.

Arrivés à proximité de Delphes, nous nous posons au camping "Delphi".

Où dormir à Delphes

A seulement 1 km du site archéologique, se trouve la petite ville du même nom. Quelques hôtels sont implantés dans la ville et aux alentours.

Les campings repérés :

  • "Camping Delphi", où nous avons logé (très bien placé, à 350 m d'altitude, avec une belle vue sur la vallée, la ville d'Itea et la mer ; à 6 km du site archéologique ; très propre ; piscine ; aire de jeux pour les enfants ; 20 EUR l'emplacement ; camping fermé à partir du 15/11 ; ; ; www) ;
  • "Camping Apollon" (également bien placé, à 500 m d'altitude ; à seulement 3 km du site archéologique ; ) ;

Chiffre de la journée : 270 km parcourus

Tôt le lendemain matin, nous quittons le camping pour aller visiter le site archéologique de Delphes, situé à environ 600 m d'altitude (entrée normalement payante, mais aujourd'hui l'entrée est gratuite en raison des grèves qui ont lieu en Grèce). Parmi les magnifiques monuments à voir, il y a le temple d'Apollon, un théâtre, ainsi qu'un stade antique situé au plus haut du site.

Plus de photos de Delphes...

La Grèce est le berceau d'une quantité innombrable de monuments archéologiques et de nombreux sites sont classés au Patrimoine Mondial de l'Unesco. Pour comprendre cette culture ancestrale, la lecture de l'Odysée et de l'Illiade d'Homère, peuvent être une bonne base ! La construction des sites repose sur ces histoires fantastiques dont les héroïnes étaient mi-dieu, mi-homme. Parmi les nombreux dieux représentés qui étaient adorés on peut citer Zeus, Athéna, Apollon, Hermès ou encore Dionysos.

Durant la visite de Delphes, nous rencontrons la très sympathique famille des « GlobeTrontin » qui est partie en camping-car de France pour un tour du monde de 2 ans ! Il y a un mois de cela, nous avions entendu parlé de leur aventure et c'est par hasard que nous apercevons leur camping-car garé sur le parking à l'entrée de Delphes. Nous les croisons dans le site et discutons longuement avec Séverine et Laurent qui nous relatent leur aventure. Yann est ravi de pouvoir partager ses jeux avec la petite Angèle qui a le même âge que lui et son grand frère Charles ! Pour en savoir plus sur leur tour du monde en camping-car : La famille Trontin autour du Monde pendant 2 ans. Nous les avons rencontré au début de leur tour du monde dont la fin est prévue en été 2013...

Après la visite, nous quittons Delphes et prenons la direction d'Athènes qui se trouve dans la région grecque de l'Attique.

Pour les jours suivants, nous passons une semaine avec Marie-France et René, les parents d'Emmanuelle, qui arrivent dès ce soir à l'aéroport d'Athènes. Ces derniers souhaitant privilégier l'hôtel et le repos, nous décidons alors de loger durant 6 nuits à l'hôtel avec eux. Pour des questions de lisibilité du récit, les 6 jours suivants ne seront donc pas ordonné dans l'ordre chronologique, mais plutôt dans un ordre pratique...


Cap Sounion

Temple de Poséidon

A 70 km au sud d'Athènes, se trouve le Cap Sounion. Sur le cap, dominant la mer, se dressent les beaux vestiges du temple de Poséidon. Entrée à 4 EUR/pers..

Plus de photos du Temple de Poséidon au Cap Sounion...

Nous remontons vers Athènes en longeant la côte Est qui est très belle.


Athènes

Athènes, capitale de la Grèce, regorge de musées et de sites archéologiques. Malheureusement, en cette période de crise et de trouble, certains sites publics de la ville sont bloqués, c'est pourquoi nous décidons de ne passer que 3 nuits à Athènes. Nous rencontrons effectivement, durant notre balade à travers la ville, quelques manifestants qui agitent leurs banderoles, ainsi que de nombreux cars de policiers, prêts à intervenir. Les poubelles sont pleines et débordent dans les rues : la tension qui paralyse le pays est tangible dans la capitale...

Le principal site archéologique, l'Acropole (ou Acropolis), ainsi que la plupart des musées de la ville sont malheureusement fermés en raison des grèves ! Nous nous contentons donc de voir l'Acropole depuis les alentours, et notamment depuis le quartier Pláka, un ancien quartier d'Athènes, très agréable à parcourir et riche en monuments anciens. Nous rejoignons à pied le Jardin national (gratuit) et le monument Zappéion.

Puis, juste à côté du Jardin national, nous faisons un stop sur la place Syntagma, située devant le Parlement d'Athènes, où nous observons, mi-intrigués, mi-amusés, la relève de la garde qui se déroule toute les heures. Le "ballet" que donnent les gardes avec leurs surprenantes chaussures à pompon rouge est étonnant et fascinant ! Les gestes qu'ils reproduisent sont réglés et minutés, et ce, même entre les relèves !

