Trouvez, comparez et organisez votre voyage avec PartirOu.com
Où partir ?
Quand partir ?
Billet d'avion
Séjours
Hébergements
Croisières
Voitures
Carnets de voyage
Photos
Carnet & guide de voyage
Carte Italie

Italie

Le Nord de l'Italie


Carte de l'Italie

Lieux visités

L'aller

Nous avons parcouru le monde de long en large mais ne connaissions pas encore cette région de l'Italie que nous souhaitions découvrir depuis longtemps déjà ! Comme nous résidons dans l'Est de la France, nous avons rejoint l'Italie (par la route, et à bord de notre camping-car) en passant par la Suisse. Le trajet implique le passage du grand tunnel du Gothard, long de 16,9 km (si l'on ne souhaite pas passer le col du Gothard). En arrivant à proximité de la ville de Lugano, nous longeons le lac et quittons l'autoroute pour nous diriger vers le lac de Côme via une route secondaire qui longe le lac Lugano. Nous passons ensuite la frontière italienne située sur les rives du lac de Lugano. En effet, alors qu'une partie du lac se trouve en Suisse, l'autre se trouve en Italie. Avant de passer la frontière, nous faisons un dernier plein d'essence en Suisse car le carburant sera plus cher côté italien. D'ailleurs l'Italie fait partie des pays d'Europe dont le carburant est le plus cher (1,60 EUR/L de gasoil, contre 1,30 EUR/L en France en 2014) ! A savoir : le prix du carburant en Suisse est également assez élevé (1,40 EUR/L).





Comment rejoindre l'Italie
Avec son propre véhicule :
Il est facile de rejoindre l'Italie par la route. En venant du Sud ou de l'Ouest de la France, il ne sera pas nécessaire de traverser d'autres pays pour rejoindre l'Italie. En venant du Nord ou de l'Est de la France, il peut être intéressant de passer par la Suisse ou par l'Allemagne et l'Autriche, afin de réduire le coût des péages autoroutiers français.
Pour emprunter les autoroutes suisses, il faut acheter au préalable une vignette (environ 33 EUR pour une durée unique d'un an ; tarif 2014 - la vignette peut s'acquérir lors du passage en douane). Le passage du grand tunnel du Gothard, long de 16,9 km, est gratuit car inclus dans la vignette.
Utiliser les autoroutes autrichiennes nécessite également l'achat d'une vignette (8,30 EUR pour une durée de 10 jours ; tarif 2012). Le col du Brenner, situé à 1 372 m d'altitude, sépare l'Autriche de l'Italie. Il est parcouru par l'autoroute A13 qui est à péages et ce, malgré la vignette (8 EUR pour un camping-car ; tarif 2012).
Quant aux autoroutes allemandes, elles sont gratuites.

En avion :
Il est bien entendu possible de rejoindre l'Italie plus rapidement en avion.

Avec une location de voiture :
Pourquoi ne pas visiter ce pays avec un véhicule réservé depuis la France.

Même si nous étions véhiculés, ce récit s'adresse à tout le monde. Que vous soyez en voiture, en camping-car, à moto, en transport en commun ou en voyage organisé, nous essayons dans ce récit de donner le maximum d'informations pratiques pour tous les types de voyageurs, le tout illustré de nombreuses photos, de cartes et de coordonnées GPS.


Lac de Côme

Situé dans la région des grands lacs italiens, le lac de Côme (ou Como en italien) fait environ 50 km de long et jusqu'à 4 km de large. Niché au fond d'une vallée et entouré de montagnes, nous découvrons le lac qui, embrasé par le soleil, nous apparaît resplendissant ! Sa forme toute en longueur, constituée de 3 bras, ressemble à un "Y" à l'envers. C'est justement au croisement des 3 bras que nous nous arrêtons pour visiter les beaux villages de Menaggio, Varenna et Bellagio. Une route, parfois étroite et qui passe de village en village, permet d'en faire le tour sur une distance d'environ 160 km. En dehors des 3 villages déjà cités, en voici d'autres qui semblent également avoir de l'attrait : Bellano, Tremezzo pour la Villa Carlotta, Occussio pour la Villa del Balbianello, Como, Lecco ou encore Mandello del Lario (etc.). De nombreux ferries permettent aux véhicules et piétons de passer d'une rive à l'autre. De nombreux autres bateaux transportent exclusivement des personnes. Il s'agit d'une flotte de bateaux et ferries circulant toute la journée d'une ville à l'autre avec une fréquence de passage d'environ 1/2 à 1 heure. Certains des bateaux pour passagers sont de type "hydroptère" (ou hydrofoil).

