Trouvez, comparez et organisez votre voyage avec PartirOu.com
Où partir ?
Quand partir ?
Billet d'avion
Séjours
Hébergements
Croisières
Voitures
Carnets de voyage
Photos
Carnet & guide de voyage
Carte Maroc

Maroc

Maroc par la côte et l'Atlas

Nouveau moyen de transport, nouvelle expérience ! Nous avons, pour ce voyage, fait l'acquisition d'un camping-car pour rejoindre le Maroc depuis l'Alsace (France). Pour cela, nous traverserons la France, puis l'Espagne durant 1 mois environ, avant d'arriver au Maroc par le détroit de Gibraltar. Nous passerons près d'1 mois au Maroc, avant de reprendre la route du retour sur une quinzaine de jours. Un voyage d'une durée totale d'environ 2 mois 1/2.

Nous n'avons effectué, comme à l'accoutumée, aucune réservation avant notre départ. Nous avons emporté avec nous le livre/guide de voyage "Guide du Routard - Maroc", ainsi que le livre "Campings du Maroc" écrit par Emile Verhooste, un livre que je recommande vivement si vous comptez loger en camping ou en auberge-camping. Nous nous sommes également munis d'un GPS (application TomTom Maroc sur iPhone) qui nous a été d'une très grande utilité !

Ce récit n'est pas réservé qu'aux voyageurs en camping-car ! Que vous soyez en voiture, 4x4, en camping-car, à moto, ou en transport en commun, notre récit vous apportera des informations pratiques ainsi que des bons plans sur les endroits à découvrir, les lieux où loger, où se restaurer, le tout, illustré de nombreuses photos, de cartes et de coordonnées GPS.

Itinéraire

LES NUITS ET LES VISITES
1 nuit à Moulay-Bousselham (Asilah)
1 nuit à Dar Bouazza (Rabat - Azemmour - El Jadida)
1 nuit à Oualidia (Lagune de Oualidia)
1 nuit à Ounara (Essaouira)
2 nuits à Marrakech
2 nuits à Ouzoud (Cascades d'Ouzoud)
2 nuits à Marrakech
1 nuit à Tamdaght (Aït-Ben-Haddou - Ouarzazate)
2 nuits à Skoura (Palmerai de Skoura - Souk de Skoura)
1 nuit dans les Gorges du Dadès (Boumalne-Dadès)
1 nuit dans les Tinghir (Palmerai de Tinghir - Gorges du Todgha)
1 nuit à Tamtattouchte (routes P7103 et P7101)
1 nuit à Tadighoust (routes P7103 et P7101)
3 nuits à Merzouga (Erg Chebbi)
1 nuit dans le Moyen Atlas (routes N13 Merzouga-Meknès)
3 nuits à Fès (Meknès - Tombeau de Moulay Ismail - Médina de Fès - Tanneries de Chouara)
1 nuit à Martil (Tétouan)
Mode d'emploi de la carte
  • vous pouvez "glisser" la carte en déplaçant la souris avec le clic gauche maintenu
  • agrandir la carte en cliquant sur le [+] en-haut à gauche de la carte
  • cliquer sur une étoile jaune pour obtenir des détails sur le lieu
  • cliquer sur un trait bleu pour connaître la distance
  • afficher la carte sur Google Maps en cliquant ici

L'aller

Nous sommes partis le 16 mars 2011 d'Alsace (France) et avons parcouru tranquillement durant 3 semaines la Haute-Savoie, le Vercors, l'Ardèche, les Cévennes et l'Aude. Puis nous avons longé la côte méditerranéenne espagnole durant 2 semaines en faisant quelques stops "visite", notamment à Barcelone et Grenade (voir notre récit-guide de voyage : Traversée de l'Espagne par la côte Est ).

Le 19 avril 2011, nous nous approchons de l'extrême sud de l'Espagne et pour continuer notre route, il nous faut traverser le détroit de Gibraltar !







Comment rejoindre le Maroc

Avec son propre véhicule :
Rejoindre le Maroc avec un véhicule depuis la France nécessite d'emprunter un ferry pour traverser la mer Méditerranée. Les traversées proposées sont multiples, au départ de la France ou de l'Espagne. Il faut prendre en considération le temps dont vous disposez ; rouler jusqu'à l'extrême Sud de l'Espagne prend du temps (2 jours minimum) et a un certain coût (péage, carburant et hébergement), mais permet de réduire le coût du ferry avec seulement 1h de navigation. Un trajet en ferry depuis la France sera plus onéreux, (quoiqu'il faut bien calculer entre péage+carburant ou ferry), mais moins fatiguant (compter, en revanche, presque 2 jours de navigation).
Il n'y a aucune difficulté pour rejoindre l'Espagne avec son propre véhicule étant donné que l'Espagne se trouve dans l'UE (Union Européenne) et fait partie de l'espace de Schengen (libre circulation des personnes). Les assurances automobiles souscrites en France sont en général valables sur le territoire espagnol. Pour la rentrée au Maroc, c'est un peu plus compliqué et cela prend un peu de temps (papiers à remplir) ! Concernant l'assurance automobile, il suffit de vérifier votre carte verte (le code "MA" ne doit pas être rayé) ou de contacter votre compagnie d'assurance. Il est impératif d'effectuer cette vérification avant votre départ, car si votre véhicule n'est pas assuré sur le territoire marocain, vous ne passerez pas la frontière !
Nous avons choisi de traverser l'Espagne par la route et de profiter de ce trajet pour visiter les villes de Barcelone et Grenade, puis de prendre un ferry pour traverser le détroit de Gibraltar. Pour en savoir plus, lire Traversée du détroit de Gibraltar.

En avion :
Bien entendu, il est possible de rejoindre le Maroc beaucoup plus rapidement et à des tarifs avantageux grâce à quelques compagnies aériennes low-cost. Il suffit de réserver un billet d'avion à destination de l'une des grandes villes du Maroc, comme par exemple Marrakech, Casablanca, Agadir, Oudja, Fès ou encore Rabat. Pour en savoir plus sur les prix actuels, vous pouvez consulter la page suivante pour effectuer une recherche d'un billet d'avion (méthode unique pour comparer des milliers de vols sur une ou plusieurs dates) ou encore utiliser la recherche rapide ci-dessous :

Passeport dans tous les cas :
Pour les ressortissants français, aucun visa n'est nécessaire. Un passeport suffit pour avoir un droit de séjour au Maroc d'une durée de 3 mois (gratuit). Que ce soit par la route, par la mer ou par les airs, il est nécessaire d'avoir un passeport.
Toutefois, exceptionnellement, les touristes voyageant en groupe avec une agence de voyage, pourront être acceptés avec simplement une carte d'identité, même si un passeport reste préférable ! Informations actualisées en 2012 ; pour obtenir une information récente : Ministère des Affaires étrangères


Traversée du détroit de Gibraltar

Le détroit de Gibraltar correspond à la jonction maritime entre la mer Méditerranée et l'océan Atlantique. Ce détroit se situe à l'extrémité sud de l'Espagne. De l'autre côté du détroit, se trouve le Maroc et le continent africain, à seulement 14 km du continent européen.

Comment traverser le Détoit de Gibraltar

Nombreuses sont les compagnies maritimes qui proposent la traversée du détroit de Gibraltar, pour le transport des passagers, mais aussi des véhicules (Acciona, Balearia, FRS, EuroFerrys, ...). Du côté de l'Espagne, il y a des départs et arrivées depuis Tarifa, Algésiras et Gibraltar. Du côté du continent africain, il y a Tanger, Tanger Med et Ceuta. A savoir : La ville de Gibraltar est une enclave britannique située au sud de l'Espagne. La ville de Ceuta est une enclave espagnole située sur le continent africain. Tanger Med est le nouveau port de Tanger ! Selon la saison, la fréquence des traversées varie jusqu'à 20 ferries par jour et par itinéraire. Dans les alentours des ports, de nombreuses agences vendent les billets pour la traversée, mais il est également possible d'acheter les billets directement aux ports. Nous avons choisi d'acheter nos billets dans une petite agence recommandée par le livre "Campings du Maroc". Il s'agit de l'agence "Viajes Normandie - Gutierrez" (très pratique et rapide ; direction : depuis l'autoroute A7, prendre la sortie 112, zone commerciale Polígono Industrial Palmones de Los Barrios, situé au nord de Algésiras et à seulement 9 km du port d'embarquement ; ; tél. (0034) 956 675 653 ; www). Nous choisissons le trajet Algésiras-Ceuta, qui nous semble le plus court et le moins cher (230 EUR TTC pour un billet "open" aller-retour incluant 2 adultes et 1 véhicule de type camping-car de 6,5 m ; les tarifs semblent beaucoup varier d'une période à une autre). Pour cette traversée, pas de douane, puisque Ceuta est espagnole.

Algésiras

Nous nous rendons à Algésiras (ou Algeciras), située à l'extrême sud de l'Espagne, pour y prendre un ferry pour le Maroc. Nous achetons nos billets dans une petite agence située dans une zone commerciale au nord d'Algésiras. Les tarifs étant très fluctuants, il nous en coûte, ce jour-là, 230 EUR TTC pour un billet "open" aller-retour incluant 2 adultes et 1 véhicule de type camping-car. Pour Yann, notre enfant de 3 ans, la traversée est gratuite. Avec ce billet, nous pouvons rejoindre Ceuta (située sur le continent africain) en 1h de navigation environ, en se présentant à n'importe quel départ de la journée (environ 5 départs par jour de 8h à 20h avec la compagnie correspondant à nos billets). Leçon de géographie pour ceux qui ne le savent pas : la ville de Ceuta est espagnole, mais se trouve sur le continent africain ! Etant donné l'heure tardive, nous décidons de ne prendre le ferry que le lendemain. Nous passons alors la nuit dans notre camping-car sur le parking d'un Lidl (situé au nord d'Algésiras, à seulement 9 km du port et à 300 m de l'agence qui nous a vendu les billets de ferry ; ; ). Comme nous, environ 10 autres camping-cars passent leur nuit à cet endroit. Nous en profitons pour faire quelques courses au Lidl, mais également au Carrefour situé juste en face.

Tôt le lendemain matin (7h20), nous rejoignons le port d'Algésiras (direction "puerto (norte)") pour embarquer sur le ferry. Sur la route menant au port, nous remarquons la présence de nombreuses personnes qui nous font signe de nous arrêter. Ces personnes proposent de vous aider pour les formalités d'entrée au Maroc, moyennant une commission. Nos papiers étant déjà prêts (aide fournie par l'agence qui nous a vendu les billets) nous continuons notre route sans nous arrêter (nous évitons ainsi toute possible arnaque). Pour cette traversée, il faut également savoir qu'il n'y a rien d'autre à payer ou à remplir, à partir du moment où les billets de la traversée sont achetés. Nous filons droit jusqu'au port et embarquons aussitôt sur le ferry. A ce stade du parcours, les formalités pour entrer au Maroc ne nous servent encore à rien puisque nous débarquerons à Ceuta qui est une enclave espagnole. Il semble que notre camping-car soit le seul à monter à bord ! Il est vrai qu'en cette période de crise au Moyen-Orient (appelée le "Printemps arabe"), les touristes se font rares au Maroc !

Ceuta

Durant la traversée, il nous est interdit de rester dans le véhicule. Nous devons monter sur le pont "passagers". La traversée dure 1h. Nous accostons comme prévu à Ceuta, enclave espagnole sur le territoire africain. Ici tout est détaxé, même l'essence qui est vraiment moins chère qu'en Espagne et qu'en France... mais toutefois plus chère que les tarifs que nous pourrons trouver au Maroc ! C'est pourquoi nous ne faisons pas le plein de carburant, même si notre réservoir est presque vide ! Il est en revanche intéressant de faire quelques achats détaxés (présence d'un supermarché "Lidl" (ouvert de 10h à 22h) et "Supersol" (ouvert de 9h à 21h) ) ; de surcroît, tout se paye en Euro, puisque nous sommes encore dans la zone Euro ! En dehors des parkings des supermarchés, le stationnement d'un camping-car est difficile à Ceuta. Ensuite, depuis le port, nous roulons encore 4 km en suivant les panneaux "Marruecos" (qui signifie "Maroc" en espagnol), avant d'arriver à la frontière marocaine.