Où dormir à Athènes
En tant que capitale, Athènes regorge d'hôtels. Nous avons logé 1 nuit dans l'un d'entre eux :
  • "Parnis Palace Hotels Suites" (situé en banlieue et à 21 km du centre d'Athènes ; 70 EUR la chambre avec petit déjeuner buffet ; très propre ; hôtel prévu pour organiser des fêtes (mariage, etc.) ; ; www ; Voyages-sncf).

Nous avons également logé 2 nuits dans l'un des campings d'Athènes. Voici les 2 campings que nous avions repérés à Athènes :

  • "Camping Athens", où nous avons logé (situé à 7 km du centre d'Athènes, accessible en bus + métro ; ; www ; ) ;
  • "Nea Kifissia" (situé à 20 km du centre d'Athènes ; ; www ) ;
Comment se déplacer à Athènes
Transports en commun :
Comme dans de nombreuses capitales, on trouve le bus, le métro, mais aussi le tramway. Un trajet en métro coûte environ 1,40 EUR.

Taxi :
Il y a bien entendu le taxi (bien que cela ne nous semble pas être le meilleur choix pour visiter la ville).

Plus de photos d'Athènes...


Corinthe

Le nom de Corinthe est connu à plus d'un titre. Il y a tout d'abord la ville de Corinthe (ou Korinthos) qui se trouve dans la région du Péloponnèse (ou péninsule Péloponnèse). La péninsule Péloponnèse est reliée au reste de la Grèce par une bande de terre appelée Isthme de Corinthe.

Il y a ensuite le raisin de Corinthe, une variété de raisin produite initialement en Grèce mais qui est aujourd'hui également produite dans d'autres pays ! Ce raisin a la particularité de ne pas avoir de pépin et est idéal pour la production du raisin sec (sans pépin, c'est mieux !). Nous trouverons régulièrement sur les étals du raisin frais sans pépin en cette période de l'année (octobre)...

Et puis il y a le Canal de Corinthe...

Le Canal de Corinthe

En 1893, un canal de 6,3 km est creusé et traverse l'isthme de Corinthe, réduisant ainsi le trajet des bateaux qui évitent les 400 kilomètres nécessaires pour faire le tour de la péninsule Péloponnèse ! Le Canal de Corinthe relie ainsi le Golf de Corinthe (mer Ionienne) et le Golf de Saronique (mer Egée). Depuis, la péninsule Péloponnèse peu apparaître comme une île, ne faisant plus partie de la Grèce continentale pour certains ! Le Canal de Corinthe est vraiment très impressionnant du haut de ses 79 m et de ses 21 m de large ! Quatre routes traversent le canal, dont l'autoroute A8. Pour l'observer, il est préférable d'emprunter la nationale 8 et de s'arrêter sur l'un des parkings à proximité du canal. Le pont de la nationale 8 est prévu pour les piétons. De plus, il y a une passerelle disposée sous le pont principal. De cette passerelle, il est même proposé du saut à l'élastique. Deux autres ponts, bien particuliers sont à découvrir à chaque extrémité du canal. Il s'agit de ponts mobiles qui s'abaissent sous l'eau lorsqu'un bateau doit passer le canal.

Plus de photos du canal de Corinthe...

Loutraki

La ville de Corinthe n'attire pas vraiment les touristes, mais non loin de là, se trouve la ville, ou station balnéaire, de Loutraki, plus fournie en hébergements et en restaurants. La ville de Loutraki n'a cependant rien d'extraordinaire.

Où dormir aux alentours de Corinthe et Loutraki
Dans les environs de Corinthe, c'est à Loutraki que l'on trouve la majorité des hébergements. D'autres hébergements, plus isolés, se trouvent également dans les environs :
  • "Kalamaki Beach Hotel Isthmia", où nous avons logé (100 EUR la chambre, en demi-pension ; repas délicieux ; très propre ; bon accueil ; belle piscine et espace vert ; belle plage propre de graviers ; ; ; Voyages-sncf).

Nous avons repéré 1 camping :

  • "Camping Isthmia Beach" (propre ; au calme ; situé en bord de mer, avec une plage de graviers agréable et propre ; superette ; aire de service ; situé à côté de l'hôtel "Kalamaki Beach Hotel Isthmia" ; 23 EUR l'emplacement avec 2 adultes + électricité ; ; ).

Lac Vouliagmeni

Au nord de Loutraki, se trouve le lac Vouliagmeni, un lac saumâtre et alimenté par des sources chaudes souterraines. Un étroit chenal a été creusé entre le lac et la mer, rendant ainsi le lac légèrement salé. L'eau du lac aurait des effets curatifs pour des maux tels que l'eczéma.

Plus de photos du lac Vouliagmeni...