Hydroptère
Un hydroptère (ou hydrofoil en anglais) est un type de bateau dont la coque se soulève avec la vitesse, grâce à la portance d'un ensemble de skis placés sur les côtés du bateau. Que le bateau soit à voile ou à moteur, cette technique permet d'augmenter sa vitesse. Les hydroptères à moteur circulent sur les lacs et sur la mer et sont assez fréquents en Italie pour le transport de passagers.

Menaggio

Nous entamons la visite du Lac de Côme en arrivant directement à la ville de Menaggio. Comme la journée est déjà très avancée, nous nous posons sur un terrain de camping situé 8 km avant la ville. Le lendemain matin nous rejoignons Menaggio placé sur la rive Ouest du lac de Côme, et nous nous posons dans un autre camping.

Où dormir autour du Lac de Côme
Les villages aux abords du lac de Côme disposent de nombreux hébergements et le choix est vaste.

Campings repérés :

  • "Camping Ranocchio", où nous avons logé 1 nuit (2 étoiles ; situé entre le lac de Lugano et le lac de Côme (8 km) ; situé aux abords du petit lac de Piano (Lago di Piano en italien) ; sanitaires très propres ; accueil chaleureux ; 12 EUR la place avec électricité ; aire de jeux pour les enfants ; 6,50 EUR/adulte ; au calme ; beau carillon émit par l'église du village ; piscine en été en supplément pour 0,50 EUR/pers. ; ; ) ;
  • "Camping Costa Azzurra" (situé à côté du camping "Ranocchio" et également aux abords du petit lac de Piano (Lago di Piano en italien) ; ; ) ;
  • "Camping Europa", où nous avons logé 1 nuit (situé à Menaggio ; sommaire ; sanitaires pas très propres ; camping plutôt occupé par des caravanes et mobile homes à l'année, ne dispose pas de ce fait, beaucoup de places pour les visiteurs à la journée ; accès difficile pour les grands camping-cars ; situé au bord du lac de Côme ; 20 EUR/nuit électricité comprise ; ; ).

Après une courte visite de Menaggio, nous nous rendons au port pour prendre un bateau et accéder aux autres rives et autres localités implantées au bord du lac. Plusieurs possibilités s'offrent à nous : nous pouvons soit prendre un bateau touristique, soit un bateau privé, soit louer un petit bateau (65 EUR/h ; 210 EUR/4h) ou encore prendre le bateau public (parfois de type ferry). Nous optons pour cette dernière option car elle est bien moins chère que les autres. Nous prenons le forfait "journée" qui nous permet d'aller où nous voulons durant toute la journée via les bateaux publics ou ferries pour 15 EUR/adulte.

Varenna

Nous prenons un premier bateau pour rejoindre le beau village de Varenna. Nous profitons du lieu très agréable pour déjeuner dans l'un des nombreux restaurants. A droite du village se trouvent les magnifiques Villa Cipressi et Villa Monastero. Au centre du village se dresse l'église San Giorgio datant du 8e siècle.

Bellagio

Le village de Bellagio est bien plus fréquenté touristiquement et semble disposer d'une infrastructure hôtelière haut de gamme. L'intérieur du village n'a rien de particulier et est bondé de touristes et de boutiques. C'est surtout le front de mer qui est très beau. Idéalement, il faudrait parcourir à pied (ou en train touristique) les alentours (les hameaux) de Bellagio où plusieurs monuments sont à visiter, notamment la Villa Melzi et son jardin botanique.

De retour à Menaggio, nous regagnons le camping pour passer la nuit dans notre camping-car.

Plus de photos du lac de Côme...


Bergame

Nous quittons le lac de Côme en direction de Venise et effectuons un petit stop à la ville de Bergame (ou Bergamo en italien). La vieille ville "Città Alta" surplombe la nouvelle ville "Città Bassa". D'en bas, nous avons une belle vue sur la vieille ville. Nous trouvons difficilement à nous garer et poursuivons alors sur la route qui grimpe jusqu'à la vieille ville où se trouvent de nombreux parkings payants. Quelque soit l'endroit où l'on stationne, on peu facilement accéder à un funiculaire qui relie la nouvelle ville à la vieille ville. Nous nous promenons une bonne heure et profitons du lieu pour déjeuner. Parmi les monuments à visiter, il y a la basilique Santa Maria Maggiore, la chapelle Colleoni, le baptistère et bien d'autres monuments...