Quelques photos de la traversée Algésiras-Ceuta...


Entrée au Maroc par Ceuta

Juste avant la frontière, nous croisons à nouveau, sur le bord de la route, des personnes qui proposent leur aide pour accomplir les formalités administratives lors du passage en douane (moyennant une commission). Nous passons la première frontière (espagnole) sans problème et sans être arrêtés par les douaniers. La frontière est ensuite marquée de part et d'autre de la route par d'impressionnants grillages et barbelés. Un peu plus loin, se trouve la frontière marocaine. Là, c'est un peu moins rapide... Tout d'abord, nous suivons les indications des policiers et des agents en civil, qui nous indiquent où garer notre véhicule. Ces mêmes personnes nous proposent des fiches d'état civil marocaines à remplir, mais comme nous possédons déjà ces fiches (préparées par l'agence qui nous a vendu les billets de ferry), nous déclinons leur proposition. Je me présente tout d'abord au bureau des passeports pour faire tamponner nos 3 passeports. Il n'y a aucune indication qui désigne le bureau concerné pour cette opération et il est donc un peu difficile de se repérer pour un non initié ! Toutefois, le passage au 1er bureau s'étant bien déroulé, je continue ma progression et m'adresse au second bureau en présentant les fiches vertes (ou fiche D16 Ter) préalablement remplies et ce, afin de faire entrer le camping-car dans le pays. Cette fois j'ai moins de chance et je dois changer 4 fois de bureau ! La 1ère fois pour une mauvaise interprétation de ma part, la fois suivante parce que l'ordinateur tombe en panne, puis le bureau ferme devant mon nez car c'est la pause déjeuner... et je dois donc refaire la queue au bureau initial !!! Après 1h d'attente j'ai enfin tous les tampons ! Je remonte dans le camping-car et roule jusqu'au contrôle de police : je m'arrête et ouvre la fenêtre, le policier me demande d'un air tout à fait sérieux "avez-vous un fusil de chasse ?" !!??*§%!!??... puis me souhaite la "bienvenue" en arborant un large sourire !

Passage de la frontière Espagne-Maroc par Ceuta

Avant d'arriver à la frontière, nous avons aperçu des personnes, positionnées sur le bas côté de la route, qui proposent leur aide pour le remplissage des papiers, moyennant une commission. Ces personnes vous fournissent des fiches d'état civil marocaines qui sont nécessaires pour le passage de la frontière. Mais ces mêmes fiches d'état civil sont également fournies à la frontière par les autorités douanières. La fiche verte (ou fiche D16 Ter) peut être remplie en ligne sur le site de la Douane marocaine à la page Déclaration d'un véhicule (D16 Ter).

Tout d'abord, passage de la frontière espagnole sans difficulté, voire même sans arrêt si aucun policier ne vous demande de vous arrêter. Un peu plus loin, se trouve le passage de la frontière marocaine : vous pouvez suivre les indications des policiers ou des agents (pas forcément officiels) qui vous indiqueront où vous garer et vous remettront des fiches d'état civil à remplir (si vous n'en avez pas déjà). La langue française est pratiquée et cela facilite beaucoup les choses ! Si vous n'êtes pas habitués à passer cette frontière, ces mêmes personnes pourront vous aiguiller et vous indiquer les différents bureaux où vous devrez vous présenter. Sachez que si vous acceptez leurs services, une rétribution sera demandée alors n'hésitez pas à les interroger sur ce qu'ils souhaitent en échange pour éviter ensuite toute situation désagréable !

Après avoir rempli les fiches (fiche verte (ou fiche D16 Ter) en 3 exemplaires pour faire entrer votre véhicule + fiche de police pour les personnes, vous devrez vous présenter à plusieurs bureaux et malheureusement aucun panneau ni aucun nom ne figurent pour désigner ces emplacements ! C'est plutôt la pagaille entre les gens qui connaissent et ceux qui sont perdus (c'est dans ce cas que l'aide extérieure peut s'avérer utile !). Personnellement, j'étais perdu ! Je voulais me débrouiller seul et j'ai regretté de ne pas avoir fait appel aux propositions d'aide !

1er bureau à trouver : le guichet "passeport pour touriste", où il faut remettre les fiches de police et présenter les passeports pour les faire tamponner. 2e bureau : le guichet "douane" pour faire passer un véhicule, remise de la fiche verte (3 exemplaires) qu'ils tamponneront, présenter aussi la carte grise du véhicule, l'attestation d'assurance, ainsi que le passeport du conducteur. Ce conducteur sera lié à l'entrée du véhicule. Lorsqu'il sortira du pays, le véhicule devra sortir lui aussi, muni d'un duplicata de la fiche verte, sinon on se retrouve dans une situation d'importation du véhicule (et ça, c'est une autre histoire !). Ensuite, il faut remonter dans le véhicule et rouler jusqu'au dernier contrôle où un policier vérifie tous vos papiers et fiches, contrôle éventuellement le véhicule et son contenu et vous pose quelques questions. Après cela, vous êtes au Maroc !
Attention, le fonctionnement à cette douane peut changer d'une année à l'autre.

Après le passage de la douane, une quantité impressionnante de vieux taxis attendent les personnes qui traversent la frontière à pied. Au rond-point situé 100 m après la frontière, nous bifurquons à droite en direction de Tanger. Le paysage est tout d'abord aride, puis nous atteignons la montagne et la route devient très sinueuse. Nous devons même rouler au pas car nous nous trouvons plongés dans un épais brouillard sur plusieurs kilomètres. Nous faisons ensuite un stop déjeuner dans le camping-car sous un soleil magnifique !

Climat au Maroc

Le climat du Maroc est plutôt sec durant toute l'année, en-dehors des côtes où il y pleut un peu durant les mois d'hiver (de novembre à mars), une quantité égale à la pluie que nous avons en France durant les même mois. L'Atlas et l'Est de l'Atlas sont très secs tout au long de l'année. Concernant la température, étant donné la latitude du Maroc, il y fait plus chaud qu'en France. En été, cela peut être même insupportable. Sur la côte Atlantique, la température toujours fraîche de la mer viendra baisser la température de l'air, il y fera donc à peine plus chaud que chez nous dans le sud de la France. En revanche, pour le reste du pays, c'est la canicule en été ! A l'Est de l'Atlas et malgré les 1 000 m d'altitude, la température dépassera certainement les 40°C. En hiver, l'Atlas est froid et même propice à la pratique du ski alpin, avec tout ce que cela implique : routes enneigées, cols fermés (souvent partiellement), etc.. Quant à la côte en hiver, la température reste tempérée. Le Maroc se visite donc toute l'année mais il est tout de même préférable de choisir une période selon l'endroit visitée. Pour davantage de précision sur le climat, vous pouvez consulter notre fiche climat du Maroc, détaillée selon la région.

La route redescend et rejoint à nouveau la côte du détroit de Gibraltar, jusqu'à l'énorme port Tanger Med (nouveau et deuxième port de Tanger). Après 27 km de petite route depuis Ceuta, nous arrivons sur l'autoroute A4. Pour l'instant, nous n'avons trouvé aucune station service sur l'autoroute. Nous comprenons que nous devons sortir de l'autoroute pour trouver de l'essence.

Faire le plein de carburant en arrivant au Maroc par Ceuta ou Tanger-Med

Etant donné le tarif très bas du carburant au Maroc (en comparaison avec l'Espagne ou la France), il est judicieux d'arriver au Maroc avec un réservoir presque vide. Trouver au plus vite du carburant devient alors la première préoccupation ! Voici quelques pistes :

En arrivant par Ceuta :
A 100 m de la frontière, au rond-point, deux solutions s'offrent à vous, selon votre itinéraire et selon votre autonomie de carburant. En continuant tout droit sur la N13, en direction de Tétouan, vous rejoignez la ville de Fnideq et trouverez, à seulement 3 km, une station service pour faire le plein (station "Total"). Par contre, si au rond-point, vous choisissez de prendre à droite et d'emprunter la petite route en direction de Tanger, la première station est à 30 km, la suivante à 60 km. Cette petite route, qui débute par une grosse montée, rejoint après 1,2 km, la route N16 qu'il faudra prendre à droite. Après 23 km, la route N16 arrive au port de Tanger Med. Il reste 4 km à parcourir pour rejoindre l'autoroute A4.

En arrivant par Ceuta (suite) ou Tanger Med :
Depuis le port de Tanger Med, il n'y a que 4 km à parcourir pour rejoindre l'autoroute A4. A cet endroit, avant de monter sur l'autoroute, il y a la possibilité de prendre la route rejoignant le village Ksar Sghir où se trouve une station service (prendre à droite au rond-point avant de monter sur l'autoroute A4 ; ). Si vous vous êtes déjà engagés sur l'autoroute, vous pouvez prendre la 1ère sortie direction Ksar Sghir. A l'intersection, tournez à droite, la station est à 400 m. Si vous préférez encore attendre pour faire le plein, restez encore 27 km sur l'autoroute, avant de prendre la sortie Tanger par la route N2, puis suivre la direction de Tanger. Plusieurs stations services se trouvent sur cette route dont celle du "Marjane" (un supermarché ; ; après 9 km de route), qui vous permettra également de faire quelques courses.

En cherchant du carburant, nous avons trouvé un supermarché et une station service "Marjane" (gasoil à 0,63 EUR/litre ; ). "Marjane" est une enseigne marocaine de supermarché que nous fréquenterons tout au long de notre voyage au Maroc. Nous y faisons nos premiers achats alimentaires. Nous en profitons pour acheter une clé 3G Inwi qui nous permettra d'avoir à tout moment (enfin, presque partout) Internet en illimité.

Internet en 3G/4G

Nous avons acheté une clé 3G pour une connexion illimitée à Internet durant 15 jours (sans abonnement et sans engagement) via l'opérateur Inwi (26 EUR clé comprise) + 1 recharge d'un mois illimitée à 18 EUR. L'achat peut se faire dans la plupart des supermarchés du Maroc, par exemple dans un "Marjane", très répandu au Maroc.

Nous rebroussons chemin pour reprendre l'autoroute A4 (autoroute de contournement de Tanger). 24 km après nous arrivons sur l'autoroute A1. A partir de là, nous longeons la côte Atlantique jusqu'à Essaouira en 5 jours, tantôt par l'autoroute, tantôt par les petites routes et au plus près de la côte.

Etat des routes et autoroutes + Péages

Routes :
Les routes au Maroc sont dans un état très variable et assez inattendu. Elles ne sont que très rarement en bon état. La plupart du temps, les routes sont très déformées, ceci étant certainement dû à un revêtement trop fin, d'où la formation d'ornières et parfois de nids-de-poule. Dans l'Atlas, certaines routes se transforment en pistes. Il faut donc être toujours prudent et ne jamais rouler vite. Dans les villes, cela va mieux, mais la conduite des autochtones est quelque peu différente de la nôtre ! Attention également aux dos-d'âne qui sont TRES mal indiqués et qui risquent de vous secouer fortement si vous ne les voyez qu'au dernier moment !!!

Autoroutes :
Les meilleures routes du Maroc sont les autoroutes. Quoique celles-ci soient malheureusement aussi déformées, mais à moindre mesure, ce qui empêche toute conduite très rapide ! Quand l'autoroute est bonne, la vitesse de 90 km/h avec un camping-car nous semblait raisonnable. Les autoroutes sont des routes à péages dont le coût est assez bas (exemple : nous avons parcouru environ 350 km d'autoroute sur la côte Atlantique, incluant quelques sorties "visites" ou "nuits", et cela nous a coûté 17 EUR).


