Trouvez, comparez et organisez votre voyage avec PartirOu.com
Où partir ?
Quand partir ?
Billet d'avion
Séjours
Hébergements
Croisières
Voitures
Carnets de voyage
Photos
Carnet & guide de voyage
Carte Nouvelle-Zélande

Nouvelle-Zélande

L'île du Nord

Pour visiter la Nouvelle-Zélande, de nombreux voyageurs font le choix de louer un van ou un camping-car, ce qui donne l'avantage de pouvoir parcourir le pays en toute liberté. La plupart d'entre eux préfèrera réserver un véhicule avant le voyage, tandis que d'autres trouveront leur bonheur directement sur place. Nous avons opté pour la location d'un camping-car une fois sur place, un véhicule que nous utiliserons durant 2 mois 1/2.

Nos prévisions de voyage sont de parcourir l'île du Nord en un peu plus d'un mois, et tout autant pour l'île du Sud. Notre vol retour étant prévu depuis la ville de Christchurch située sur l'île du Sud, nous débutons notre périple en gagnant l'extrême Nord de l'île du Nord. Notre parcours se fera ensuite du Nord au Sud en débutant à Cap Reinga, jusqu'à Wellington, située au Sud de l'île du Nord. Nous passerons les régions de Coromandel, Rotorua, Taranaki et Tongariro. De Wellington, nous prendrons un ferry pour rejoindre l'île du Sud que nous parcourrons entièrement du Nord au Sud par sa côte Ouest. Une fois à l'extrémité Sud de l'île du Sud, nous remontrons l'île par la côte Est jusqu'à Christchurch, où se terminera notre voyage.

Lieux visités

Régions Les visites
Auckland Auckland - Mont Eden - Sky Tower - La Marina et le Silo Park
Northland Elliot Bay - Russell - Kerikeri - Cap Reinga - Te Paki Sand Dunes - Ninety Mile Beach - Koutu Boulders - Forêt de Waipoua - Trounson Kauri Park
Péninsule de Coromandel Coromandel - Whangapoua - Whitianga - Hot Water Beach - Cathedral Cove
Rotorua et région Te Puke - Hells Gate - Okere Falls - Rotorua - Wai-O-Tapu - Waimangu - Kerosene Creek - Waikite Valley - Okaro Lake - Whakarewarewa - The Redwoods
Taupo et région Orakei Korako - Wairakei - Huka Falls - Craters of The Moon - Taupo
Waitomo Spellbound - Ruakuri - Mangapohue Natural Bridge - Piripiri Caves - Marokopa Falls
Région de Taranaki Three Sisters & Elephant Rock - White Cliffs - New Plymouth - Parc National Egmont - Forgotten World Highway
Parc National de Tongariro Tongariro Alpine Crossing - Whakapapa - Desert Road
Wellington Wellington - Weta Workshop - Te Papa - Waterfront et Civic Square - Mont Victoria - Wellington Cable Car

Présentation

Située en Océanie, la Nouvelle-Zélande est composée de 2 îles aux dimensions presque identiques qui sont appelées tout simplement "Ile du Nord" et "Ile du Sud". La situation géographique de la Nouvelle-Zélande, qui est à la rencontre des plaques tectoniques "pacifique" et "australienne", en fait un pays avec une forte activité sismique (environ 200 tremblements de terre par an), les derniers, très intenses, s'étant produits ces dernières années sur l'île du Sud. La Nouvelle-Zélande est ainsi recouverte de nombreux volcans dont certains sont éteints et d'autres encore actifs. D'impressionnants volcans aux cônes parfaits se trouvent sur l'île du Nord. Parmi eux, on note le Mont Taranaki (ou Mont Egmont), le Mont Ngauruhoe (Parc National de Tongariro) ainsi que le Whakaari, le volcan le plus actif du pays.

La Nouvelle-Zélande a été colonisée par les polynésiens il y a environ 800 ans (entre 1050 et 1300). La légende dit que, lorsque les premiers polynésiens sont arrivés à bord de leurs "waka" (bateaux), ils ont vu une grande île enveloppée d'un nuage blanc et l'ont ainsi appelée le "pays du nuage blanc". Ils y ont découvert une faune endémique comme le Moa, une sorte d'autruche géante de 200 kg et de 3 m de haut, herbivore, qu'ils ont malheureusement fait disparaître en quelques siècles (c'est-à-dire il y a 700 ans de cela) . Egalement disparu autour des années 1 400, l'Aigle géant de Haast. Il s'agissait du seul rapace prédateur de Nouvelle-Zélande qui pouvait s'attaquer aux moas et aux kiwis. Fort heureusement, le kiwi (l'oiseau) a survécu à l'invasion de l'homme.

En 1642 a lieu un premier contact des européens avec la Nouvelle-Zélande mais c'est en 1769 que le navigateur et explorateur James Cook entra en contact avec les maoris. Les décennies suivantes virent l'arrivée de chasseurs puis de chercheurs d'or. En 1840, la Nouvelle-Zélande devient une colonie britannique. Plusieurs guerres opposeront les colons et les maoris. L'indépendance du pays est obtenue petit à petit à partir de 1907. Le pays participe ensuite aux 2 Guerres Mondiales, notamment sur le sol européen.

Wellington, située sur l'île du Nord, est aujourd'hui la capitale de la Nouvelle-Zélande. L'île du Nord compte presque 4 millions d'habitants alors que l'île du Sud en dénombre seulement 1 million avec, par endroit, comme dans le Southland (Sud de l'île du Sud) seulement 1 habitant par km².

Avec la colonisation, les hommes ont importés de nombreux animaux (moutons, chiens, chats, hermines, etc.) souvent pour leur élevage. De nombreuses espèces ont ainsi proliféré et sont même redevenues sauvages. Une erreur grave de conséquences puisque cela a perturbé l'écosystème tout entier du pays qui jouissait jusque-là d'une évolution qui lui était propre. Aujourd'hui, la Nouvelle-Zélande compte environ 40 millions de moutons, soit dix fois plus de moutons que d'habitants ! Elle fournit de ce fait, 1/4 de la production mondiale de laine ! Les moutons sont source de travail mais ils sont aussi malheureusement la principale cause du déboisement qui touche les 2/3 du pays ; ainsi, de nombreuses régions sont façonnées par les moutons : de vastes prairies, généralement vallonnées, sont marquées par une multitude de sillons formés par le passage incessant des moutons. Aujourd'hui, les animaux les plus nuisibles à la nature de Nouvelle-Zélande sont les hermines et les opossums. Ils nuisent notamment au kiwi ainsi qu'à la flore du pays. Importées pour leur fourrure, les hermines chassent malheureusement les jeunes kiwis. L'opossum est un marsupial qui a été introduit par l'homme d'Australie il y a seulement 150 ans et on en compte à ce jour environ 70 millions en Nouvelle-Zélande ! Les opossums s'en prennent aux œufs et aux oisillons, mais ils détruisent également les arbres.

Aujourd'hui, le gouvernement applique d'importants plans de sauvegarde et de restauration. De nombreuses réserves et parcs nationaux ont été créés. La Nouvelle-Zélande compte pas moins de 13 Parcs Nationaux, dont 3 sur l'île du Nord : "Tongariro", "Egmont" et "Whanganui". Des tentatives d'éradication de certaines espèces invasives est en cours (voir Prévention, préservation et restauration des parcs naturels). Ainsi, le pays essaye de retrouver un peu de sa splendeur d'origine, avec une faune et une flore exceptionnelle. Pour les maoris, la forêt est sacrée ; le ciel correspond au père (Père Ciel) et la terre correspond à la mère (Mère Terre ou Mère Nature). Dans leurs croyances, c'est un arbre qui aurait séparé le ciel de la terre, pour donner naissance au nouveau monde. L'emblème du pays est la fougère (argentée) car de nombreuses fougères (plus de 300 espèces) occupent les forêts ; c'est également l'emblème des All Blacks, leur célèbre équipe de rugby.

L'aller

Nous gagnons la Nouvelle-Zélande par un vol Francfort - Auckland via Hong Kong de la compagnie "Cathay Pacific" + "Air New Zealand" (toutes les deux sont de bonnes compagnies aériennes ; au total, 743 EUR l'aller-simple avec un stop voulu (option gratuite) d'une nuit à Hong Kong ; 22h de vol en tout).

Billet d'avion pour la Nouvelle-Zélande

La principale porte d'entrée pour rejoindre l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande est l'aéroport d'Auckland (AKL). Mais il y a également l'aéroport de Wellington (WLG), la capitale du pays. Le pays étant géographiquement éloigné de la France, les prix sont, par conséquent, assez élevés, avec un prix moyen de 1 200 EUR TTC l'aller-retour. Cependant, en cherchant bien, on peut parfois trouver de meilleurs tarifs plutôt proches de 800 EUR (voire inférieurs - voir notre page Billets d'avion pour la Nouvelle-Zélande).

Auckland se trouve à 18 550 km de Paris et il y a 10 à 12h de décalage horaire selon la saison. Comme la France, la Nouvelle-Zélande applique le changement d'heure d'été/hiver, mais pas au même moment. Ainsi, par exemple, en juillet et août, il y a 10h de décalage horaire ; début octobre, il y en a 11, alors qu'en décembre et en janvier, il y a 12h de décalage. Comme nous débutons notre voyage en septembre, nous avons 10h de plus par rapport à la France.

Nous passons la douane et constatons que nos sacs sont intégralement fouillés ! La Nouvelle-Zélande est, en effet, très stricte concernant les produits importés, principalement pour des raisons sanitaires. Avant de passer le contrôle douanier, un formulaire doit être rempli où il est impératif de mentionner tout ce que nous transportons (aliments, chaussures, tentes, palmes, etc.). Plusieurs panneaux indiquent le montant de l'amende à payer (400 NZD, soit environ 250 EUR) en cas de déclaration incorrecte. Nos sacs sont passés au rayon X ; notre tente est complètement déballée et dépliée pour vérifier qu'il n'y ait pas de terre accrochée et les semelles de nos chaussures sont également inspectées. Nos palmes, masques et tubas sont, eux aussi, contrôlés car il ne doit pas y avoir la moindre goutte d'eau. Attention, les paquets de nourriture ouverts (petits gâteaux par exemple) doivent être terminés ou jetés avant le passage en douane.

Visa

Pour une personne de nationalité française et pour un séjour inférieur à 3 mois, le visa n'est pas nécessaire. Un passeport en cours de validité est suffisant (mais une date de validité d'au moins 6 mois postérieure à la date de retour est demandée). D'autre part, il faut être en possession d'un billet d'avion qui montre que l'on a l'intention de quitter le pays (il peut vous être demandé au guichet d'enregistrement). Les douaniers peuvent également vous demander de justifier que vous détenez au moins 1000 NZD (620 EUR) sur un compte bancaire. Pour les séjours supérieurs à 3 mois, d'autres informations sont alors demandées par les services douaniers (visa, montant plus élevé sur un compte, etc.). La Nouvelle-Zélande est ouverte à l'accueil des jeunes étrangers désirant travailler dans le pays. Dans ce cas, il faut s'informer sur les formalités d'obtention d'un PVT (Programme Vacances-Travail). Informations actualisées en 2017 ; pour obtenir une information récente : Ministère des Affaires étrangères

PVT - VVT - WHV

Le PVT (Programme Vacances-Travail) encore appelé VVT (Visa Vacances-Travail) ou WHV (Working Holiday Visa) est un visa proposé aux moins de 30 ans qui leur donne le droit de passer 1 an en Nouvelle-Zélande, tout en travaillant sur place (renouvelable 1 an). Les rémunérations proposées en Nouvelle-Zélande sont attrayantes mais il faut cependant tenir compte du coût élevé de la vie dans ce pays. Nombreux seront ceux qui ne pourront pas louer de chambre ou aller à l'hôtel (compte tenu de leur budget restreint). L'une des solutions souvent envisagée est celle d'acheter un van ou une simple voiture qui sera transformé pour pouvoir y passer les nuits et éventuellement y cuisiner . Le véhicule sera alors revendu à la fin du séjour. Attention, le camping sauvage n'est pas autorisé lorsque le véhicule n'est pas certifié "Self-contained" (voir Dormir en Nouvelle-Zélande, rubrique "Bivouac").

Argent

La monnaie en Nouvelle-Zélande est le Dollar néo-zélandais, codifié par NZD. Sur place, il n'y a aucune difficulté pour changer des Euros ou faire des retraits de Dollars néo-zélandais avec sa carte de crédit car les banques et les distributeurs de billets sont très répandus. Voici les 5 plus grandes banques de Nouvelle-Zélande : ANZ, ASB, BNZ, Kiwibank et Westpac. Pour effectuer des retraits d'argent à moindre frais, nous avons choisi d'emporter avec nous une Visa Première de la "BNP Paribas" de France, associée à un compte "Monde Expat" qui donne droit aux retraits sans frais dans les distributeurs des banques partenaires (dans le monde). En Nouvelle-Zélande, nous avons privilégié les distributeurs de la banque Westpac pour retirer des espèces sans frais avec cette formule. Westpac est une banque largement répandue dans tout le pays.

Pour débuter notre séjour en Nouvelle-Zélande et simplifier la recherche de notre camping-car (ou van), nous louons une voiture durant 4 jours (18 EUR/jour ; "Snap Rentals", un loueur low-cost réservé via un courtier ; voir notre page location de voitures).

A la recherche de notre camping-car ou van

Nous rayonnons autour d'Auckland pour prospecter et trouver le camping-car ou le van qui nous servira de "maison-voiture" pour le reste de notre séjour. Par chance, tous les loueurs se sont implantés dans un même périmètre géographique situé à environ 5 km de l'aéroport. Nous passons les 2 jours suivants à comparer les offres pour trouver notre bonheur. Nous louons en définitive notre camping-car auprès de l'agence "THL" ; il s'agit d'un camping-car avec capucine, cuisine, douche, toilettes, etc.. Celui que nous choisissons lors de notre visite sera finalement remplacé par un camping-car plus grand et moins kilométré (7,7 m de long ; 3,3 m de large ; 150 000 km au compteur (pour information, un compteur kilométrique est également placé sur le moyeu de l'une des roues) ; prévu pour 6 pers. ; tarif de location : de 6 600 EUR pour 72 jours, soit 92 EUR/jour assurance complète sans franchise, dépannage total, taxe diesel incluse, vignette incluse, fourniture de draps et de couettes chaudes, des produits pour les toilettes chimiques, un plein de gasoil gratuit (le réservoir sera rendu vide) ainsi que les frais d'abandon puisque la restitution du véhicule se fera à Christchurch. Nous étions particulièrement vigilants dans le choix d'un véhicule "Self-contained", mention impérative pour pouvoir bivouaquer en dehors des campings (pour plus d'information, voir Comment se déplacer, paragraphe "Van ou Camping-car") ! "THL" nous remet également une carte de réduction valable dans les hypermarchés "Countdown". Nous réservons notre camping-car pour une prise réelle du véhicule seulement dans 1 mois puisque nous avons prévu, au préalable, de quitter la Nouvelle-Zélande pendant 4 semaines pour nous rendre en Polynésie française ! En attendant ce départ, nous visitons Auckland au volant de notre voiture de location. (voir Notre bilan "Camping en Nouvelle-Zélande").

Itinéraires Comment se déplacer en Nouvelle-Zélande

Bus :
Le réseau de bus est bien développé en Nouvelle-Zélande. Ce réseau relie toutes les villes, sites touristiques, ainsi que certains départs (sentiers) de randonnées. Les compagnies sont nombreuses et vous n'aurez aucun mal à trouver des bus sur place. Certaines compagnies proposent des "pass" ou "forfaits" valables sur une période allant jusqu'à 1 an. Ainsi, avec un pass, il est possible de monter et descendre du bus n'importe où et n'importe quand. Cependant, en pleine saison, il est souvent recommandé de réserver sa place.

Train :
Le déplacement en train est assez limité, mais "KiwiRail" offre tout de même quelques itinéraires reliant certains grands axes du pays. Les tarifs sont toutefois assez élevés ! Certaines de leurs lignes passent à travers de beaux paysages. Ce moyen de transport est à privilégier pour passer un moment de détente, tout en contemplant les paysages. Ainsi, sur l'île du Nord, il est possible de faire Auckland - Wellington en 10h30 de train. Il s'agit d'ailleurs d'un trajet proposé par "KiwiRail" dans le cadre d'un ticket touristique appelé "KiwiRail Scenic Journeys", qui offre un service dédié aux touristes (fenêtres panoramiques, espace ouvert en plein air, écran GPS, commentaires audio, etc.). Ce type de trajet se fait dans la journée, mais il est possible de le faire en plusieurs étapes durant plusieurs jours afin de vous laisser le temps de visiter quelques lieux. Dans ce cas, il faut se procurer un "Scenic Rail Pass". Cet itinéraire touristique Auckland - Wellington est appelé "Northern Explorer" ; il franchit plus de 25 ponts et 14 tunnels, traverse la ville d'Hamilton ainsi que la Raurimu Spiral , un endroit particulier où la voie forme une incroyable spirale afin de prendre 100 m de hauteur en une très courte distance. Mais surtout, cet itinéraire passe à proximité du Parc National de Tongariro, où l'on pourra observer quelques magnifiques cônes volcaniques.

Voiture :
Une voiture peut s'avérer utile pour voyager plus librement en Nouvelle-Zélande. Le carburant devra être ajouté à votre budget (le prix du litre de carburant est globalement moins cher qu'en France). Louer une voiture se fait sans problème et c'est relativement bon marché. Comptez à partir de 18 EUR/jour pour une petite voiture. On trouvera des loueurs locaux sur place ainsi que la plupart des loueurs internationaux.

Van ou Camping-car :
Voyager en Nouvelle-Zélande en van ou en camping-car est très courant. Le choix de ce type de transport est en effet idéal dans ce pays. Bien qu'assez cher, on rentrera rapidement dans ses frais en réduisant les frais d'hébergements. Il sera en effet possible de passer les nuits sur des terrains de camping ou des espaces dédiés à cet effet, ou même faire un bivouac sauvage gratuit, sous certaines conditions (voir Hébergements en Nouvelle-Zélande) ! En Nouvelle-Zélande, le camping-car est désigné par le terme "motorhome" et le van par le terme "campervan" . Les grands loueurs de vans ou de camping-cars sont Britz, Maui, Kea, Apollo, United Campervans, Jucy, etc.. Il existe une autre catégorie de loueurs, surnommés "low-cost", qui proposent des véhicules moins chers car plus vieux, qui ont été rachetés aux autres loueurs. Ces loueurs "low-cost" sont Mighty, Cheapa, Alpha Campervans, Wicked Campers, Wendekreisen, Backpacker Sleeper Vans, etc.. Selon la saison et le modèle, le prix varie beaucoup. A Auckland, la plupart des loueurs sont situés à Mangere, c'est-à-dire à environ 5 km de l'aéroport. L'agence THL (36 Richard Pearse Drive, Mangere, Auckland) centralise plusieurs enseignes de loueurs et toute l'équipe est très compétente (c'est auprès de cette agence que nous avons loué notre camping-car). On trouvera ces mêmes agences dans les principales villes comme Wellington et Christchurch. Ainsi, il est possible de prendre le véhicule dans une ville et de le rendre dans une ville différente, moyennant parfois des frais d'abandon.

Bateau :
Passer de l'île du Nord à l'île du Sud est très simple. Que l'on soit en voiture, en van ou en camping-car, cela ne pose aucun problème, le coût du ferry sera simplement plus cher selon la taille du véhicule embarqué. Certaines îles plus petites sont également accessibles en ferry, tout comme certaines embouchures, baies ou rivières que l'on peut traverser par ce moyen.

Avion :
Parmi les compagnies aériennes qui desservent les trajets internes (domestiques), il y a Air New Zealand, Pacific Blue et Jetstar. Les coût sont très variables, selon la période et la distance.

En Nouvelle-Zélande, la conduite se fait à gauche. Fort heureusement, Gilles, avec l'expérience de nos précédents voyages, a l'habitude de rouler à gauche !

Conduite et routes

En Nouvelle-Zélande, la conduite se fait à gauche et le volant se trouve à droite. Si pour vous, rouler de la sorte est une première, soyez extrêmement prudents, d'autant plus avec un gros camping-car ! Au fil des kilomètres, on s'habitue à ce mode de conduite. Les néo-zélandais conduisent bien. Le Permis International ainsi que le Permis National du pays d'origine sont exigés.

La qualité des routes nationales est très aléatoire. La vitesse y est en général limitée à 100 km/h. Dans tous les cas, il faut suivre les indications des panneaux signalétiques de limitation de vitesse. Les panneaux de signalisation sont très complets et clairs. Les virages sont bien signalés, avec même des "vitesses conseillées" (panneaux jaunes) pour prendre certains virages . Les véhicules comme les camping-cars sont limités à 90 km/h maximum. Les autoroutes sont gratuites mais les tunnels sont souvent payants. Les parkings dans les villes sont généralement très chers, le tarif pouvant aller jusqu'à 5 EUR/heure ! Les panneaux qui indiquent un emplacement de parking, mentionnent également très souvent un temps de stationnement maximum autorisé.

Même si nous étions véhiculés, ce récit s'adresse à tout le monde. Que vous soyez en voiture, en van, en camping-car, à moto, en transport en commun ou en voyage organisé, la Nouvelle-Zélande se parcourt aisément et nous essayons dans ce récit de donner le maximum d'informations pratiques, le tout illustré de nombreuses photos, de cartes et de coordonnées GPS.


Auckland

Pour nos premiers jours passés en Nouvelle-Zélande, nous logeons chez "Marin & Ranjan Amarasekara". Après avoir été chaleureusement accueillis par toute la famille nous découvrons un appartement indépendant très fonctionnel (que nous avions réservé avant notre départ) dans lequel nous allons séjourner durant 4 nuits.

Hébergements Hébergements à Auckland

La ville d'Auckland est très bien fournie en hébergements. Si vous n'êtes pas véhiculés, mieux vaut séjourner au centre-ville. Le quartier du SkyCity est très riche en hébergements. La formule hôtel/appartement est assez courante, mais si vous avez prévu de cuisiner vous-même, vérifiez bien la signification de "cuisine" notée sur les annonces (complète ou juste un réchaud ou un micro-ondes, équipée ou non de vaisselle, etc.). Si vous êtes véhiculés, vous pouvez séjourner à l'extérieur de la ville, afin de profiter de tarifs moins élevés ; attention toutefois à la circulation très dense et aux embouteillages aux heures de pointe !

Voici l'hébergement dans lequel nous avons logé (à l'extérieur de la ville) :

  • "Marin & Ranjan Amarasekara" où nous avons passé 4 nuits (appartement très fonctionnel ; cuisine très bien équipée ; TV ; propre ; très au calme ; Marin et Ranjan sont très sympathiques et toujours prêts à vous renseigner ; à 11 km du centre d'Auckland, ce qui nécessite un véhicule ; ; ; tél. (64)021 267 1903).

Bivouac en camping-car :

  • Il est possible de bivouaquer dans Hammer Street ou Brigham Street à Auckland, deux rues parallèles situées à 300 m de Silo Park ; nous y avons passé 2 nuits (gratuit ; ; ; quelques places au bout en bord de mer, ou le long de l'une des deux rues).