Plus de photos de Bergame...


Lac de Garde

Nous reprenons la route jusqu'au lac de Garde. Ce grand lac fait 50 km de long et jusqu'à 15 km de large. Sa partie Nord est entourée de belles montagnes, alors que sa partie Sud est dépourvue de relief environnant. Il faut faire environ 150 km de route pour en faire le tour ; de nombreux attraits touristiques jalonnent la route mais nous nous contentons de faire un stop à Sirmione.

Sirmione

Nous nous arrêtons pour visiter la vieille ville de Sirmione, placée sur la péninsule de Sirmione. Des parkings nous permettent de nous stationner au plus près, mais les tarifs sont élevés (voiture à 4,40 EUR pour 2h ; camping-car à 6,60 EUR pour 2h ; les camping-cars peuvent y passer la nuit). L'entrée de la vieille ville est marquée par la forteresse des Scaliger (ou Scaligera) entourée de douves. La vieille ville est très touristique. Ne pas manquer l'intérieur de la chapelle Ave Maria qui est splendide ! Des hôtels haut de gamme occupent les plus beaux monuments et il y a même un centre thermal ! Au bout de la péninsule se trouvent les vestiges d'une grande villa romaine connue sous le nom de "Grotte de Catulle" (ou "Grotto di Catullo" ; 4 EUR/pers. ; incluant un musée où sont exposés des objets de l'ère préhistorique ainsi que des périodes romaines et lombardes).

Plus de photos du lac de Garde...

Pour la nuit, nous nous posons sur une aire de services située au bord du lac de Garde.

Où dormir autour du Lac de Garde
Etant le lac le plus touristiquement fréquenté d'Italie, les hébergements sont largement répandus dans la région. D'ailleurs, la ville de Sirmione ressemble beaucoup à une station balnéaire de bord de mer. Les hôtels et campings ne manquent pas tout autour du lac.

Camping-car :

  • bivouac possible sur le parking situé sur la péninsule de Sirmione (21 EUR pour 24h ; sans service ; ; ) ;
     
  • bivouac possible sur l'aire de services située à 3 km de la péninsule de Sirmione (20 EUR/place services inclus ; dispose de toilettes payantes à 0,30 EUR et d'une douche extérieure froide ; au calme, au bord du lac de Garde ; possibilité d'y faire juste les services pour 5 EUR, ou possibilité d'y stationner quelques heures, pour 12 EUR les 4 h par exemple ; électricité en supplément, mais peu de bornes de branchement ; ; ).

Venise

En arrivant à Venise, nous devons tout d'abord penser à poser notre camping-car. Nous choisissons un camping après en avoir visité deux.

Où dormir à Venise
Venise ne manque d'hébergements mais ils sont assez onéreux. Durant l'été et en raison de la haute saison, il est impossible de trouver un hébergement sans avoir réservé au préalable. Pour un hébergement meilleur marché, il faut loger dans les alentours, comme à Mestre, d'où il sera très facile de rejoindre Venise en transport en commun.

Campings repérés :

  • "Camping Serenissima", où nous avons logé 1 nuit (11 EUR/tente ; 13 EUR/tente+voiture ; 14 EUR/caravane ou camping-car ; 7,50 EUR/adulte ; très propre ; au calme ; WiFi à proximité de l'accueil ; aire de jeux pour les enfants ; restaurant ; aire de services pour les camping-cars ; entre 20 et 30 min de bus pour rejoindre Venise (2,60 EUR/pers. l'aller simple - tickets que nous avons achetés à la réception du camping) ; ; ; www) ;
  • "Camping Fusina" (3 étoiles ; 9 EUR/tente ; 5 EUR/voiture ; 14 EUR/camping-car ; 10,50 EUR/adulte ; aire de jeux pour les enfants ; machine à laver et sèche linge à 4 EUR ; possibilité de prendre un vaporetto (bateau) pour rejoindre Venise ; ; ).