Côte Atlantique

Asilah

Notre premier stop "visite" est la ville d'Asilah, 110 km après la frontière de Ceuta. Nous nous promenons dans la médina que nous trouvons très agréable et calme. A côté du port se trouve un parking payant et les camping-cars peuvent y passer la nuit. Juste à côté se trouve une petite plage. De nombreux restaurants permettent de se restaurer.

Stationner au Maroc

Il est relativement facile de stationner au Maroc. Dans les villes, il est courant de trouver des gardiens (officiels ou non) postés aux abords d'une rue, d'une place, d'un terrain vague ou d'un parking et qui demandent une rétribution pour la place de parking. La négociation peut s'avérer nécessaire lorsque le tarif destiné aux touristes semble prohibitif. Presque toujours, il est possible de laisser le véhicule pour la nuit, et même d'y dormir à l'intérieur (van, camping-car) moyennant quelques pièces supplémentaires (0,50 EUR la nuit) et avec, en contrepartie, la surveillance du véhicule ! A l'extérieur des villes, il n'y a aucun problème pour stationner partout.

Plus de photos d'Asilah...

Nous reprenons notre route et faisons un petit stop non loin de la ville Larache (possibilité de passer la nuit en face de la ville, de l'autre côté de l'embouchure de la rivière (ou oued) Loukos. L'endroit était en travaux, donc tout va changer. Lors de notre visite, un gardien nous a proposé de parquer notre camping-car au niveau des baraquements de chantier ; ). Ensuite, nous avons rejoint la ville de Moulay-Bousselham pour passer notre première nuit au Maroc (camping-hôtel "Flamants Loisirs" ; une impression d'un camping à l'abandon ; au calme absolu ; 200 m de piste pour y accéder ; sanitaires sommaires ; propose également des bungalows ; présence d'une aire de service plus ou moins fonctionnelle ; piscine ; 8 EUR l'emplacement de camping ; email ou email ; ; attention en arrivant à Moulay-Bousselham, il y 2 dos-d'âne mémorables non signalés !!! ). Malheureusement, le ciel se gâte et il commence à pleuvoir.

Distance parcourue durant la journée depuis la frontière de Ceuta : 210 km

Le lendemain, il pleut toujours et laissons tomber la visite prévue de Moulay-Bousselham et surtout la lagune Merja Zerga.

Rabat

Nous décidons de reprendre la route jusqu'à Rabat (133 km), capitale du Maroc et plus exactement, capitale administrative. Rabat est l'une des villes impériales du Maroc qui possède un riche patrimoine historique et mérite que l'on y consacre un peu de temps.

Kasbah des Oudayas

Nous ne faisons qu'une petite visite à Rabat, la Kasbah des Oudayas (ou Oudaïa) qui renferme une ancienne médina aux ruelles étroites bordées de maisons tantôt blanches, tantôt bleues, le tout enclavé entre les remparts .

Kasbah

Une kasbah (ou casbah) correspond habituellement à une citadelle fortifiée. En arabe, le mot "qasabah" signifie "forteresse". Le mot kasbah désigne aujourd'hui un plus large type d'habitations, ce qui rend sa définition exacte difficile.

Nous déjeunons dans un restaurant au sud-ouest de Rabat, sur la côte Atlantique et retrouvons avec plaisir les saveurs des spécialités marocaines telles que le tajine au poulet et au citron et autre succulent couscous !

Spécialités culinaires

Rien de tel pour se caler l'estomac, qu'un tajine ou un couscous, deux plats typiques du nord de l'Afrique (Maghreb) ! Le couscous est largement connu et importé chez nous (France), le tajine l'est un peu moins. Le tajine (ou tagine) est préparé dans un plat en terre cuite recouvert d'un couvercle conique également en terre cuite. Le tajine semble plus répandu et il est très typique d'apercevoir sur les trottoirs, à l'heure des repas (et parfois tout au long de la journée), les petits restaurants faire chauffer leurs tajines sur les braises incandescentes. Qu'il s'agisse du couscous ou du tajine, plusieurs versions sont proposées : au poulet, au citron, aux amandes, aux pruneaux, etc.. Les tajines ou couscous végétariens sont plus rarement présents sur les cartes. Il est cependant toujours possible de commander d'avance une préparation spéciale. Les restaurants destinés aux touristes proposent, quant à eux, plus de variantes et parfois une version végétarienne, mais le prix sera également plus élevé.

Plus de photos de Rabat...

Avant de remonter sur l'autoroute, nous restons un peu sur la route secondaire qui longe la côte en direction de Casablanca, capitale économique du Maroc. Le nom Casablanca est souvent abrégé par Casa.

Aujourd'hui, la mer est déchaînée comme le montrent les clichés ci-dessous.

Plus de photos de la côte Atlantique...

Nous reprenons notre route jusqu'à l'Ouest de Casablanca pour passer une nuit au camping "Oasis" (camping initialement situé à Casablanca même, aujourd'hui déplacé à 20 km à l'Ouest de Casablanca, à Dar Bouazza ; camping qui est censé être neuf mais qui a les allures d'un vieux camping qui semble mal entretenu ; accueil assez antipathique à l'arrivée, meilleur le lendemain ; au calme ; petite épicerie ; petite piscine ; peu d'ombre pour l'instant, puisque le camping est nouveau ; 8 EUR la place avec électricité ; douche chaude payante ; ; ).

Chiffre de la journée : 240 km parcourus

Azemmour

Après le petit-déjeuner, nous reprenons la route jusqu'à la ville d'Azemmour (situé à 69 km depuis le camping "Oasis" ou à 90 km au sud de Casablanca). Avant d'arriver, la vue sur Azemmour est magnifique ! De superbes bâtisses blanches, bordées de remparts, jouxtent la rivière (ou oued) Oum-Er-Rbia.

Nous poursuivons jusqu'au centre, pour visiter l'ancienne médina. Nous parquons notre camping-car devant l'une des entrées de la Kasbah et commençons la visite. Peu après, nous sommes accostés par une femme qui nous propose une visite guidée ! Nous sommes méfiants et lui indiquons que nous ne voulons pas de guide, mais cette dernière insiste en précisant qu'elle ne souhaite rien en échange (le scénario classique !). La curiosité nous pousse à tenter l'expérience et nous nous laissons finalement convaincre ! Les explications furent intéressantes et comme promis, notre aimable guide ne nous a absolument rien demandé en échange ! Un peu plus loin toutefois, dans une autre partie de la Médina, quelqu'un nous a annoncé un tarif pour visiter les lieux et nous avons alors fait demi-tour.

Plus de photos d'Azemmour...

Accueil des marocains
Jeunes filles marocaines Enfants marocains

L'accueil des marocains est exemplaire. Que ce soit à pied ou au volant de notre camping-car, les adultes et vieillards, nous saluent très souvent de la main en arborant un large sourire... Lors de nos balades à pied, les vendeurs ne sont vraiment pas insistants ce qui est très agréable ! Les tous jeunes, nous saluent dès la vue de notre camping-car alors que les préados sont déjà « formatés » et courent à côté de nous pour nous réclamer des stylos ou des bonbons ! Vers les hauts-lieux touristiques comme Marrakech, Fès ou Aït-Ben-Haddou, cela est moins plaisant, car parfois, certaines personnes peuvent être très pesantes et insistantes. C'est souvent le cas des faux guides touristiques, des vendeurs ou encore des enfants qui peuvent vous suivre la journée entière pour obtenir quelque chose. Nous remarquons une nette différence entre les endroits touristiques et ceux peu touristiques. Quelques touristes en 4x4 et camping-cars ont remonté l'information concernant un problème de jets de cailloux effectués par des enfants.

El Jadida

20 km plus à l'Ouest, nous stoppons à El Jadida. Nous commençons tout d'abord par nous restaurer dans un petit bouiboui non loin de la cité portugaise (tajine à 2 EUR (22 MAD) ).

Cité portugaise

Nous avons choisi ce lieu pour visiter l'ancienne cité portugaise.

La cité portugaise renferme un lieu magique : la citerne portugaise. Construite en 1514, elle servait de stockage de l'eau. Aujourd'hui, la citerne est vide et l'intérieur peut être visité. La fine couche d'eau restant au fond de la citerne lui apporte toute sa beauté ! En effet, les puits de lumière naturelle permettent aux rayons du soleil de se refléter dans l'eau : cette symbiose confère ainsi à l'endroit une atmosphère mystérieuse et féérique ; un régal pour les yeux !

Plus de photos d'El Jadida et de la cité portugaise...

Oualidia

A partir de maintenant, il n'y a plus d'autoroute et nous devons emprunter une route secondaire côtière. Après 79 km, nous arrivons à Oualidia. Entre Oualidia et l'océan, se trouve une grande et belle lagune, propice à la baignade avec des eaux plus calmes que celles de l'océan. De belles et propres plages se trouvent autour de la lagune. Des tours en barques sont proposés. La côte sauvage de l'océan est, quant à elle, escarpée, alternée de plages et de rochers. Autour de la lagune, de nombreux projets de constructions touristiques sont en cours et Oualidia risque de beaucoup changer ces prochaines années ! Le camping existant est en cours de restauration et un nouveau camping semble être en cours de construction. Un parking est visiblement également en construction.

Les nombreux petits bateaux de pêcheurs ici et là, montrent que l'océan est riche en poisson et en effet, quelques échoppes sauvages montées par les pêcheurs proposent d'acheter des produits de la mer fraîchement pêchés. Nous profitons de l'occasion pour acheter des langoustes tout juste pêchées ! Elles nous sont cuisinées sur un barbecue monté en deux temps trois mouvements, à côté de notre camping-car ! Le temps de dresser la table, elles étaient dans nos assiettes ! A 4,50 EUR la langouste prête à manger, nous n'avons pas hésité à en prendre 5 ! Nous avons également acheté du bar, de la sole, ainsi que des coques que nous avons cuisinées nous-mêmes le jour suivant (1 filet de coques à 3 EUR (30 MAD) ) : un vrai régal !

De nombreux restaurants proposent également des plats de la mer, dont le célèbre "L'Araignée" mentionné dans le guide touristique que nous avons avec nous. Nous choisissons toutefois de dîner dans un autre restaurant car, d'une part l'accueil que nous réserve le personnel à notre arrivée est froid et anodin, et nous constatons de plus une forte odeur désagréable à l'accueil et un peu dans la salle principale du restaurant ce qui nous fait faire demi-tour !

Nous passons la nuit parqués dans une ruelle à dix mètres de la lagune (place gardée par Adie, très sympathique, au prix de 2 EUR (20 MAD) ; ; ; d'autres emplacements sont également proposés dans la ruelle suivante, mais avec une personne antipathique au moment de notre passage ; ; des possibilités de stationnement qui risquent de disparaître avec les travaux en cours).

Chiffre de la journée : 170 km parcourus

Plus de photos d'Oualidia...

Dans l'après-midi, nous reprenons la route côtière en direction d'Essaouira. L'ocre des falaises qui se détache sur le fond bleu de la mer rend le paysage magnifique, d'autant plus qu'il fait très beau ! De plus, l'état de la route est bon.

Plus de photos de la côte Atlantique...

Nous quittons ensuite la route côtière pour rejoindre une plus grande route, la N1. Comme il est déjà tard, nous stoppons un peu avant Essaouira pour passer la nuit, au camping "Les Oliviers" ou "Ounara" dans la ville d'Ounara (bon accueil et disponible ; piscine ; aire de jeux pour les enfants ; propose des bungalows et tentes de 12 à 16 EUR pour 2 pers. ; très propre ; 10 EUR la place de camping pour 2 pers. avec électricité ; ; www ; ).