Cap Iréo

A 2 km à l'Ouest du lac Vouliagmeni, se trouve le Cap Iréo sur lequel se dresse un phare. Le cap donne sur le golf de Corinthe et se trouve en face du Canal de Corinthe. D'ailleurs, en regardant le canal, on se rend compte que l'on se trouve pile dans l'alignement du canal, autrement dit, on arrive à voir l'autre extrémité du canal dans le golf de Saronique (rien d'exceptionnel en soit, mais le hasard fait bien les choses !). Au même endroit, se trouvent quelques ruines archéologiques correspondant au temple d'Héra (ou Héraion) Liménia et au temple Akraia.

Plus de photos du Cap Iréo et de son site archéologique...

Après la région de Corinthe et après avoir redéposé les parents d'Emmanuelle à l'aéroport d'Athènes, nous nous lançons dans l'exploration du Péloponnèse.

Chiffre des 6 derniers jours (Delphes-Athènes-Corinthe-Cap Sounion-Athènes) : 600 km parcourus


Epidaure

Il pleut depuis ce matin ; nous décidons donc d'écourter notre journée de visite et de repousser celle d'Epidaure au lendemain.

Climat en Grèce
Le climat de la Grèce est sec d'avril à septembre. Durant les autres mois, il y pleut davantage, d'une quantité presque équivalente à celle en France. Le froid concerne les mois de décembre à mars, mais il est moins rigoureux qu'en France. La meilleure période pour visiter la Grèce est donc l'été ou autour de l'été pour éviter la foule. Pour davantage de précision sur le climat, vous pouvez consulter notre fiche climat de la Grèce.

Nous nous arrêtons pour la nuit dans un camping pour avoir un accès WiFi.

Où dormir aux alentours d'Epidaure
Les hébergements sont surtout concentrés du côté de Palaiá Epidavros, situé à 16 km du site archéologique d'Epidaure. Quelques hébergements se trouvent cependant à proximité du site.

Camping où nous avons logé :

  • "Camping Bekas" (situé en bord de mer, à Néa Epidavros, à 17 km du site archéologique ; plage de graviers ; 23 EUR l'emplacement ; WiFi ; ; ).

Chiffre de la journée : 130 km parcourus

Ce matin, il pleut par intermittence. Nous partons donc visiter le site archéologique d'Epidaure (ou Epidavros), célèbre pour son magnifique théâtre datant du 4e siècle av J-C, certainement le mieux conservé de Grèce ! Le reste du site est, quant à lui, très en ruine, mais il est bien complété par un musée (6 EUR pour toute la visite).

Plus de photos d'Epidaure...


Tirynthe

A 4 km au nord de Nauplie, se trouve Tirynthe, un site archéologique mycénien. Il ne reste pas grand chose des ruines, mais elles sont différentes de celles que nous avons pu observer jusqu'à présent et c'est également un avant goût du site de Mycènes dont nous avons planifié la visite pour le lendemain.

Quelques photos de Tirynthe...


Nauplie

Nauplie (ou Nafplio) est une petite ville dans laquelle nous nous posons pour 2 nuits (nuits passées sur les quais du port de Nauplie ; environ 10 camping-cars à ce moment-là ; ; ). La vieille ville, située en face du port, est très agréable : les ruelles sont piétonnes et les maisons typiques. De nombreuses boutiques et restaurants nous facilitent également le séjour. Du port, nous apercevons, au large, un petit îlot sur lequel se dresse la forteresse Bourdzi (ou Bourtzi) . Depuis le port, nous faisons une agréable promenade qui longe la mer en direction de l'Ouest, jusqu'au cap. Le chemin contourne ensuite le cap pour revenir jusqu'à la ville (une boucle de 2,5 km ; ). Sur ce parcours se trouve une petite plage à côté de laquelle ont été aménagées des douches et des toilettes ; Gilles en profite pour se lancer à l'eau ( ; également accessible en voiture ).

Fort Palamède

La ville est dominée par le fort Palamède (ou Palamidi), construit entre le 17e et le 18e siècle, dont l'accès se fait à pied, en montant un long escalier (qui débute au nord du village ; 20 mn de montée) ou en voiture (parcourir 3,5 km à partir du village pour atteindre le parking situé en-haut du fort ; ). L'entrée est à 4 EUR. La vue d'en haut est magnifique et la visite du fort vaut le coup.

Plus de photos de Nauplie et du Fort Palamède...

Où dormir aux alentours de Nauplie
De nombreux hébergements sont accessibles à Nauplie :

Chiffre de la journée : 50 km parcourus


Mycènes

A 23 km au nord de Nauplie se trouve le site archéologique de Mycènes ; celui-ci a donné son nom à la civilisation mycénienne qui a vécu aux environs de 1500 à 1100 av. J-C. De belles sculptures ornent quelques portes (poternes). Plusieurs tombes à coupole sont à découvrir. Un musée peut également être visité. Le billet d'entrée donnant accès au site et au musée est au prix de 8 EUR/pers..