Camping-car :

  • bivouac possible sur un parking de Venise (à proximité des vaporettos (bateaux) et d'une gare de train ; à seulement 1,3 km du début du centre historique de Venise ; ).

Venise est l'un des sites attendus de notre voyage ! Située dans une lagune, la ville de Venise (ou Venezia en italien) se trouve sur une île, reliée au continent par une longue digue de 4 km où circulent voitures, bus et trains. Autour de l'île principale de Venise, d'autres îles sont intéressantes à découvrir comme Murano, Burano, Giudecca ou encore Lido.

Comme nous prévoyons de consacrer 2 journées entières à la visite de Venise, nous commençons par visiter l'île principale de Venise et une journée n'est pas de trop pour parcourir à pied un bon morceau de l'île !

L'île de Venise fait 4 x 2 km ! Elle est traversée par le Grand Canal en forme de "S" retourné qui divise l'île en deux. Seuls 4 ponts relient les deux parties de l'île. Le pont du Rialto est le plus emprunté car c'est un magnifique monument. Le pont de l'Academia offre une magnifique vue et est appelé également "pont aux cadenas" en raison des nombreux cadenas d'amour fixés ici par des couples qui "scellent" leur union. Puis il y a le pont des Déchaussées et le pont de la Constitution. L'autre solution pour traverser le Grand Canal consiste à prendre un bateau. Le vaporetto est un bateau public (transport en commun) circulant dans les 2 sens du Grand Canal, donc les arrêts sont relativement fréquents et répartis sur les deux rives du canal. Les vaporettos relient également les autres îles et même le continent. Pour prendre un vaporetto, il faut parfois se montrer patient, car il peut y avoir foule ! Une fois embarqué, on est tellement serré que l'on ne pense qu'à en ressortir !

Le Vaporetto de Venise
Le vaporetto est un bateau public que l'on peut surnommer "bus sur l'eau" ; il est géré par Actv. Il existe 15 lignes de vaporettos. La ligne n°1 est certainement la plus courue et la plus connue, puisqu'elle parcourt le Grand Canal de Venise. La ligne n°2 parcourt également le Grand Canal, mais ne s'arrête pas à tous les arrêts. Telle une ligne de bus, les arrêts des vaporettos sont nombreux et répartis sur les deux rives du canal. D'autres lignes relient les îles alentours, ainsi que le continent. En saison touristique, il n'est pas rare de devoir attendre plusieurs vaporettos avant de pouvoir embarquer ! Une fois sur le bateau, il est rare de trouver une place assisse et ce sera plutôt débout et serré que le trajet devra se faire. Le tarif d'un ticket est de 7 EUR pour une durée de validité d'1h. Il existe le ticket touristique à 18 EUR utilisable 12h et incluant quelques bus circulant vers Mestre et sur Lido. Autres formules de tickets touristiques : 20 EUR/24h, 30 EUR/48h, 50 EUR/7j. Nous avons acheté nos billets directement au camping mais on peut également les acheter aux bureaux de vente des embarcadères les plus importantes. Carte des lignes de vaporettos de l'Actv.

En dehors du Grand Canal, l'île est également traversée par de très nombreux petits canaux appelé "Rii", non desservis par les vaporettos, mais parcourus par de petits bateaux privés, des bateaux-taxis ou par les gondoles. Ce sont les canaux qui font tout le charme de Venise, une véritable ville sur l'eau, où l'on dénombre plus de 400 ponts !

Le top de la visite est l'arrivée à la place Saint Marc (ou San Marco en italien), avec sa multitude de monuments magnifiques et son célèbre campanile d'une hauteur de 98 m. Venise est très fournie en campaniles, certains étant même penchés !

Campanile
Un campanile est une tour campanaire de forme carrée ou ronde. On aurait pu l'appeler "clocher", mais un campanile est une construction à part entière, souvent placée à côté d'une église ou d'une cathédrale.

Nous sommes en avril et jamais nous n'aurions imaginé autant de monde ! La place Saint Marc est bondée ! Pour visiter la Basilique San Marco, il y a environ 100 m de queue, c'est pourquoi nous nous abstenons de la visiter. Sur la même place, il y a le Palais des Doges. C'est vraiment au hasard des ruelles et des canaux que l'on découvre Venise. Parmi les monuments à ne pas manquer : la basilique Saint Marc, le palais des Doges, le pont des Soupirs, le pont du Rialto, l'église San Zaccaria, l'église Santa Maria della Salute, et bien d'autres...