Même si Auckland est la ville la plus peuplée du pays, elle n'est pas désignée comme étant la capitale de la Nouvelle-Zélande puisqu'elle est seulement la capitale administrative. Auckland désigne également la région de Nouvelle-Zélande où se trouve la ville. Nous passons 5 jours au total à Auckland avec 2 jours de visite ; la ville est agréable, mis à part les routes et ruelles très souvent encombrées. Nous sommes mi-septembre : c'est encore l'hiver ! La température est d'environ 10°C et malheureusement nous sommes souvent confrontés à la pluie ! Par moment, nous baignons également dans une bruine désagréable... Malgré tout, Auckland figure au palmarès des grandes villes les plus agréables du monde ! Son emplacement géographique lui confère tout son charme car la ville est placée en bord de mer, à proximité de "la Baie d'Auckland". Les deux rives de la baie sont reliées par le pont "Auckland Harbour Bridge". La baie principale est en fait très difforme et est composée de plusieurs petites baies.

Itinéraires Comment se déplacer à Auckland

Transports en commun :
L'infrastructure des transports en commun est bien développée et organisée à Auckland. De nombreux bus parcourent la ville. Un système de ticket sous forme de carte existe, ou encore une formule de "pass" à la journée.

Taxi :
Pour faciliter ses déplacements, il y a bien entendu le taxi.

Train :
Pour sortir d'Auckland, il y a 4 lignes de trains régionaux, avec plusieurs gares dans Auckland même.

Ferries :
Les ferries sont utiles pour rejoindre les îles autour d'Auckland, ou tout simplement pour traverser la baie. La majorité des ferries partent du quai au niveau de Britomart .

Auckland a été construite sur 48 volcans qui sommeillent depuis environ 600 ans. On compte, parmi les formations volcaniques visibles, le lac Pupuke (formé par un cratère), l'île Rangitoto (formée par un cône volcanique) ainsi que le One Tree Hill et le Mont Eden, deux cônes volcaniques situés au cœur de la ville. La vie va ainsi, les terres volcaniques ont toujours attiré la population car ces terres sont naturellement très fertiles.

Mont Eden

Le Mont Eden (Mt Eden , Mount Eden ou encore Maungawhau) est l'un des cônes volcaniques situé au cœur de la ville d'Auckland. Vu de l'extérieur, le Mont Eden est une petite colline d'à peine 196 m d'altitude. Une fois en-haut, on remarque bien qu'il s'agit d'un cratère de volcan, profond d'environ 50 m. Nous nous y rendons en voiture car une route permet d'atteindre son sommet (parking gratuit). Bien entendu, des sentiers permettent également d'y accéder. En haut, nous faisons le tour du cratère à pied. La vue que nous avons sur Auckland est magnifique. D'ici, nous distinguons clairement plusieurs petits cônes volcaniques au milieu de la banlieue d'Auckland, dont le Mont Saint John Domain et le Mont Wellington, mais aussi, en arrière-plan du centre d'Auckland, le cône qui forme l'île Rangitoto.

Sky Tower

Haute de 328 m, la Sky Tower est le symbole le plus représentatif d'Auckland ; en effet, la ville est dominée par cette haute tour que l'on pourrait prendre pour une tour de contrôle. Un ascenseur permet d'accéder à l'une des plates-formes d'observation (la plus haute étant située à 220 m d'altitude). En plus de la vue panoramique à 360° et de l'accès WiFi gratuit, on y trouve 3 restaurants et cafés ; les amateurs de sensations trouveront leur bonheur avec le SkyJump et le SkyWalk. Le SkyJump permet d'être accroché à un câble et de sauter dans le vide ; quant au SkyWalk, il permet de marcher sur le bord extérieur de la plate-forme, à 192 m d'altitude. Site officiel : www

Parcs et jardins

Auckland possède plusieurs parcs et jardins dont les parcs Myers, Albert et Auckland Domain, très agréables à parcourir entre deux visites. Leur accès est gratuit. Le parc Albert (ou Albert Park) est situé en plein centre-ville. La végétation qui y pousse est subtropicale. A l'Est du parc, se trouvent quelques beaux bâtiments comme l'Université et sa Tour de l'horloge (Clock Tower) ainsi que l'ancienne Maison du Gouvernement (Old Government House) qui date de 1856. A l'Ouest du parc Albert, se trouve le musée des Arts "Auckland Art Gallery".

Musées

On trouve de nombreux musées à Auckland ; parmi eux, le très intéressant musée des Arts "Auckland Art Gallery" qui expose des arts maoris (gratuit ; situé à Albert Park ; www), l'"Auckland War Memorial Museum" ou encore le "Museum of Transport and Technology". Le musée Maritime est, quant à lui, situé à côté de l'embarcadère principale d'Auckland.

La Marina et le Silo Park

Il fait bon se promener à la Marina d'Auckland qui se trouve à deux pas du centre-ville. Tout à côté de la Marina, se trouve "Silo Park" qui se traduit par le Parc du Silo. Il s'agit d'un parc créé au cœur d'un ancien site industriel, les silos d'origine ayant été conservés et reconditionnés en objets de décoration. Certaines festivités s'y déroulent et c'est devenu un lieu prisé des habitants d'Auckland qui s'y promènent pour profiter de l'air marin, des grandes aires de jeux pour les enfants et des nombreux bars et restaurants. Nous déjeunons d'ailleurs dans deux d'entre eux, le "Jack Tar" (copieux et très bon ; ambiance bar western, bruyant et souvent bondé ; www ; ) et le "Pescado Cafe & Tapas Bar" (cher ; beaux plats ; ). De la Marina, on aperçoit l'impressionnant pont "Auckland Harbour Bridge".

Plages

On compte de nombreuses plages autour d'Auckland. Vers l'Est, en suivant la route Tamaki Drive, une route panoramique longe le bord de mer sur environ 10 km. La Tamaki Drive doit se faire de préférence dans le sens "d'Auckland vers l'Est", pour être du bon côté de la route. La route commence par traverser la Baie d'Hobson via une digue, puis longe ensuite le littoral en passant par plusieurs plages. On trouve quelques autres plages en poursuivant encore plus à l'Est.
De nombreuses plages se trouvent également au Nord d'Auckland, en se rendant de l'autre côté de la baie, jusqu'à et au-delà de la péninsule de Whangaparaoa. Certaines îles du golfe d'Hauraki possèdent également quelques plages. Malheureusement pour nous, ce jour-là, le ciel est très couvert. Nous sommes à la fin de l'hiver (mi-septembre) et n'avons donc pas l'occasion de faire trempette (même à notre retour au printemps dans 1 mois (mi-octobre) les températures seront encore trop basses pour se baigner).

Les îles du golfe d'Hauraki

Auckland est située en face du golfe d'Hauraki, un vaste golfe qui se trouve entre la région d'Auckland et la péninsule de Coromandel. Le golfe est parsemé d'îles que l'on peut rejoindre facilement depuis l'embarcadère principal d'Auckland . Parmi ces îles, on note Waiheke, Rangitoto, Motutapu, Tiritiri Matangi, Rotoroa, Pakatoa et Pakihi. L'île Waiheke est la plus grande des îles et on y circule en voiture. L'île de Rangitoto, formée par un cône volcanique, est une réserve où l'on peut se rendre pour randonner. La compagnie "Fullers 360 Discovery Cruises" propose de rejoindre ces îles www. Via le golfe d'Hauraki, on peut également organiser un trajet ou une visite vers la péninsule de Coromandel, plus proche par la mer (100 km) que par la route (160 km).

Plus de photos d'Auckland...

Autres activités

Nous faisons un tour au cimetière Symonds Street Cemetery où se trouvent de magnifiques tombes anciennes au milieu d'un parc verdoyant. L'église St Matthews vaut le coup d'œil avec son beau clocher. On ne peut rater ce bel édifice ancien qui se détache du reste des bâtiments modernes qui l'entourent. Au niveau du quai d'embarquement des ferries, se dresse le Ferry Building. Il y a également la belle tour de l'horloge d'Auckland Town Hall. Un zoo se trouve un peu plus loin. Il est également possible de faire du saut à l'élastique sur le pont Auckland Harbour Bridge avec l'agence "Bungy" ; on peut aussi embarquer dans un bateau ultra rapide (jetboat) avec "Auckland Adventure Jet", ou encore faire un tour en hydravion avec "Auckland Seaplanes". A l'extérieur de la ville, se sont implantés l'aquarium "Kelly Tarlton's Sea Life Aquarium" ainsi que les parcs d'attractions "Rainbow's End" et "Butterfly Creek".


Après 4 jours passés à Auckland, nous quittons momentanément la Nouvelle-Zélande, pour séjourner 1 mois en Polynésie française, située à seulement 5h de vol !


Notre mois paradisiaque en Polynésie s'est terminé et nous voilà donc de retour à Auckland. Nous sommes cherchés à l'aéroport par l'agence "THL" auprès de laquelle nous avons réservé notre camping-car. Après 2h de formalités et d'instructions pour l'utilisation du CC, nous quittons l'agence "THL" pour 71 jours de vadrouille en camping-car ! Nous commençons par faire quelques courses dans un supermarché pour nous approvisionner en victuailles.

Supermarchés

Voici quelques exemples d'enseignes que l'on trouve en Nouvelle-Zélande : Countdown, Pack'nSave, New World et Warehouse. Le Pack'nSave est différent des supermarchés classiques que nous connaissons en France puisque les magasins ressemblent à un dépôt où les produits sont présentés sur leur palette ou dans des cartons. Quelle que soit l'enseigne, conservez bien le coupon imprimé au bas de votre ticket de caisse car il donne droit à des remises à certaines stations-essence. Il s'agit en général d'une remise par litre d'essence, allant d'un minimum de 0,04 NZD par litre, à beaucoup plus . Les supermarchés vont jusqu'à afficher la remise que vous obtiendrez si vous faites les courses chez eux, montant qui varie selon les jours. Par ailleurs, les stations-services affichent en grand les coupons de remise acceptés . Exemple record pour nous : lors d'achat dans un "Countdown" pour un montant total de presque 300 NZD (186 EUR), nous avons eu une remise de 0,33 NZD (0,20 EUR) par litre de carburant, ce qui n'est pas négligeable ! De plus, lors de la location de notre camping-car, nous avons eu une carte de remise valable dans tous les Countdown du territoire.

En Nouvelle-Zélande, vous entendrez certainement l'expression "French shopping" qui n'est pas très glorieuse et qui vient de la mauvaise réputation des jeunes français qui volent dans les magasins !

Nota : n'oubliez pas de tester les glaces néozélandaises de la marque Kapiti ainsi que la boisson gazeuse LP . Nous avons également craqué pour l'excellent poulet grillé farci (souvent bio) des magasins Countdown (proposé tous les jours à environ 7 EUR).

Nous sommes heureux de trouver de tout dans les supermarchés, même des produits bio !

Etant donné l'heure tardive, nous nous posons pour la nuit à Silo Park, à proximité du centre d'Auckland (Voir Hébergements à Auckland).


Northland

La région du Northland est la région située entre Auckland et l'extrême Nord de la Nouvelle-Zélande. Pour cette première journée de route avec notre camping-car, nous traçons en direction du Nord, sans trop nous arrêter, d'autant plus qu'il pleut ! Nous avons effectivement prévu de retrouver sur la route, Stéphanie, Didier, Capucine (6 ans) et Noémie (10 ans) www une famille française en plein tour du monde que nous avions rencontrée en Polynésie et avec laquelle nous avions fixé ce rendez-vous ! Nous ferons ainsi un bout de chemin ensemble durant quelques jours. Yann est ravi de retrouver ses deux petites camarades de jeux ! Nous passons par le village d'Oakura et faisons une pause en bord de mer, toujours sous la pluie.

Elliot Bay

Malgré la pluie, nous faisons un détour de 20 km pour emprunter la route du littoral, sinueuse, qui passe par Elliot Bay. L'endroit est vraiment très beau ; nous faisons plusieurs pauses photos et poursuivons notre route jusqu'à Russell.

Russell et Bay of Islands

En arrivant à Russell, nous posons nos deux camping-cars pour une nuit sur un terrain de camping ; pour la nuit suivante, nous bivouaquerons au centre du village.

Où dormir à Russell

Le choix est vaste car Russell ne manque pas d'hébergements. Il y a même 2 campings.

Campings et bivouacs :

  • "Orongo Bay Holiday Park", où nous avons passé 1 nuit (situé à 3,7 km de Russell ; 29 EUR la nuit (1 camping-car, 2 adultes et 1 enfant) ; ; ).
  • "Top 10 Holiday Parks" de Russell ( ; ).
  • 1 nuit sur le parking situé à côté du terrain de Bowl de Russell (nuit calme ; gratuit ; ; ).

Chiffre de la journée : 260 km parcourus

Le lendemain, nous constatons avec plaisir que la pluie a cessé et qu'il fait presque grand soleil ! Nous passons la journée à visiter le beau village de Russel, autrefois appelé Kororaneka. Ses maisons typiques sont un plaisir pour les yeux. Il semblerait qu'il fasse bon vivre ici ! Autrefois, Russell était une station baleinière ; c'est aujourd'hui une agréable station touristique, où l'on peut pratiquer toutes sortes d'activités liées à la mer, dont la pêche en haute mer, mais également le kayak, la voile, la plongée etc..

Nous visitons l'église Christ Church qui serait la plus vieille de Nouvelle-Zélande (1836). Pour la petite histoire, cette église a été partiellement financée par Charles Darwin.

Nous découvrons et assistons aux parties de Bowl, un jeu qui ressemble étrangement à notre pétanque ! Nous pensions que l'unique sport national était le rugby... mais nous découvrons avec plaisir cet autre sport très prisé des néo-zélandais !

Jeu de Bowl
Bowl - Nouvelle-Zélande Bowl - Nouvelle-Zélande Bowl - Nouvelle-Zélande

Ce jeu très prisé en Nouvelle-Zélande est nommé Bowl, Haka Bowl ou Boulingrin, qui vient de l'anglais "bowling green" ; ce sport est un peu comme notre pétanque, mais à l'anglaise !
Autre différence primordiale : les boules ne tournent pas rond car elles sont ovales !
Le golf est également assez populaire en Nouvelle-Zélande, sans oublier l'incontournable rugby !

Nous trouvons à Russell de nombreux restaurants, 2 supérettes "4 Four Square", des chocolateries et quantité d'autres magasins.

Randonnées jusqu'à Tapeka

Plusieurs itinéraires de randonnées permettent de se balader autour de Russell . Nous partons pour une balade d'environ 6 km aller-retour via un itinéraire qui mène au village de Tapeka. Nous passons tout d'abord par la réserve de Kororareka, puis nous rejoignons une ruelle résidentielle qui elle-même rejoint la route principale. Peu après, nous empruntons le sentier botanique "Jim's Walkway" qui suit parallèlement la route jusqu'au village de Tapeka. Cet itinéraire offre de magnifiques points de vue. Le village de Tapeka est très chic avec de magnifiques maisons. Le cadre est superbe et particulièrement paisible ! Nous faisons une halte sur la magnifique plage de Tapeka Point, à l'Ouest du village ; puis nous entamons le retour qui se fait par le même chemin, en choisissant pour la fin du parcours de passer cette fois-ci par le point de vue "Flagstaff Hill Historic Reserve".

Pour la nuit suivante, nous posons nos deux camping-cars sur un parking du village. Nous avons repéré, dans les commerces, de grandes moules vertes que nous décidons d'acheter pour une soirée "moules-frites" pour nous 7 ! Ces moules ne valent pas celles que nous connaissons en France mais cela nous permet de partager un bon moment très convivial avec nos amis de route !

Tour en bateau dans Bay of Islands

Russell se trouve en face de Bay of Islands. Des agences proposent, au départ de Russell ou de Paihia, de parcourir plusieurs îles de la "Bay of Islands", les attraits de ces tours étant l'observation de dauphins et le passage dans le "Hole in the Rock", une arche naturelle sous laquelle le bateau passe lorsque la marée et la météo le permettent. Le prix d'un tour est d'environ 70 EUR/pers. (nous choisissons de ne pas faire ce tour).

Chiffre de la journée : 4 km parcourus

Ce matin nous quittons Russell, cette fois par l'itinéraire le plus court qui emprunte un ferry (19 EUR pour 1 camping-car + 2 adultes + 1 enfant). Pour cela nous nous rendons au village d'Okiato, à 8 km de Russell, où nous embarquons rapidement. Après 800 m de navigation, nous arrivons de l'autre côté de la baie. C'est ici que nous quittons nos amis voyageurs Stéphanie, Didier, Noémie et Capucine, qui ont choisi de s'orienter vers le Sud, tandis que nous poursuivons jusqu'à l'extrémité Nord de l'île du Nord. Bon voyage les amis !

Kerikeri

Sur la route en direction du Nord, nous faisons un petit détour vers le village de Kerikeri qui abrite les bâtiments les plus anciens de Nouvelle-Zélande. Parmi eux, on note la Kemp House qui est une maison en bois ainsi que la Stone Store construite en pierre en 1835. Nous arrêtons notre CC sur le parking gratuit où se promènent (vous avez dit bizarre ?) de magnifiques coqs et poules. Nous partons ensuite nous balader durant une petite heure . Une passerelle permet d'accéder à l'autre rive où se trouvent les vieilles maisons (accès gratuit). Nous faisons également un petit tour à proximité de la belle église St James. A côté du parking, un parcours permet de se promener dans un village maori reconstitué ("Rewa's Village" ; gratuit ; boîte de donation).

Cap Reinga

Nous reprenons la route et atteignons la péninsule Aupouri, longue d'environ 90 km et étroite d'environ 12 km, qui marque la pointe Nord de la Nouvelle-Zélande. Une route unique, longue, étroite et sinueuse, appelée Route 1, permet d'atteindre l'extrémité Nord de l'île. Nous traversons des paysages très verts et très peu peuplés sur lesquels sont implantés d'immenses domaines fermiers ! Nous voyons des centaines et des centaines de vaches paître paisiblement dans les pâturages ! Nous arrivons au soleil couchant et nous posons pour la nuit sur le parking du site (toilettes ouvertes). Durant la nuit, nous sommes secoués par de nombreuses rafales de vent très impressionnantes !

Chiffre de la journée : 230 km parcourus

Le lendemain matin, nous découvrons, sous un large ciel bleu, ce bel endroit qu'est le Cap Reinga (ou "Cape Reinga", ou encore "Te Rerenga Wairua" en maori). Après une balade de 800 m, nous atteignons le phare du Cap (Cape Reinga Lighthouse ; gratuit). D'ici, nous observons une mer mouvementée, où les grandes vagues du large se croisent. Sur le côté Ouest, on observe le "Cape Maria van Diemen", de belles dunes ainsi que la plage de Te Werahi Beach, que l'on peut d'ailleurs atteindre via un sentier depuis le parking (Cape Reinga Coastal Walkway). L'îlot Motuopao est situé tout à côté du "Cape Maria van Diemen". C'est ici que passe l'itinéraire de trekking "Te Paki Coastal Track" qui longe la côte Nord de la péninsule Aupouri (3 à 4 jours de marche).

Le Cap Reinga n'est pas tout à fait la partie la plus au Nord du pays puisqu'il s'agit de "Surville Cliffs" situé à North Cape (non loin de là)...

Nous rebroussons chemin et à partir d'aujourd'hui, nous entamons notre descente vers le Sud.

Te Paki Sand Dunes

A 15,5 km de Cap Reinga, nous quittons la route et prenons une piste sur 3,5 km pour rejoindre les dunes de Te Paki, dont la plus haute fait 143 m de haut ! Le sable s'étend sur une distance de 7 x 3 km, que l'on peut parcourir à pied (gratuit). Pour atteindre la mer, il faut compter 1h de marche à travers les dunes. Sur le parking, un camion loue des surfs et des luges destinés à la glisse sur sable (9 EUR le surf ; présence de toilettes sèches sur le parking). Nous louons un surf et nous lançons à l'assaut des dunes ! Nous marchons pour atteindre l'une des grandes dunes puis l'escaladons, ce qui est particulièrement difficile ! Ensuite, à nous la descente ! C'est très impressionnant car la vitesse peut vite être importante ! Yann et Gilles s'en donnent à cœur joie, mais la difficulté pour monter la dune, calmera vite leur soif de vitesse !

A partir d'ici, il serait possible de rejoindre, après 4 km de piste, la plage "Ninety Mile Beach" ; cette piste est toutefois impraticable pour un véhicule standard et un 4x4 est donc impératif ! La piste passe dans une rivière et nous y avons vu un 4x4 bloqué ! Avec notre camping-car, nous rebroussons chemin pour revenir sur la route asphaltée (Route 1).

Ninety Mile Beach

Située sur la côte Ouest de la péninsule Aupouri, la plage "Ninety Mile Beach" fait 96 kms de long ! Elle détient ainsi le record de la plus longue plage de Nouvelle-Zélande ! A marée basse, cette plage est utilisée par les véhicules qui, à plus de 100 km/h, trouvent l'accès plus rapide que la seule route intérieure sinueuse. Plusieurs pistes permettent de rejoindre la Ninety Mile Beach, mais celles-ci peuvent s'avérer impraticables sans 4x4.
Nous roulons vers le Sud sur 57 km. Sur la route, nous faisons un petit crochet vers le camping "Wagener Holiday Park" pour y effectuer les services de notre camping-car (gratuit ; ; ). De retour sur la route, nous prenons une piste sur notre gauche durant 9 km. Une fois arrivés à la plage Ninety Mile Beach, nous nous posons pour la nuit au camping gratuit "Utea Park" (à 100 m de la mer ; au calme absolu ; cuisine ; douche chaude ; toilettes ; pas d'électricité ; gratuit, présence d'une boîte pour les dons (donation box) ; ; ). En cette fin de journée, nous avons encore le temps de faire une petite balade sur la plage, sans nous baigner car nous rappelons que nous sommes mi-octobre (début du printemps) et que l'eau est encore bien fraîche ! Nous avons également le temps de faire une balade sur le haut d'une petite colline qui nous offre une belle vue panoramique sur la côte .

Chiffre de la journée : 90 km parcourus

Le lendemain matin, nous reprenons la route et quittons la péninsule Aupouri via la Route 1.

Koutu Boulders

Pour rejoindre le site de Koutu Boulders, nous prenons un ferry pour traverser l'estuaire d'Hokianga Harbour (c'est le chemin le plus court ; le trajet uniquement par la route est plus long de 23 km). Nous embarquons très rapidement et naviguons durant 2,2 km (voir horaires et tarifs ; ). Quelques kilomètres plus loin nous arrivons au site et nous garons notre véhicule à proximité (pas de parking).

Comment rejoindre Koutu Boulders

Le site de Koutu Boulders étant peu connu, son accès n'est pas forcément bien indiqué. L'arrivée se fait par une piste qui aboutit sur un semblant de parking . Pour y arriver, il y a 2 possibilités : via une piste de 900 m en provenance du Sud-Ouest et du village de Koutu ou bien via une piste de 5 km en provenance du Nord-Est . Les 2 pistes sont praticables avec une simple voiture. Une fois le véhicule garé, il faut marcher environ 300 m pour atteindre les premiers boulders .

A pied, nous longeons l'estuaire en partant vers la droite. L'accès est gratuit. Attention, il faut s'y rendre à marée basse, sinon, cela semble inaccessible. Après 300 m de marche, nous arrivons au niveau des premières formations de boulders : ces étranges formations géologiques, qui s'apparentent à de gros rochers ronds, jalonnent la plage sur plusieurs centaines de mètres. Non loin de là, nous observons un magnifique Martin-pêcheur qui s'est posé sur la plage...