Pour y accéder, on peut poser son véhicule sur 2 parkings : le premier parking donne sur la tombe à coupole d'Agamemnon également appelée Trésor d'Atrée. 400 m plus loin se trouve le second parking qui donne accès au reste du site, à savoir plusieurs tombes à coupole, des tombes à fosse, la citadelle, la porte des Lionnes, un souterrain qui mène à une citerne (lampe de poche indispensable, si l'accès y est ouvert, car il est parfois fermé), ainsi qu'au musée. Le site est très en ruine, mais on arrive bien à imaginer la cité grâce aux nombreuses pancartes explicatives. Une expérience à tester : pénétrer dans une tombe à coupole, se mettre au centre et faire du bruit...

Plus de photos de Mycènes...

Les mycéniens ont joué un rôle primordial dans le développement de la culture de la Grèce antique. Mais c'était également une civilisation de guerriers dont il semblerait que l'exploit le plus célèbre soit la guerre de Troie, conflit qui servit de cadre à l'Iliade. Le passé des grecs ne fut longtemps connu que par les légendes et les récits mythologiques. « L'Iliade est un célèbre récit grec attribué à Homère, composé de 24 poèmes qui racontent la guerre de Troie (située dans l'actuelle Turquie) - et qui met en scène les dieux et les héros grecs et troyens. Mais ce que raconte Homère a-t-il jamais existé ? Son poème est-il une invention littéraire ou faut-il chercher une trace de la réalité au début de l'Antiquité grecque ? La guerre de Troie a-t-elle réellement eu lieu ? L'Iliade et l'Odyssée sont des textes qu'on récitait à l'occasion des grandes fêtes, à Athènes, au VIe siècle av. J.-C. » source Vikidia.

Nous passons notre seconde nuit sur le port de Nauplie. Comme le jour précédent, nous dînons dans l'un des nombreux restaurants situés à proximité du port.

Chiffre de la journée : 50 km parcourus


De Nauplie, nous prenons la route côtière vers le sud jusqu'à la ville de Leonidio. Sur la route, nous repérons un emplacement propice au bivouac pour un camping-car, mais nous ne faisons qu'un stop petit déjeuner (à 31 km de Nauplie et à 4 km de Parálio Astros ; ; ). Cette côte est vraiment magnifique !


Elona

Peu avant Leonidio, la route quitte le bord de mer et s'enfonce, par une route sinueuse, dans un beau décor de montagnes et de canyons. Après environ 13 km, nous apercevons le monastère d'Elona, perché sur le haut de la montagne. La route grimpe fortement et atteint l'altitude du monastère, c'est-à-dire 500 m (attention à tourner ici pour atteindre le parking du monastère). Nous ne faisons qu'une toute petite visite. Très impressionnant de par sa situation, l'accès au monastère se fait par un chemin construit dans la falaise. Au monastère, nous sommes accueillis par un chaleureux moine qui nous fait une petite visite guidée des lieux. Nous sommes les seuls touristes !

Plus de photos du monastère Elona et des environs...

Nous continuons notre route en direction de Kosmás. La route grimpe toujours et devient encore plus sinueuse. Nous arrivons au village de Kosmás qui se trouve à 1 150 m d'altitude. La traversée du village est difficile avec un camping-car car les ruelles sont étroites et slaloment entre les maisons ! Il faut également faire attention aux balcons des habitations que l'on risque d'accrocher en passant. Par chance, nous avons devant nous un petit camion qui semble bien connaître le village d'après son allure... Nous le suivons donc de près... Ouf, il n'y a pas eu de véhicule venant en face et nous n'avons eu aucun accrochage ! Après Kosmás, la route grimpe encore un peu jusqu'à atteindre les 1 200 m d'altitude, avant d'entamer la descente. Le paysage est magnifique. En arrivant dans la plaine, nous bifurquons vers la droite en direction de Sparte (ou Spárti).


Mistra

Juste après la célèbre ville de Sparte, cité guerrière de la Grèce antique et non loin du site de Mistra (ou Mystrás), nous nous posons sur un camping pour la nuit.

Où dormir aux alentours de Mistra et Sparte
Quelques hébergements se trouvent aux alentours du site de Mistra, ainsi que dans la ville de Sparte.

Campings :

  • "Camping Paleologio", où nous avons logé (situé à 4 km du site archéologique et à 2 km de Sparte ; situé à l'arrière d'une station essence ; propre ; piscine ; ; ) ;
  • "Camping Castle View" (situé à 2 km du site archéologique et à 5 km de Sparte ; ).

Chiffre de la journée : 170 km parcourus

Le lendemain matin, nous partons visiter la citadelle de Mistra (ou Mystrás). Le parking principal se trouve à côté de l'entrée "basse" du site, à 350 m d'altitude. Un plus petit parking se trouve au niveau de l'entrée "haute" du site à 550 m d'altitude. Nous décidons de stationner sur le parking du haut. Le site se réparti sur un flan de montagne, allant de 350 à 600 m d'altitude. L'entrée est à 5 EUR/pers.. Au plus haut, se trouve une forteresse érigée en 1242, actuellement très en ruine mais qui offre une vue imprenable sur toute la vallée. Le plus intéressant reste la visite des autres ruines en contrebas, nettement plus intactes, car celles-ci furent habitées jusqu'en 1832. Les fresques religieuses murales dans les différentes églises byzantines sont spectaculaires ! Ce site archéologique doit absolument être visité ! Nous y avons passé 3 heures, en zappant quelques ruines.