Pour la deuxième journée que nous passons à Venise, nous prenons un ticket "transport en commun" à 18 EUR (à la réception de notre camping), incluant le trajet depuis notre camping (aller/retour), ainsi que tous les transports à Venise, dont tous les vaporettos, même ceux qui se dirigent vers les autres îles. Cela nous permettra de rejoindre par exemple Murano.

San Michele

Sur le trajet Venise-Murano, nous passons à côté de l'île San Michele. Il s'agit de l'île cimetière de Venise, avec son église San Michele. Le vaporetto marque un arrêt, avant de continuer vers Murano.

Murano

Murano est une belle petite île, également coupée en deux par un grand canal et parcourue par de nombreux autres petits canaux. Murano est connue pour son verre et de nombreux magasins vendent des articles dans cette matière. Il ne faut pas hésitez à entrer dans les différentes boutiques car c'est vraiment beau. La plupart des verreries de la région se sont installées sur l'île de Murano, une décision prise par le sénat en 1201. Le village de Murano est très coloré et différent de Venise. Nous déjeunons dans l'un des restaurants, mais nous sommes encore une fois déçus en raison du prix élevé et de la qualité plutôt banale des plats : c'est malheureusement souvent le cas des restaurants situés dans des lieux très touristiques. Ici, c'est 2,50 EUR le couvert (sans le repas).

Giudecca

Nous ne rejoignons pas l'île de Giudecca, mais nous apercevons de Venise les grands monuments comment l'église de San Giorgio Maggiore ou l'église du Redentore.

Voilà, notre visite de Venise s'achève... Nous y avons passé deux journées riches en magnifiques découvertes !

Plus de photos de Venise...

Lien : un site donnant de nombreuses informations pratiques sur Venise


Pise

Le lendemain, nous reprenons la route pour rejoindre la ville de Pise (ou Pisa en italien). Nous nous posons sur une aire de services pour camping-cars et avons encore le temps de visiter le centre historique de Pise que nous rejoignons en bus. Le bus nous dépose devant la tour de Pise : celle que nous attendions tant se dresse devant nous, évidemment penchée ! La construction de la Tour de Pise a débuté en 1173 et après seulement 10 mètres de hauteur, elle commença déjà à s'enfoncer et à s'incliner ! Aujourd'hui encore, l'inclinaison se poursuit à raison de 1 à 2 mm par an. Durant de nombreuses années, sa visite était interdite, mais aujourd'hui, l'édifice a été renforcé par des câbles d'acier et ce majestueux monument est à nouveau ouvert au public. La tour se trouve sur la place engazonnée et piétonnière du nom de Piazza del Duomo, également appelée Campo dei Miracoli (traduit par "le champ des miracles"). D'ailleurs, tous les édifices de cette place sont plus ou moins penchés, comme la magnifique cathédrale de Pise ou encore le baptistère de Pise. Ces différents monuments sont visitables séparément. Il faut acheter son ou ses billets à l'avance et choisir une heure de visite encore disponible. Lors de notre passage, pour visiter la Tour, il y avait de la place pour une visite 3h plus tard. Le prix est de 18 EUR pour monter à la Tour (interdit aux moins de 8 ans). En revanche, la visite de la cathédrale est gratuite. Pour les autres monuments, dont le musée, c'est environ 5 EUR par visite.

A côté de la place, il y a un grand marché à souvenirs. Nous faisons le retour à pied en traversant l'agréable centre ville de Pise. C'est sur ce chemin que nous mangeons la meilleure et la moins chère des glaces depuis notre arrivée en Italie (au "La Bottega del Gelato"). Nous nous sommes fiés à la longue queue formée par les locaux !

Plus de photos de Pise...

Où dormir à Pise
Pise ne manque pas d'hébergements !

En camping-car :

  • bivouac possible sur l'aire de services de Pise (12 EUR/camping-car, services inclus ; possibilité de n'y rester que quelques heures pour 6 EUR ; beaucoup de place, mais très vite rempli ; quelques odeurs d'égout lorsqu'il y a un peu de vent ; ; ; à proximité de la Tour de Pise que l'on peut rejoindre en bus direct (1,40 EUR/pers. ; achat du ticket dans le bus ; gratuit pour les moins de 6 ans) ou à pied en 20 min).