Les Boulders

Ces rochers, dont la plupart sont sphériques, ont été mis à jour les uns après les autres par l'érosion côtière puis ils ont roulé vers le bas de la plage. Certaines formations sont plutôt plates, en forme de disque ou ovales. Ces phénomènes géologiques, composés de boue marine, de limon et d'argile, le tout cimenté par de la calcite, ont pris (pour les plus gros) de 4 à 5.5 millions d'années pour se développer. Leur forme sphérique s'expliquerait par la présence importante de calcium lors de leur formation. Pour leur préservation, il est important de ne pas les toucher ni de grimper dessus.

Avec notre CC, nous longeons maintenant une belle côte de l'estuaire d'Hokianga Harbour.

Nous trouvons ici un point de service pour camping-car et en profitons pour vidanger les cuves et prendre de l'eau ( ; ).

Forêt de Waipoua

28 km après, nous entrons dans la forêt de Waipoua (Waipoua Forest). Ici, les Kauris sont les rois de la forêt !

Le Kauri

Cet arbre majestueux est le roi des forêts néozélandaises ! Le plus grand d'entre eux atteint 51 m de haut, 14 m de circonférence et son âge est estimé à 1 500 ans ! On se sent petit et très jeune à côté d'eux !

Plusieurs balades sont réalisables . Nous marquons un premier stop pour voir le plus grand Kauri de Nouvelle-Zélande (dont le nom est "Tane Mahuta") accessible par un sentier à seulement 200 m de la route. Son tronc fait 4,40 m de diamètre ! Ce sentier parfaitement aménagé traverse une forêt dense et magnifique.

La nuit commence à tomber. Il est déjà tard et nous n'avons malheureusement plus le temps de faire les autres balades ("Tematua Ngahere", "Four Sisters", "Yakas Kauri Tree Track" ou encore "Kauri Rickers Walk"

Nous devons nous dépêcher de trouver un endroit où dormir ! Nous passons au "Waipoua Centre and Campground" ( ; situé dans la forêt de Waipoua ; ), mais l'endroit ne nous enchante pas...

Trounson Kauri Park

Finalement, nous quittons la forêt de Waipoua et nous posons sur un camping du parc Trounson Kauri, tenu par le DOC (Departement Of Conservation) (au calme ; sommaire ; 16 EUR l'emplacement camping-car ; ; parfaitement bien situé pour découvrir le parc Trounson Kauri ; ; pour l'atteindre depuis le Nord, c'est 8 km de piste (ce que nous avons fait) ; pour l'atteindre depuis le Sud, la route est asphaltée).

DOC

Le DOC (Departement Of Conservation), qui est l'un des ministères du gouvernement de Nouvelle-Zélande, s'occupe de la conservation du pays. Le DOC gère ainsi les Parcs Nationaux, un grand nombre d'itinéraires de randonnées et de trekkings, des emplacements de pique-nique, de campings, etc.. Il gère, par exemple, 950 refuges (huts) et 200 campings. Il possède également des centres d'informations pour les visiteurs (DOC Visitor Centre). Son site web est bien fourni et utile : www.doc.govt.nz

Chiffre de la journée : 190 km parcourus

Tôt, le lendemain matin, nous partons randonner dans le parc Trounson Kauri ; l'un des sentiers débute directement au camping du DOC. Le parking visiteur se trouve, quant à lui, de l'autre côté du parc . Avant de pénétrer dans le parc, nous devons nettoyer et désinfecter les semelles de nos chaussures, en suivant les recommandations indiquées sur les panneaux.

Prévention, préservation et restauration des parcs naturels

Beaucoup de parcs naturels de Nouvelle-Zélande font l'objet d'un travail de prévention et de préservation, voire de restauration de la faune et de la flore d'origine néo-zélandaise. C'est pour cela que de nombreux panneaux indiquent le comportement à tenir lorsque l'on pénètre ce type de lieu . Par exemple, ne pas sortir des sentiers et ne pas prélever quoi que ce soit (faune ou flore) ! Emporter avec soi ses déchets. Parfois, on trouvera des brosses pour nettoyer les semelles des chaussures afin d'éliminer tout résidu de terre provenant d'un autre endroit. On trouvera également parfois une bombonne contenant un produit désinfectant à asperger sur les semelles. Certains panneaux avec une tête-de-mort, signalent l'utilisation de poison destiné à éliminer la faune invasive importée par l'homme (comme les hermines et les opossums).

Le petit itinéraire qui est proposé est une agréable boucle qui se fait en 45 minutes de marche paisible (accès gratuit). On peut observer des fougères arborescentes, mais surtout de magnifiques kauris. Nos pas sont rythmés par le magnifique chant des oiseaux et tous les autres bruits de la forêt ! Bien qu'il vive la nuit, nous espérons tout de même, en notre fort intérieur, rencontrer au détour d'un chemin le célèbre Kiwi, oiseau emblématique du pays ! La balade est tellement agréable que nous faisons deux fois le circuit !

Plus de photos de la région de Northland...


Après cette très agréable balade, nous reprenons la route en direction d'Auckland et passons la nuit sur le parking de la Marina de Golf Harbour, située sur la péninsule de Whangaparaoa . Depuis notre fenêtre, nous avons au loin une belle vue d'Auckland.

Chiffre de la journée : 200 km parcourus

Le lendemain matin, nous nous rendons à Auckland chez notre loueur de camping-car car nous souhaitons faire réviser notre batterie cellule qui nous semble faible ! Après vérification, il semblerait que tout soit Ok ! Nous poursuivons donc notre route.


Péninsule de Coromandel

La péninsule de Coromandel se trouve en face d'Auckland, à seulement 100 km de navigation ; comme nous sommes véhiculés, nous nous y rendons par la route, un itinéraire cependant presque deux fois plus long que par la mer.

La péninsule, qui culmine à 892 m d'altitude, abrite plusieurs réserves (forêts). Dans certains secteurs, le reboisement de kauris (immenses résineux) est en cours. Plusieurs randonnées y sont possibles, avec parfois des emplacements de campings équipés. L'un des itinéraires de randonnée le plus intéressant de la péninsule est celui qui traverse la région des Pinnacles (The Pinnacles). La Route 25 permet de faire intégralement le tour de la péninsule en 185 km ; on peut y trouver bon nombre de sites intéressants comme Cathedral Cove ou encore Hot Water Beach, les plus courus, mais également Driving Creek Railway and Potteries, Rapaura Watergardens, Butterfly & Orchid Garden ou encore Miranda Hot Pool.

Thames

La ville de Thames se trouve au début de la péninsule. On s'arrête en général à Thames pour préparer la visite de la péninsule car il y a un" i-Site", des magasins (dont un Wharehouse) ainsi qu'un accès WiFi gratuit à la librairie (non testé).

i-Site

Les offices de tourisme sont nommés "i-Site" en Nouvelle-Zélande et sont repérables à leur panneau portant un "i" dans un fond vert, parfois bleu . Il en existe plus de 80 repartis dans le pays. Ces centres d'informations touristiques vous fourniront horaires, tarifs, brochures et cartes des lieux à visiter. Certaines brochures contiennent des coupons de remise pour les entrées aux sites touristiques. Le personnel est, en général, de bon conseil, même si la tendance est de vous pousser à consommer des activités payantes ; ils se gardent souvent de vous dire qu'il est possible d'y aller de manière plus économique, voire parfois gratuite ! Ces "i-Site" proposent un service de réservation et généralement un accès WiFi gratuit.

Connue pour avoir été la ville des chercheurs d'or, Thames possède quelques musées dont le "Goldmine Experience" qui, en vous faisant pénétrer à l'intérieur d'une mine, vous replonge des années en arrière !

Nous décidons de rester ici pour la nuit en nous posant sur un parking gratuit (voir Où dormir dans la péninsule de Coromandel).

Chiffre de la journée : 160 km parcourus

Le lendemain matin, nous remontons la péninsule de Coromandel en suivant la côte Ouest. La route est sinueuse et parfois très étroite. Nous passons le site de "Rapaura Watergardens" (qui nécessite un petit détour par l'intérieur des terres ; ), que nous ne visitons pas en définitive.

Coromandel

La route côtière nous mène jusqu'à l'agréable ville de Coromandel. Au Nord de la ville se trouve "Driving Creek Railway and Potteries", un site qui propose un tour en petit train à travers forêt et tunnels (durée 1h ; ; www).

A partir de Coromandel, la route principale "Route 45" quitte le littoral et s'enfonce dans les terres puis grimpe pour passer de l'autre côté de la péninsule. Ce tronçon de route, également appelé Route Whangapoua, passe par un col et par un beau point de vue .

Whangapoua

Nous passons le hameau de Te Rerenga où nous bifurquons à gauche pour rejoindre le village de Whangapoua situé en bord de mer. Nous ne faisons que passer, mais constatons que la plage est sympathique. Au Nord se trouve une autre plage : la New Chums Beach, magnifique et sauvage. Elle n'est accessible qu'à pied en marchant environ 1 km depuis le parking situé au bout du village . Le sentier traverse la rivière Pungapunga (qu'il faut passer à gué) et se termine à proximité du point de vue Chums Look Out.

Whitianga

De retour sur la Route 25, nous prenons la direction de Whitianga ; une bonne partie de la route offre de beaux panoramas.

Whitianga est l'une des plus grandes villes de la péninsule de Coromandel. On y trouve une longue plage appelée Buffalo Beach. C'est de cette ville que de nombreux bateaux proposent de visiter les alentours et certains sites, comme Cathedral Cove. La ville se trouve à côté de l'estuaire de Whitianga, que l'on peut traverser par bateau (pas de ferry pour les voitures). Une fois de l'autre côté, on peut par exemple rejoindre Cooks Beach, Hahei Beach, ainsi que Cathedral Cove, évitant ainsi quelques kilomètres de route supplémentaires.

La ville est bien fournie en magasins et hypermarchés. Au milieu de la ville, se trouve le centre thermal "The Lost Spring" (www ; ).

Pour cette nuit, nous nous posons à quelques kilomètres au Nord de Whitianga, au pseudo-camping "Simpsons Beach Camp" (voir Où dormir dans la péninsule de Coromandel).

Chiffre de la journée : 115 km parcourus

Ce matin, il pleut ! Nous repassons la ville de Whitianga et en profitons pour faire les services de notre camping-car (vidange et remplissage d'eau), dans une toute nouvelle aire de services (gratuite ; ; ).

Hot Water Beach

Comme il pleut beaucoup, nous devons faire un choix dans l'ordre des visites touristiques ; nous choisissons donc de faire Hot Water Beach sous la pluie. Nous nous posons donc pour 2 nuits au "Top 10 Holiday Parks" de Hot Water Beach (voir Où dormir dans la péninsule de Coromandel).

Chiffre de la journée : 40 km parcourus

Hot Water Beach est un village où l'on vient profiter d'un phénomène particulier : sur la plage, quelques sources d'eau chaude émergent du sable ! Le parking situé au village même est payant alors que le parking situé avant le village est gratuit .

Le meilleur moment pour s'y rendre est entre 2h avant et 2h après la marée basse. Il faut tout d'abord trouver les points chauds (par exemple avec les pieds, en enfonçant ses doigts de pieds dans le sable ; attention aux risques de brûlures car l'eau peut atteindre 67°C !).
Une fois l'endroit trouvé , il faut se construire une sorte de bassin qui permettra d'équilibrer le débit d'eau froide venant des vagues et celui d'eau chaude émergeant de la source ! La tâche n'est pas facile et il est préférable d'avoir une bonne pelle (que l'on peut louer à 5 NZD à plusieurs endroits dans le village).

En respectant le cycle des marées basses, c'est donc de bon matin et armés d'une pelle, que Gilles et Yann se dirigent, sous une pluie battante, vers la plage "Hot Water Beach". Après avoir repéré un point chaud, ils essayent de construire un bassin pour s'y installer et profiter des sources d'eau chaude ! Une opération qui s'avère plus difficile que prévue ! Après 2h d'acharnement contre une mer très agitée et seulement quelques petites baignades, le père et le fils quittent l'endroit, déçus de n'avoir pu mener à bien leur aventure !

Chiffre de la journée : 0 km parcourus

Le lendemain, le soleil est enfin de retour, ce qui nous permet de redécouvrir la plage Hot Water Beach sous un ciel bleu.

Cathedral Cove

Nous laissons le site de Hot Water Beach derrière nous et filons, avec notre camping-car, jusqu'au site de Cathedral Cove. Pour s'y rendre, c'est soit en bateau, soit à pied.
Pour la version "bateau", plusieurs tours sont proposés à partir de Whitianga, mais également depuis Hahei.
Pour ceux qui souhaitent s'y rendre à pied, il faut tout d'abord aller au village de Hahei puis rejoindre le parking du site qui se trouve au Nord d'Hahei (accessible également par un sentier depuis Hahei).
Situé en hauteur, le parking offre une magnifique vue sur la ville d'Hahei, sa plage, Hahei Beach, et plusieurs îlots dont Mahurangi et Motueka.

Depuis le parking, il faut encore marcher environ 40 mn pour rejoindre Cathedral Cove . Ce sentier longe le haut des falaises et l'on surplombe ainsi plusieurs baies. Tout d'abord Gemstone Bay, formée essentiellement de galets, puis la belle Stingray Bay. Des sentiers qui descendent permettent d'atteindre ces 2 baies, mais il faudra ensuite remonter tout le dénivelé.

En poursuivant, le sentier grimpe encore plus, avant de descendre jusqu'à la baie de Mares Leg Cove. L'endroit est superbe ! Sur la gauche (au Nord) de Mares Leg Cove, se dresse Cathedral Cove, une grande arche qui relie 2 magnifiques plages. A marée basse, on traverse l'arche à sec. A marée haute, l'eau s'y engouffre et l'on risque de ne plus pouvoir traverser. Les 2 côtés de l'arche sont à voir. Sur la droite (au Sud) de Mares Leg Cove se trouve une petite grotte qui, même à marée basse, n'est pas facilement accessible, donc prudence !

Nous nous posons ici un bon moment et Gilles fait même trempette dans cette eau limpide ! Puis il est temps de prendre le chemin du retour. En tout et pour tout, nous aurons passé 4h sur ce site magnifique.

Nous nous posons pour la nuit sur le parking de Cathedral Cove (voir ci-dessous).

Chiffre de la journée : 10 km parcourus

Où dormir sur la péninsule de Coromandel

Les hébergements sont nombreux sur toute la péninsule de Coromandel, avec une plus forte concentration autour des villes de Thames, Whitianga, Coromandel, Whangamata et Tairua. Les terrains de camping sont également nombreux.

Campings et bivouacs :

Une particularité de la péninsule, c'est qu'il est interdit de faire du camping ou du bivouac sauvage, sauf lorsqu'il est indiqué que c'est "autorisé" !

  • "Top 10 Holiday Parks" de Hot Water Beach, où nous avons passé 2 nuits (super ; très propre ; au calme ; à 10 mn de marche des points chauds de Hot Water Beach ; barbecue ; cuisine tout équipée ; séjour avec TV ; 39 EUR pour nous 3 et notre camping-car ; 10% de remise avec la carte de membre ; aire de jeux pour les enfants et trampoline ; location de kartings à pédales ; pelles disponibles et gratuites ; ; ).
  • "Simpsons Beach Camp", où nous avons passé 1 nuit (situé à Wharekaho ; sommaire car aucune infrastructure sanitaire ni électricité ; situé dans le parc à moutons ; 3 EUR la place ; au calme et en bord de mer ; ; ).
  • "Kuaotunu Holiday Park" (situé à Kuaotunu West ; ).
  • "Hahei Holiday Resort" (situé à Hahei ; ).
  • parking à Thames, où nous avons passé 1 nuit (autorisé aux véhicules "self-contained" ; gratuit ; calme; ).
  • parking de Cathedral Cove, où nous avons passé 1 nuit (autorisé aux véhicules "Self-contained" ; gratuit ; calme ; seulement 6 places ; ).

Plus de photos de la Péninsule de Coromandel...


Te Puke et le Kiwifruit

Nous quittons la péninsule de Coromandel et faisons route vers Rotorua. Nous entrons dans la région de Bay of Plenty (ou Baie de Plenty, ou encore, Baie de l'Abondance). Nous choisissons de passer Tauranga, puis Papamoa Beach et Te Puke. Nous atteignons ainsi une région où l'on cultive massivement le kiwi (le fruit). Autour de Te Puke et depuis la route, nous apercevons des cultures à perte de vue. Nous passons "Kiwi360" ( ; www), un parc touristique de découverte du kiwi. On dit aujourd'hui que Te Puke est la capitale mondiale du kiwi.

Le Kiwi (fruit)
Kiwi (fruit)

Qui ne connaît pas le kiwi ? Pour ne pas le confondre avec l'animal, on l'appelle en anglais "kiwifruit". Le kiwi gold est une variété de kiwi que nous avons grandement appréciée en Nouvelle-Zélande ! Avec sa chair de couleur jaune (au lieu du vert habituel) et son goût plus sucré, nous l'avons trouvé bien meilleur que le kiwi traditionnel ! Le kiwi gold se trouve de plus en plus fréquemment dans nos supermarchés en France...

Nous poursuivons notre route, toujours en direction de Rotorua.


Rotorua et sa région

La route nous mène tout d'abord au lac Rotoiti que nous longeons avant d'atteindre le lac Rotorua. D'ailleurs, en langue maori, "Rotorua" signifie "Deuxième lac". La région compte en fait pas moins de 15 lacs dont le plus grand est le lac Rotorua. Parmi les autres lacs, on peut citer les lacs de Rotoiti, Tarawera, Okataina, Rotomahana, Rewewhakaaitu, Rotoma, Rotoehu, Okareka, Rotokakahi, Tikitapu, Rotokawau, Ngapouri, Ohakuri, Aitiamuri, Okaro, Ngahewa et Rotokawa.

La région environnante du lac Rotorua est une véritable cocotte-minute en raison de son intense activité géothermique. C'est ici que le surnom d'"île fumante" de la Nouvelle-Zélande prend toute sa signification ! Qu'il s'agisse d'observer des piscines de boue, d'impressionnants geysers ou des lacs sulfureux, la région regorge d'activités liées aux volcans et c'est particulièrement dans cette région que l'on prend conscience de la situation du pays placé entre les plaques tectoniques pacifiques et australiennes. En passant sous la plaque australienne, la plaque pacifique a une vitesse de déplacement d'environ 4 cm par an, ce qui génère cette importante activité volcanique que connaît la Nouvelle-Zélande. Le lac et la ville Rotorua sont au cœur d'une caldeira (volcanique) large de 22 km ! Le lac laisse imaginer le fond de la caldeira. Au centre du lac se trouve l'îlot Mokoia (formé par un cône volcanique) que l'on peut rejoindre par bateau pour y effectuer des balades et se prélasser dans des bains thermaux.

Nous décidons de rester au moins 4 nuits dans la région car les activités sont nombreuses : randonnée, VTT, Kayak, Spa, parc de loisirs, spectacles... sans oublier l'observation de l'activité géothermique (geysers, marres de boue, lacs sulfureux, etc.).

Hells Gate

Impatients de constater cette activité géologique intense, nous nous rendons pour ce faire au site d'Hell's Gate, qui se traduit par "Porte de l'Enfer". Il s'agit d'un point chaud de la région où un centre thermal (proposant des bains et des massages) s'est installé. On peut également se promener dans son grand parc pour y observer 22 activités géothermiques. L'accès au parc géothermique est à 22 EUR/adulte ; nous nous y promenons durant 1h (sans guide) en suivant un itinéraire balisé. Parmi les activés impressionnantes, notons le Steaming Cliffs au bouillonnement impressionnant et dont la température de surface est à 122°C ! Il est interdit de toucher quoi que ce soit sous peine de se brûler ; il est toutefois autorisé de plonger ses mains dans le Sulphur Lake, un lac d'eau et de boue chaudes ! Les activités géothermiques sont réparties sur deux zones, reliées par un sentier botanique qui passe à travers une petite forêt luxuriante dans laquelle nous découvrons le Manuka, le Mamaku et le Ponga, des plantes endémiques du pays. A la sortie, nous avons droit à un cours de gravure sur bois. Nous trouvons que le tarif de 22 EUR/adulte est relativement cher pour ce que l'on y voit. D'autres formules sont proposées lorsqu'on désire également profiter du spa (exemple de tarif : 56 EUR pour le parc, le bain de boue et le spa soufré ; www).

Okere Falls

Nous passons la nuit suivante à Okere Falls, plus exactement sur le parking de Trout Pool Reserve (voir Où dormir à Rotorua et région).

Chiffre de la journée : 255 km parcourus

Okere Falls se trouve à proximité du lac Rotoiti. Il s'agit de plusieurs cascades facilement accessibles depuis le parking situé au niveau de Trout Pool. Un sentier, long de 1,2 km, longe plus ou moins la rivière Kaituna ; celle-ci donne naissance à de multiples cascades, dont la plus haute fait 26 m ! Il est possible d'organiser une descente de la rivière en kayak ou en rafting. On peut également y pêcher la truite d'octobre à fin mai. Nous nous contentons d'aller voir la cascade au niveau de Trout Pool (situé juste à côté du parking).

Rotorua et la culture maorie

Nous nous rendons ensuite dans la ville de Rotorua. Ici, l'air est saturé de soufre (et plus précisément d'hydrogène sulfuré), avec une odeur d'œuf pourri quasi en permanence ! La ville se trouve à côté du lac du même nom. Un grand i-Site se trouve au centre de la ville, particulièrement pratique pour organiser son séjour dans cette région.

Implantée dans le pays depuis que des polynésiens y ont accosté vers les années 1300, la culture maorie est très présente dans certaines régions, et encore plus ici à Rotorua. Aujourd'hui, presque 40% de la population de Rotorua est d'origine maorie, alors qu'elle n'est que de 14% sur l'ensemble du pays. Rotorua nous est apparu comme l'un des principaux lieux de vie de la culture maorie, celle-ci étant partagée avec les touristes par le biais de spectacles (ou dîners-spectacles).

Les maoris utilisaient déjà naturellement les vapeurs et sources d'eau chaude pour cuisiner, se laver et se réchauffer... Aujourd'hui l'activité thermale se retrouve dans les nombreuses piscines minérales dont les bienfaits de l'eau sont reconnus pour les affections de la peau... mais on peut aussi se baigner pour son plaisir en se délassant dans une eau à 40°C !

Ainsi, au Sud de la ville, se trouve le centre thermal "Polynesian Spa", qui propose un agréable moment de relaxation. L'eau serait particulièrement bénéfique pour les affections rhumatismales. Plusieurs formules et tarifs sont proposés à partir de 10 EUR/adulte pour le "Family Spa", ou de 30 EUR/adulte pour le "Lake Spa". Le bassin le plus chaud est à 42°C. Attention, car certains bassins ne sont pas autorisés aux enfants ! Pour nager dans une piscine plus classique, il y a "Aquatic Centre", avec des bassins d'eau chlorée et d'autres d'eau thermale (3,50 EUR/adulte).

Nous vous suggérons notre itinéraire de balade dans Rotorua (voir ci-dessous).