Chiffre de la journée : 180 km parcourus

Essaouira

Tôt le matin, nous parcourons encore 24 km pour rejoindre Essaouira. Nous parquons notre camping-car dans une ruelle . Des parkings existent proche de la médina, comme celui réservé aux petits véhicules situé juste à côté de la médina, ou celui fait pour les camping-cars .

Essaouira, ville très prisée des touristes, est située au bord de l'Atlantique. Sa médina est classée au Patrimoine mondial de l'Unesco. Nous avons cependant trouvé que le charme de ses ruelles est gâché par le trop grand nombre d'échoppes et de restaurants qui y sont implantés. Mais, il fait tout de même bon s'y promener. La médina est encadrée d'anciens remparts très beaux. L'immense plage à côté de la médina est propice à la baignade, ou à la pratique du cerf-volant.

Plus de photos d'Essaouira...

Où dormir à Essaouira

Essaouira compte de nombreux hébergements.

Dans l'après-midi, nous reprenons la route et quittons la côte Atlantique pour rejoindre Marrakech (170 km de route).


Marrakech

La route N8 reliant Essaouira à Marrakech est excellente et toute neuve sur la moitié du trajet. Elle a en effet été élargie pour offrir aux automobilistes une grande 2x2 voies. L'autre moitié est catastrophique : il s'agit de l'ancienne route N8, étroite avec un revêtement très usé. Pour la seconde moitié, il est possible de rejoindre l'autoroute A7 en faisant un petit détour de quelques kilomètres vers le sud (les panneaux routiers conseillent d'ailleurs de prendre l'autoroute).

Nous nous posons dans le superbe camping "Manzil La Tortue" qui fait également auberge. Nous dînons au même endroit, puisqu'André, le propriétaire, prépare un méchoui marocain pour le dîner, cuit à l'étouffée pendant 3 heures dans un four en terre qui lui-même a préchauffé durant deux jours ! Servi avec des légumes à tajine : un vrai régal !

Chiffre de la journée : 220 km parcourus

Nous quittons ce bel hébergement vers midi, pour nous poser un peu plus loin dans l'hôtel "Kasbah Caracalla" que nous avons réservé il y a quelques jours de cela. C'est la première fois, durant ce voyage, que nous dormons en dehors de notre camping-car !

Nous passons l'après-midi à l'hôtel, profitons de la piscine et dînons à l'hôtel (demi-pension).

Chiffre de la journée : 35 km parcourus

Où dormir à Marrakech

Voici quelques hébergements autour de Marrakech que nous avons visités en 2011 :

  • "Manzil La Tortue", où nous avons logé (somptueux hébergements et terrain de camping ; magnifique piscine ; beau jardin ; emplacements de camping bien conçus ; au calme ; un camping haut de gamme d'une propreté impeccable ; restaurant ; accueil chaleureux ; tenu par Pascale et André, un couple de français et leurs enfants ; 13 EUR (150 MAD) la place de camping ; propose des hébergements : superbes chambres ou sous tente avec tout le confort d'une chambre ; situé à 13 km du centre de Marrakech ; sur la route N9, prendre la piste , un panneau l'indique, puis bien suivre les panneaux sur environ 2,5 km ; tél. 06 61 95 55 17 ; ; propose également de la location de camping-cars ; organise des visites) ;
  • "Kasbah Caracalla", où nous avons logé (situé à 27 km au sud de Marrakech ou de l'aéroport ; sur la route P2017, prendre la piste vers l'Ouest , puis rouler durant 2,5 km de piste, facile en voiture, mais difficile avec un camping-car ; ; 95 EUR la chambre en demi-pension ; au calme absolu ; magnifique vue sur l'Atlas ; belle piscine, mais froide en cette saison (avril) ; www ; ; réservé par Voyages-sncf) ;
  • "Les Terres M'Barka", où nous avons logé (hôtel de charme ; très propre ; chambre avec terrasse individuelle ; piscine ; ferme à animaux ; au calme ; 67 EUR la chambre double avec petit déjeuner ; restaurant ; terrasse ; bar ; situé à 20 km au sud de Marrakech ; sur la route P2009, prendre la piste vers l'Ouest , puis rouler durant 6 km de piste, facile avec une voiture, difficile mais faisable avec un camping-car ; ; ; réservé par Voyages-sncf) ;
  • "Le Relais de Marrakech", où nous avons logé (auberge-camping ; dispose de chambres en dur (de 39 à 78 EUR), de tentes (de 21 à 43 EUR) et d'emplacements de camping (10 EUR) ; assez cher pour la qualité offerte ; lieu très fréquenté ; piscine ; restaurant ; situé à 13 km du centre de Marrakech ; rejoindre tout d'abord l'embranchement suivant , il reste ensuite 2 km à parcourir : emprunter la petite route en direction du nord qui traverse un village puis se transforme en piste, tout en suivant les panneaux car la piste bifurque à droite ; ; ).

Hébergements situés dans le centre de Marrakech où nous avons logé lors d'un précédent voyage en 2006 :

  • "Hotel Sindi Sud", où nous avons logé en 2006 (très propre ; murs de la chambre en carrelage ; quartier bruyant jusqu'à minuit ; tél. 212 (0) 24 44 33 37 ; email ; ) ;
  • "Dar Youssef", où nous avons logé en 2006 (propriétaires sympas ; quartier bruyant jusqu'à minuit).

Il existe bien entendu de nombreux autres hébergements ou riads à Marrakech et alentours.

Cette fois-ci, nous ne visiterons pas la ville de Marrakech car nous l'avions fait lors d'un précédent voyage en 2006. De nombreux lieux sont à visiter à Marrakech, ville impériale au riche passé historique. Comme toutes les grandes villes du Maroc, les visites et l'ambiance de la ville en général, peuvent être pesants. Certaines personnes aiment, d'autres détestent... Les incontournables de Marrakech sont la Médina et la célèbre place Jema El Fna, mais aussi la medersa Ben Youssef, le Palais de la Bahia, le Jardin de la Menara, le Jardin de Majorelle, etc..

Médina

Situé au centre de la ville, elle regroupe une forte concentration de la population de la ville. Cette médina est très touristique, donc on y trouvera de tout, aussi bien des articles utiles, que des articles destinés aux touristes. La négociation est de rigueur ici. Les vendeurs peuvent être oppressants.

Plus de photos de la médina de Marrakech...

Jema El Fna

Située au cœur de la médina, la place Jema El Fna est l'un des symboles de Marrakech ! Point central de rencontres, de détente ou de commerce, l'on y côtoie aussi bien des charmeurs de serpents, des tatoueurs au henné que des musiciens, ou encore des commerçants qui vendent de nombreuses variétés de produits comme des amandes, des fruits, des épices, ou encore ces magnifiques lampes et lanternes au charme oriental. Là aussi, attention au vendeur insistant et il faut savoir que si vous observez un spectacle, une contribution monétaire vous sera demandée. A partir du moment où l'on a cela à l'esprit, la visite sera agréable.

Vers 18h, la place Jema El Fna se remplit de stands qui proposent diverses spécialités culinaires (escargots, keftas, brochettes, poissons, légumes, desserts, boissons, fruits, ...) que l'on peut manger sur place puisque des tables et des bancs sont souvent prévus à cet effet. Les rabatteurs invitent les locaux, mais également les touristes, à s'asseoir tout en ventant les mérites de leur chef cuisinier ! Il faut bien choisir le stand, car tous les stands ne proposent pas la même chose. C'est en tout cas une expérience unique dont profitent principalement les familles marocaines qui sont de sortie ; nous avons en effet pu constater qu'il y avait très peu de touristes attablés !

Plats proposés sur la place Jema El Fna
  • accueil par du pain et une salade de tomates (5 MAD = 0,46 EUR) ;
  • petite assiette d'olives, d'aubergines ou de poivrons (5 MAD = 0,46 EUR) ;
  • petite salade mixte (5 MAD = 0,46 EUR) ;
  • galette de pommes de terre (1 pièce = 5 MAD = 0,46 EUR) ;
  • kefta (boulettes de viande hachée ; 6 pièces = 25 MAD = 2,30 EUR) ;
  • tajine à la viande (25 MAD = 2,30 EUR) ;
  • pastilla (feuilleté au poulet ou au pigeon ; 25 MAD = 2,30 EUR; très bon);
  • escargots ;
  • soupe d'escargots ;
  • sandwich aux œufs, fromage et huile ;
  • abats de viandes ;
  • desserts aux épices ;
  • thé aux épices (1,50 MAD = 0,14 EUR ; cannelle, gingembre, clou girofle, ... ; délicieux !) ;
  • coca 25 cl. (5 MAD = 0,46 EUR) ;
  • etc.

Tarifs pratiqués en 2006.

Attention à bien vérifier la note, car à chaque coup, il y a des erreurs !

Certains stands ne proposent que du thé aux épices... cannelle, orange, clou de girofle... ce breuvage fait un peu penser au vin chaud que l'on trouve chez nous à la période de Noël ! En tout cas, c'est un régal et nous nous abreuvons sans limite de cette boisson aux subtiles odeurs épicées !

Plus de photos de la place Jema El Fna...

Pour rappel : le 28 avril 2011, un attentat a secoué la place Jema El Fna à Marrakech. Celui-ci se produira au moment de notre deuxième passage à Marrakech, que nous écourterons pour cette raison !

Koutoubia

Juste à côté de la place Fema El Fna, se trouve la mosquée Koutoubia, impossible à rater car elle est reconnaissable à son minaret. Quelques jardins ouverts au public sont agréables à parcourir lorsque l'on veut quitter le bruit de la ville et les vendeurs de la Médina.

Stationner à Marrakech

Stationner au centre de Marrakech n'est pas chose aisée ! De petits parkings intérieurs existent mais ils sont tellement petits que les véhicules sont entassés ce qui vous oblige à laisser les clés du véhicule au gardien du parking afin qu'il puisse le déplacer si besoin. D'autres parkings extérieurs existent et sont pris d'assaut ! Il faut dans tout les cas suivre les instructions des gardiens pour savoir où se garer. Pour trouver un parking, c'est relativement facile, car très rapidement, des rabatteurs à deux-roues accostent les touristes motorisés perdus et proposent de les emmener jusqu'au parking le plus proche et normalement adapté au véhicule. Voici quelques points GPS de parkings repérés en 2011 : à côté du jardin de la Koutoubia ; à côté du casino de la Mamounia. Pour information, ces 2 parkings extérieurs sont utilisables par les camping-cars qui peuvent y passer la nuit.

Plus de photos de Marrakech et alentours...


Haut Atlas

L'Atlas est un massif montagneux d'Afrique du Nord couvrant le Maroc, l'Algérie et la Tunisie. L'Atlas marocain se divise en 3 régions : le Moyen Atlas, le Haut Atlas et l'Anti Atlas. C'est dans le Haut Atlas que nous nous rendons. Cette partie de l'Atlas est la plus haute et son point culminant atteint 4 167 m d'altitude. Il n'est donc pas rare d'apercevoir des sommets enneigés de septembre à juin ! La ville de Marrakech se trouve à seulement 40 km des piedmonts du Haut Atlas.

Cascades d'Ouzoud

A midi, nous quittons l'hôtel et Marrakech pour rejoindre les cascades d'Ouzoud (180 km). La route est belle puisque nous frôlons l'Atlas. Les derniers kilomètres correspondent à une route de montagne. En arrivant à Ouzoud, nous nous posons à l'auberge-camping "Zebra" qui nous convient parfaitement.

Où dormir à Ouzoud

Hébergement où nous avons logé :

  • "Zebra" (auberge-camping qui propose de très belles chambres et de belles places de camping ; sanitaires très propres ; auberge-camping écologique ; tenu par un couple de hollandais accueillants ; très bon restaurant avec une carte bien fournie de spécialités marocaines et d'autres pays d'Afrique ; situé à 1 km des cascades ; toute petite piscine ; au calme ; très propre ; www ; ; ).