Plus de photos de Mistra...


Après la visite, nous reprenons la route et nous dirigeons vers le sud pour nous poser en bord de mer. Nous trouvons notre bonheur sur la plage de Mavrovouni, non loin de Githio (ou Gytheio), où nous pouvons placer notre camping-car sur la plage ( ; ).

Chiffre de la journée : 60 km parcourus

Nous passons une nuit très calme aux côtés d'un fourgon aménagé qui nous a rejoint sur la plage (au volant, Gérard et Geneviève avec lesquels nous avons pris un sympathique apéritif !). L'endroit est très agréable et nous décidons de rester une nuit supplémentaire ; le ciel est d'un bleu limpide et il fait 30°C ! La plage de sable est propre, l'eau est à 25°C et il y a de surcroît des douches sur la plage... froides malheureusement !

Chiffre de la journée : 0 km parcouru


Le Magne

Nous continuons notre route vers la pointe la plus au Sud de la Grèce continentale et du Péloponnèse. Il s'agit de la péninsule appelée "Magne" (ou Máni). Pour cela, nous choisissons d'emprunter une route secondaire de la péninsule, en rejoignant tout d'abord la côte au niveau du village de Skoutári. A partir de là, nous longeons la côte Est de la péninsule, en passant par Kotronas , puis Kokala, jusqu'au village le plus au Sud : Kokkinogia. Cette route Est du Magne est magnifique et est relativement bonne. La région est aride et montagneuse. L'une des particularités de la région concerne les habitations : qu'il s'agisse d'une nouvelle habitation ou d'une habitation ancienne, le haut de la construction s'achève par des créneaux, tout comme les remparts d'un château !

La route s'arrête à Kokkinogia, les derniers 50 m de piste aboutissent sur un parking de terre et c'est ici que nous choisissons de nous arrêter pour la nuit ( ; ). De là, il y a 80 m à faire à pied pour rejoindre une petite crique et nous baigner. L'eau est bien chaude, donc nous en profitons même pour faire un peu de snorkeling (palmes, masque et tuba). Il n'y a cependant pas grand chose à voir, si ce ne sont quelques poissons et petites méduses.

Respecter la faune et la flore marine
Que ce soit pour une baignade ou pour tout autre sport aquatique, pensez à respecter la mer, sa faune et sa flore ! Voici quelques conseils : ne pas toucher les poissons, coraux ou plantes ; ne pas nourrir les poissons car il est important de ne pas changer leur comportement naturel ; ne pas marcher sur les coraux ou plantes sous-marines ; en nageant, ne pas heurter les coraux, même petits, avec les pieds ou les palmes et s'assurer qu'il y a suffisamment de fond lorsque l'on souhaite se mettre à la verticale ; éviter les crèmes solaires chimiques et privilégier un tee-shirt ou des crèmes solaires biologiques pour ne pas empoissonner ce merveilleux environnement si fragile (voir notre page "Crèmes solaires biologiques" pour en savoir davantage et notamment où en acheter) !

De là, il est également possible d'atteindre quelques petits sites archéologiques, comme une mosaïque romaine située à 300 m de marche de là, et les petites ruines "Sanctuaire et Oracle de la mort de Poséidon Tainarios" situées à seulement 80 m de marche depuis le parking.

Pour arriver à l'extrémité sud de la Grèce continentale, il reste à parcourir 2,1 km à pied depuis le parking. Il s'agit du cap Tenaro (ou Tainaron, ou encore Matapan) où se trouve un phare.

Chiffre de la journée : 70 km parcourus

Vathia

Le lendemain, nous rebroussons notre route en longeant cette fois la côte Ouest du Magne. Nous passons le village de Vathia, particulièrement représentatif des maisons du Magne. Puis le mignon village de Limeni implanté au bord de la mer.

La côte jusqu'à Kalamata est belle. Nous faisons un stop "déjeuner" à Kalamata, dans un petit restaurant typique (délicieux).

Plus de photos du Magne...

Il nous faut également nous occuper de notre bouteille de gaz qui a atteint son seuil critique et qui risque d'être vide dans quelques jours. Nous avions eu une information concernant la possibilité de faire remplir notre bouteille de gaz à Kalamata ; bien que nous soyons dimanche, nous jetons tout de même un œil au lieu qui nous a été indiqué.