Rotorua - Nouvelle-Zélande
Rotorua - Notre itinéraire de notre balade (en jaune)

Cette agréable promenade commence au "Polynesian Spa". En marchant vers le Nord et à travers les parcs, nous arrivons au musée de Rotorua, situé dans une magnifique demeure datant de 1908. Le musée donne un bel aperçu de l'histoire de la ville, avec des antiquités et des projections de films. Même sans le visiter, l'extérieur du bâtiment vaut le coup d'être vu.

Le jardin du gouvernement est situé tout à côté du bâtiment. Nous revenons sur nos pas pour nous rendre au bord de Sulphur Bay, situé à l'arrière de la centrale électrique géothermique et du "Polynesian Spa". Un sentier permet de s'approcher des mares de boues. Sulphur Bay est l'un des points chauds du lac Rotorua. Nous suivons le sentier puis la ruelle qui se termine au parking de la pointe qui marque la fin de Sulphur Bay. D'ici, nous apercevons l'îlot de Mokoia ; plus proches de nous, de magnifiques cygnes noirs ("black swan" en anglais) glissent sur l'eau...

Du parking, un sentier continue à longer le lac et passe tout à côté d'un Waka, un bateau traditionnel maori. Celui-ci a été construit en 1989 et a été nommé "Te Arawa Waka Taua".

Le Waka - Bateau traditionnel maori
Waka - Nouvelle-Zélande

Ces pirogues mesurent en général 20 mètres de long pour un poids de 2 tonnes 5. Le corps du bateau est constitué de 3 parties qui sont liées entre elles. Les courses de waka sont particulièrement populaires en Nouvelle-Zélande.

Le sentier arrive ensuite à l'embarcadère du bateau "Lakeland Queen", un bateau à vapeur agrémenté d'une roue à aubes et sur lequel on peut faire le tour du lac. Nous empruntons maintenant une ruelle jusqu'à Ohinemutu, un quartier composé de modestes petites maisons situées en plein milieu des fumerolles qui sortent, ici d'un trou au milieu d'un jardin privé, là de bouches d'égouts ou encore de fissures, etc.. Nous découvrons également de beaux bâtiments comme le marae Te Papaiouru (ex Tamatekapua) ainsi que l'église St Faith (1914) et son cimetière.

Le Marae

Bâtiment traditionnel maori de haute spiritualité, le Marae est un endroit de rassemblement dans lequel sont fêtés les grands événements comme les mariages, les baptêmes ou encore les funérailles.

Nous quittons maintenant le bord du lac pour rejoindre le parc de Kuirau (gratuit). Ce grand parc, très bien aménagé, est rempli d'activités liées à la géothermie. Les sentiers et pontons aboutissent à plusieurs bassins d'eau et de boue, fumants et bouillonnants. D'autres bassins aménagés permettent de tremper ses pieds dans l'eau thermale bien chaude ! Nous n'y résistons pas (gratuit) !

Notre fils Yann profite joyeusement des extraordinaires aires de jeux pour les enfants.

Aires de jeux pour les enfants

Les aires de jeux en Nouvelle-Zélande sont, pour la plupart, superbement bien aménagées. Un régal pour nos petits bouts !

Nous finissons notre balade en traversant le centre-ville pour retrouver le point de départ de notre balade... et notre camping-car.

Au programme de ce soir : un spectacle maori ! Les entrées sont vendues soit directement sur le site internet du lieu de spectacle, soit via l'i-Site (souvent majoré d'une commission), soit via Internet. Le plus difficile a été de choisir le bon spectacle. Chaque centre propose un spectacle avec sa touche personnelle. Parmi les centres/spectacles que nous avons repérés, il y a Whakarewarewa - The Living Maori Village, Tamaki Maori Village, Mitai Maori Village et Whakarewarewa - Te Puia. Pour certains sites, comme au "Whakarewarewa - The Living Maori Village", le spectacle se fait en journée, alors que pour d'autres, cela se déroule en soirée. Par ailleurs, "Whakarewarewa - The Living Maori Village" se trouve en plein milieu des activités géothermiques de Rotorua ce qui peut donner un attrait supplémentaire au spectacle. Au final, nous choisissons "Mitai Maori Village" qui se trouve au Nord de la ville (71 EUR/pers.). La soirée débute par une présentation de la culture maorie avec, entre autre, la préparation du Hangi, une tradition culinaire maorie.

Le Hangi

Le Hangi est une sorte de "barbecue" traditionnel maori réalisé habituellement dans un trou en terre, à l'étouffée au feu de bois ou encore à la vapeur, au-dessus de fumeroles volcaniques !

On nous présente ensuite le Waka, un bateau traditionnel maori avec, à son bord, des guerriers maoris que nous voyons manœuvrer sur un bras de rivière.

Nous passons ensuite dans une salle partiellement couverte dans laquelle se déroule le show. Le spectacle nous plonge au cœur de la vie des maoris d'autrefois, les "tableaux" étant agrémentés de danses et chants traditionnels, ainsi que des combats guerriers. Les acteurs sont parés de magnifiques "tā moko", des tatouages maoris qui symbolisent le vécu de la personne qui les porte. Nous prenons conscience de l'importance et de la signification de ces tatouages ancestraux que se font les maoris sur leur visage et leur corps. Cette culture ancestrale se retrouve dans le "Haka", danse guerrière rendue célèbre par les "All Blacks", l'équipe de rugby néo-zélandaise ! Etre spectateur de cette impressionnante danse du Haka reste en général gravé dans les mémoires ! Leurs étranges cris et grimaces, utilisés jadis par les guerriers pour intimider leurs adversaires, ne peut laisser indifférent... et Yann apprécie grandement !

Après le spectacle, les mets préparés au "Hangi" peuvent être dégustés sous un chapiteau chauffé (aucun charme particulier ; repas simple mais bon). Pour finir, après le repas, lorsqu'il fait nuit noire, une petite balade est effectuée dans la forêt pour observer des Vers luisants (ou Glowworm). Par conséquent, il faut prévoir des vêtements chauds (et de pluie au cas où). Une lampe de poche est fournie.

Pour nous, la soirée se termine ; les personnes ayant pris un billet "combiné", se rendent alors au parc "Rainbow Springs", situé juste à côté, pour y observer les kiwis de nuit (en captivité).

De nuit, nous reprenons la route à bord de notre camping-car et empruntons la petite route du Nord du lac Rotorua, pour nous poser, pour la nuit, au bord du lac (voir ci-dessous).

Où dormir à Rotorua (et région)

Les hébergements sont bien évidement nombreux à Rotorua et dans toute la région.

Campings et bivouacs :

  • "Top 10 Holiday Parks" de Rotorua, où nous avons passé 1 nuit (superbe ; très propre ; barbecue ; cuisine tout équipée ; salle de TV ; 1 piscine thermale + 2 bassins thermaux (37 et 40°C) ; aire de jeux pour enfants ; on entend malheureusement la route passante qui est à proximité ; ; ).
  • "Cosy Cottage Thermal Holiday Park" (piscine ; bassin thermal sommaire ; ).
  • Parking de Trout Pool Reserve, où nous avons passé 1 nuit (au calme, car en pleine nature ; gratuit ; tôt le matin, quelques camions transportant du bois passent par là ; situé à côté de la cascade de Trout Pool ; ; ).
  • Au bord du lac Rotorua, où nous avons passé 1 nuit (situé au Nord du lac Rotorua, à 15 km de la ville de Rotorua ; parking en terre ; gratuit ; à côté d'une rivière ; pas de panneau d'interdiction ; au calme ; beaucoup de canards et de cygnes noirs ; ).
  • Parking du "Waiotapu Tavern", où nous avons passé 1 nuit (12 EUR/camping-car ; douches chaudes et toilettes ; placé côté de la taverne et donc un peu de bruit en début de nuit ; ; ).
  • Au bord du lac Okaro (aire de pique-nique ; barbecue à gaz gratuit ; au calme absolu ; réservé aux véhicules "Self-contained" moyennant une modique somme ; ).

Chiffre de la journée : 40 km parcourus

Le lendemain, nous retournons à la ville de Rotorua et posons notre camping-car au camping ; en faisant le calcul, il nous est apparu qu'il était plus économique de profiter des bassins d'eau thermale du camping, plutôt que de se rendre au "Polynesian Spa". Deux campings se trouvent dans la ville même et les deux proposent un ou deux bassins d'eau thermale, plus une piscine. Nous choisissons le camping "Top 10 Holiday Parks" (voir Où dormir à Rotorua) et profitons largement des deux bassins d'eau thermale bien chaude et de la piscine. Pour le déjeuner, nous profitons des barbecues rutilants du camping. Puis nous nous baladons encore un peu au centre-ville que nous rejoignons à pied.

Aujourd'hui nous sommes jeudi, et donc nous dînons en ville car tous les jeudis, à partir de 17h, un marché gastronomique propose des petits plats du monde (cuisine thaï, française, italienne, croate, japonaise, etc.). Nous trouvons même des bretzels qui nous rappellent notre Alsace natale !

Chiffre de la journée : 16 km parcourus

Durant les 2 jours suivants, nous jonglons avec la pluie et le soleil, parcourant les sites en fonction de la météo !

Wai-O-Tapu

Le lendemain matin, nous partons tôt pour rejoindre Wai-O-Tapu (ou Waiotapu Thermal Wonderland) qui se trouve à 31 km de Rotorua . Wai-O-Tapu signifie "Eaux Sacrées". Cette réserve est l'un des sites géothermiques les plus visités de la région de Rotorua. Son accès est payant et trois sites sont à découvrir avec le même ticket d'entrée (à acheter au site principal au prix de 18 EUR ; www).

Nous commençons par le site de Lady Knox Geyser qui se trouve à 1,2 km du site principal et qui n'est visible que le matin à 10h15 (accessible à pied ou en voiture ; ). Il s'agit d'un geyser dont l'éruption est provoquée par de la lessive en poudre jetée à l'intérieur du cratère. Le geyser se met alors à cracher de l'eau de plus en plus haut, celle-ci pouvant atteindre 20 m de hauteur et ce, durant plusieurs dizaines de minutes. Cette partie du site est libre d'accès durant le reste de la journée, puisqu'il n'y a plus rien à voir de particulier.

Nous retournons ensuite à la partie principale du site de Wai-O-Tapu. Ici, se présentent trois sentiers en boucle (rouge, orange, puis jaune) qui sont très bien balisés et qui permettent de s'approcher au plus près des activités géothermiques. Les plus belles curiosités se trouvent dans la boucle la plus courte (rouge), soit 1,5 km de sentier. Nous faisons les trois sentiers, soit une boucle d'environ 3 km en 1h30, pour découvrir les 25 curiosités géothermiques répertoriées (sans guide).

Nous apercevons de magnifiques piscines d'eau et de boue aux couleurs éclatantes, parfois jaunes, orange, vertes ou bleues, tantôt chaudes, tantôt froides, le tout étant magnifié par les rayons du soleil ! Ce site vaut vraiment le coup d'être visité mais attention aux personnes sensibles à l'odeur de soufre qui est présente partout ! Parmi les curiosités à ne pas manquer : Artist's Palette (Palette de l'Artiste) et The Champagne Pools (La Piscine de Champagne) qui forment un seul bassin aux multiples couleurs et aux bords orangés. Les couleurs changent en fonction de l'orientation et de la position du soleil ainsi que de la quantité de fumeroles et du vent.

Nous passons un bassin d'eau grise (et d'eau jaune à certains endroits) qui bouillonne ici-et-là. Puis nous arrivons à l'autre extrémité du site, au Ngakoro Lake (Lac Ngakoro), dont la couleur verte est notamment due à l'arsenic contenu dans l'eau.

Pour le retour, le sentier traverse une belle forêt de fougères arborescentes et, comme c'est très souvent le cas en Nouvelle-Zélande, il est bordé de manukas.

Nous longeons ensuite une zone appelée Primrose Terraces, où le léger écoulement de l'eau chargée en minéraux a formé de toutes petites terrasses de silice.

Le sentier repasse par The Champagne Pools puis atteint Devil's Bath (Bain du Diable) qui est vraiment impressionnant de par sa couleur vert/jaune fluo.

De retour au parking, nous roulons jusqu'au troisième site de Wai-O-Tapu qui porte le nom de Mud Pool (Piscine de Boue) et qui se trouve à 1,5 km du site principal. Il s'agit d'un étang de boue assez impressionnant où de grosses bulles de boue éclatent à la surface. Contrairement aux autres sites de Wai-O-Tapu, ce lieu semble être en accès libre.

Waimangu

Il n'est que 14h, nous avons donc encore le temps de visiter un autre site géothermique ; nous choisissons celui de Waimangu (ou Waimangu Volcanic Valley) . Vu la petite taille de son parking ( ; www), il semblerait qu'il ne soit pas très visité et pourtant, il fera partie de nos sites préférés dans cette région. Waimangu Volcanic Valley a d'ailleurs remporté plusieurs prix d'éco-tourisme néo-zélandais. Ici, de récentes éruptions volcaniques ont eu lieu durant le dernier siècle, dont la grande éruption du Mont Tarawera en 1886 qui a malheureusement enseveli plusieurs villages maoris, ainsi qu'une merveille mondiale : les "Pink and White Terraces" ! Cette éruption volcanique a également créé une faille longue de 17 km qui correspond aujourd'hui au site de Waimangu. A travers cette faille, un itinéraire de 4 km (aller simple) est proposé jusqu'au lac de Rotomahana. L'aller est facile puisque le sentier descend. L'aller et/ou le retour peuvent se faire avec un minibus (inclus dans le prix de l'entrée de 20 EUR) qui s'arrête à 4 stops situés à proximité des lieux d'intérêts (un bus par heure environ ). Nous faisons le tout à pied en 2h15, car c'est ainsi que l'on découvre le mieux ce site magnifique. Une variante plus difficile propose de gravir le Mt Haszard qui présente un fort dénivelé et qui n'est accessible qu'à pied.

Nous partons, sans guide, à la découverte de cet itinéraire qui traverse une magnifique réserve où se côtoient végétation luxuriante et activités géothermiques. Le premier endroit impressionnant est le Frying Pan Lake, un grand lac fumant de 55°C qui se situe au fond d'un cratère ; les dernières éruptions de ce volcan ont eu lieu en 1917 et 1973.

Le sentier se rapproche du lac et de Cathedral Rocks (Rochers de la Cathédrale) qui sont des rochers fumants situés sur la rive du lac.

Le sentier longe maintenant une rivière chaude qui s'écoule du lac ; nous y observons de petits geysers (Birds Nest Terrace) au milieu de couleurs très variées. C'est ici qu'entre 1900 et 1904 se trouvait le plus grand geyser connu au monde : le Geyser Waimangu qui crachait une boue noire qui pouvait atteindre 400 m de hauteur ! L'activité géothermique peut ainsi changer d'une année à l'autre...

Le sentier se divise ensuite en 2 itinéraires : le plus court, que nous ferons sur le chemin retour, et le plus long qui grimpe en fort dénivelé jusqu'au Mt Haszard. Même si vous ne faites pas cette variante, rendez-vous au moins à Inferno Crater qui se situe à seulement 30 m de distance du début de la montée du Mt Haszard ! En effet, à Inferno Crater (Cratère de l'Enfer) on atteint un point de vue qui donne sur un cratère rempli d'une eau d'un magnifique bleu turquoise intense et dont la température atteint 80°C ! Par ailleurs, selon un cycle de 38 jours, le niveau de l'eau peut monter ou descendre de 8 mètres !

Nous poursuivons jusqu'au sommet du Mt Haszard, à travers une belle forêt et via quelques beaux points de vue. Ensuite, le sentier redescend et rejoint à nouveau le sentier principal et la rivière d'eau chaude. Sur la rive de la rivière, nous observons les "Marble Terrace" qui sont des terrasses constituées de silice.

A peine plus loin, ne manquez pas Warbrick Terrace. Pour cela, il faut s'écarter du chemin principal sur environ 100 m. Ces terrasses ressemblent aux précédentes si ce n'est qu'un bassin, paré de couleurs incroyables, ajoute du charme à l'endroit.

Heureusement le soleil est présent, car c'est primordial pour apercevoir toutes ces magnifiques couleurs !

Nous sommes de retour sur le chemin principal qui longe toujours la rivière et qui commence à s'élargir. L'eau ne semble plus chaude puisque des cygnes noirs y nagent.

Le chemin se termine au lac de Rotomahana. D'ici on aperçoit le Mont Tarawera (situé de l'autre côté du lac), ce volcan actif dont la grande éruption de 1886 a changé les paysages de cette région. A l'embarcadère, il est proposé de faire un tour de bateau pour observer d'autres activités volcaniques situées sur les bords du lac (en supplément ; un départ toutes les heures environ ).

Nous effectuons le retour à pied, en passant cette fois par Birds Nest Terrace que nous n'avions pas faite complètement à l'aller. Notre balade aura duré en tout 2h30.

Kerosene Creek

Il est déjà 17h mais nous décidons tout de même de nous rendre à Kerosene Creek . Depuis la Route 5, nous prenons une piste . Nous passons aussitôt le lac Rotowhero à la couleur vert fluo. Nous poursuivons ensuite environ 2 km sur une piste en très mauvais état. Nous arrivons enfin au niveau du parking en terre de Kerosene Creek . De là, nous marchons à peine 100 m et arrivons à une rivière d'eau chaude dans laquelle se jette une cascade et où il est possible de se baigner. Nous enfilons nos maillots de bain pour nous prélasser dans cette eau délicieusement chaude : la température doit être proche de 38°C ! Nous sommes en pleine nature et profitons pleinement de ce moment de détente totalement gratuit !

Waikite Valley

En cette fin de journée, nous faisons encore un petit tour à Waikite Valley (ou Waikite Valley Thermal Pools ; ; ). C'est un complexe thermal placé au milieu des activités géothermiques. Le complexe propose plusieurs bassins d'eau thermale dont le plus chaud atteint 39°C. Un sentier assez court, que l'on peut parcourir en 10 mn, se rapproche des activités géothermiques du lieu. L'endroit dispose d'un camping (12 EUR/pers., accès aux piscines inclus ; www).

Puis, il est temps pour nous de chercher un endroit pour passer la nuit. Nous le trouvons à côté du restaurant "Waiotapu Tavern" (voir Où dormir à Rotorua et région). Notre journée fût chargée mais remplie d'images superbes !

Chiffre de la journée : 70 km parcourus

La nuit est fraîche avec -1°C, mais nous ne souffrons pas du froid sous nos grosses couettes.
Le lendemain, nous nous redirigeons à nouveau vers Rotorua, afin d'explorer les derniers sites que nous n'avons pas encore eu l'occasion de visiter.

Okaro Lake

Nous commençons par effectuer un crochet au petit lac d'Okaro que nous avions aperçu en nous rendant à Waimangu. Un petit sentier aménagé de pontons permet de découvrir les rives du lac et d'en faire le tour. Il n'y a rien d'extraordinaire, mais c'est agréable. Une aire de pique-nique met à disposition un barbecue à gaz (gratuit). Passer la nuit ici est possible pour les camping-car "Self-contained" (voir Où dormir à Rotorua et région).

Aires de pique-nique et toilettes publiques

Aires de pique-nique
En Nouvelle-Zélande, les aires de pique-nique sont nombreuses et généralement très propres et fonctionnelles. On y trouvera des bancs, des tables et parfois des barbecues électriques ou au gaz (souvent gratuits, parfois payants).

Toilettes publiques
Concernant les toilettes publiques, on en trouvera partout (dans chaque ville et dans presque chaque village) et, en général, elles sont très propres.

Whakarewarewa - Te Puia

De retour à Rotorua, nous nous rendons au site géothermique de Whakarewarewa. Cette zone d'activité géothermique intense se trouve au Sud de la ville de Rotorua et tout à côté de la forêt de Whakarewarewa. Le site se décompose en 2 parties : "Te Puia" et "The Living Maori Village". Nous commençons par Te Puia www, qui est le site géothermique le plus visité à Rotorua même. Nous nous garons sur l'un des deux parkings . Cette partie concentre les plus fortes activités de Whakarewarewa, dont l'impressionnant geyser Pohutu.

Plusieurs formules de visites sont proposées : Te Rā (l'accès au parc thermal), Haka (une démonstration de la culture maorie), Kai Ngāwha (le "hangi", un repas typique maori), Te Pō (une soirée présentant la culture maorie incluant un repas). Il est également possible de prendre des billets combinés.

Nous nous contentons du ticket Te Rā, au prix de 28 EUR/adulte qui nous donne accès à tout le parc et qui permet d'observer 13 activités géothermiques via un sentier très bien balisé. Un minibus parcourt également les points d'intérêts principaux, mais c'est à pied que nous préférons découvrir les lieux (sans guide). Nous observons des mares de boue ainsi que de petits étangs bouillonnants, moins impressionnants que ceux que nous avons vus sur les sites précédents ; nous sommes impatients de découvrir l'attraction majeure du parc : le geyser Pohutu, ce geyser dont l'éruption peut atteindre 30 mètres de hauteur ! Il est vraiment impressionnant et nous ne nous lassons pas de le voir cracher. Il se produit en moyenne une éruption par heure, mais nous l'avons vu jaillir plusieurs fois en une heure et ce, durant plusieurs dizaines de minutes.

Dans le site de Te Puia se trouve un dôme dans lequel on peut observer le kiwi. Le kiwi étant un animal nocturne, le dôme est plongé dans l'obscurité ; il n'est pas toujours évident de repérer un kiwi dans le noir.

Le Kiwi (animal)

Oiseau endémique de Nouvelle-Zélande, la principale caractéristique de cet oiseau nocturne est qu'il ne peut pas voler !
De la taille d'une grosse poule et court sur pattes, le kiwi a de toutes petites ailes, un plumage laineux et des narines tout au bout du bec. Son œuf, qui pèse en moyenne 500g, est le plus gros œuf du monde par rapport à la taille de l'animal. Seul le mâle couve l'œuf, et ce pendant 3 mois. Il fait son terrier dans les zones boisées, dans le sol, les troncs ou sous les fougères. Sa longévité est de 30-35 ans. L'actuelle stratégie de camouflage du kiwi et sa vie nocturne proviennent certainement de l'héritage génétique des attaques de l'aigle géant de Haast...

Toujours sur le site de Te Puia, nous nous baladons dans le petit village maori reconstitué appelé Pikirangi, qui plait beaucoup à Yann. On y trouve des habitations maories ainsi qu'un waka, le bateau traditionnel maori.

En tout, nous aurons passé 1h30 sur le site.

Petit tuyau : au loin, depuis le sentier "Pohaturoa track" de The Redwoods, il est possible de voir gratuitement le geyser Pohutu.

Whakarewarewa - The Living Maori Village

Nous nous rendons vers la deuxième partie du site de Whakarewarewa, appelée "The Living Maori Village" (parking ; www). Comme son nom l'indique, il s'agit d'un vrai village ou vivent des maoris. Le village est implanté au milieu des activités géothermiques et son accès est payant. En plus de la géothermie, ce site permet de découvrir la culture maorie (danses, tatouages, mode de vie, etc.). Il est également proposé d'assister à la préparation du "hangi", le barbecue traditionnel maori. Nous décidons de ne pas visiter le village implanté au milieu des fumerolles, mais depuis le parking, nous en avons un bon aperçu.