Il existe bien entendu beaucoup d'autres hébergements dans les environs des cascades d'Ouzoud.

Aussitôt après, nous rejoignons les cascades en camping-car. Les parkings sont payants et organisés par les locaux : chacun a son territoire et il faut négocier ! Ensuite, difficile de savoir vers où se diriger pour voir les cascades, car aucun panneau ne l'indique ! En revanche, les marocains vous attendent de pied ferme et avec insistance pour vous proposer leurs services de guide ! Nous déclinons leurs propositions et arrivons à trouver un sentier partiellement barré pour travaux, qui nous mène 100 m après sur le haut des cascades. Ici, la rivière (ou oued) Ouzoud tombe d'environ 110 mètres de haut, pour former plusieurs cascades spectaculaires.

Nous rebroussons ensuite chemin jusqu'à la route (100 m). Un autre sentier permet de descendre aux pieds des cascades (environ 500 m à parcourir), mais comme il est déjà tard, nous reportons cette balade au lendemain. Nous retournons au camping et dînons dans notre camping-car.

Chiffre de la journée : 180 km parcourus

Le lendemain matin, nous flânons avant de repartir à pied jusqu'aux cascades. Pour rejoindre les cascades depuis l'auberge-camping "Zebra", il faut soit suivre la seule route sur 1 km, ou emprunter un sentier non balisé (une explication en photos de l'itinéraire est disponible au camping). Nous décidons d'emprunter le sentier. Arrivé au parking des cascades, nous déjeunons dans l'un des nombreux petits restaurants. Nous choisissons un petit bouiboui où déjeunent de nombreux marocains. En empruntant le sentier qui descend vers le bas des cascades, d'autres petits restaurants, plus touristiques proposent des tajines et autres plats. Une multitude d'échoppes à souvenirs se trouvent tout au long de la descente. Une fois au pied de la cascade, des balades en bateau sont proposées aux touristes (nous ne testons pas). Un petit pont en bois permet de traverser la rivière Ouzoud. Nous continuons à l'aveuglette sur un sentier situé de l'autre côté de la rivière. Le sentier rejoint quelques emplacements de camping (accessibles seulement à pied), puis se perd dans la forêt. Des semblants de sentiers grimpent sur l'autre versant de la cascade, ce qui nous donne accès à une autre vue magnifique ! Pour retraverser cette fois la rivière au dessus de la cascade, nous trouvons un pont un peu plus loin.

Randonnée Sentiers autour des Cascades d'Ouzoud

Où marcher autour des cascades d'Ouzoud ? En arrivant par la route, les cascades se trouvent sur une épingle à cheveux (virage sec à 180°) formant une petite place encadrée de quelques bâtisses . Juste avant ou après l'épingle à cheveux, se trouvent quelques parkings payants. Deux sentiers démarrent de l'épingle à cheveux. L'un à droite, partiellement en travaux lors de notre passage, permet d'atteindre après 100 m de marche le haut de la cascade (prudence, car il n'y pas de barrières, mais la vue est époustouflante). L'autre sentier se situe à gauche de l'épingle à cheveux. C'est un sentier bien aménagé qui mène au pied des cascades. De nombreuses échoppes et restaurants à touristes se sont implantés tout au long de la descente. Plusieurs points de vue permettent de contempler les cascades. Une fois en bas, il est possible de traverser la rivière par un petit pont en bois ou à l'aide d'un petit bateau (le pont n'est apparemment pas toujours en place). En face, le sentier remonte de façon très raide, puis redescend et traverse quelques campings (accessibles uniquement à pied). En continuant sur le sentier principal, cela grimpe de plus en plus. Au fur et à mesure de la montée, le sentier semble disparaître ou plutôt il se multiplie en d'innombrables petits sentiers . Il faut alors suivre son sens de l'orientation ! Il s'agit de repartir vers les parkings, en longeant la rivière ou plutôt le haut de la falaise. La rivière et les falaises se trouvent maintenant sur la droite. Là aussi, prudence, car les falaises sont proches et aucune barrière ne sécurise le site . Il faut être particulièrement prudent si le sol est mouillé. La vue est grandiose ! En arrivant au niveau des cascades, certains vont peut-être essayer de traverser la rivière les pieds dans l'eau... Nous le déconseillons fortement car cela nous semble extrêmement risqué ! Le courant est puissant et il suffit de malencontreusement glisser dans l'eau pour être très vite emporté vers l'une des cascades !!! Le plus sûr est de rester à sec. Pour cela, il suffit de continuez à longer la rivière. Après 15 mn de marche, il y a un pont pour véhicules qui vous permettra de revenir sur l'autre rive de la rivière . Il suffit ensuite de suivre la petite route pour rejoindre le point de départ (la place dans l'épingle à cheveux).

De retour au parking, nous retournons au camping "Zebra", toujours à pied, mais cette fois par la route. Au camping, nous nous rafraîchissons avec plaisir dans le petit bassin (petite piscine) puis nous dégustons sur place un délicieux repas que nous avions réservé la veille (belle carte de menu avec spécialités marocaines, ou d'autres pays d'Afrique ; il est préférable de réserver le repas).

Plus de photos des cascades d'Ouzoud et des environs...

Chiffre de la journée : 0 km parcourus

Le lendemain matin, nous reprenons la route. Le ciel est gris. Nous rejoignons à nouveau Marrakech, mais cette fois par la petite route du nord, en passant par Aït-Attab, qui rejoint la N8. Ce tronçon de route n'est pas très bon, mais il nous permet de contempler des paysages différents de l'aller (gorges, montagnes, ...) ; nous sommes d'ailleurs les seuls sur cette route ! Une fois la N8 atteinte, la route est excellente jusqu'à Marrakech. Nous avons prévu de récupérer Jane et Jeannot, les parents de Gilles, à l'aéroport de Marrakech. Ces derniers nous avaient demandé, quelques jours plus tôt, s'ils pouvaient nous rejoindre au Maroc, ce que nous avions accepté avec joie (prix du vol Francfort-Marrakech aller simple : 108 EUR TTC).

En arrivant aux abords de Marrakech, nous passons chez "Afriquia Gaz" pour faire recharger la bouteille de gaz de notre camping-car. Durant le rechargement, nous déjeunons dans le camping-car.

Grande bouteille de gaz

Pour les camping-caristes, il peut être utile de pouvoir changer sa bouteille de gaz. Etant nous-mêmes équipés d'une bouteille de propane, nous avons été à cours de gaz durant notre périple ! Nous l'avons donc fait recharger auprès d'une "usine" de gaz. Toutefois, certaines usines refusent de le faire. Après 2 usines visitées en vain du côté de Marrakech, nous avons pu faire remplir notre bouteille à 16 km au Nord-Ouest de Marrakech, sur la route N7 (Usine "Afiquia Gaz" ; ). Pour cela, nous sommes allés voir le gardien qui a accepté de remplir notre bouteille. Il a suffit de la lui déposer et de revenir la récupérer 30 min plus tard.

Nous sommes le 28 avril 2011, jour du terrible attentat qui a secoué la place Jema El Fna à Marrakech. Nous apprendrons la triste nouvelle vers 16h, en nous rendant à l'aéroport de Marrakech pour chercher les parents de Gilles (Jane et Jeannot).
Nous sommes atterrés et impuissants devant tant de cruauté ! Et dire que nous avions prévu d'y déjeuner le lendemain à 13h !

Pour cette première nuit avec mes parents, nous avons réservé des chambres dans l'hôtel de charme "Les Terres M'Barka". Le camping-car dormira seul sur le parking de l'hôtel !

Chiffre de la journée : 200 km parcourus

Le lendemain matin, nous flânons à l'hôtel et abandonnons l'idée de rejoindre la place Jema El Fna, en raison de l'attentat qui s'est produit hier.

A midi, nous quittons toutefois l'hôtel et traversons Marrakech du sud au nord pour effectuer quelques achats alimentaires et retirer de l'argent. Nous apercevons au loin, le cœur serré, la terrasse dévastée du café "Argana" .
Nous nous rendons ensuite au supermarché Carrefour de Marrakech (situé à 4 km au sud de Marrakech dans le Mall Al Mazar ; ; le Mall regroupe un grand nombre de magasins, dont de nombreux fastfoods) et profitons de l'endroit pour y déjeuner. Puis nous rejoignons l'auberge-camping "Le Relais de Marrakech" pour y passer la nuit.

Chiffre de la journée : 35 km parcourus

Route Marrakech/Aït-Ben-Haddou par le col Tizi n'Tichka et la nouvelle petite route P1506

Aujourd'hui nous quittons les plaines du Maroc pour nous diriger au cœur du Haut Atlas. La route la plus simple pour se diriger dans l'Atlas depuis Marrakech est la route N9 en direction de Ouarzazate. Cette route est somptueuse et très impressionnante ! Les paysages, tout d'abord verdoyants, deviennent de plus en plus arides. Aujourd'hui, le temps est mitigé. Par-ci, par-là, des personnes se trouvent au bord de la route pour vendre des pierres, de la poterie, des plantes séchées, et même des morilles blanches. Pour passer de l'autre côté du Haut Atlas, nous empruntons le col Tizi n'Tichka (ou Tizi-n-Tichka) situé à 2 260 m d'altitude : la température extérieure est nettement descendue et la neige n'est pas loin ! Avant d'arriver au col, nous déjeunons et nous réchauffons au "Café-Restaurant Assanfou" (très bon ; 2 200 m d'altitude ; ).

Trois kilomètres après le col, nous quittons la route principale N9 pour prendre la petite route P1506 (à 70 km de Marrakech ; ). Cette toute petite route que nous souhaitons découvrir, est une alternative à la N9 pour rejoindre Aït-Ben-Haddou. Nous devons rouler doucement car la route n'est pas bonne, bien que facilement praticable en camping-car ou en voiture, à petite vitesse. Par moment, l'asphalte disparaît pour laisser place à la piste. Nous croisons peu de véhicules. Les paysages sont superbes, malgré le mauvais temps qui nous gagne. La roche est ocre, parfois complètement blanchie par le sel. En traversant le village de Telouet, nous apercevons de nombreux rabatteurs qui attendent les touristes pour leur servir de guide : pour ne pas être importunés (voire harcelés), nous renonçons à visiter ce village et sa Kasbah...

De Telouet à Aït-Ben-Haddou, la route est cette fois neuve, puisqu'achevée il y a à peine quelques mois (avril 2011). De nombreux petits dos d'ânes ont été construits, mais bon nombre d'entre eux sont déjà très usés ou même en train de disparaître en raison du passage des véhicules. La route mène ensuite à une vallée très verte au fond de laquelle coule la rivière Asif Ounila, que la route longera jusqu'à Aït-Ben-Haddou. Les paysages sont maintenant très différents. Les petits villages typhiques de l'Atlas et leurs Kasbahs se succèdent pour notre plus grand plaisir !

Plus de photos de la route du col Tizi n'Tichka et de la P1506...

Un peu avant Aït-Ben-Haddou, nous stoppons à Tamdaght pour passer la nuit à l'auberge-camping "Defat Kasbah". Nous dînons à l'auberge.