Le retour

Le lendemain, il pleut et nous rejoignons le Parc National des "Cinque Terre" situé au Nord de Pise. Nous nous posons dans un camping à Levanto, situé à proximité du Parc National. Camping "Acqua Dolce" (36,50 EUR la place pour camping-car ; au calme ; très propre ; WiFi vers l'accueil ; bon restaurant ; coin barbecue ; aire de jeux pour les enfants ; ). Malheureusement, il pleut énormément et nous devons passer la journée dans le camping-car. L'idée était de prendre un forfait "train" pour parcourir le Parc National afin de visiter les 5 villages de pêcheurs construits à flanc de falaise et en bord de mer. Le lendemain, il pleut toujours autant et nous décidons d'abandonner l'idée de visiter le Parc National des "Cinque Terre". Nous reprenons alors la route, un peu déçus, en direction de la France. Sur le trajet, nous passons la nuit sur un parking d'une station de ski suisse située juste avant le tunnel du Gothard (station Airolo ; beaucoup de vent ; situé à 1 600 m d'altitude ; quelques camions sont également stationnés ici pour la nuit ; ; ). Le lendemain, nous atteignons tranquillement l'Allemagne où nous stoppons à Bad Säckingen pour profiter de son centre thermal "Aqualon Therme" ; nous passons la nuit sur le parking. Le lendemain, nous sommes de retour chez nous en France.


Informations supplémentaires

Où dormir en Italie
Billet d'avion pour l'Italie
Autoroutes, Routes et Conduite
En Italie, les routes sont généralement de bonne qualité. Les panneaux routiers sont complets et clairs. Les limitations de vitesse sont similaires à celles en France, soit 50 km/h en ville, 90 km/h sur route nationale, 110 km/h sur voie rapide et 130 km/h sur autoroute. Les autoroutes italiennes sont à péage. Le comportement des conducteurs italiens varie beaucoup d'un coin à l'autre de l'Italie. Dans le Nord, ils respectent le code de la route, dans le Sud, c'est parfois plus aléatoire. Il y a quelques années, nous avions conduit à Naples et cela avait été très impressionnant. Un permis de conduire national est suffisant.
Spécialités culinaires
Lors d'un voyage, nos papilles gustatives participent à l'aventure ! La gastronomie italienne est très variée et chaque région a ses spécialités. La plupart des produits sont connus en France, mais ils ne seront jamais aussi bons qu'en Italie ! Pour citer quelques spécialités : les pizzas, le jambon fumé tel que le jambon d'Aoste, les fromages tels que la Mozzarella, le Parmesan ou le Gorgonzola. Attention à bien vérifier la qualité des produits en choisissant ceux labélisés. Pour la Mozzarella, choisissez celle "di bufala" (traduit par "de buffle", ou plutôt de bufflonne), elle est exquise comparée à certaines marques que l'on trouve dans les rayons des grandes surfaces en France ! N'oublions pas les glaces italiennes, les cafés, ainsi que les vins dont le Moscato d'Asti (vin blanc pétillant) ou encore le Lambrusco (vin rouge pétillant).

Données clés du voyage

Pays visité : Italie
Villes visitées : Menaggio - Varenna - Bellagio - Bergame - Sirmione - Venise - Murano - Pise
Sites visités : Lac de Côme - Lac de Garde
Le voyage : du 21 au 30 avril 2014 (9 nuits)
Hébergements : Camping
Moyen de transport : Camping-car
Nombre de personnes : 3 (Emmanuelle, Gilles et Yann (6 ans) )
Langues utilisées : Anglais - Allemand
Monnaie en cours : EUR (Euro)
Distance parcourue : 400 km en 2014

Conclusion

Un beau voyage non loin de la France. L'Italie n'a plus à prouver ses attraits touristiques. Malheureusement, nous n'avons parcouru qu'une petite partie de ce pays : le Nord en 2014 (ce récit), les Dolomites en 2012 et Naples et les îles Eoliennes en 2000.

Nous espérons que le résumé de notre voyage vous aura donné envie de découvrir cette région d'Italie ! Si vous souhaitez d'autres précisions pour vos futurs voyages n'hésitez pas à poser vos questions dans notre forum !

Merci de votre intérêt et bon vent !

Emmanuelle et Gilles

Toutes les photos du nord de l'Italie...