The Redwoods - Whakarewarewa Forest

Vers 14h, nous nous rendons dans la forêt de Whakarewarewa, qui se trouve à côté de Rotorua et du site géothermique qui porte le même nom. La forêt est composée de centaines d'espèces de plantes dont 170 espèces ont été introduites en 1901. Le redwoods californien en fait partie. Il s'agit d'un séquoia à feuilles d'if pouvant vivre plus de 2 000 ans et atteindre 100 m de haut !
Nous nous garons au parking du centre d'accueil ( ; www) ; un parc, dans lequel on peut randonner, a été créé ici : "The Redwoods - Whakarewarewa Forest". La pratique du VTT y est largement autorisée et développée.

Depuis le parking et le centre d'accueil, nous apercevons déjà d'impressionnants redwoods ! Nous nous rendons au centre d'accueil où nous recevons des informations fort utiles sur les nombreuses randonnées que l'on peut effectuer dans le parc. Les sentiers sont répertoriés sur une carte ainsi que les balades dont la durée peut varier de 30 mn à 8h (2 km à 34 km). Tous les sentiers sont nommés et correspondent à une couleur : "Redwood Memorial Grove track" (rouge ; 2 km ; 30 mn), "Waitawa Walk" (bleu ; 3,4 km ; 1h), "Quarry lookout track" (vert ; 4,8 km ; 1h30), "Pohaturoa track" (jaune ; 7,5 km ; 2h), "Tokorangi Pa track" (violet ; 11,5 km ; 3h30) et "Whakarewarewa Circuit" (noir ; 34 km ; 8h).

Nous choisissons le sentier "Redwood Memorial Grove track", le plus court, qui se fait en seulement 30 mn de marche. Nous en prenons plein des yeux et les narines ! Les redwoods sont nombreux et sont entourés de magnifiques fougères arborescentes (Mamaku, Ponga, etc.). Nous nous sentons vraiment petits à côté de ces géants de bois ! Nous passons un endroit marécageux que nous traversons grâce à des pontons ; l'eau est d'un bleu turquoise particulier qui nous rappelle que nous sommes proches d'activités géothermiques.

La Fougère arborescente
Fougère arborescente Fougère arborescente Fougère arborescente

En métropole, nous connaissons les petites fougères. Ici, en Nouvelle-Zélande, il existe de nombreuses espèces indigènes de fougères ; certaines se prennent pour des arbres et peuvent atteindre jusqu'à 7-8 mètres de haut, d'où leur nom de fougère arborescente (ou Cyatheales, Mamaku, Ponga, etc.). On les trouve également à Maurice, à La Réunion, en Australie, en Malaisie, et dans quelques autres pays ou îles.

Le sentier "Pohaturoa track" (que nous ne faisons pas) a la particularité de pouvoir observer de haut la ville de Rotorua, le lac, ainsi que le site géothermique de Whakarewarewa (dont le geyser Pohutu).

Plus de photos de Rotorua et sa région...

Autres activités à Rotorua et région

Parmi les autres activités à faire dans la région de Rotorua (mais que nous n'avons pas effectuées), il y a :

Pour encore plus d'informations sur Rotorua et sa région : www.rotorua.fr


Taupo et sa région

Tout comme la région de Rotorua, la région de Taupo est également soumise à d'importantes activités volcaniques et géothermiques. Taupo, qui désigne une ville mais également un lac, possède de nombreux attraits touristiques comme la randonnée, les activités liées au lac et aux rivières, ainsi que la découverte du volcanisme et de la géothermie.

Il est 16h lorsque nous quittons Rotorua et prenons la route en direction de Taupo.

Orakei Korako

Première étape : le site d'Orakei Korako qui se trouve à 70 km de Rotorua et à 35 km de Taupo . Une fois arrivés, nous nous posons pour la nuit sur le parking du site, situé au bord du lac Ohakuri ; l'endroit semble très paisible (voir Où dormir à Taupo et sa région). Ce lac artificiel, qui s'étale tout en longueur sur environ 10 km, ne fait que 500 m de large en moyenne. Nous prévoyons de visiter le site le lendemain. Ce soir, nous avons un ciel bien dégagé et nous en profitons pour prendre l'air avant de dîner et nous coucher. Nous remarquons que l'eau au bord du lac est chaude en raison des sources chaudes à proximité. Encore une fois, nous passons la nuit seuls au milieu de cette belle nature.

Chiffre de la journée : 100 km parcourus

Le lendemain, dès l'ouverture d'Orakei Korako www, Gilles et Yann partent visiter le site dont la traduction signifie "Vallée Cachée". Là encore, il s'agit d'une zone géothermique. Malheureusement, le ciel est complètement couvert. La zone à visiter se trouve sur la rive opposée du lac Ohakuri. Le tarif de 25 EUR/adulte inclut une traversée en bateau qui permet de rejoindre la rive opposée où débute le sentier de visite. Le site, que l'on parcourt librement sans guide, est parfaitement bien balisé et presque complètement aménagé de pontons. Nous y observons les plus grandes terrasses de silice du pays (Emerald Terrace) ! Nous découvrons également des mares de boue, des bassins d'eau chaude aux belles couleurs, un petit geyser, un rocher en forme de tête d'éléphant, ainsi que la grotte Ruatapu, dans laquelle se trouve un beau bassin dont l'eau est d'un magnifique vert émeraude ! Il est interdit de descendre au fond de la grotte, en raison du risque de chutes de pierres !

Le sentier est également botanique et diverses espèces telles que le Manuka et le Kanuka y sont présentées.

Le Manuka et le Kanuka

Le Manuka

Manuka et Kanuka - Nouvelle-Zélande
Cousin du Melaleuca Alternifolia, qui fait lui aussi partie de la famille des Arbres à Thé (Tea tree), le Leptospermum scoparium, également appelé Manuka, est une plante endémique courante en Nouvelle-Zélande. Plante médicinale reconnue pour ses vertus antibactériennes, elle se présente sous la forme d'un grand arbuste. Elle est reconnaissable par ses petites feuilles et petites fleurs blanches. En écrasant quelques feuilles entre les doigts, celles-ci dégagent rapidement une odeur reconnaissable, caractéristique de la famille des "Tea Tree". Ces plantes étaient couramment utilisées dans la médecine traditionnelle maorie. Aujourd'hui, on la retrouve en huile essentielle dans le monde entier. En Nouvelle-Zélande, on produit un miel unique de Manuka aux propriétés exceptionnelles (notamment antiseptiques), que l'on trouvera dans tous les commerces alimentaires. Sur l'étiquette, il est indiqué un indice de concentration, noté par le label "UMF®" (Unique Manuka Factor) ou "IAA®", allant de 0 à 18+ (exemple UMF®10+).

Le Kanuka
Autre cousin de la famille des "Tea Tree" : le Kanuka, Kunzea ericoides, dont l'arbuste est plus grand, était plus spécifiquement utilisé par les maoris pour la taille de leurs outils et de leurs armes. A ses propriétés anti-inflammatoires et antibactériennes, s'ajoute une action reconnue contre la couperose...

Il se met à pleuvoir, puis le soleil refait son apparition... c'est la Nouvelle-Zélande ! Pour le retour, il faut à nouveau prendre le bateau. Et pour finir, nous avons droit à une boisson chaude (incluse dans le prix). Malgré ce geste apprécié, nous trouvons le tarif un peu élevé si on le compare à d'autres sites dans la région de Rotorua ; mais il vaut tout de même le coup d'être visité ! Le café du centre propose un accès WiFi payant (premiers 50 Mo gratuits).

Après la visite, nous reprenons la route en direction de Taupo.

Wairakei

Nous passons maintenant dans la région de Waikato. 10 km avant Taupo, nous arrivons au village de Wairakei . Wairakei désigne également une vaste zone touristique qui englobe plusieurs activités touristiques, comme Craters of The Moon, Huka Falls, etc.. C'est une région au cœur de laquelle règne une intense activité géothermique. D'ailleurs, on y trouve la 4e centrale électrique géothermique la plus productive du monde !

Huka Falls

Nous nous rendons à Huka Falls, une série de cascades de la rivière Waikato, formées par le trop plein du lac Taupo. Après avoir garé notre camping-car , nous empruntons le sentier qui nous mène aussitôt sur un pont au-dessus de la rivière. Ici, elle coule au milieu d'une gorge étroite longue de 200m, ce qui donne naissance à des rapides ainsi qu'à plusieurs cascades ! Le sentier nous amène à la plus grande des cascades. D'ici, plusieurs chemins mènent à diverses randonnées. Pour les fans de sensations, il y a "Hukafalls Jet", un bateau rapide (jetboat) qui se rapproche du bas de la cascade.

Craters of The Moon

Nous voici maintenant à Craters of The Moon (ou Karapiti). Ce lieu nous permet de parcourir à pied une zone ayant eu plusieurs activités volcaniques récentes (le tarif est très raisonnable : 5 EUR/adulte ; 1,50 EUR/enfant ; parking : ; www). Aussitôt après la caisse, nous remarquons facilement la grande caldeira. Un sentier parcourt le fond cette dernière et s'approche de petits cratères fumants et de mares de boue. Certains trous dégazent beaucoup et sont bruyants. Nous passons environ 1h sur les lieux (pour en faire le tour).

Autres activités à Wairakei

Parmi les autres activités qui peuvent être effectuées dans la région de Wairakei, il y a :

Taupo

Juste avant d'arriver à la ville de Taupo, nous nous arrêtons au niveau d'un point de vue qui donne sur la ville, le lac et par temps clair, les montagnes enneigées .

Pour cette nuit, nous nous posons sur le parking situé à côté du port de plaisance.

Où dormir à Taupo et sa région

Les hébergements sont nombreux dans la région de Taupo et tout particulièrement dans la ville de Taupo. D'autres villes et villages situés autour du lac sont également bien fournis comme Acacia Bay et Turangi.

Campings et bivouacs :

  • Camping "Taupo DeBretts", où nous avons passé 2 nuits (15 EUR/adulte ; barbecue ; cuisine tout équipée ; séjour avec TV ; très propre ; machine à laver ; au calme ; aire de jeux pour les enfants ; 2 trampolines ; ; ; accès au Spa à moitié prix, soit 7 EUR/adulte).
  • Parking situé à côté du port de plaisance de Taupo, où nous avons passé 1 nuit (autorisé aux camping-cars seulement pour la nuit, entre 19h à 9h ; gratuit ; au calme car à l'écart de la route ; espace gazonné ; WiFi gratuit ; au bord du lac, au niveau du départ des hydravions ; ; ; toilettes publiques au port de plaisance).
  • Parking situé juste à côté du précédent (autorisé aux camping-cars, de jour comme de nuit ; 2 nuits maximum ; au bord du lac ; ; situé à côté du parc Tongariro Domain ; ; toilettes publiques au parc).
  • Parking de l'aire de pique-nique "Reid's Farm" (situé à côté de la rivière Waikato ; présence de toilettes sèches ; gratuit ; ; ).
  • Parking du site d'Orakei Korako, où nous avons passé 1 nuit (gratuit, à condition de visiter le site ; au calme ; en face du lac ; toilettes ouvertes jusque 17h30 ; ).

Services pour les camping-cars :

  • à Taupo .

Chiffre de la journée : 40 km parcourus

Le lendemain, le ciel est gris. Nous partons visiter la ville de Taupo qui est située au bord du lac du même nom. Avec ses 26 km de diamètre, le lac de Taupo est le plus grand lac de Nouvelle-Zélande ! Le lac se trouve au fond de l'immense caldeira d'un volcan qui a explosé en l'an 186. Bien que ce volcan soit endormi depuis bien longtemps, on y trouve encore des sources d'eau chaude autour et au bord du lac. Par temps clair, on peut apercevoir les sommets, souvent enneigés, des monts qui se trouvent de l'autre côté du lac : le Ngauruhoe (2287 m) et le Tongariro (1967 m).

A l'Ouest de la ville et tout à côté du port de plaisance, se trouve le parc Tongariro Domain (gratuit), agréable à parcourir et qui propose quelques activités que les enfants apprécieront (petit train, jeu d'échec géant, etc.). Yann en profite pour faire une partie d'échec avec un jeune couple néozélandais. Un grand i-Site se trouve dans le parc et fournit de nombreuses informations sur la région.

L'agréable centre-ville de Taupo se trouve juste à côté du parc. Certains murs sont tagués de beaux dessins. Faire un tour au McDonald's vaut également le coup d'œil... :-)

Pour les deux nuits suivantes, nous décidons de nous poser au camping "Taupo DeBretts" (voir Où dormir à Taupo) car la pluie est annoncée pour les prochains jours. De plus, étant en basse saison, le camping fait une offre spéciale : "2 nuits pour le prix d'1"... alors nous en profitons ! Ce jour-là, de magnifiques voitures anciennes sont stationnées devant le camping.

Chiffre de la journée : 5 km parcourus

Taupo DeBretts Spa Resort

Le lendemain, nous laissons notre camping-car toute la journée au camping et passons un bon moment au centre thermal qui lui est associé. Son accès est indépendant, puisqu'on peut s'y rendre même si on ne loge pas dans le camping. Le centre "Taupo DeBretts Spa Resort" englobe en effet, un camping, des chambres en dur et un complexe thermal destiné à toute la famille. L'accès au centre thermal seul, coûte 14 EUR/adulte et moitié prix pour les enfants ( ; ). Pour nous, comme nous logeons au camping du site, nous payons uniquement la moitié du prix. Nous nous prélassons dans cette eau chaude à souhait ! Un régal ! Le centre comprend plusieurs bassins dont la température varie de 25 à 40°C, ainsi qu'un jardin d'eau pour les enfants et un grand toboggan (un peu brutal !).

Chiffre de la journée : 0 km parcourus

Spa Thermal Park

Ce matin, il fait beau et nous en profitons pour nous rendre à Spa Thermal Park (gratuit), situé au Nord de la ville de Taupo. Nous faisons un stop au premier parking au niveau d'un point de vue qui donne sur la rivière Waikato. Puis nous nous rendons au parking principal . Il y a une grande aire de pique-nique, une grande aire de jeux pour les enfants et un parcours de santé. Le parc est situé au bord de la rivière Waikato et constitue un bon point de départ pour randonner, par exemple en direction des cascades de Huka. Depuis le parking, nous prenons le sentier qui part en direction de Huka Falls et après 5 mn de marche, nous arrivons sur un petit pont de bois qui traverse un ruisseau d'eau chaude avant de se jeter, quelques mètres après, dans la rivière froide de Waikato. Quelques personnes font trempette au milieu de ce cadre verdoyant, soit au niveau du pont, soit un peu plus haut... (gratuit). Nous trempons la main dans l'eau et évaluons la température à 37°C. Nous suivons ensuite le sentier qui longe la rivière vers le Sud, avant de retrouver le parking .

Plus de photos de Taupo et sa région...

Autres activités à Taupo et sa région


Nous quittons la région de Taupo pour nous diriger vers Waitomo. Nous découvrons, au fil des kilomètres, des vallons verdoyants à perte de vue, comme on peut en voir en Suisse... ou encore dans la trilogie du "Seigneur des Anneaux", tourné principalement dans le pays ! On a l'impression qu'à tout moment, un Hobbit va surgir au détour d'un chemin ! Nous passons par le lac Whakamaru et sa réserve, où nous effectuons un petite pause au niveau d'un magnifique point de vue . Après avoir gravi un escalier en bois, le lac s'offre à nos yeux...


Waitomo

Waitomo est un district qui a la particularité d'avoir sur son territoire pas moins de 400 grottes (dont 15 sont ouvertes au public) et 45 km de galeries ! Cette magnifique région a été formée, depuis des millions d'années, par l'érosion de la pluie, des rivières et les mouvements géologiques. De nombreuses activités sont proposées pour visiter les grottes : navigation en zodiac, spéléologie avec équipement, nage avec bouée ou tout simplement la balade pédestre... Comme dans la plupart des grottes du monde, l'attrait visuel est bien entendu les stalactites et les stalagmites ; mais ici, en Nouvelle-Zélande, on vient en plus pour observer les Vers luisants (ou Glowworm) !

Le Ver luisant

L'Arachnocampa luminosa est un ver luisant ("Glowworm" en anglais) natif de la Nouvelle-Zélande. Ce ver attire, par sa lumière, les insectes pour se nourrir... La région de Waitomo est particulièrement riche en vers luisants, mais ceux-ci peuvent être vus dans toute la Nouvelle-Zélande. On les trouve aussi bien dans les grottes que dans la forêt. Pour plus d'information, voici une documentation bien complète : Les vers luisants de Nouvelle-Zélande.

Pour prendre connaissance des différentes activités possibles à Waitomo, nous nous rendons à l'i-Site qui se trouve au Waitomo Caves Village, une sorte de village créé pour les touristes. Le personnel de cet i-Site est de bon conseil et pourra même vous réserver une visite (ici, sans commission). A l'i-Site se trouve également le musée des grottes (3 EUR/adulte ; gratuit jusqu'à 14 ans).

Parmi les grottes à visiter à proximité, il y a "Waitomo Glowworm Caves", "Aranui Cave", "Ruakuri Cave" etc.. Attention à bien choisir la grotte à visiter et sachez également que toutes n'ont pas de vers luisants. Depuis Waitomo Caves Village, ces 3 grottes citées sont accessibles en voiture ; toutefois, des sentiers permettent de les rejoindre à pied . Par exemple, depuis l'i-Site, en seulement 5 mn de marche, on pourra facilement rejoindre à pied "Waitomo Glowworm Caves". Un autre sentier permet d'atteindre les grottes "Aranui Cave" et "Ruakuri Cave" (qui se trouvent dans la réserve de Ruakuri) en 1h15 de marche. Ce sentier enchanteur traverse une végétation luxuriante, passe par un point de vue et longe une rivière. Il est même intéressant de le parcourir de nuit car il y a apparemment des vers luisants.

Etant donné l'heure tardive, nous réservons un tour pour le lendemain matin. En attendant, nous nous éloignons de Waitomo Caves Village pour nous poser 10 kilomètres plus loin, sur le petit parking du point de vue Haggas Lookout, qui nous offre en effet une belle vue.

Où dormir à Waitomo

Bien que Waitomo soit touristique, l'offre d'hébergements est bien plus limitée ici qu'ailleurs.

Campings et bivouacs :

  • Camping "Top 10 Holiday Parks" de Waitomo (situé à Waitomo Caves Village ; ).
  • Parking du point de vue Haggas Lookout, où nous avons passé 1 nuit (nuit calme ; ; ).
  • Parking du site de Mangapohue Natural Bridge, où nous avons passé 1 nuit ().

Chiffre de la journée : 180 km parcourus

Il pleut toute la nuit... Le lendemain nous partons, comme prévu, à la découverte des vers luisants !

Grottes avec des vers luisants

La découverte des vers luisants peut se faire à sec ou non ! La plus connue des grottes de Waitomo qui possède des vers luisants, est la "Waitomo Glowworm Caves" www, ouverte depuis 125 ans ! La visite de la grotte est bien rodée (31 EUR/pers.) avec ses stalactites, ses stalagmites et surtout ses vers luisants ! L'entrée de la grotte se trouve à 500 m de l'i-Site. La visite de la grotte, d'une durée totale de 45 mn, se fait à pied, puis en bateau. C'est à la fin du tour que sont observés les vers luisants. Remarque : les photos sont interdites, même sans flash !

Aujourd'hui, d'autres grottes proposent de voir des vers luisants, comme "Spellbound" www ; c'est d'ailleurs cette grotte que nous choisissons de visiter. Elle est bien moins touristique car le nombre de visiteurs est restreint. Le tour dure en tout et pour tout 3h15, au prix de 47 EUR. Le site se trouve à 12 km du village, soit environ à 20 mn de piste (transport inclus dans le prix). La visite comprend 2 grottes (Mangawhitikau Cave). Nous commençons par visiter la première grotte. Durant 1h, nous découvrons des formations géologiques particulières à la région, ainsi que des ossements de moas vieux de 700 ans. Nous y observons également des wetas, une sorte de gros grillon. Ensuite, nous éteignons nos lampes de poche et le plafond, remplit de vers luisants, s'éclaire alors !

S'en suit une petite pause bien appréciée, effectuée à l'extérieur de la grotte : café, chocolat, biscuits (et pause pipi :-)). Puis nous partons visiter la seconde grotte, tout d'abord à pied, puis en embarquant dans un zodiac pour parcourir un bout d'une rivière souterraine. Nous éteignons nos lampes de poche et... découvrons, ébahis, des milliers de vers luisants !!! C'est absolument fabuleux !!! Ils apparaissent à nos yeux telles de minuscules petites lampes vertes fluorescentes qui sont accrochées au plafond de la grotte ; on dirait une arche remplie de milliers d'étoiles !!! Plus nos yeux s'habituent à l'obscurité et plus nous apercevons de vers luisants ! Ici, les photos sans flash sont autorisées alors nous essayons (tant bien que mal) d'immortaliser cet instant magique (la prise de photos en pose lente est difficile puisque le zodiac bouge) ! A savoir : "Spellbound" propose un tour spécial pour les photographes chevronnés. 1h après, nous ressortons de la grotte. Une aventure souterraine si extraordinaire que cette grotte a été choisie pour figurer dans le film documentaire "Planet Earth".

La visite se termine par une courte randonnée à travers un paysage agrémenté de curieuses formations rocheuses (plaques superposées).

Quelle expérience inoubliable nous venons de vivre ! Yann était un peu paniqué lorsque nous étions dans le noir sur le zodiac car il avait peur que l'embarcation ne coule !

D'autres grottes à vers luisants peuvent être visitées, comme "Footwhistle" (37 EUR ; 1h ; photos autorisées sans flash ; propose également des visites de nuit ; www).

L'agence "The Legendary Black Water Rafting Co" propose de visiter une grotte avec des vers luisants de manière particulière. Il s'agit de se laisser emporter par la rivière souterraine, vêtu d'une combinaison de plongée et affublé d'une grosse bouée (tubing).

L'agence "Waitomo Adventures" propose 5 tours différents liés aux grottes (escalade, nage, tubing, tyrolienne, vers luisants, etc.).

Break imprévu
Un petit incident technique avec notre camping-car nous contraint de faire un petit break imprévu dans notre parcours. En effet, nous avons un problème d'étanchéité au niveau de la capucine (l'endroit où nous dormons) : les matelas prennent l'eau en cas de forte pluie (et ici ça arrive souvent !). Après avoir contacté notre loueur et consulté un garagiste à proximité de Waitomo, nous devons rebrousser chemin jusqu'à Auckland car la réparation n'est pas possible autrement ! Finalement tout se déroule très bien : le loueur nous échange notre camping-car et nous verse même un petit dédommagement. Nous nous retrouvons donc dans un camping-car du même modèle (même un peu plus récent) et après avoir passé 2 nuits à Auckland, nous reprenons la route en retournant d'une traite à Waitomo pour poursuivre notre visite de la région. Nous n'avons finalement perdu que 2 jours... ouf !

Chiffre des 2 journées imprévues : 420 km parcourus

Ruakuri

A seulement 10 mn de route du Waitomo Caves Village, une magnifique balade peut être faite dans la réserve de Ruakuri (ou Ruakuri Scenic Reserve). Cette balade, de 30 à 45 mn de marche en boucle, se nomme Ruakuri Buschwalk (gratuit). Le parcours est très bien aménagé et traverse une belle forêt, des gorges ainsi que plusieurs tunnels naturels . Là aussi, nous observons dans les grottes de gros wetas (insectes). Durant la balade, nous rencontrons un groupe, équipé de combinaisons et de bouées, qui vient d'explorer l'une des grottes du lieu.