Chiffre de la journée : 183 km parcourus

Aït-Ben-Haddou

Où dormir à Aït-Ben-Haddou

Voici quelques hébergements que nous avons visités :

  • "Riad Maktoub", où nous avons logé en 2006 (excellent accueil) et revisité en 2011 (de 45 à 90 EUR par chambre double avec petit-déjeuner ; hôtel de charme décoré avec beaucoup de goût à la mode berbère ; quelques chambres avec salon et cheminée et climatisation si besoin ; lors de notre dernier passage en 2011, une piscine a été construite et les chambres ont été complètement rénovées ; www ; ) ;
  • "La Rose du Sable" (26 EUR la chambre double avec petit-déjeuner ; climatisation ; piscine ; possibilité de camper sur le toit ; www ; ) ;
  • "Auberge Etoile Filante d'Or", où nous avons logé en 2006 et revisité en 2011 (35 EUR par chambre double avec petit-déjeuner ; depuis notre 1er passage en 2006, plusieurs gérants se sont succédés, dont Hind et Aurélien rencontrés en 2011 lors de notre dernière visite de l'hébergement. En 2012, c'est au tour de Nadia et Christian de gérer le lieu ; www ; ) ;
  • "Defat Kasbah", où nous avons logé en 2011 (chambres d'hôtes et camping ; belles chambres ; très propre ; chambre 24 EUR pour 2 pers. avec petit-déjeuner ; bon accueil ; places de camping boueuses en cas de forte pluie ; attention à l'accès pour les camping-cars, il faut passer sous un porche (notre camping-car fait 3 m de large et nous sommes passés facilement) ; place de camping à 7 EUR ; restaurant et salon chaleureux ; bonne cuisine ; piscine ; situé au village Tamdaght et à 3 km d'Aït-Ben-Haddou ; ; ).

Il existe bien entendu de nombreux autres hébergements.

Le lendemain, nous visitons, malheureusement sous la pluie, le Ksar d'Aït-Ben-Haddou (ou Aït-Benhaddou) qui est formé de nombreuses Kasbahs.

Ksar, Ksour et Kasbah

Dans le centre et le sud marocain, on peut encore admirer de nombreuses kasbahs. Il s'agit d'anciennes constructions fortifiées, parfois en terre. Certaines tiennent encore debout grâce à des programmes de conservation, d'autres ont complètement disparu. Celles d'Aït-Ben-Haddou sont protégées par l'Unesco.
Un ensemble de kasbah (ou casbah) forme un ksar (ou ksour) qui signifie "village".

Le lieu est resté tellement authentique que plusieurs tournages de films s'y sont déroulés, dont le film "Gladiateur". La Kasbah se trouve de l'autre côté d'une rivière (oued). Depuis peu, un pont en béton a été construit, mais si la rivière a peu d'eau, il est toujours possible de la traverser à pied en marchant sur des sacs de sable ou des pierres posées dans l'eau. L'accès à la Kasbah est gratuit, à condition de passer par sa gauche (au niveau du pont) ou par sa droite. Si vous pénétrez par la porte principale, vous devrez payer l'accès à la partie centrale (musée). A l'intérieur, c'est un labyrinthe ! Quelques maisons sont toujours habitées alors que d'autres sont maintenant des magasins pour touristes. La météo était tellement exécrable ce jour-là, que nous n'avons pris aucun cliché ; mais voici tout de même quelques photos effectuées lors de notre précédent voyage au Maroc (2006).

Plus de photos d'Aït-Ben-Haddou...

Nous pensions rester deux nuits à cet endroit mais compte tenu du mauvais temps et du froid qui ont pris possession du Maroc depuis hier, nous décidons de continuer notre route jusqu'à Ouarzazate.

Ouarzazate

Ouarzazate est une grande ville agréable. Son principal attrait touristique est la Kasbah Taourist (2 EUR l'entrée/pers. ; ).

Pour le déjeuner, nous nous rendons au "Relais Saint-Exupéry" (restaurant gastronomique à prix très raisonnable ; tenu par Jean-Pierre, un français ; très bon ; propose des menus ; salle intérieure "fumeurs" ; situé à la sortie de Ouarzazate en direction de Skoura ; ; www ; ).

Où dormir à Ourzazate

Nous avons visité le camping de Ouarzazate ( ; ce dernier propose également des chambres très sommaires).

Il existe bien entendu d'autres hébergements à Ouarzazate.

Plus de photos d'Ouarzazate...

Skoura

Nous empruntons ensuite la route N10 jusqu'à Skoura. Quelques kilomètres avant Skoura, nous nous posons à l'auberge-camping "Amerhidil".

Où dormir à Skoura

Voici un hébergement où nous avons logé :

  • "Auberge-Camping "Amerhidil", où nous avons logé (très belles chambres, spacieuses, propres et neuves, avec toilettes, salle de bain et douche chaude à 35 EUR pour 2 pers. ; grand camping peu ombragé pour l'instant à 3 EUR l'emplacement pour 2 pers. sans électricité et 2 EUR de plus pour avoir l'électricité ; sanitaires du camping sommaires ; aire de service fonctionnelle ; restaurant avec bonne cuisine familiale ; petit déjeuner à 3 EUR/pers. ; propriétaire extrêmement sympathique et attentionné ; au calme ; situé à côté de la palmeraie, non loin de la rivière, à 600 m de la Kasbah Amerhidil (à rejoindre à pied), à 400 m de la route, et à 2,5 km de Skoura ; ; ) ;

Il existe bien entendu de nombreux autres hébergements.

Nous avons encore le temps de marcher jusqu'à la Kasbah d'Amerhidil. La Kasbah a pour toile de fond les sommets enneigés de l'Atlas : la vue est sublime ! Nous ne pouvons malheureusement pas accéder à la Kasbah, car un film est en cours de tournage ; l'équipe du film nous autorise toutefois à prendre des photos ; le ciel est d'un bleu limpide mais la température baisse de jour en jour, avec environ 14°C pour la journée !

Nous nous promenons ensuite dans la palmeraie, où se trouve une autre kasbah qui elle est en ruine.

De retour à l'auberge-camping, nous dégustons un bon couscous végétarien commandé avant notre balade.

Chiffre de la journée : 74 km parcourus

Cette nuit, il a fait 6°C ! Ce matin, nous rejoignons en camping-car le centre de Skoura qui n'est qu'à 2,5 km ; c'est le jour du souk, un souk authentique et très local ! Parfois sur des étals, parfois à même le sol sur une grande bâche, oranges, choux verts, piments, carottes, pommes de terre, navets et autres fruits et légumes côtoient les épices qui elles-mêmes côtoient les amphores et plats à tajine en terre cuite et autres casseroles en alu ! On y trouve de tout, et, du son de leur voix, les marchands scandent leur offres promotionnelles pour attirer la clientèle. Nous repartons chargés de fruits et légumes gorgés de soleil !

Plus de photos de Skoura et alentours...

Chiffre de la journée : 5 km parcourus

Gorges du Dadès

Nous quittons Skoura le lendemain en direction des gorges du Dadès. Tout d'abord, nous roulons sur la route N10 jusqu'à Boumalne-Dadès (très bonne route), puis empruntons la route R704 qui pénètre la vallée et les gorges du Dadès. Le nom Dadès correspond à l'oued qui coule au fond de la vallée. Le ciel est d'un bleu limpide et les oasis d'un vert vif se détachent sur l'ocre de la montagne : les paysages sont de toute beauté ! Nous traversons plusieurs villages et passons à côté de plusieurs ksours et leurs kasbahs.

Puis nous longeons l'étrange vallée des doigts de singes qui, comme son nom l'indique, fait penser à une multitude de doigts regroupés.

Ensuite, la route grimpe et serpente jusqu'au sommet (impressionnant), où se trouve un magnifique point de vue (au niveau du café-restaurant Timzzilite). Après 32 km parcourus depuis l'intersection N10/R704 à Boumalne-Dadès, nous arrivons à un endroit très étroit des gorges (10 à 15 m de largeur) où coule l'oued Dadès ; la route longe l'oued sur encore 300 m. Cette dernière se trouve presque au niveau de l'eau, ce qui laisse à penser qu'en cas de forte pluie, il est impossible de l'emprunter.

De l'autre côté du passage étroit, nous continuons notre route durant environ 20 km. Les paysages sont beaux et varient d'une vallée à l'autre. Nos divers stops attirent de nombreux enfants et le contact avec les autochtones est agréable. Nous prenons d'ailleurs un marocain en stop. Nous savons que la route se termine plus loin et se transforme en une piste impraticable si le véhicule n'est pas équipé de 4x4 ; nous rebroussons notre chemin et revenons un peu sur nos pas pour nous poser à l'hôtel-camping "Berbère de la Montagne".

Plus de photos de la vallée et des gorges du Dadès...

Où dormir dans la vallée de Dadès

Voici quelques hébergements que nous avons visités et qui sont éparpillés tout le long de la vallée de Dadès (du sud au nord de la vallée) :

  • "Pattes de Singes" (auberge-camping ; chambre très sommaire sans salle de bain à 4,50 EUR ; petit camping simple ; emplacement de camping à 3,50 EUR pour 2 pers. sans électricité ; 1 EUR de plus pour l'électricité ; superbe vue, car situé juste en face des rochers de la vallée des doigts de singes ; se trouve à 17 km après l'intersection N10/R704 à Boumalne-Dadès ; ; ) ;
  • "Gazelle du Dadès", où nous avons logé en 2006 et revisité en 2011 (de 12 à 20 EUR la chambre pour 2 pers. ; très propre ; douche et toilettes ; accueil agréable ; soirée animée au restaurant ; très bon rapport/qualité prix ; patron typiquement marocain, sympathique et attentionné, qui passe toujours vérifier si tout va bien ; beaucoup de personnel ; possibilité de dormir sur la terrasse ou de faire du camping pour 2,50 EUR/pers. ; se trouve à 27 km après l'intersection N10/R704 à Boumalne-Dadès ; possibilité de faire une petite randonnée dans une petite gorge située presque en face de l'hôtel, si le petit pont en bois est toujours là ; ; www ; ) ;
  • "Kasbah de la Vallée" (situé à côté de "Gazelle du Dadès" ; 25 EUR la chambre double avec petit déjeuner ;
  • "Berbère de la Montagne", où nous avons logé en 2011 (hôtel-camping ; belles chambres ; chauffage (souvent nécessaire, car situé à environ 1700 m d'altitude) ; 30 EUR la chambre sans salle de bain en demi-pension et 49 EUR la chambre double avec salle de bain en demi-pension ; camping avec emplacements ombragés ; sanitaires du camping moyens ; restaurant ; belle terrasse ; pas de WiFi ; pas de réception du réseau Inwi pour Internet ; accueil moyen ; se situe juste après la partie étroite des gorges du Dadès et à 33 km après l'intersection N10/R704 à Boumalne-Dadès ; ; www ; ).

Il existe bien entendu d'autres hébergements dans la vallée.

Chiffre de la journée : 160 km parcourus

Boumalne-Dadès

Le lendemain, après un bon petit déjeuner à l'hôtel, nous reprenons la route en sens inverse pour revenir jusqu'à Boumalne-Dadès. Nous faisons quelques achats de fruits et légumes et apprenons que c'est le jour du souk (vendredi) et que celui-ci ne se déroule plus au centre de la ville comme auparavant, mais à l'extérieur de la ville, sur la route en direction de Tinerhir . Le souk est très local et intéressant pour nos achats alimentaires (fruits, légumes, œufs, fruits secs, ...).

Plus de photos de Boumalne-Dadès et de son souk...

Tinghir

Nous continuons notre route (N10) jusqu'à Tinghir (ou Tinerhir, ou encore Tineghir). Nous déjeunons dans un petit restaurant "Restaurant La place" (situé sur la place principale de Tinghir ; pas très bon).

Un peu plus loin, nous quittons la route principale N10 et empruntons la route R703 en direction des gorges du Todgha (intersection : ). Aussitôt après, nous commençons à longer l'immense palmeraie de Tinghir et ses nombreuses Kasbahs. La palmeraie s'étire sur presque 10 km de route. Nous sommes subjugués par la beauté des paysages qui s'offrent à nos yeux et nous stoppons notre véhicule à plusieurs reprises pour nous imprégner de l'atmosphère qui se dégage des lieux ! Nous nous arrêtons même un petit moment pour faire une promenade dans la fraîcheur de la palmeraie de Tinghir. Amir, un jeune collégien rencontré dans le village, nous fait visiter les lieux en compagnie de son jeune frère. Nous terminons l'après-midi autour d'un thé à la menthe accompagné de pain et d'huile d'olive que nous a préparé sa maman ! Merci à tous les trois pour cet accueil inattendu et adorable !

Depuis aujourd'hui, la température est à nouveau agréable et dépasse largement les 20°C. Nous continuons notre route encore quelques kilomètres jusqu'à l'hôtel-camping "Le Soleil" (belle chambre à 26 EUR avec très bonne literie ; superbes emplacements de campings ombragés à environ 6 EUR pour 2 pers. ; sanitaires impeccables ; présence d'une aire de service ; bon accueil ; belle salle de restaurant ; belle terrasse et tente ; WiFi gratuit au restaurant et sur la terrasse ; machine à laver ; piscine + pataugeoire (pas très bien nettoyées) ; malheureusement situé juste à côté de la route assez passante, et à côté du minaret ; ; www ; ).

Plus de photos de la palmeraie de Tinghir...

Chiffre de la journée : 94 km parcourus

Gorges du Todgha

Le lendemain matin, nous roulons encore 6 km pour arriver aux gorges du Todgha (prononcé "Todra", ou encore "Toudra"). C'est une impressionnante gorge formée par l'oued (rivière) Todgha. Depuis peu, une route asphaltée parcourt le fond de la gorge. L'accès est payant, mais le prix est dérisoire. Après une petite découverte des gorges à pied, nous reprenons le camping-car et traversons complètement les gorges.

Plus de photos des gorges du Todgha...

Route Todgha/Goulmima par les nouvelles routes P7103 et P7101

Il y a encore quelques années, il n'y avait qu'une piste traversant les gorges. Aujourd'hui, une petite route permet de prolonger le parcours avec un véhicule ordinaire et ce jusqu'à Goulmima, une alternative à la grande nationale N10. Le paysage après les gorges est magnifique !

Nous stoppons à Tamtattouchte (ou Tamtatouchte) et nous posons pour la nuit à l'auberge-camping "Baddou" (propose des chambres doubles de 32 à 44 EUR en demi-pension avec une bonne literie ; des places de camping, en terrasse ou sous tente berbère à 6 EUR pour 2 pers. ; sanitaires très propres ; aire de service rudimentaire, rien pour les eaux grises ; accueillants et serviables ; restaurant proposant des spécialités, avec animation ; très bons repas ; machine à laver, mais c'est eux qui la font fonctionner et le linge n'est pas toujours bien lavé ; belle terrasse et tente ; pas de réception du réseau Inwi pour Internet ; situé juste avant le village de Tamtattouchte ; ; www ; ).

La vallée environnante et la kasbah valent le coup d'être parcourus à pied.

Chiffre de la journée : 24 km parcourus

Le lendemain, le ciel est malheureusement couvert. Nous reprenons la route en continuant sur l'ancienne piste R703 puis P7103 en passant les village Tidrine, Assoul, Aouarai, Imiter, Amellago, Tahemdount, jusqu'à Tadirhoust. Sur cette route les paysages traversés sont vraiment fabuleux ! Par endroits la route est parfaite alors qu'à d'autres endroits elle est plus difficile, mais suffisamment bonne pour passer avec un camping-car. La difficulté est de ne pas se tromper, même si les intersections ne sont pas nombreuses, car il n'y a pas forcément de panneaux indicateurs ! (l'une des intersections critiques : en venant du Nord, il faut tourner à droite et non pas continuer tout droit ; munis d'un GPS, nous n'avons pas rencontré de problème)

Nous stoppons dans le village de Tadighoust pour nous poser une nuit au gîte "Chez Pauline" (hébergement de charme ; magnifiques chambres, dont 2 suites ; quelques places de camping à 6 EUR l'emplacement pour 2 pers. avec électricité ; accessible uniquement aux petits camping-cars ; très bonne cuisine ; accueil adorable ; de 31 à 49 EUR une chambre pour 2 pers. ; situé en plein milieu de la palmeraie de Tadighoust ; dans le village, ne pas rater le panneau indiquant le chemin à prendre, puis suivre les autres panneaux sur environ 2 km de piste ; machine à laver possible ; ; www ; ).

Nous dégustons un délicieux dîner sur place au gîte "Chez Pauline".

Plus de photos de la route Todgha/Goulmima par les routes P7103 et P7101...

Chiffre de la journée : 116 km parcourus


Merzouga

Puis nous reprenons la route pour rejoindre Merzouga. Nous atteignons tout d'abord Goulmima et retrouvons la grande route N10 que nous remontons jusqu'à Tinejdad. Puis nous empruntons la route R702. Nous avons maintenant quitté le Haut Atlas et pénétrons petit à petit dans les hauts-plateaux désertiques de l'Est du Maroc.

Les villages parcourus semble moins pauvres et pourtant si loin de tout ! Nous arrivons à Erfoud (endroit réputé pour ses fossiles ; un grand nombre de vendeurs, exploitants, expositions invitent les véhicules à s'arrêter). Erfoud est également un endroit où l'on trouve de grands hôtels.

Où dormir à Erfoud

Voici un hébergement que nous avons visité :

  • "Tifina" (auberge et camping ; hébergement en dur de 17 à 34 EUR pour 2 pers. ; hébergement en tente à 20 EUR pour 2 pers. ; emplacement de camping de 7 à 17 EUR pour 2 pers. ; piscine ; situé sur la route N13 entre Erfoud et Rissani ; www ; ) ;

Il y a énormément d'hébergements en hôtel à Erfoud et environs.

Nous empruntons ensuite la route N13 en direction de Rissani. Autrefois, il fallait poursuivre en véhicule tout terrain pour rejoindre Merzouga ou le désert. Aujourd'hui, la route N13 a été prolongée jusqu'à Merzouga et peut être empruntée par tous types de véhicules.

Nous commençons à voir d'immenses dunes de sable ocre. En effet, nous frôlons les premières dunes du Sahara ; curieusement, nous sommes à environ 1000 m d'altitude. En fait, il s'agit d'immenses bancs de sable (ici, 19 km sur 9 km) détachés du désert. Le banc de sable de Merzouga s'appelle Erg Chebbi, mais le site est également connu sous le nom de Dunes de Merzouga. Les dunes sont vraiment impressionnantes, avec une hauteur pouvant atteindre les 150 m ! A quelques kilomètres de là, se trouve la frontière algérienne. Arrivés à Merzouga, nous cherchons un hébergement. Quelques rabatteurs, assez insistants, attendent les nouveaux arrivants. Nous nous posons au "Ksar Sania".

Où dormir à Merzouga

Voici quelques hébergements que nous avons visités, tous situés aux pieds de dunes, c'est-à-dire juste après le village de Merzouga (classés du nord au sud) :

  • "Les Pyramides" (auberge-camping ; chambre à 35 EUR en demi-pension pour 2 pers. ; camping à 3,50 EUR pour 2 pers. ; électricité pour 1 EUR supplémentaire ; ; ) ;
  • "Ksar Sania", où nous avons logé (chambre bioclimatiques en paille à 53 EUR en demi-pension pour 2 pers. ; huttes en terre et roseaux à 35 EUR en demi-pension pour 2 pers. ; camping à 4,50 EUR pour 2 pers. ; WiFi ; très bon accueil par Françoise, la propriétaire ; piscine ; très bon restaurant ; hébergement écologique ; www ; 500 m de piste depuis la route N13 ; il faut arriver par l'Ouest (bonne piste ; ) et non par la piste Est (trop de sable) ; situé aux pieds des dunes ; ; ) ;
  • "La Tradition" (auberge-camping ; ; ) ;
  • "Les Portes du Désert" (chambre à 53 EUR en demi-pension pour 2 pers. ; très belle chambre et très propre ; emplacement de camping 3 EUR pour 2 pers. sans électricité, 4,50 EUR avec électricité ; emplacement simple et sans ombre, mais protégé par un mur ; piscine propre et bien équipée en chaises longues ; situé à 2 km de Merzouga ; ; www ; ) ;
  • "Nomad Palace" (superbes chambres jusqu'à 6 personnes ; 26 EUR/pers. en demi-pension ; pas de WiFi ; place de camping à 2 EUR, électricité inclus ; prises électriques éloignées, mais rallonges disponibles ; situé à 7 km de Merzouga ; ; ) ;

Il existe bien entendu d'autres hébergements.

Chiffre de la journée : 190 km parcourus

Nous passons 3 nuits à Merzouga, ce qui nous permet de voir les dunes sous un ciel bleu, sous une tempête de sable et sous l'orage !

Parfois, de terribles vents très désagréables soulèvent le sable et nous en avons alors partout ! Dans la bouche, les yeux, mais aussi dans tout le camping-car ce qui a nécessité un peu de ménage !!! La première tempête de sable subie par notre camping-car s'est déroulée la nuit et nous a donné l'impression de dormir sur un bateau, tellement le vent était violent ! Durant ces 3 jours, nous avons eu particulièrement chaud : 35°C à l'ombre et même 34°C à l'intérieur du camping-car, la température n'étant pas descendue en-dessous de 28°C durant la nuit !

Au village de Merzouga, que nous rejoignons à pied, se trouvent de petites échoppes à touristes, de petits restaurants et quelques agences qui proposent diverses activités touristiques .

Randonnée Activités touristiques à Merzouga

Merzouga est propice à plusieurs types d'activités touristiques, comme la balade à pied, à dos de dromadaire, en quad ou en 4x4. Le tout peut se faire pour une ou plusieurs heures, jusqu'à plusieurs journées. Quelques agences locales implantées dans le village de Merzouga proposent ce genre de service. Les hébergements peuvent eux aussi organiser quelques sorties. Nous avons repéré 2 agences dans la rue touristique de Merzouga . Il s'agit des agences "Berbere Experience" (www ; ) et "Territori Nomada" (www ; prestations plus haut de gamme, donc plus chères ; ). Nous avons passé un peu de temps avec eux et avons visité en 4x4 leurs camps où se déroulent les bivouacs dans les dunes de Merzouga. En voici quelques photos : Camp de bivouac proposé par "Berbere Experience" : . Camp de bivouac proposé par "Territori Nomada" : . Pour connaître les tarifs, consultez-les directement sur place ou sur leur sites Web. Lors d'une réservation éventuelle, n'oubliez pas de préciser que vous venez de notre part "PartirOu.com".

Plus de photos de Merzouga et de ses dunes...


Moyen Atlas (Route N13)

Nous quittons Merzouga et prévoyons 2 journées de route jusqu'à Meknès. Pour cela, nous rebroussons notre route (N13) jusqu'à Erfoud, puis Er-Rachidia. A partir d'Er-Rachidia, nous pénétrons le Moyen Atlas, passons les gorges du Ziz, le Défilé de n'Zala, le col Tizi n'Talrhemt ainsi que la ville de Midelt. Cet itinéraire est marqué par de magnifiques paysages, malheureusement pour nous sous un ciel souvent nuageux !

Nous nous arrêtons pour la nuit à l'hôtel-camping "Ksar Timnay" et y dînons (auberge-camping ; bon accueil ; chambre propre ; camping ombragé ; sanitaires assez moyens ; piscine ; très bon restaurant et copieux ; place de camping à 6 EUR ; ; www ; ).

Chiffre de la journée : 290 km parcourus

Le lendemain matin, nous continuons la route vers Meknès, en passant par le col du Zad, le Parc National d'Ifrane et son col où les singes ont élus domicile, ainsi que les paysages d'Ito, pour arriver enfin à Meknès.

Plus de photos de la route N13 traversant le Moyen Atlas...


Meknès

Meknès, comme toutes les autres villes impériales, est à découvrir sur plusieurs jours... Toutefois, par manque de temps, nous passons seulement quelques heures à Meknès. Nous parquons le camping-car sur le parking au centre-ville . Comme dans toutes les villes du Maroc, nous négocions le prix du parking. Mais aussi, comme dans toutes les villes touristiques du Maroc, il faut se battre avec les nombreux pseudo-guides qui proposent leurs services. Nous refusons fermement et partons découvrir un peu le centre à pied.