Grande bouteille de gaz
Pour certains camping-car, voyager sous-entend avoir du gaz pour cuisiner, chauffer l'eau pour sa toilette et parfois avoir du chauffage. C'est une gestion toujours difficile lorsque l'on voyage à l'étranger. A notre arrivée en Grèce, notre bouteille de gaz était déjà bien entamée ! Les questions sont toujours les mêmes : comment faire dans ce pays ? doit-on acheter une bouteille ? faudra-t-il un adaptateur ? y-a-t-il une consigne et où rendre la bouteille ? puis-je remplir ma bouteille actuelle ?

Finalement, nous avions choisi de faire remplir notre bouteille, mais cela s'est avéré impossible pour nous ! En effet, ce n'est pas chose courante en Grèce, en raison des normes européennes et nous n'avons vraiment pas eu de chance. Avant notre départ, nous avions noté différents lieux en Grèce où le remplissage de notre bouteille de gaz semblait possible (informations données par des camping-caristes). Ces adresses sont les suivantes : A Kalamata, à gauche de l'usine de Gaz , mais par manque de chance, nous y étions un dimanche et nous avons donc trouvé porte close ! A Tripoli, Usine Hellas Gaz , www, mais trop loin de notre itinéraire. A Patras, Kolokithas Gaz, à côté de la station essence , vendrait des adaptateurs GPL (appelé autogaz en Grèce), mais encore une fois, manque de chance, nous y sommes un lundi, jour de fermeture ! Nous essayerons encore du côté des Météores, mais sans succès, car cela est interdit nous a-t-on dit ! Finalement, nous n'arriverons pas à faire remplir notre bouteille de gaz en Grèce et, en surveillant notre consommation de très près, nous tiendrons finalement toute la durée de notre séjour en Grèce et la ferons remplir avec succès en Albanie.

Olympie

Nous rejoignons ensuite la ville d'Olympie et nous posons dans un camping.

Où dormir à Olympie
La ville d'Olympie est bien fournie en hébergements.

Camping :

  • "Camping Diana", où nous avons logé (situé à 200 m du centre ville et à 1 km du site archéologique ; accueil très sympathique ; sanitaires plus ou moins propres ; WiFi de très bonne qualité à l'accueil ; au calme ; ; ).

Chiffre de la journée : 230 km parcourus

Le lendemain matin, nous rejoignons à pied le site archéologique d'Olympie (1 km). Nous prenons un billet nous permettant de visiter le site archéologique ainsi que le musée adjacent (6 EUR le site archéologique ; 6 EUR le musée ; 9 EUR le billet combiné). Olympie est le berceau des jeux olympiques. Les ruines permettent d'imaginer les temples, les thermes, le gymnase ainsi que l'immense stade dans lequel les athlètes se mesuraient. Le musée est fabuleux ! A ne pas rater !

La ville est largement fournie en restaurants, c'est donc dans l'un d'eux que nous déjeunons.

Plus de photos d'Olympie, du site archéologique et du musée...

Aussitôt après, nous reprenons la route, toujours vers le nord et stationnons pour la nuit sur une plage à 20 km à l'Est de Patra .

Chiffre de la journée : 90 km parcourus


Pont Charilaos Trikoupis

Aujourd'hui, nous passons la grande ville de Patra et tentons une nouvelle fois de faire remplir notre bouteille de gaz, mais sans succès (lire Grande bouteille de gaz) ! Aussitôt après Patras, nous empruntons le grand pont Charilaos Trikoupis (ou pont Rion-Antirion) reliant le Péloponnèse au reste de la Grèce continentale. Ce pont nous évite de reprendre le seul passage terrestre, à savoir l'Isthme de Corinthe. Ce spectaculaire pont de 3 km de long est ouvert depuis 2004 et relie la ville de Rion (ou Rio) (côté Péloponnèse) à la ville d'Antirion (ou Antirrio). La traversée est payante (13 EUR pour un camping-car).

Plus de photos du pont Charilaos Trikoupis...

Nous avons donc quitté le Péloponnèse et entrons à nouveau dans la région de la Grèce centrale. Nous continuons à longer la côte Ouest et faisons un petit détour "déjeuner" au petit port de Tourlida, au nord de Mesologgi. La route rectiligne qui accède à Tourlida est impressionnante car cernée par les eaux (des salines et des viviers). Le lieu est calme et propice à un bivouac, mais nous ne faisons que passer pour déjeuner dans l'un des restaurants .


Ammoudia

Nous reprenons la route et arrivons sur la nouvelle autoroute (non achevée) qui se termine rapidement après environ 15 km. Cette future autoroute rejoindra la ville de Préveza. Aujourd'hui, il faut encore emprunter la route sinueuse qui passe au sud du golf d'Amvrakikos. Avant d'arriver à Préveza, la route passe par un tunnel long de 2 km, qui a été construit sous la mer (détroit d'Amvrakikos ; 5 EUR pour un camping-car). Si vous voulez faire plus vite, en attendant la fin de la construction de l'autoroute, il est peut-être préférable de passer par l'Est du golf d'Amvrakikos, puis par la ville d'Arta !