Le parking du site est idéal pour les pique-niques, puisqu'il est équipé de tables et de barbecues ( ; ). Juste à côté, se trouvent Aranui Cave et Ruakuri Cave, 2 grottes visitables (payantes - que nous ne ferons pas). La grotte Aranui n'est pas habitée de vers luisants, mais possèderait de belles formations calcaires qui se découvrent à sec. Quant à la grotte Ruakuri, on peut y observer des vers luisants. Cette dernière est un site funéraire maori et un grand escalier en colimaçon permet de descendre au fond de la grotte. Les galeries de la grotte se parcourent à pied ou via la rivière.

Idée : une balade intéressante est de venir jusqu'ici à pied depuis Waitomo Caves Village (environ 1h15 de marche ; gratuit ; ). Le sentier longe une rivière et de nuit, il y aurait beaucoup de vers luisants...

Mangapohue Natural Bridge

Longue de 32 km, la route Te Anga Road traverse le district de Waitomo d'Est en Ouest. Elle est intéressante à faire (tronçon entre Waitomo Caves Village et Te Anga ; ). Elle est sinueuse et traverse de belles forêts. En partant de Waitomo Caves Village, 10 km plus loin, nous passons le point de vue Haggas Lookout . A 25 km de Waitomo Caves Village, nous garons notre camping-car sur le parking de Mangapohue Natural Bridge . Le site se trouve à 5 minutes de marche. Mangapohue Natural Bridge est une arche naturelle vraiment impressionnante (gratuit). Le sentier commence par parcourir le fond d'une gorge avant d'arriver à l'arche. Ensuite, le sentier passe sous l'arche et aboutit dans un parc à vaches, où se trouvent d'autres belles formations rocheuses. Le sentier fait une boucle et retrouve le parking.

Piripiri Caves

Un peu plus loin, précisément à 29 km de Waitomo Caves Village, nous nous garons sur le parking de Piripiri Caves. Après 10 mn de marche depuis le parking, nous atteignons les grottes de Piripiri . Munis de notre lampe de poche, nous descendons un escalier en bois vers le fond d'une grotte (accès gratuit). Celle-ci renfermerait des fossiles d'huîtres ainsi que des vers luisants, mais nous n'en avons malheureusement pas vu. Ces fossiles démontreraient la formation de la Nouvelle-Zélande et du continent Zélandia.

Marokopa Falls

A 31 km de Waitomo Caves Village, nous nous arrêtons au parking de Marakopa Falls . En 15 mn de marche tout en descente à travers une belle forêt, le sentier nous amène devant la grande et magnifique cascade de Marokopa (accès gratuit).

De retour au parking, nous aurions pu poursuivre jusqu'au village Te Anga qui ne se trouve plus qu'à 1 km. Ensuite, il y auvait la possibilité de rejoindre la mer... Mais il est tard et nous décidons de faire demi-tour. Nous passons alors la nuit avec un autre camping-car sur le parking de Mangapohue Natural Bridge (voir Où dormir à Waitomo). Le hasard fait bien les choses, puisqu'il s'agit d'une famille française : Géraldine, Pierre et leurs 2 garçons. Nous sympathisons et passons une excellente soirée dans l'un de nos camping-cars !

Autres activités à Waitomo :

- "Kiwi - Otorohanga Kiwi House" www, un parc à oiseaux où il est possible d'observer le kiwi. C'est situé à Otorohanga, à seulement 15 mn de voiture de Waitomo Caves Village.


Nous faisons maintenant route vers la région de Taranaki, en suivant la Route 3. La route est belle, surtout la partie qui traverse une large gorge . Les vaches ont laissé la place aux moutons et des centaines d'agneaux gambadent gaiement dans les prairies ! Nous comprenons aisément que la viande du pays soit l'une des meilleures du monde. Nous comprenons aussi ces paysages particuliers façonnés par l'élevage de ces animaux.

Un peu avant d'arriver dans la région de Taranaki, nous atteignons la côte et décidons de nous arrêter pour la nuit. Pour cela, nous quittons la route, empruntons une piste sur 500 m, et stoppons sur le bord d'une falaise d'où nous avons une magnifique vue sur l'océan et l'embouchure de la rivière Awakino.

Nous passons une nuit très mouvementée car le vent souffle de plus en plus avec de très fortes rafales ce qui nous empêche de dormir ! A 3h du matin, Gilles prend le volant, quitte l'endroit pour se placer à l'intérieur des terres à l'abri du vent (parking relativement calme, à côté de la route mais à l'abri des regards ).

Chiffre de la journée : 130 km parcourus

Plus de photos de Waitomo et région...


Région de Taranaki

La région de Taranaki porte le nom du volcan qui la domine. Sa plus grande ville est New Plymouth. Nous arrivons par le Nord, en longeant la côte principalement formée de sable noir et de falaises.

Nous nous arrêtons à la réserve Rapanui Wetland située au bord d'une rivière. Les rochers que nous souhaitons voir ne peuvent être atteints qu'à marée basse... Du parking, nous commençons par longer la rivière jusqu'à la mer ; nous continuons pieds nus, dans 20 cm environ d'eau, pour rejoindre la rive Sud. Nous poursuivons ensuite sur la plage pour atteindre de nombreuses formations rocheuses, dont plusieurs superbes arches !

Voilà que la marée monte et nous devons vivement nous dépêcher pour faire le chemin du retour !!! Nous sommes mêmes contraints de traverser certains passages en ayant de l'eau jusqu'au torse !!! Gilles porte son sac à dos au-dessus de la tête pour éviter les vagues ! Attention donc à bien surveiller la marée montante qui peut être un véritable piège !!!

Three Sisters & Elephant Rock

Three Sisters se trouve à Tongaporutu, à 68 km au Nord-Est de New Plymouth. Nous faisons plusieurs stops pour observer de loin ce magnifique lieu. Three Sisters, qui se traduit par "Trois Sœurs", désignait à l'origine 3 gros rochers érodés par l'océan. Le moyen le plus intéressant de visiter le site est de s'y rendre à pied. C'est donc depuis le parking de Three Sisters que nous longeons, pieds nus, la plage située au pied des falaises. Nous passons à côté de curieux boulders ainsi que d'étonnantes formations, ancrées dans les rochers. Plusieurs tunnels naturels peuvent être traversés. Puis nous arrivons aux Three Sisters... mais nous n'en comptons que deux (ou beaucoup plus, selon ce que l'on prend en compte) ! En poursuivant encore un peu, nous apercevons Elephant Rock, un grand rocher ayant la forme d'un éléphant.

Nous devons ensuite faire demi-tour pour éviter la marée haute !

Comment rejoindre Three Sisters

Il y a plusieurs moyens pour découvrir ce site :

  • Depuis la route SH3, au parking , une vue donne sur l'embouchure de la rivière Tongaporutu avec un tout petit aperçu des Three Sisters.
  • Depuis les hauteurs, en se rendant au bout de la rue Pilot . Il faut ensuite marcher 5 mn à travers le parc à moutons pour atteindre Umukaha Point. Attention à ne pas trop se rapprocher du bord des falaises car le sol est instable ! Avec un ciel dégagé, vous pourrez voir le volcan Taranaki.
  • Au plus près des Three Sisters, mais accessible seulement à marée basse : se rendre au parking de Three Sisters ( ; très bien indiqué depuis la route SH3). Le parking se trouve au bord de la rivière Tongaporutu. Il faut ensuite marcher sur la plage de sable noir en longeant la rivière. Le mieux est de le faire soit pieds nus, soit avec des chaussures de plage car il est fréquent de devoir marcher dans l'eau. Sur les bords, on aperçoit plusieurs boulders qui sont comme plantés dans le sable ou encore fixés dans la roche de la falaise. Après 10 mn de marche, on arrive aux Three Sisters. Un peu plus loin, se dresse le rocher Elephant Rock. La randonnée peut se poursuivre sur plusieurs kilomètres en direction de White Cliffs, à condition de bien vérifier à quel moment la marée commence à remonter (nous ne recommandons pas d'aller jusqu'à White Cliffs, car cela fait plus de 20 km). Cela peut être un véritable piège, car à marée haute, la plage est submergée et rares sont les endroits où l'on peut rejoindre la terre située en-haut des falaises.

White Cliffs

Les White Cliffs sont de belles grandes falaises blanches, situées un peu plus au Sud de Three Sisters. Nous décidons de nous garer au bout de la route de Three Sisters . D'ici, une longue randonnée d'environ 20 km est nécessaire pour atteindre White Cliffs (le sentier est fermé les mois de juillet, août et septembre, en raison de l'agnelage (fin de la gestation des brebis)). Plusieurs panneaux signalent un danger dû à la côte instable ! Gilles part se balader seul pour un aller d'environ 5 km. La côte est belle, mais le bord des falaises est en effet bien instable, donc prudence si vous faites cet itinéraire !

La solution la plus simple et la plus sûre pour visiter les lieux est de se rendre sur le parking de White Cliffs . A marée basse, on pourra marcher jusque devant les falaises en seulement quelques minutes. Attention : à faire seulement 2h avant et après la marée basse !

Sur la petite route qui mène à White Cliffs, nous nous posons pour la nuit sur le parking de Wai-iti Beach Retreat (voir Où dormir dans la région de Taranaki). Nous ne sommes qu'à 6 km de White Cliffs. Sur la plage, il y aurait des Manchots pygmées (Little Blue Penguin) mais nous n'en avons vu aucun.

Chiffre de la journée : 70 km parcourus

New Plymouth

Le lendemain matin, nous nous rendons à New Plymouth. Cette grande ville est une bonne base pour découvrir les alentours et surtout le Mont Taranaki. Son front de mer est bien aménagé. Un i-Site ainsi que le musée Puke Ariki (gratuit) se trouvent au centre-ville.

Etant donné le mauvais temps annoncé pour les prochains jours, nous décidons de nous poser 2 nuits au camping "Top 10 Holiday Parks" de New Plymouth.

Où dormir dans la région de Taranaki

C'est dans la ville de New Plymouth que l'on trouvera le plus d'hébergements, mais d'autres sont éparpillés dans toute la région de Taranaki.

Campings et bivouacs :

  • Camping "Top 10 Holiday Parks" de New Plymouth, où nous avons passé 2 nuits (très propre ; 35 EUR/nuit avec la carte de membre ; barbecue ; aire de jeux pour les enfants ; jeu d'échec géant ; piscine chauffée (environ 34°C) ; spa et sauna en supplément ; WiFi pour 3 EUR/h ; ; ).
  • Parking au lac Rotomanu à New Plymouth, où nous avons passé 1 nuit (à proximité de la mer ; au calme ; gratuit ; ; ).
  • Parking "North Egmont" sur le Mont Taranaki (952 m d'altitude ; présence d'un centre d'information et de toilettes ; ; ).
  • Parking "East Egmont", également appelé "Stratford Plateau", sur le Mont Taranaki (1 172 m d'altitude ; présence de toilettes ; ).
  • Parking "Dawson Falls" sur le Mont Taranaki, où nous avons passé 1 nuit (890 m d'altitude ; présence d'un centre d'information et de toilettes ; ; ).
  • Parking de Wai-iti Beach Retreat, où nous avons passé 1 nuit (au calme absolu ; situé en face d'un camping, mais fermé lors de notre passage en basse saison ; ; ).

Nous avons encore le temps de nous rendre à pied au centre de New Plymouth. Fin octobre et début novembre a lieu le Taranaki Rhododendron Festival ; à cette occasion, de nombreux jardins de particuliers ouvrent leurs portes.

Parcs de Pukekura et de Brooklands

Au centre de la ville se trouvent les parcs de Pukekura et de Brooklands, tous deux accolés ; les sentiers passent à travers forêts, espaces verts et étangs ; ils sont agréables car bien aménagés (gratuit). Fin octobre et début novembre, les rhododendrons sont en fleurs ! Fin décembre, le parc est illuminé à l'occasion du Festival of Lights. Une magnifique aire de jeux fera la joie des enfants (dans le parc).

Chiffre de la journée : 40 km parcourus

Le lendemain, nous ne bougeons pas du camping puisqu'il pleut à verse ; nous avons même un épisode de grêle. Nous profitons ainsi de la piscine chauffée et du jeu d'échec géant lors des quelques accalmies.

Climat de l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande
Le climat de l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande est assez humide, avec un pic de pluie ou de neige de mai à août. Les températures basses de ces mêmes mois permettent la pratique du ski. Notez que les saisons sont inversées par rapport à la France, puisque la Nouvelle-Zélande se trouve dans l'hémisphère Sud. Ainsi, pour pratiquer le ski, il faut s'y rendre de juin à octobre. Pour y faire du tourisme "classique", la meilleure saison pour voyager dans l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande se situe de novembre à mars, mais en raison de la saison touristique, les tarifs grimpent également, surtout durant les mois de décembre à février. Durant notre voyage en Nouvelle-Zélande (effectué de septembre à novembre sur l'île du Nord) nous avons souvent été sous la pluie, avec parfois 3 jours de pluie consécutifs, entrecoupés de courtes accalmies. En moyenne, il pleuvait 1 jour sur 4 ! Au niveau des températures, il a fait en journée et en altitude normale, entre 12°C et 26°C. La nuit, la température descendait entre 8 et 16°C, avec une seule nuit à -1°C. Les paysages de Nouvelle-Zélande ne seraient pas ce qu'ils sont sans la pluie. On l'aura compris, la météo est assez capricieuse ! Il peut faire grand soleil et deux heures plus tard, le ciel peut être chargé de nuages et se mettre à pleuvoir ! Le vent souffle souvent, et souvent très fort. En bord de mer, les rafales de vent sont courantes ! Pour obtenir des prévisions météorologiques, nous avons utilisé "MetSercice" www, spécifique à la Nouvelle-Zélande. Pour davantage de précisions sur le climat de l'île du Nord, vous pouvez consulter notre fiche climat de la Nouvelle-Zélande (île du Nord).

Chiffre de la journée : 0 km parcourus

Paritutu

Ce matin, comme le ciel se dégage un peu, nous quittons notre camping. Nous nous rendons à l'Ouest de New Plymouth où se trouvent plusieurs pitons rocheux (pain de sucre), dont le Paritutu que l'on peut gravir à partir du continent ; d'autres pains de sucre se trouvent en pleine mer. Le paysage est malheureusement gâché par le port situé au même endroit.

Lucy's Gully

A 18 km à l'Ouest New Plymouth, le site de Lucy's Gully est associé à une belle forêt de redwoods. La route qui y accède est étroite et traverse une forêt dense , avant de terminer sur un parking (présence de toilettes). Le site se trouve dans le Parc National Egmont, que nous explorerons plus en détail le lendemain.

Lac Mangamahoe

Le lac Mangamahoe se situe au Sud de New Plymouth. Son accès est libre, mais n'est autorisé qu'en journée. C'est un lieu fort agréable et très bien aménagé, d'où partent plusieurs sentiers de randonnée. D'ici, la vue sur le volcan Taranaki est splendide !

Lac Rotomanu

A l'Est de New Plymouth, le lac Rotomanu se trouve à proximité du quartier de Fitzroy ainsi que de la plage Fitzroy. Le lac est encerclé par une rivière que l'on peut traverser par un pont moderne et piétonnier : le Te Rewa Rewa. L'aménagement des abords du lac et plusieurs sentiers permettent de s'y promener aisément. Le sentier Coastal Walkway longe le bord de mer. Nous décidons de rester là pour la nuit, sur l'un des parkings où cela est autorisé (voir Où dormir dans la région de Taranaki).

En soirée, depuis la plage Fitzroy Beach, nous avons droit à un magnifique coucher de soleil sur New Plymouth et le Paritutu ! Le volcan Taranaki est magnifique ! Du même endroit, nous assistons à un feu d'artifice qui se déroule au-dessus de la ville.

Chiffre de la journée : 70 km parcourus

Parc National Egmont

Le Parc National Egmont englobe le Mont Taranaki ainsi que la forêt qui l'entoure. Son accès est gratuit.

Mont Taranaki

Le Mont Taranaki, qui est également appelé Mont Egmont, est un majestueux volcan ; du haut de ses 2 518 m d'altitude, il domine toute la région de Taranaki ! Il est visible par temps clair jusqu'à 200 km à la ronde ! Sa dernière éruption remonte à 1854. L'ascension du Taranaki ne peut se faire qu'en été car il est recouvert de neige en hiver ; c'est à ce moment-là que l'on peut pratiquer le ski de piste sur le domaine de Manganui.

Plusieurs itinéraires de randonnée permettent de se rendre dans les hauteurs du volcan et trois routes sillonnent les flancs du Taranaki.

Comment rejoindre les hauteurs du Mont Taranaki par la route

Trois routes permettent de s'approcher du sommet du Taranaki. Elles se terminent toutes en cul-de-sac et par un parking, autour de 1 000 m d'altitude.

  • Au Nord du mont, jusqu'au parking "North Egmont" (952 m ; présence d'un centre d'information et de toilettes ; ).
  • A l'Est du mont, jusqu'au parking "East Egmont", également appelé "Stratford Plateau" (1 172 m ; présence de toilettes ; ). Cette route permet également d'accéder au domaine skiable de Manganui.
  • Au Sud-Est du mont, jusqu'au parking "Dawson Falls" (890 m ; présence d'un centre d'information et de toilettes ; ).

Nous commençons par emprunter la route qui se trouve côté Nord du volcan et qui nous mène jusqu'au parking appelé "North Egmont". Nous sommes début novembre et, en cette saison, la neige est encore bien présente. Nous passons un petit moment dans le centre d'information, très intéressant, qui nous donne des éléments sur les randonnées, la faune, la flore, etc.. D'ici, bon nombre de randonnées sont possibles, à la journée ou sur plusieurs jours. Nous nous contentons d'une petite balade d'une heure, partiellement dans la neige. Malheureusement le ciel se couvre, et nous ne voyons plus le sommet du volcan.

Avec notre camping-car, nous souhaitons rejoindre un autre parking situé sur les flancs du volcan. Pour cela, nous devons tout d'abord redescendre toute la montagne par la route par laquelle nous sommes venus. Nous contournons le volcan, passons la ville de Stratford, puis remontons le volcan jusqu'au parking appelé "Dawson Falls". Petit à petit, le ciel se dégage et nous apercevons à nouveau le sommet du volcan.

Ici aussi, le centre d'information est bien fourni en indications diverses (randonnées, faune, flore, géologie, géographie, etc.), avec même un petit musée. A l'extérieur, une tour d'observation permet d'avoir une belle vue sur le sommet et ses alentours. De là, nous arrivons même à voir le Mont Ngauruhoe qui se trouve à 137 km à vol d'oiseau.

Le ciel est maintenant complètement dégagé nous décidons alors de partir faire une petite balade en direction de Wilkies Pools. Le sentier, bien aménagé et balisé, nous offre un bel aperçu de cette forêt dense et humide. Les arbres sont recouverts de mousse. Bien qu'il soit encore sous la neige, le sentier est praticable. Le sommet du volcan est, par moment, bien visible.

De retour au parking, nous repartons à pied dans l'autre sens (vers le bas) pour rejoindre la cascade Dawson, située non loin du parking. Le sentier arrive par le haut et offre une belle vue sur la cascade ; puis il descend jusqu'au bas de celle-ci. La cascade Dawson est haute de 18 m.

Pour cette nuit, nous restons sur le parking de "Dawson Falls" (voir Où dormir dans la région de Taranaki). Le ciel est maintenant complètement dégagé et le Taranaki nous apparaît dans toute sa splendeur ! C'est grandiose !

Chiffre de la journée : 100 km parcourus

Forgotten World Highway

Tôt le lendemain matin, nous quittons le volcan Taranaki, avec comme but, de rejoindre le Parc National de Tongariro via la Forgotten World Highway. Cette route, qui se traduit par "Route du Monde Oublié", est une route secondaire, longue de 155 km . Avant de nous y engager, nous vérifions les dimensions de notre véhicule, car il y aura un tunnel étroit à traverser d'une hauteur de 4,5 m et d'une largeur de 3,4 m ; . La route démarre à la ville de Stratford. Un petit stop s'impose car Stratford possède une belle tour de l'horloge (Clock Tower) et tous les jours, à 10, 13, 15 et 19h, un mécanisme anime les personnages de Roméo et Juliette ! Nous prenons également la précaution de faire le plein d'essence, car il n'y a aucune station sur la Forgotten World Highway.

Prix du carburant

En Nouvelle-Zélande, le prix du diesel est moins cher qu'en France ; durant notre séjour sur place, il était entre 1,33 et 1,45 NZD/litre (c'est-à-dire entre 0,83 et 0,90 EUR/litre). Le prix de l'essence est plus élevé : environ 1,90 NZD/litre (1,18 EUR/litre). Cependant, pour les véhicules diesel, une taxe est à payer au kilomètre (Distance licence ou RUC (Road User Charges) ) ; elle tourne autour de 28 EUR par 1 000 km. Les loueurs vous proposent parfois des formules pour les diesels avec des forfaits incluant plusieurs centaines ou milliers de kilomètres, ou même avec kilométrage illimité. Certains loueurs incluent la taxe pour les diesels dans le coût de la location.

Les stations-services sont largement répandues dans le pays. Très souvent, elles proposent 0,04 NZD (ou 4 cents) de remise par litre à la présentation d'un ticket d'achat dans un hypermarché comme Countdown, Pack'nSave, New World, etc.. Conservez bien le bas de vos tickets de caisse lors de vos courses, car il y figure un code-barres et le montant de la remise pouvant être obtenu par litre. Ensuite, il faut se rendre dans l'une des stations essences partenaires pour bénéficier de la remise, comme par exemple chez "Caltex" ou "Z Energy's". En général, les stations-services annoncent en grand lorsqu'elles acceptent un tel coupon de remise . Selon le montant total de vos achats, la remise sera plus ou moins importante. Exemple : lors d'achat dans un Countdown, pour un montant total de presque 300 NZD (186 EUR), nous avons obtenu 0,33 NZD (0,20 EUR) de remise par litre, ramenant le prix du litre de gasoil à 1 NZD (0,62 EUR)...

La Forgotten World Highway commence à Stratford (Route 43, en direction de Taumarunui ; ). La route atteint rapidement une région très vallonnée, voire montagneuse, où paissent moutons et vaches. Nous traversons la curieuse république de Whangamomona, où se trouve le minuscule village de Whangamomona. Dans le village, il est possible de se faire tamponner le passeport moyennant finance (à l'hôtel du village ou au poste de contrôle ; ). Or, ce jour-là, il n'y a aucun poste de contrôle... La route traverse maintenant le fameux tunnel étroit, appelé Moki Tunnel, long de 180 m et que notre grand camping-car traverse aisément. La route se transforme en piste et traverse des gorges et une épaisse forêt (12 km de piste). Nous quittons ici la région de Taranaki et entrons dans la région de Manawatu-Wanganui. Attention : il faut bifurquer à droite à ce point , en suivant la direction de Taumarunui. La route Forgotten World Highway se termine à Taumarunui. De nombreux parkings, aires de pique-nique et toilettes jalonnent la route ; il y a également plusieurs randonnées à faire.

Plus de photos de la région de Taranaki...


Parc National de Tongariro

Il nous reste à faire 43 km pour atteindre le Parc National de Tongariro. Notre approche nous offre une magnifique vue sur le Mont Ngauruhoe !