Tombeau de Moulay Ismail

C'est donc à pied, en moins de 1/4 d'heure, muni d'une carte, que nous visitons le tombeau de Moulay Ismail. Un très bel édifice !

Puis nous traversons rapidement la place Lahdim et pénétrons dans la médina. Les ruelles étroites et nombreuses nous font vite perdre le sens de l'orientation. Avec un peu de difficulté, nous arrivons à retrouver le parking où nous attend notre camping-car.

Où dormir à Meknes

Plus de photos de Meknès...


Fès

Il est déjà tard, mais nous décidons tout de même de rejoindre la ville de Fès (70 km via l'autoroute A1 en environ 1h). Il se met à pleuvoir et la température n'est plus qu'à environ 15°C ! Nous nous posons directement au "Diamant Vert" et choisissons de passer la nuit dans un bungalow (villa), où nous cuisinons nous-mêmes notre repas pour le soir.

Où dormir à Fès

Nous nous sommes posés directement au "Diamant Vert" (parc touristique qui propose des hébergements en bungalows et en camping dans l'enceinte d'un parc aquatique ; bungalows à 53 EUR ; emplacement de camping pour 2 pers. avec électricité à 10 EUR ; l'accès au parc aquatique est gratuit si on loge dans un bungalow ou en camping ; immense piscine ; de grands toboggans en construction lors de notre passage ; animation et musique ; restaurant ; www ; étant donné la taille du parc, il y a plusieurs entrées : accès au camping ; accès aux bungalows ; accès et parking du parc aquatique ; ). Il existe bien entendu de nombreux autres hébergements à Fès.

Chiffre de la journée : 230 km parcourus

Fès, encore une ville impériale. Celle-ci est la plus ancienne du Maroc et a été fondée en l'an 789.

Médina

Le lendemain, nous rejoignons la médina de Fès. Plusieurs parkings payants se trouvent juste avant la médina et nous négocions fortement le tarif (emplacement où nous nous sommes garés en camping-car : ; il existe d'autres parkings). De plus, de nombreux pseudo-guides, très insistants et parfois même harcelants, attendent les touristes. Nous arrivons tout de même à visiter Fès seuls après avoir été poursuivis presque 30 mn par certains guides non officiels. Toutefois, il est vrai qu'il est difficile de visiter Fès seul, car la médina est grande et c'est un véritable labyrinthe !

Tanneries de Chouara

Difficilement, nous arrivons à trouver les tanneries du quartier de Chouara, lui-même situé dans la médina de Fès. Ce lieu est complètement masqué par les habitations, mais l'odeur presque insupportable est un bon indice de proximité. Du haut de certaines terrasses de magasins, on peut observer les tanneries. Il est également possible d'acheter des objets en cuir .

Notre contact avec la ville de Fès a été gâché par l'insistance des pseudo-guides marocains ! Cela aura pour conséquence, une visite écourtée. Nous décidons de retourner à notre hébergement pour profiter du calme des lieux et de la piscine !

Plus de photos de Fès...


Le retour

Le lendemain, nous quittons Fès, tandis que Jane et Jeannot, restent sur place pour rejoindre l'aéroport de la ville et prendre leur vol retour pour la France (vol Fès-Francfort aller simple à 72 EUR TTC).

De notre côté, nous empruntons la route N14, puis la N13 en direction de Chaouen. Un peu avant Chaouen, nous prenons la route N2 jusqu'à Tétouan. Il s'agira certainement de la route la plus pénible de tout notre parcours au Maroc, car la route est complètement déformée. En contrepartie, cette région verdoyante appelée le Rif, est magnifique !

Nèfle du Japon

La nèfle du Japon (ou Bibace, ou encore Bibasse) est cultivée dans le bassin méditerranéen, dans les mêmes régions où poussent les oranges. On en trouve par exemple au nord du Maroc et en cette saison, de nombreux vendeurs postés au bord de la route en proposent. On la consomme au printemps. Ce fruit ressemble à un abricot de l'extérieur, comme à l'intérieur, mais le goût est différent, plus ou moins acidulé selon son stade de murissement.

Ce fruit de doit pas être confondu avec la nèfle européenne, qui, complètement différent et nettement moins appétissant, se consomme au début de l'hiver après les premières gelées. La nèfle européenne pousse dans le Centre et l'Est de l'Europe comme par exemple en Allemagne.

A Tétouan, nous empruntons la route N16 pour rejoindre Martil qui correspond à la station balnéaire de Tétouan, et nous nous posons au camping "Al Boustane" (sanitaires très moyens ; bon restaurant ; situé à Martil, dans la station balnéaire de Tétouan et à seulement 300 m de la plage ; ; ).

Nous dînons au restaurant du camping avec un autre couple camping-caristes (Soize et René) que nous avions déjà rencontrés il y a 2 semaines de cela aux cascades d'Ouzoud. Aux abords de la plage de Martil, il y a de nombreux restaurants.

Photos de la route retour via la région du Rif...

Chiffre de la journée : 280 km parcourus

Il nous reste 35 km à faire jusqu'à la frontière espagnole. Nous partons tôt le lendemain matin, pour rejoindre l'autoroute qui mène presque jusqu'à la frontière Maroc-Espagnole de Ceuta. Mais avant, nous n'oublions pas d'effectuer un dernier plein de gasoil à 0,63 EUR/L ! Comme nous avons encore des Dirhams (MAD), nous tentons de les changer en Euro, mais malheureusement à cette heure matinale, tous les bureaux de change sont encore fermés ! Nous décidons de passer la frontière. Comme pour l'aller, plusieurs personnes proposent leurs services pour nous aider. Nous avions refusé leurs services à l'aller et Gilles avait un peu galéré ! Il décide donc cette fois de tester et accepte leur aide : un gain de temps énorme pour le passage en douane et l'on peut rétribuer le service à notre convenance (pour nous 5 MAD, soit 0,45 EUR). Le passage se fait en 15 mn chrono, puis nous traversons la douane espagnole. Un rapide contrôle de notre camping-car avec un chien (5 mn). Il est vrai que la région du Rif est connue pour ses revendeurs de drogue et que les touristes qui retournent en Espagne sont fouillés avec "précaution" !

Nous voilà en Espagne, mais toujours sur le continent africain. Nous roulons ensuite 4 kilomètres jusqu'au port. Nous devons alors attendre presque 3 heures pour le départ du prochain ferry (nos billets étant "open", il suffit de se présenter, s'il y a de la place, on part avec le 1er bateau). En attendant l'embarquement, Gilles fait un tour à la gare des passagers sans véhicule. Ici, de nombreux bureaux vendent des billets de traversée, et ils font également "change". Nos derniers Dirhams sont donc changés en euros.

Attention arnaque !!!
Durant notre attente, nous avons été sollicités par un monsieur européen parlant anglais, parfait gentleman, qui nous a demandé de l'argent car, selon ses dires, on lui avait volé son portefeuille et il ne pouvait donc plus prendre le ferry par manque d'argent ! Bien entendu, il nous rembourserait par virement bancaire une fois arrivé à son domicile ! Ceci est apparemment une arnaque qui s'effectue couramment aux ports et bien que ce monsieur ait l'air correct à tous points de vue, il n'en reste pas moins qu'il s'agissait d'un escroc ! Pour information, nous lui avons donné quelques deniers (bien moins que ce qu'il réclamait) et n'avons effectivement jamais été remboursés !

Nous embarquons sur le Ferry et après 1h de navigation, nous accostons à Algésiras situé sur le continent Européen. 5 jours plus tard, nous sommes de retour en France (incluant 2 stops de 2 nuits réparatrices en Espagne).


Informations complémentaires

Liens
  • Lors de ce voyage, nous avons tenu en direct, un blog : Nos premiers pas en camping-car
  • Avant notre voyage, nous avons relevé de nombreuses informations utiles sur le site de Jean-Fi, parti au Maroc en famille en fourgon aménagé : Maroc 2009 - Escapades
  • Site web permettant de commander le livre "Campings du Maroc" écrit par Emile Verhooste, ainsi que son forum : Le Maroc en Camping-car
  • Organisateur de croisières le long des côtes du Rif, plongées, treks, sorties VTT, 4x4 ou quad : Philippe, que nous avons rencontré à Merzouga, vous accueillera avec plaisir ; n'oubliez pas de préciser que vous venez de la part de "PartirOu.com" ! Voile Croisière Océane Maroc
  • Pour en savoir plus sur les camping-cars, depuis l'achat, jusqu'au voyage : Voyager en camping-car
Hébergements au Maroc
Billet d'avion pour le Maroc

Données clés du voyage

Pays visité : Maroc
Villes visitées : Asilah - Rabat - Azemmour - El Jadida - Oualidia - Essaouira - Marrakech - Ouarzazate - Skoura - Boumalne-Dadès - Merzouga - Meknès - Fès
Sites visités : Détroit de Gibraltar - Côte Atlantique - Lagune de Oualidia - Place Jema El Fna - Koutoubia - Haut Atlas - Cascades d'Ouzoud - Ksar d'Aït-Ben-Haddou - Kasbah d'ouarzazate - Palmerai de Skoura - Gorges du Dadès - Palmerai de Tinghir - Gorges du Todgha - Erg Chebbi - Moyen Atlas - Tombeau de Moulay Ismail - Médina de Fès - Tanneries de Chouara
Voyage : du 20 avril au 15 mai 2011 (25 jours passés au Maroc sur 77 jours de voyage au total)
Hébergements : Camping - Auberge - Hôtel - Bivouac
Moyen de transport : Camping-car
Distance parcourue : 3 200 km
Nombre de personnes : 3 (Emmanuelle, Gilles et Yann (3 ans) ) + 2 durant les 14 derniers jours (Jane et Jeannot)
Langues utilisées : Français - Anglais
Taux de change moyen au moment du voyage : 1 EUR (Euro) = 11,34 MAD (Dirham marocain) = 1,48 USD (Dollar américain)
Budget

Coût total de ce voyage de 25 jours passés au Maroc (2 adultes + 1 enfant de 3 ans) : environ 1 923 EUR, dont :

  • Hébergements en campings et hôtels : 350 EUR ;
  • Repas aux restaurants : 455 EUR ;
  • Carburant pour environ 3 200 km (340 L de gasoil) : 212 EUR ;
  • Ferries (2 traversées du détroit de Gibraltar) : 230 EUR ;
  • Péages : 20 EUR ;
  • Visites : 13 EUR ;
  • Divers (achats alimentaires, parkings, ...) : 643 EUR.

Soit environ 77 EUR par jour.


Conclusion

Il s'agit de notre deuxième voyage au Maroc et avons encore une fois été conquis par ce pays. C'est cependant la première fois que nous voyagions en camping-car, et sur ce point, là aussi, nous avons été enchantés de notre voyage !
Le Maroc se parcourt très bien en voiture, camping-car, 4x4, etc.. De plus, il n'est pas nécessaire de se déplacer beaucoup pour varier les paysages ! Ce pays est si proche de la France et malgré tout si dépaysant ! Si le temps ne vous le permet pas, rejoindre le Maroc en avion est facile et pas cher. En revanche, si vous avez le temps, alors pourquoi ne pas entreprendre le trajet par la route ! Si c'était à refaire, nous le referions de la même manière ! Le Maroc est vaste et mérite que l'on s'y attarde, même en plusieurs voyages...

J'espère que le résumé de notre voyage vous aura donné envie de découvrir ce magnifique pays si proche de chez nous ! Si vous souhaitez d'autres précisions pour vos futures destinations, n'hésitez pas à poser vos questions dans notre forum !

Merci de votre intérêt, bon vent et à bientôt, j'espère, pour une nouvelle aventure !

Gilles

Toutes les photos du Maroc...