Après avoir emprunté le tunnel de Préveza, nous entrons dans la région d'Epire. Nous poursuivons sur la route côtière jusqu'à Ammoudia. Tout au long de cette côte, nous remarquons de nombreux endroits propices et agréables pour un bivouac. Nous nous posons finalement sur la plage d'Ammoudia ( ; environ 6 camping-cars ; nuit calme).

Où dormir à Ammoudia
La ville d'Ammoudia est très fournie en hébergements.

Pour notre dîner dans le camping-car, nous avons cherché des plats préparés par le restaurant "Chez Thomas" : une pratique qui semble être courante ici !

Plus de photos de la plage d'Ammoudia...

Chiffre de la journée : 250 km parcourus

Le lendemain, nous restons sur place et profitons de la plage.

Chiffre de la journée : 0 km parcourus


Dodone

Dodone (ou Dodoni) est un site archéologique que nous rejoignons assez facilement en empruntant l'excellente autoroute A2. Ce site renferme un théâtre romain et de nombreuses fouilles sont encore en cours. Le site n'est pas très grand mais vaut tout de même de coup d'œil (2 EUR la visite ; ouvert de 8h30 à 15h00).

Plus de photos de Dodone...


Les Météores

De retour sur l'excellente autoroute A2, nous continuons notre route vers l'Est. L'autoroute traverse le massif montagneux du Pinpe et nous passons de nombreux tunnels. Nous entrons dans le région de la Thessalie. Puis nous devons quitter l'autoroute et emprunter la sinueuse nationale 6 sur environ 40 km, jusqu'à Kalampaka.

Kalampaka (ou Kalampáka) est une ville qui se trouve au Nord et au pied des Météores. Kalampaka est une bonne base pour visiter les Météores car elle est bien fournie en hôtels, restaurants, supermarchés (dont un Aldi) et stations essences.

Kastraki (ou Kastráki) est un petit village qui se trouve à l'Ouest des Météores. Là aussi, on y trouve quelques hébergements et restaurants. Nous nous posons sur un terrain de camping et comme il pleut, nous ne bougons pas de la journée ! La température est en baisse : la nuit il ne fait plus que 6°C et en journée entre 15 et 18°C.

Où dormir aux Météores
La région des Météores est très bien fournie en hébergements.

Camping :

  • "Camping Vrachos Kastraki", où nous avons logé (situé à Kastraki ; très bien ; très bons sanitaires ; WiFi à l'accueil ; piscine ; 18 EUR l'emplacement en basse saison ; machine à laver à 5 EUR ; www ; ; ).

Chiffre de la journée : 200 km parcourus

Les Météores, Patrimoine Mondial de l'Unesco, sont des formations rocheuses spectaculaires. Elles ont été un véritable refuge pour les moines iconophiles du Xe siècle qui ont construit leurs monastères aux sommets de ces « cailloux » qui semblent venus de nulle part ! Cette localisation extrême leur a permis de pouvoir s'isoler du monde extérieur mais également de mettre à l'abri de leurs ennemis, les nombreux ouvrages et fresques, fruits de leur retrait du monde ! Toute la région est naturellement propice à la randonnée et c'est d'un pied allègre que nous avons découvert, par les sentiers, ces magnifiques fondations monastiques ! Les monastères se visitent moyennant 2 EUR par monastère. Une carte interactive est fournie sur le site web du camping "Vrachos Kastraki" (voir ci-dessus).

Notre première randonnée se fait depuis notre camping à Kastraki. Nous marchons jusqu'au pied du monastère Saint-Nicolas (ou Agios Nikolaos Anapafsas), puis un peu plus loin sur la droite, le sentier grimpe... grimpe beaucoup, jusqu'au monastère de Varlaam que nous visitons. Puis, non loin de là, nous visitons le monastère Grand Météore (ou de la Transfiguration, ou encore Metamorphosis).

Puis nous entamons le chemin du retour par le même itinéraire. Une belle balade qui nous aura pris toute la journée !

Nous resterons 4 nuits à cet endroit, pour visiter ou revisiter tous les monastères (Saint-Nicolas, Varlaam, Grand Météore, Roussanou, Saint-Stéphane et Saint-Trinité), hormis le monastère Ypapanti ainsi que l'intérieur des monastères Saint-Nicolas et Saint-Stéphane).

Plus de photos des Météores...

Chiffre des 3 journées passées aux Météores : 0 km parcourus


La suite de notre voyage

Le lendemain, nous reprenons la route, ayant pour objectif de quitter la Grèce et de rejoindre l'Albanie. Pour cela, nous reprenons les mêmes routes que pour venir aux Météores, à savoir la nationale 6, puis l'autoroute A2 jusqu'à Igoumenitsa. Cette ville est surtout un grand port d'où partent, entre autres, les ferries vers Corfou (île grecque) ou vers la mer Adriatique pour rejoindre par exemple l'Italie. Retourner en France en empruntant un ferry pour l'Italie est la solution généralement choisie par les voyageurs véhiculés (lire Comment rejoindre la Grèce). Quant à nous, nous n'empruntons pas de ferry, mais continuons la route jusqu'à la frontière albanaise. D'Igoumenista, nous prenons la toute petite route en direction du Nord qui passe par le village de Sagiáda . Cette route, peu fréquentée, longe ensuite la mer sur environ 6 km, avant de pénétrer les terres. Encore 3 km et nous arrivons à la frontière albanaise , soit à environ 30 km d'Igoumenista.

Le passage de la douane grecque, puis de la douane albanaise se fait très rapidement, soit en 5 mn. Un seul véhicule se trouve devant nous. Aucun visa n'est nécessaire, un nouveau tampon sur nos passeports et aucune taxe à payer. Nous voilà à nouveau sortis de l'UE (Union Européenne). Aussitôt après la frontière, nous trouvons une bonne route toute neuve, bien meilleure que celle avant la frontière (étonnant !).

Pour connaitre la suite de notre aventure : Découverte de l'Albanie

Chiffre de la journée : 230 km parcourus (210 km en Grèce + 25 km en Albanie)


Informations complémentaires

Hébergements en Grèce
Billet d'avion pour la Grèce
Grandes surfaces
Pour faire des achats alimentaires les enseignes Carrefour, Lidl et AB sont largement répandues. Nous avons adopté l'enseigne « AB », car bien approvisionnée, et notamment en produits biologiques. Les produits alimentaires sont, en général, plus chers qu'en France. Le paiement avec une carte de crédit française n'engendre (normalement) pas de frais bancaires.
Liens

Données clés du voyage

Pays visité : La Grèce
Villes ou villages visités : Athènes - Loutraki - Nauplie - Vathia - Ammoudia
Sites visités : Delphes - Cap Sounion - Temple de Poséidon - Canal de Corinthe - Lac Vouliagmeni - Cap Iréo - Epidaure - Tirynthe - Fort Palamède - Mycènes - Monastère Elona - Mistra - Le Magne - Olympie - Pont Charilaos Trikoupis - Dodone - Les Météores
Le voyage : du 5 au 31 octobre 2011 (26 jours)
Hébergements : Camping - Bivouac - Hôtel
Moyen de transport : Camping-car
Nombre de personnes : 3 (Emmanuelle, Gilles et Yann (4 ans) durant 26 jours) + 2 (Marie-France et René durant 1 semaine)
Langues utilisées : Anglais et Allemand
Monnaie en cours : EUR (Euro)
Distance parcourue : 2 800 km

Conclusion - Pourquoi aller en Grèce ?

Le pays, compte tenu de son histoire, est très riche en sites archéologiques de toute beauté. Nous avons trouvé de très belles plages et criques aux eaux cristallines ! La région des Météores, si spectaculaire, est à ne pas manquer ! Les grèves actuelles du pays nous ont malheureusement empêché de visiter les sites d'Athènes, mais nous ont permis, en contre partie, de visiter gratuitement le site de Delphes ! ;o)

Notre camping-car a trouvé une infrastructure routière aussi bonne qu'en France ! La traversée de certains villages reculés était parfois difficile compte tenu des ruelles étroites et des balcons des maisons qu'il fallait éviter. Mais finalement, nous n'avons arraché qu'une partie de notre porte vélo !

Il a été facile de bivouaquer un peu n'importe où (même si le camping sauvage est officiellement interdit en Grèce), plages, ports ou parkings et nous nous sentions en sécurité. Quant aux campings, ils sont bons et aux normes européennes. Nous nous retrouvions assez souvent seuls, parfois en compagnie d'un autre camping-car ou fourgon, et une fois avec 10 autres camping-cars. Nous avons eu peu de contact avec les locaux en raison de la barrière de la langue, mais nous avons sympathisé avec quelques autres voyageurs, comme les GlobeTrontin rencontrés à 3 reprises ainsi qu'un couple de jeunes retraités, Geneviève et Gérard, en fourgon aménagé, que le hasard de notre route nous a permis de rencontrer 4 fois !

Le coût de la vie s'est avéré être relativement élevé et notamment le prix du litre de gasoil qui variait de 1,41 à 1,59 Euros. Le coût des achats effectués dans les grandes surfaces était également plus cher qu'en France.

Des éléments qui nous ont déçu : les innombrables tags sur les murs et panneaux routiers, que ce soit dans les villes, mais aussi à la campagne ainsi que les nombreux déchets disséminés un peu partout (au bord de la route, sur les sites touristiques ainsi que sur certaines plages).

J'espère que le résumé de notre voyage vous aura donné envie de découvrir ce pays de l'UE ! Si vous souhaitez d'autres précisions pour vos futurs voyages n'hésitez pas à poser vos questions dans notre forum !

Merci de votre intérêt et bon vent !

Gilles

Toutes les photos de la Grèce...