Il se fait tard et nous nous posons donc rapidement sur un terrain de camping pour 2 nuits ; pour la journée du lendemain, une longue randonnée attend Gilles.

Où dormir à proximité du Parc National de Tongariro

La plupart des hébergements se trouvent à Turangi, Taurewa, Whakapapa et National Park Village.

Campings et bivouacs :

  • Camping "Discovery", où nous avons passé 2 nuits (emplacement magnifique, avec vue sur les monts Ngauruhoe et Ruapehu ; à proximité de Whakapapa Village et du parking Mangatepopo ; idéal pour commencer et/ou terminer une randonnée ; au calme ; place de camping engazonnée ; dispose également de bungalows ; cuisine et salle à manger ; très propre ; pas de WiFi ; ; ; propose une navette pour faire le trajet jusqu'au début de la randonnée Tongariro Alpine Crossing à 22 EUR/pers.).
  • Camping "Tongariro Holiday Park" (emplacement simple ; proche de la route ; très propre ; WiFi payant par satellite, donc assez cher ; ; propose également une navette pour rejoindre le début de la randonnée Tongariro Alpine Crossing à 19 EUR/pers.).
  • Camping "Whakapapa Holiday Park" (situé à Whakapapa Village ; ).
  • Camping "Top 10 Holiday Parks" d'Ohakune (situé à Ohakune, au Sud du Parc National de Tongariro ; ).

Chiffre de la journée : 220 km parcourus

Nous sommes dans la région de Manawatu-Wanganui. Tongariro est un Parc National, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, qui englobe plusieurs sommets dont le Mont Tongariro (1 978 m d'altitude). Le plus haut des sommets est le Mont Ruapehu qui culmine à 2 797 m d'altitude ; quant au sommet le plus emblématique du Parc National, c'est le Mont Ngauruhoe (2 291 m). L'ensemble des sommets est issu de volcans dont certains sont encore actifs. La dernière éruption sérieuse a eu lieu par le cratère Te Maari en 2012 et c'est pour cette raison que la zone est considérée "à risque". A ce jour (2014), le Te Maari fume toujours, observable en randonnant ou depuis la route qui passe au Nord du Parc National, au niveau de Ketetahi Shelter. Le Mont Ngauruhoe fume également un peu. Le Mont Ruapehu, et surtout le Mont Ngauruhoe, ont été utilisés comme modèles et lieux de tournage du film "Le Seigneur des Anneaux" ; en effet, la Montagne du Destin (ou Mont Doom) correspond au Mont Ngauruhoe, représentant sans ambigüité, du fait de sa forme parfaitement conique, un volcan. Le volcan Ngauruhoe s'observe facilement depuis la route SH47 au Nord-Ouest du Parc National (à visiter l'après-midi jusqu'au soir pour une meilleure luminosité) ou depuis la route SH1, surnommée la route du désert, à l'Est du Parc National (à visiter du matin jusqu'en début d'après-midi pour la meilleure luminosité).

Randonnées et trekkings

Cela fait maintenant une semaine que nous attendons patiemment une accalmie météorologique pour nous rendre dans cette région et, comme le prévoyait la météo, ce matin il fait un grand ciel bleu ! Demain, la pluie sera apparemment de retour ! Le site web de MetService nous est d'ailleurs bien utile pour prévoir la météo www. Les randonnées sont possibles de fin octobre à fin avril. Nous sommes le 9 novembre et afin de se rapprocher au plus près de ces magnifiques paysages, Gilles s'apprête à traverser, seul et à pied, une partie du Parc National, c'est-à-dire une randonnée d'environ 20 km : la "Tongariro Alpine Crossing". En altitude, la température risque d'être glaciale en cette saison ! En raison de la difficulté du parcours, Emmanuelle décide de rester toute la journée au camping-car avec Yann.

Le Parc National de Tongariro est propice aux randonnées avec des itinéraires allant de 30 mn à plusieurs jours de marche. Plusieurs refuges (huts) permettent de passer la nuit en pleine montagne (20 EUR/adulte), mais une réservation est impérative. Bivouaquer est seulement autorisé à côté des refuges au coût d'environ 9 EUR/adulte. Plusieurs services de minibus sont proposés, permettant de faire des itinéraires en aller-simple, sans revenir au point de départ (de 19 à 25 EUR/pers. comprenant 1 ou 2 trajets). De nombreuses randonnées courtes partent du Whakapapa Village, comme les randonnées "Whakapapa Nature Walk" (15 mn) ou "Taranaki Falls" (2h). D'autres randonnées, plus longues, prennent la journée et permettent de se rendre jusqu'à de spectaculaires paysages, comme la randonnée réputée "Tongariro Alpine Crossing", qui dure de 6 à 8h (pour plus d'information, voir Tongariro Alpine Crossing). Les sentiers sont extrêmement bien balisés, avec de nombreux piquets de couleur et panneaux indicatifs.

Il existe également l'itinéraire de randonnée "Tongariro Traverse" . Cet itinéraire est plus facile que le "Tongariro Alpine Crossing", mais c'est tout de même une randonnée de 22 km qui se fait en 7 à 9h. Ce n'est pas une boucle et comme pour le Tongariro Alpine Crossing, il faut organiser son retour en réservant un bus ou en laissant un véhicule là où se termine la randonnée. Cette randonnée, qui débute à Whakapapa Village à 1157 m d'altitude, se termine sur la Desert Road (SH1) à 700 m d'altitude. L'itinéraire passe par la Taranaki Falls, puis passe entre le Mont Ngauruhoe et le Mont Ruapehu. Il passe également à proximité des lacs Upper Tama et Lower Tama et à proximité de Waihohonu Hut, où il est possible de passer la nuit. Cet itinéraire passe par quelques lieux de tournage du film "Le Seigneur des Anneaux".

L'itinéraire de trekking "Tongariro Northern Circuit" est, quant à lui, à faire sur plusieurs jours ; il fait partie des treks classés "Great Walks" de Nouvelle-Zélande www. Ce trekking, long de 43 km, passe par le "Tongariro Alpine Crossing" et le "Tongariro Traverse", en effectuant une boucle complète et en passant par plusieurs refuges (Mangatepopo Hut, Oturere Hut et Waihohonu Hut), où il est possible de passer la nuit (réservation impérative ; 20 EUR/adulte/refuge). L'itinéraire débute au Whakapapa Village et se termine au même endroit, mais il est possible de l'organiser autrement, par exemple en commençant à Mangatepopo (comme le Tongariro Alpine Crossing), ou au niveau de Ketetahi Shelter (nécessite de faire une longue montée d'environ 2 à 3h, au niveau de la route SH1 pour rejoindre le refuge Waihohonu). Ces alternatives permettent, par exemple, de raccourcir l'itinéraire, à condition d'organiser le transport (étant donné qu'il ne s'agira plus d'une boucle).

Les "Great walks"
En Nouvelle-Zélande, plusieurs itinéraires de trekking ont été classés "meilleurs itinéraires". On les appelle les "Great walks" www. Ce sont des itinéraires à faire en plusieurs jours, mais l'on peut aussi se contenter d'une petite partie de l'itinéraire. Parmi les Great walks situés sur l'île du Nord, on répertorie les "Tongariro Northern Circuit", "Lake Waikaremoana" et "Whanganui Journey".

Il existe également un classement des itinéraires de randonnées courtes, les "Great short walks". Sur l'île du Nord, on note les "Cape Kidnappers" (4-5h), "Cathedral Cove" (2h), "Rangitoto Island" (2-3h),  "Taranaki Falls" (Parc National Tongariro ; 2h), "Te Paki Sand Dunes" (2-3h), "Trounson Kauri Park" (1h), "Waitomo Walkway" (2h) et "Wilkies Pools" (1h30).

Tongariro Alpine Crossing

La randonnée la plus populaire du Parc National de Tongariro est celle nommée "Tongariro Alpine Crossing". Il s'agit d'une randonnée de 19,4 km d'une durée moyenne de 7h de marche . Il s'agit d'un aller simple, qui débute à un parking et se termine à un autre parking. De nombreuses agences proposent un service de transport d'un parking à l'autre, facilitant ainsi l'organisation, au prix moyen de 19 à 22 EUR. La plupart des hébergements vous renseigneront sur ce trek ; vous pourrez également vous adresser à un i-Site (celui de Whakapapa est bien informé sur ce trekking). Le sens préféré de la randonnée est avec un départ du parking de Mangatepopo (1 130 m) et une arrivée au parking de Ketetahi (760 m). Dans l'autre sens, le dénivelé montant sera plus important !

Récit de Gilles

Ce matin, je m'apprête à faire cette célèbre randonnée ! Départ du minibus à 6h10 du camping "Discovery" (réservé la veille). Une personne contrôle les sacs des randonneurs, afin de s'assurer que tout le monde emporte bien le nécessaire pour entreprendre une telle randonnée (vêtements chauds, bonnets, gants, eau et nourriture). D'un coup d'œil, elle vérifie également la condition physique des personnes souhaitant trekker ! 20 mn après, le minibus me dépose au parking Mangatepopo, situé à 1 130 m d'altitude. Même si nous sommes environ 10 personnes à descendre du minibus, nous ne sommes pas un groupe et je marcherai donc seul. Un panneau électrique signale, en 3 couleurs, le niveau de risque volcanique ! Aujourd'hui, le signal est au vert ! Je débute la randonnée à 6h40. Le ciel est entièrement dégagé, mais à cette heure-ci, je vais marcher durant presque 2h à l'ombre des montagnes. Nous sommes le 9 novembre, il fait environ 0°C et le sol est gelé. J'arrive, moins d'une heure après, à proximité de la cascade de Soda Springs, qui n'a rien de spectaculaire. Toute cette partie de la randonnée se passe au pied du majestueux mont Ngauruhoe qui, à cette heure-ci, est encore à contre-jour, donc il est difficile, à cette heure-ci, d'apprécier sa beauté ! Cependant, sur le côté opposé, j'aperçois nettement le Mont Taranaki, un autre beau cône volcanique, qui se trouve à 137 km d'ici et où nous étions il y a 2 jours de cela.

Le sentier grimpe de plus en plus jusqu'au South Crater (1 659 m) et, enfin, le soleil commence à me réchauffer ! Je marche maintenant dans la neige. Le sentier est devenu plat et traverse le cratère. La vue sur le Mont Ngauruhoe est magnifique et j'aperçois même de petites fumeroles en son sommet ! En cette saison et en raison de la neige, l'ascension du Ngauruhoe est plutôt déconseillée (3h aller-retour), donc je choisi de rester sur l'itinéraire normal.

J'arrive à l'autre extrémité du South Crater et la randonnée s'endurcit en raison de la forte montée à laquelle s'ajoute un vent violent et glacial. La neige est dure et gelée. Par endroit, des câbles et des chaînes m'aident à grimper en sécurité. Tout autour de moi, les vues sont tout simplement grandioses !

Un sentier alternatif permet de rejoindre le Mont Tongariro (1 978 m), mais nécessite un aller-retour supplémentaire de 3 km (1h20 ; que je ne fais pas). J'arrive à 1 886 m d'altitude, le point culminant du trek, qui se trouve sur le bord du Red Crater. Red Crater, qui signifie "Cratère Rouge" et il est, en effet, de couleur rouge foncé ; quelques fumeroles s'en dégagent.

Le sentier redescend et peu de temps après, j'ai une magnifique vue sur 4 lacs, dont le Blue Lake (Lac Bleu) et les Emerald Lakes (Lacs Emeraudes) que je vais rejoindre petit à petit.

La descente passe à travers les fumerolles et devient raide jusqu'au niveau des Emerald Lakes (1 700 m) ; là, je marque une grande pause repas et photos. La vue que l'on a est sublime ! Dans les environs, il y a beaucoup de fumeroles et l'on prend pleinement conscience de se trouver sur un point chaud de la Nouvelle-Zélande ! D'ailleurs, il arrive que cet itinéraire soit fermé lorsque l'activité volcanique augmente. Des panneaux m'indiquent que tout peut arriver et que je suis dans une zone hasardeuse d'éruption ; ainsi, il est fortement déconseillé de s'y arrêter longuement. De nombreux randonneurs arrivent, je quitte donc cet endroit magique constitué de ces lacs d'un merveilleux vert émeraude.

Le sentier est maintenant plat, avant de remonter un peu jusqu'au Blue Lake (1 725 m), le plus grand des lacs de cet endroit. Plutôt que de rester sur le sentier, je décide de faire le tour du lac dont les bords sont principalement constitués de petits gravillons.

Après le lac et de retour sur le sentier, j'entame la descente finale jusqu'au point d'arrivée. Il reste cependant à parcourir 8,5 km et presque 1 000 de dénivelé négatif ! Durant la descente, la vue est superbe ! Elle donne sur les lacs Taupo et Rotoaira.

Sur ma droite, j'aperçois le cratère actif Te Maari qui fait l'objet d'une surveillance accrue. Celui-ci crache effectivement beaucoup de fumée.

Le sentier passe ensuite par l'abri Ketetahi Shelter (ou Ketetahi Hut) ; autrefois, c'était un endroit où il était possible de passer la nuit, mais il est maintenant fermé en raison du risque volcanique accru depuis 2012. Non loin de l'abri, se trouvent les Ketetahi Hot Springs que j'observe de loin et qui sont repérables par de nombreuses fumées (actuellement, leur accès est également fermé). Après plusieurs kilomètres de descente, le sentier traverse maintenant une belle forêt.

Sur le dernier kilomètre, je me tors malheureusement la cheville et fait une chute ! Une douleur intense me traverse et j'ai peine à ne pas crier ! Je décide de me relever au plus vite car il me faut marcher encore 1 km et il est préférable de le faire avec une cheville encore chaude ! Je termine donc en boitant et arrive, tant bien que mal, au parking de Ketetahi après 6h45 de marche au total. Comme prévu, le minibus du camping "Discovery" passe prendre les randonneurs 5 fois dans l'après-midi, à partir de 12h30 et ce, toutes les heures. J'embarque dans le minibus de 13h30. Après 30 mn de route, me voilà de retour au camping, où m'attendent Emmanuelle et Yann. Entretemps, ma cheville s'est refroidie et a doublé de volume ! Je n'arrive presque plus à marcher ! Même si je n'ai pas consulté de médecin, je sais que ma cheville sera au régime "bains glacés et pommade" avec une immobilisation pendant plusieurs jours ! Malgré ce malencontreux incident de parcours, ce magnifique trek d'un jour fut une expérience inoubliable que je suis particulièrement content d'avoir réalisé !

Heureusement que ma cheville enflée ne m'empêche pas de conduire (avec une boîte automatique, c'est plus facile), mais pour le restant de la journée, c'est repos complet ! Nous ne bougeons donc pas du camping et y passons notre seconde nuit !

Chiffre de la journée : 0 km parcourus

Whakapapa

Le lendemain matin, nous nous rendons à la station de ski de Whakapapa. Nous passons tout d'abord Whakapapa Village, situé à 1 150 m d'altitude. Nous y trouvons un i-Site, un camping, l'hôtel-château de Tongariro et un itinéraire de promenade (facile) appelé "Whakapapa Nature Walk". Après le pseudo-village, la route continue à grimper jusqu'à 1 600 m d'altitude et se termine à la station de ski de Whakapapa. Ce domaine skiable se trouve sur les flancs du volcan Ruapehu, marquant le point culminant de la région (2 797 m d'altitude).

Il existe deux autres stations de ski : celle de Turoa, qui possède de nombreuses pistes noires, et celle du petit domaine de Tukino (accessible via une piste).

Desert Road

Pour quitter le Parc National de Tongariro, plutôt que de prendre la route la plus courte, nous décidons de contourner le parc par le Nord, puis par l'Est. Au Nord, sur la route SH46, nous pouvons, une dernière fois, observer le cratère fumant de Te Maari. Puis nous rejoignons la route SH1, également appelée Desert Road, qui se traduit par "Route du Désert", que nous suivons en direction du Sud. La route est appelée ainsi en raison de la zone qu'elle traverse, composée uniquement d'une maigre végétation. Depuis la route, nous pouvons apercevoir l'autre versant du Mont Ngauruhoe ; toutefois, il est partiellement couvert de nuages. Un peu plus loin, nous apercevons le Mont Ruapehu, point culminant du Parc National. Il y a aujourd'hui beaucoup de vent et le ciel se couvre de plus en plus.

Plus de photos du Parc National de Tongariro et région...


Mangaweka

Nous prenons cette fois la direction de Wellington et passons la ville de Mangaweka, où nous faisons un petit stop en apercevant avec étonnement un magnifique avion à hélices ancien exposé à côté d'un café .

Cette ville est apparemment une bonne base pour aller faire du rafting.

En fin de journée, nous nous arrêtons pour la nuit sur l'aire de pique-nique de Waikawa Stream, située en plein nature et aux abords du Tararua Forest Park (au calme absolu ; présence de toilettes sèches ; ; )

Chiffre de la journée : 270 km parcourus


Wellington

Wellington, dans laquelle siège le Parlement national, est la capitale de la Nouvelle-Zélande. Wellington se veut également capitale culturelle du pays. C'est une ville agréable, implantée au bord de la mer et d'une magnifique baie, à l'abri de la houle et entourée de collines verdoyantes. Nous y passons 2 jours entiers et 3 nuits. Le centre-ville est agréable car rarement surchargé de véhicules. Wellington désigne également la région située à l'extrémité Sud de l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande, là où se trouve la ville de Wellington.

Les parkings au centre-ville sont payants et il en existe même un pour les camping-cars au prix de 4 NZD/h, 15 NZD pour 12 heures, ou 25 NZD pour 24h.

Weta Workshop

Nous arrivons à Wellington vers 13h, et pour cette première journée, nous nous rendons à "Weta Workshop" qui est situé dans le quartier de Miramar. Nous avons un peu de mal à trouver une place de stationnement pour notre grand camping-car. "Weta Workshop" www est un lieu de conception de personnages, de costumes, de maquillages utilisés dans certains films fantastiques comme dans Le Seigneur des Anneaux, King-Kong, Avatar, etc.. Un monde irréel et fascinant ! Le nom "Weta" provient d'un gros insecte néo-zélandais, l'un des plus gros et des plus lourds insectes de la planète ! "Weta Workshop" propose de visiter ses ateliers (15 EUR/adulte), un tour appelé "Weta Studio Tours". Nous nous contentons de leur magasin qui propose divers articles sur le thème des films fantastiques (gratuit), un lieu appelé "The Weta Cave". Faire un tour au seul magasin est déjà intéressant, grâce à ses décors, son mini-musée et son film de 25 minutes. C'est ouvert de 9h30 à 17h, 7 jours sur 7. Ainsi, nous avons vu le "vrai" Gollum du film Le Seigneur des Anneaux et nous avons tenu en main la "vraie" crosse du sage Gandalf (toujours du film Le Seigneur des Anneaux) !

Pour cette première nuit à Wellington, nous cherchons un endroit où passer la nuit gratuitement. Nous repérons un premier endroit au niveau du port de plaisance de la baie d'Evans. Finalement, nous la passons à l'écart des habitations, en bord de mer, au niveau du Wahine Memorial Park.

Où dormir à Wellington

La grande ville de Wellington est riche en offres d'hébergements.

Campings et bivouacs :

  • Parking du port de plaisance d'Evans Bay (autorisé aux véhicules "Self-contained", mais seulement sur les places situées à côté de la route passante ; toilettes ; douche chaude ; aire de services (dump station) ; à proximité d'un arrêt de bus pour rejoindre le centre-ville ; ; ).
  • Parking au Wahine Memorial Park, où nous avons passé 2 nuits (situé au Sud de Wellington, non loin de l'aéroport, en bord de mer, à l'écart des habitations et au calme ; il peut y avoir beaucoup de vent ; gratuit ; ; ).
  • Camping "Top10 Holiday Parks" de Lower Hutt, où nous avons passé 1 nuit (40 mn de bus pour rejoindre Wellington ; 9 EUR/pers. ; situé à 15 km de Wellington ; ).

Chiffre de la journée : 100 km parcourus

Ce matin, nous garons notre camping-car sur le parking gratuit du port de plaisance d'Evans Bay (seulement sur les places situées à côté de la route ; ). A 100 m du parking, se trouve un arrêt de bus qui nous permet de rejoindre le centre-ville de Wellington.

Itinéraires Comment se déplacer à Wellington

Transports en commun :
Les transports en commun sont bien développés et bien organisés à Wellington. De nombreux bus et tramways parcourent la ville. Les trajets peuvent être payés directement au chauffeur. Un système de carte existe également, ainsi qu'un tarif "famille". Les systèmes sont modernes avec des affichages électroniques des temps d'attente et autres informations. Pour se déplacer plus loin, il y a le bus ou le train.

Taxi :
Pour la facilité, il y a bien entendu le taxi.

Te Papa

L'activité incontournable de Wellington est la visite du musée Te Papa www, qui signifie "Boîte aux Trésors" en maori. Plus qu'un musée, il s'agit d'un lieu d'histoire et de sciences. Enfants ou adultes, tout le monde trouvera des choses très intéressantes. L'entrée est gratuite mais certaines activités sont payantes. Le musée est ouvert tous les jours de 10 à 18h et jusqu'à 21h le jeudi soir. Etalé sur 6 niveaux, avec des éléments interactifs, le musée nous raconte l'histoire et la science du pays (volcanisme, plaques tectoniques, espèces animales endémiques et celles qui ont disparu, culture maorie, etc.). "Awesome Forces" présente les plaques tectoniques, les tremblements de terre et le volcanisme. La reproduction d'une maison soumise à un tremblement de terre, permet de mieux comprendre ce phénomène géologique. Quant au "Mountains to Sea", il met en avant la faune et la flore de la Nouvelle-Zélande.

Faune incroyable de la Nouvelle-Zélande

La Nouvelle-Zélande regorge d'animaux endémiques qui sont plus fascinants les uns que les autres. Voici quelques espèces :

  • Le kiwi et le kakapo, deux oiseaux qui ne volent pas. Le kiwi est l'oiseau emblématique de la Nouvelle-Zélande, et le kakapo est un perroquet de 4 kg, dont la parade nuptiale nocturne est unique ! Quant à son cousin, le kea, il sait voler et vit en montagne.
  • Le sphénodon est un reptile à trois yeux, long de 50 cm, qui a une durée de vie de plus de 100 ans ! Il existait déjà à l'époque des dinosaures !
  • Les gorfous des Snares vivent principalement sur les îles Snares.
  • Le weta géant, endémique de la Nouvelle-Zélande, est l'un des insectes les plus grands et les plus lourds au monde, une sorte de sauterelle d'une longueur de 10 cm à laquelle s'ajoutent les antennes.
  • Le kereru est le seul pigeon du pays, au plumage magnifique.
  • Le tui est un passereau endémique dont le plumage a de beaux reflets bleu-vert. Il est connu pour imiter la voix humaine.
  • L'escargot géant carnivore est un escargot dont la coquille peut atteindre 9 cm de diamètre !

"Blood, Earth, Fire" explique le changement de la terre de Nouvelle-Zélande depuis l'arrivée de l'homme. La culture maorie y est bien présentée avec de belles expositions et des films. Les derniers étages sont consacrés à l'art. Une boutique permet également de repartir avec quelques souvenirs. Conclusion : c'est un endroit extraordinaire et gratuit de surcroît ! Nous y avons passé environ 4h, mais on peut y passer sans problème toute la journée.

A notre sortie, Yann est très intrigué par le gros container placé devant le musée Te Papa ; il a une porte partiellement ouverte, mais enchainée ! Très curieux, nous nous approchons avec Yann, pour regarder à l'intérieur lorsque soudain, nous sommes surpris par un énorme rugissement de dinosaure, de Tyrannosaure aux dires de Yann ! Nous nous sommes drôlement effrayés !!!

Waterfront et Civic Square

Après la visite du musée, nous avons encore un peu de temps pour nous promener sur l'agréable Waterfront (Front de mer) de Wellington. Ici, l'ancien port a complètement été réhabilité en espaces de loisirs et de promenade. On y trouve par exemple, des aires de jeux pour les enfants, des centres sportifs et de loisirs et plusieurs restaurants. Juste à côté, se trouve la belle place Civic Square et sa boule qui flotte dans les airs. C'est également ici que se trouve l'i-Site de Wellington.

Nous reprenons le bus pour retrouver notre camping-car. Puis nous nous rendons à la ville voisine de Lower Hutt pour nous poser une nuit au camping "Top 10 Holiday Parks" (voir Où dormir à Wellington), car nous y avons donné rendez-vous à Géraldine, Pierre et leurs enfants, la famille française que nous avions rencontrée il y a 2 semaines de cela...

Chiffre de la journée : 25 km parcourus

Mont Victoria

Aujourd'hui, nous retournons à Wellington, mais à 2 camping-cars, puisque nous allons passer la journée avec Géraldine, Pierre et leurs enfants, Vincent et Loïc. Les environs de Wellington sont montagneux. Certains quartiers s'étendent sur les flancs des collines, alors que d'autres sont en bord de mer et s'étendent de baie en baie. Pour avoir une vue d'ensemble sur la ville, rien de mieux que de prendre de la hauteur. Nous choisissons de nous rendre au sommet du Mont Victoria (180 m d'altitude ; parking gratuit ; ).

Ce n'est pas la première fois que nous observons des tuis, mais cette fois, ils sont assez près.

Le Tui

Le Tui est un passereau endémique de Nouvelle-Zélande dont le chant est très présent lorsque vous vous promenez dans la nature.
Son plumage est noir avec de magnifiques reflets bleuâtres. Il possède également une sorte de petite "cravate", constituée de deux plumes blanches sous la gorge. Considéré comme "intelligent" tel le perroquet, il se plaît à imiter les animaux autour de lui.

Wellington Cable Car

Tout comme hier, nous garons notre camping-car sur le parking gratuit du port de plaisance d'Evans Bay, puis prenons le bus pour rejoindre le centre de Wellington.

Nous prenons ensuite le Wellington Cable Car, un funiculaire qui nous permet de monter rapidement sur les hauteurs de Wellington (départ toutes les 10 mn). Ce funiculaire gravit 120 m en 5 minutes ! La construction de sa toute première version débuta en 1899. La version actuelle date de 1978. A la station du haut, se trouve le musée du Wellington Cable Car (gratuit). En-haut, nous sommes dans un parc arboré avec plusieurs sentiers qui mènent à différents lieux : jardin botanique, Carter Observatory (planétarium), Treehouse, Begonia House, Lady Nordwood Rosegarden... Il est également possible de rejoindre Zealandia via une navette gratuite ; il s'agit d'une réserve écologique protégeant un grand nombre d'espèces d'animaux et de plantes, dont le Kiwi d'Owen et le lézard Tuatara. Nous nous contentons du jardin botanique et de ses serres tropicales.

Au lieu de reprendre le Cable Car pour redescendre, nous prenons un agréable sentier, qui passe par le Bolton St Memorial Park (un ancien cimetière), et se termine au niveau du bâtiment rond du Parlement.

Nous passons encore un petit moment sur le Waterfront, puis reprenons le bus jusqu'à notre camping-car. Comme il y a deux jours, nous nous reposons pour la nuit sur le parking gratuit du Sud de Wellington (voir Où dormir à Wellington), mais cette fois accompagnés de Géraldine et Pierre et de leur camping-car.

Chiffre de la journée : 30 km parcourus


La suite de notre voyage

Aujourd'hui, nous quittons Géraldine, Pierre, Loïc et Vincent puisqu'après avoir passé 40 jours sur l'île du Nord, nous nous apprêtons à rejoindre l'île du Sud. Bon vent les amis !

Donc tôt ce matin, au port de Wellington, nous embarquons notre camping-car sur un énorme ferry. Deux compagnies de ferries font la liaison des deux îles : "Interislander" et "Bluebridge". Quelques jours auparavant, nous avions réservé notre place chez "Interislander" (289 EUR pour un camping-car de 7,7m + 2 adultes et 1 enfant ; 10% de remise avec les coupons que l'on trouve dans certaines brochures touristiques ou avec la carte de membre "Top 10 Holiday Parks" (que nous avons) ).

Chiffre de la journée : 15 km parcourus jusqu'au port de Wellington

Plus de photos de Wellington...

La traversée est d'une durée de 3h. Après le départ, le bateau quitte la baie Wellington Harbour puis se retrouve rapidement dans le Détroit de Cook. Les grands creux de la mer font bouger le ferry et nous nous sentons mal (sauf Yann heureusement !). Deux heures plus tard, le ferry est à l'approche des fjords de l'île du Sud et la mer se calme fort heureusement. La traversée se termine au port de Picton, sur l'île du Sud de la Nouvelle-Zélande.

Pour découvrir la suite de notre aventure : L'île du Sud de la Nouvelle-Zélande


Informations complémentaires

Durant notre séjour sur l'île du Nord, nous avons fait l'impasse sur les lieux suivants (que nous n'avons donc pas visités) : Hobbiton Town, où s'est déroulé le tournage de la trilogie du "Seigneur des Anneaux" de JRR Tolkien et du film "Le Hobbit". Aujourd'hui, le lieu est visitable, donc, pour les fans de ces films, n'hésitez pas à y aller ! Il y également la ville de Tirau, dans laquelle se trouvent des constructions particulières, faites de tôles ondulées. Ainsi, on y voit une maison en forme de chien et une autre en forme de mouton. Et pourquoi ne pas aller visiter la belle ville touristique de Napier...

Les langues

Les langues officielles de la Nouvelle-Zélande sont l'anglais et le maori. L'anglais est parlé par presque toute la population. Le maori est, quant à lui, uniquement parlé par 4% de la population. Cette langue appartient au groupe des langues polynésiennes. Le maori de Nouvelle-Zélande est donc spécifique à l'île. Pour dire « bonjour » (ou bienvenue) en maori, c'est « kia ora », alors qu'en Polynésie française, c'est « Ia ora na ».

Hébergements Dormir en Nouvelle-Zélande

Rien de plus facile que de loger en Nouvelle-Zélande. Les hôtels ou motels sont nombreux, ainsi que les B&B, Home & Hosted, Backpackers et les auberges de jeunesse affiliées ou non à la YHA (Youth Hostelling Association ; www).

Camping :

Les campings sont largement développés et sont généralement appelés "holiday park". On y trouve de tout, du simple emplacement sans sanitaire, au plus confortable des campings (avec piscine, salle de TV, cuisine tout équipée, barbecue, etc.) qui peut également proposer des chambres, des bungalows ou des chalets. Les normes des campings sont similaires à celles d'Europe. La plupart du temps, ils sont impeccablement propres. L'heure à laquelle il faut quitter le camping (check-out) est souvent tôt (de 9 à 11h) !

Les campings du groupe "Top 10 Holiday Parks" sont en général de très bonne catégorie. La carte de membre "Top 10 Holiday Parks" permet d'avoir 10% de remise sur tous les campings de ce groupe. Dans la catégorie "beaucoup moins chers", il y a les campings du DOC (Department Of Conservation), avec plus de 200 campings répartis dans le pays. Ces derniers ont l'avantage d'être souvent situés à proximité de lieux superbes en pleine nature et d'être "très bon marché" (de 4 à 10 EUR l'emplacement), mais ils sont généralement très simples. Encore moins chers : certains terrains privés sont proposés pour quelques dollars ou même gracieusement par leur propriétaire. Dans ce dernier cas, il y aura une boite de don (donation box), pour y insérer ce que vous souhaitez donner.

Camping et bivouac sauvage :

Le bivouac "sauvage" consiste à passer la nuit en tente (freedom camping) ou dans son véhicule (overnight parking), mais cela ne permet pas d'y passer la journée. Il est très réglementé, on ne peut donc pas faire ce que l'on veut en Nouvelle-Zélande ! Bivouaquer en tente sur un itinéraire de trekking n'est généralement autorisé que sur des emplacements prévus à cet effet (se référer à la réglementation de la région). Pour passer la nuit dans sa voiture, son van ou son camping-car, il faut se référer aux panneaux qui indiqueront ce que vous avez le droit de faire. Très souvent, seuls les véhicules "self-contained" seront autorisés . Dans de rares cas, un panneau indique qu'il est autorisé de passer la nuit sans certificat "self-contained". Aussi les rares parkings qui autorisent à y passer la nuit (overnight parking) ne le permettent que pour une ou quelques nuits. Dans certains cas, c'est une région entière, ou une ville, qui impose sa réglementation spécifique. S'il n'y a aucune indication, passer la nuit dans son véhicule sera autorisé sous 2 conditions : être sur un endroit public et non privé et, obligatoirement, que le véhicule soit certifié "self-contained", et cela, même s'il y a des toilettes à proximité.

Avoir le certificat "Self-contained" n'est possible que lorsque le véhicule est "autonome" (réserve d'eau, toilettes, cuve de stockage des eaux usées, poubelle et autres conditions). Des conditions faciles à avoir pour un camping-car, mais plus difficile pour un van (mais pas impossible). Notez qu'il est possible de faire une demande de ce certificat vous-même, si le véhicule ne le possède pas (dans le cas où vous êtes propriétaire du véhicule).

Billet d'avion pour la Nouvelle-Zélande
Internet

Il est assez facile d'avoir un accès Internet en Nouvelle-Zélande. Voici les principales méthodes de connexion durant un voyage touristique :

WiFi gratuit :
Un accès WiFi gratuit est souvent proposé par les librairies, les musées ou par quelques i-Sites.

WiFi privé fourni par un hébergement ou un restaurant :
L'accès a internet est proposé par de nombreux hébergements, y compris dans les campings. Assez souvent, il fonctionne via un fournisseur universel comme par exemple "IAC". Bien que rarement gratuits, ils sont souvent peu onéreux avec environ 5 NZD (3 EUR) les 24h. Le coût dépendra beaucoup du lieu d'accès. Dans les régions loin de tout, les connexions seront bien plus chères, voire inexistantes. Pour obtenir un meilleur tarif, il est possible de prendre une connexion illimitée sur 1 mois pour environ 50 NZD (31 EUR). Attention toutefois, ce type d'achat n'est intéressant que si vous séjournez souvent en hébergement. Par ailleurs, les restaurants offrent souvent une connexion gratuite.

WiFi via un hotspot :
Un hotspot WiFi est une zone couverte par un fournisseur d'accès. On trouvera des hotspots dans pratiquement toutes les villes. Ceux-ci sont repérables par des panneaux ou affiches. Ils nécessitent un abonnement ou une recharge qui se fera directement sur l'interface de connexion (première page qui s'affiche). Le principal fournisseur est "Spark" .

3G/4G :
Le réseau cellulaire 3G ou 4G permet de fournir Internet. Pour cela il faut se munir d'une clé 3G/4G ou d'un routeur 3G/4G, à concilier avec un abonnement ou une recharge. Vodafone couvre de nombreux endroits dans le pays. Pour cela il suffit de se renseigner dans un magasin HiFi ou de téléphonie. Une recharge revient à 20 NZD (12 EUR) les 500Mb, à 30 NZD (19 EUR) les 1Gb ou encore à 50 NZD (31 EUR) les 3Gb. Cela revient bien plus cher que le WiFi, mais apporte une grande liberté car la connexion pourra se faire de pratiquement partout, à condition toutefois d'être à proximité d'une ville. L'achat initial de la clé 3G/4G est d'environ 40 NZD (25 EUR). Un routeur 3G/4G coûte environ 80 NZD (50 EUR). Tous les deux bénéficieront d'un pré-chargement de 1Gb. La solution "routeur 3G/4G" permet de connecter plusieurs appareils en même temps. C'est la solution que nous avons choisie : un routeur 3G chez Vodafone en promotion à 36 NZD (22 EUR) pré-chargé avec 1Gb. Durant 70 jours, nous avons utilisé 5Gb, dont les 1Gb pré-chargés avec l'achat du routeur, dont 2 x 500Mb offerts par Vodafone (en profitant des promotions). Nous avons ainsi payé le routeur + 3 Gb de recharge : 53 EUR. Pour réduire la consommation, nous avons privilégié l'utilisation du WiFi lorsque c'était possible. De cette façon, l'accès a internet a été possible presque tout le temps, même là où nous pensions ne pas pouvoir nous connecter !

Electricité
Format prise électrique - Nouvelle-Zélande Prise électrique - Nouvelle-Zélande

En Nouvelle-Zélande, le voltage est de 220 volts (comme en France), mais le format des prises électriques n'est pas le même ! Pensez à emporter un adaptateur électrique 2 ou 3 broches plates (1 servant à la terre).

Liens et applications mobiles
  • Carte détaillée de la Nouvelle-Zélande sur le site du DOC : DOC MapViewer
  • Pour en savoir plus sur les camping-cars, depuis l'achat, jusqu'au voyage : Voyager en camping-car
  • Pour s'orienter, des applications pour mobiles (smarphones) : "Navmii Australie & Nouvelle-Zélande" (ex "NavFree") pour la navigation GPS, "Maps.me" pour les cartes de randonnées et "CamperMate" (une application spécialement faite pour la Nouvelle-Zélande) pour les lieux de bivouac, idéal lorsque l'on voyage en van ou en camping-car
Avant de partir

Données clés du voyage

Pays visité : Nouvelle-Zélande
Ile visitée : Ile du Nord
Régions visitées : Auckland - Northland - Péninsule de Coromandel - Bay of Plenty - Rotorua - Taupo - Waikato - Waitomo - Taranaki - Manawatu-Wanganui - Wellington
Villes ou villages visités : Auckland - Russell - Tapeka - Thames - Coromandel - Whitianga - Rotorua - Taupo - New Plymouth - Mangaweka - Wellington
Sites visités : Cap Reinga - Te Paki Sand Dunes - Ninety Mile Beach - Koutu Boulders - Forêt de Waipoua - Trounson Kauri Park - Hot Water Beach - Cathedral Cove - Hells Gate - Okere Falls - Wai-O-Tapu - Kerosene Creek - Waikite Valley - Okaro Lake - Whakarewarewa - Te Puia - Whakarewarewa - The Living Maori Village - The Redwoods - Whakarewarewa Forest - Orakei Korako - Huka Falls - Craters of The Moon - Taupo DeBretts Spa Resort - Spa Thermal Park - Waitomo - Ruakuri - Mangapohue Natural Bridge - Piripiri Caves - Marokopa Falls - Three Sisters & Elephant Rock - White Cliffs - Paritutu - Lucy's Gully - Lac Mangamahoe - Lac Rotomanu - Parc National Egmont - Forgotten World Highway - Parc National de Tongariro - Tongariro Alpine Crossing - Whakapapa - Weta Workshop - Te Papa - Waterfront & Civic Square - Mt Victoria - Wellington Cable Car
Le voyage en Nouvelle-Zélande : Ile du Nord : du 10 au 14 septembre 2014 (4 jours) et du 9 octobre au 14 novembre 2014 (36 jours)
+ Ile du Sud : du 14 novembre au 19 décembre 2014 (35 jours)
Hébergements : Bivouac - Camping - Pension
Moyen de transport : Camping-car - Voiture
Nombre de personnes : 3 (Emmanuelle, Gilles et Yann (7 ans) )
Langues utilisées : Anglais
Taux de change moyen au moment du voyage : 1 EUR (Euro) = 1,61 NZD (Dollar néo-zélandais) = 1,27 USD (Dollar américain)
Distance parcourue : 3 500 km
Budget

Un voyage en Nouvelle-Zélande coûte relativement cher. Pour commencer, il y a le prix élevé des vols. Puis, sur place, le coût de la vie est relativement cher, au moins autant que le coût de la vie en France. Voici, pour exemple, nos dépenses pour 2 adultes + 1 enfant de 7 ans, pour le voyage en totalité, soit 75 jours :

  • vols aller simple : 1 824 EUR (743 EUR/adulte)
  • sur place (76 jours / 75 nuits) : 12 250 EUR (soit 163 EUR/jour), dont :
    • 4 jours de location de voiture à Auckland : 71 EUR (soit 18 EUR/jour)
    • 72 jours de location du camping-car : 6 600 EUR (soit 92 EUR/jour)
    • le carburant : 1 050 EUR (soit 14 EUR/jour)
    • les hébergements, repas, visites, péages et frais divers : 4 550 EUR (soit 61 EUR/jour)

A savoir : nous avons très souvent dormi en bivouac gratuit et avons pratiquement toujours fait nous-mêmes la cuisine.


Notre bilan "Camping-car en Nouvelle-Zélande"

Se déplacer en Nouvelle-Zélande avec un véhicule est idéal. Le faire en van ou en camping-car est également chose aisée. Ce type de véhicule permet de réduire les dépenses liées à l'hébergement et à la restauration. Voici notre bilan du "camping-car" avec lequel nous avons circulé durant 72 jours et 71 nuits.

Lors de la prise du véhicule, nous avons passé une demi-journée à le nettoyer en intégralité car le nettoyage des loueurs entre deux locations est plutôt "vite fait" (c'est-à-dire propre en apparence). Nous avons pris 99% de nos repas dans notre camping-car, la contrepartie étant l'obligation d'effectuer régulièrement les courses (les supermarchés sont similaires à ceux qui existent en France). Le réfrigérateur-congélateur et la cuisine tout équipée (plaques gaz+électrique, four, micro-ondes, grille-pain, ainsi que toute la vaisselle) nous ont permis de préparer facilement nos repas. Par ailleurs, de nombreuses aires de pique-nique et certains parkings disposent de barbecues très souvent gratuits et très propres (chaque utilisateur nettoie systématiquement le barbecue après son utilisation). Comme les batteries du camping-car se vident vite et que notre réfrigérateur en a besoin pour fonctionner (d'autres versions fonctionnent au gaz) nous essayons de nous coucher et nous lever avec le soleil (pour utiliser le moins de lumière possible). En procédant de la sorte, nous pouvions passer plus d'une semaine en autonomie en pleine nature, sans avoir à fréquenter de camping ! En revanche, il est parfois agréable de se poser dans un camping, histoire de recharger les batteries de nos appareils électroniques (ordinateurs, caméscope, talkie-walkie, iPhone, etc.) (même si certains appareils peuvent se charger en 12v via l'allume-cigare), mais surtout pour prendre de vraies bonnes douches chaudes ! Bien que notre camping-car possède un petit espace douche, avec eau chaude chauffée au gaz, ainsi que des toilettes, nous préférons prendre les douches aux campings lorsque nous y sommes ! Par ailleurs, en Nouvelle-Zélande, nous trouvons souvent des douches chaudes publiques (très propres) et c'est très souvent gratuit ! Nous profitons des journées pluvieuses pour nous poser un ou deux jours dans un camping afin d'avoir de l'électricité non-stop et pouvoir ainsi travailler sur nos appareils électriques (iPhone, ordinateur, iPad). De plus, le chauffage électrique de notre camping-car ne fonctionne que s'il est branché électriquement. D'autres véhicules possèdent un chauffage autonome au gaz. Lorsqu'il faisait froid et que nous n'étions pas branchés, nous utilisions alors le four comme chauffage ! L'achat de notre routeur 3G nous a permis d'être connectés à Internet presque en permanence.

Concernant la conduite d'un camping-car de plus de 7 m de long, il faut surtout faire attention à l'arrière du véhicule en manœuvre. Que ce soit en marche avant ou en marche arrière, le porte-à-faux (partie arrière située après les roues arrière) est un réel piège ! En effet, lors de courtes manœuvres, le balayage du porte-à-faux peut entrer en collision avec un obstacle ! Passer une bute ou encore monter sur un ferry, doit être fait prudemment, car là aussi, le porte-à-faux est un piège. A une semaine de la fin du voyage, nous avons d'ailleurs arraché le tuyau d'évacuation des eaux usées, en passant une butte de terre pour rejoindre un emplacement de bivouac sauvage. Autre point très important, en Nouvelle-Zélande, on conduit à gauche et le volant est à droite, comme en Angleterre ! Il faut également faire attention à la hauteur du véhicule, et penser que l'on ne peut pas toujours rejoindre tous les parkings et surtout pas ceux qui sont couverts.

Il faut également s'occuper des services du camping-car, c'est-à-dire des vidanges des eaux usées, des toilettes et du remplissage d'eau propre. Pour cela, la Nouvelle-Zélande est très bien organisée ; les aires de services sont nombreuses et la plupart du temps gratuites !

Pour trouver les aires de services, les lieux de bivouac, les campings, ainsi que d'autres lieux utiles, l'application "CamperMate" pour SmartPhone est une aide précieuse !

Sur les 72 jours de location, nous avons eu deux pannes. La première au bout de 3 semaines puisqu'un problème d'étanchéité de la capucine a provoqué un pourrissement du sol et de la literie de la capucine. Les dégâts étant trop importants, l'agence de location a procédé à un échange de camping-car. La deuxième panne s'est produite à 2 semaines de la fin du voyage : nous avons constaté que l'un des pneus était usé jusqu'au métal ! Après avoir échangé avec l'assistance et ne trouvant pas de pneu disponible dans les petits garages que nous avions sur notre chemin, nous avons utilisé la roue de secours et fait interchanger plusieurs pneus, terminant notre voyage de la sorte (cela étant notre choix afin de ne pas perdre de temps dans notre planning).

Pour plus d'information sur les camping-cars, notre page détaille les équipements, les types, les services, etc... : Comment voyager en camping-car ?


Conclusion - Pourquoi aller en Nouvelle-Zélande ?

C'est la destination rêvée pour les amoureux de la nature !
Avec 14 parcs nationaux implantés dans le pays, il est évident que les néo-zélandais sont sensibles à sa préservation !
Nous avons ressenti cette passion pour la faune et la flore à chacune de nos balades, de nos visites, dans l'aménagement des parcs, des routes, des rues, des maisons...
Nous avons vécu un voyage exceptionnel, très diversifié, avec non seulement des paysages grandioses mais également une culture maorie dont les traditions sont très présentes dans tout le pays.
Petit regret : nous n'avons malheureusement pas vu de kiwi en pleine nature malgré l'attention particulière qu'apportent les locaux à sa préservation...
Côté pratique, nous avons pu constater que la Nouvelle Zélande est le pays du "0 déchet" par terre ! Comme c'est agréable ! C'est également le pays où l'on trouve des toilettes (propres !) à chaque coin de rue (ou presque :-)) ! Voyager en Nouvelle-Zélande, c'est un peu comme si on était en Europe, mais à l'autre bout du monde !

Nous espérons que le résumé de notre voyage vous aura donné envie de découvrir ce magnifique et grand pays, situé aux antipodes du nôtre ! Si vous souhaitez d'autres précisions pour vos futurs voyages n'hésitez pas à poser vos questions dans notre forum !

Merci de votre intérêt et bon vent à vous !

Emmanuelle et Gilles

Toutes les photos de l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande...