Carte Nouvelle-Zélande

Nouvelle-Zélande

Partir en Nouvelle-Zélande

La Nouvelle-Zélande est un vaste pays qui se compose principalement de 2 îles : l'île du Nord et l'île du Sud. Les touristes visitent (en général) les deux îles en moins de 3 semaines, alors qu'il faudrait consacrer au moins ce même laps de temps pour chacune des deux îles ! Pour visiter les deux îles, il faudra parcourir au moins 3 000 km de route pour ne voir que les lieux les plus connus (5 000 km pour en voir un peu plus) ! Ainsi, pour vraiment profiter de l'ensemble du pays, et pour ceux qui peuvent y consacrer du temps, l'idéal est d'y aller au minimum 1 mois 1/2... ou alors y aller plusieurs fois. Pour parcourir et découvrir le pays en toute liberté, louer une voiture, un van ou un camping-car est la meilleure solution.


Nos carnets-guides de voyages

Notre voyage en Nouvelle-Zélande s'est déroulé sur 2 mois 1/2, période durant laquelle nous avons parcouru l'île du Nord en un peu plus d'un mois ; puis, nous avons consacré tout autant de temps pour visiter l'île du Sud. Nous avons atterri en Nouvelle-Zélande à Auckland. De là, nous nous sommes lancés à la recherche d'un camping-car. Une fois notre véhicule trouvé, c'est donc à bord de notre camping-car de location que nous sommes partis explorer l'extrême Nord de l'île du Nord, jusqu'au Cap Reinga. Notre parcours s'est ensuite fait du Nord au Sud, en passant par les régions de Coromandel, Rotorua, Taranaki et Tongariro. À l'extrême Sud de l'île du Nord, nous avons visité Wellington, la capitale de Nouvelle-Zélande. Ensuite, nous avons rejoint l'île du Sud en prenant un ferry. Nous l'avons parcourue du Nord au Sud par sa côte Ouest, en passant par le Parc national Abel Tasman, les montagnes des Alpes du Sud et la région "Fiordland". Une fois à l'extrémité Sud de l'île du Sud, nous sommes remontés par la côte Est jusqu'à Christchurch, où s'est clos notre voyage.


Présentation

Située en Océanie, la Nouvelle-Zélande est composée de 2 îles aux dimensions presque identiques qui sont appelées tout simplement "Ile du Nord" et "Ile du Sud". La situation géographique de la Nouvelle-Zélande, qui est à la rencontre des plaques tectoniques "pacifique" et "australienne", en fait un pays avec une forte activité sismique (environ 200 tremblements de terre par an), les derniers, très intenses, s'étant produits ces dernières années sur l'île du Sud. La Nouvelle-Zélande est ainsi recouverte de nombreux volcans dont certains sont éteints et d'autres encore actifs. D'impressionnants volcans aux cônes parfaits se trouvent sur l'île du Nord. Parmi eux, on note le Mont Taranaki (ou Mont Egmont), le Mont Ngauruhoe (Parc national de Tongariro) ainsi que le Whakaari, le volcan le plus actif du pays. C'est donc sur l'île du Nord que l'on rencontrera le plus d'activité hydrothermale ou volcanique, très intense dans la région de Rotorua. L'île du Sud est occupée, quant à elle, par la chaîne des Alpes du Sud (ou Alpes néo-zélandaises), dont le point culminant, le Mont Cook, est à plus de 3 700 m. On y verra de nombreux glaciers et lacs glaciaires. L'île du Sud est également occupée par une vaste région de fiords appelée "Fiordland". L'île du Sud est plus froide que celle du Nord, donc plus fréquentée par la faune comme les manchots, les otaries... Le jeu de Bowl et le golf sont des sports populaires en Nouvelle-Zélande, sans oublier l'incontournable Rugby !

Histoire

La Nouvelle-Zélande a été colonisée par les polynésiens il y a environ 800 ans (entre 1050 et 1300). La légende dit que, lorsque les premiers polynésiens sont arrivés à bord de leurs "waka" (bateaux), ils ont vu une grande île enveloppée d'un nuage blanc et l'ont ainsi appelée le "pays du nuage blanc". Ils y ont découvert une faune endémique comme le Moa, une sorte d'autruche géante de 200 kg et de 3 m de haut, herbivore, qu'ils ont malheureusement fait disparaître en quelques siècles (c'est-à-dire il y a 700 ans de cela) . Egalement disparu autour des années 1 400, l'Aigle géant de Haast. Il s'agissait du seul rapace prédateur de Nouvelle-Zélande qui pouvait s'attaquer aux moas et aux kiwis. Fort heureusement, le kiwi (l'oiseau) a survécu à l'invasion de l'homme.

En 1642 a lieu un premier contact des européens avec la Nouvelle-Zélande mais c'est en 1769 que le navigateur et explorateur James Cook entra en contact avec les maoris (ou māoris). Les décennies suivantes virent l'arrivée de chasseurs puis de chercheurs d'or. En 1840, la Nouvelle-Zélande devient une colonie britannique. Plusieurs guerres opposeront les colons et les maoris. L'indépendance du pays est obtenue petit à petit à partir de 1907. Le pays participe ensuite aux 2 Guerres Mondiales, notamment sur le sol européen.

Wellington, située sur l'île du Nord, est aujourd'hui la capitale de la Nouvelle-Zélande. L'île du Nord compte presque 4 millions d'habitants alors que l'île du Sud en dénombre seulement 1 million avec, par endroit, comme dans le Southland (Sud de l'île du Sud) seulement 1 habitant par km².

Avec la colonisation, les hommes ont importés de nombreux animaux (moutons, chiens, chats, hermines, etc.) souvent pour leur élevage. De nombreuses espèces ont ainsi proliféré et sont même redevenues sauvages. Une erreur grave de conséquences puisque cela a perturbé l'écosystème tout entier du pays qui jouissait jusque-là d'une évolution qui lui était propre. Aujourd'hui, la Nouvelle-Zélande compte environ 40 millions de moutons, soit dix fois plus de moutons que d'habitants ! Elle fournit de ce fait, 1/4 de la production mondiale de laine ! Les moutons sont source de travail mais ils sont aussi malheureusement la principale cause du déboisement qui touche les 2/3 du pays ; ainsi, de nombreuses régions sont façonnées par les moutons : de vastes prairies, généralement vallonnées, sont marquées par une multitude de sillons formés par le passage incessant des moutons. Aujourd'hui, les animaux les plus nuisibles à la nature de Nouvelle-Zélande sont les hermines et les opossums. Ils s'attaquent aux espèces locales comme le kiwi, l'oiseau emblématique du pays, ainsi qu'à la flore. Importées pour leur fourrure, les hermines chassent malheureusement les jeunes kiwis. Quant à l'opossum, c'est un marsupial qui a été introduit par des hommes venus d'Australie il y a environ 150 ans et on en compte à ce jour environ 70 millions en Nouvelle-Zélande ! Les opossums s'en prennent aux œufs et aux oisillons, mais ils détruisent également les arbres. De nombreuses espèces de plantes ont également été importées ; certaines d'entre elles ont aujourd'hui envahi certaines régions et sont néfastes aux plantes indigènes !

Aujourd'hui, le gouvernement applique d'importants plans de sauvegarde et de restauration. Pas moins de 14 parcs nationaux ainsi que de nombreuses réserves ont été créés. Des tentatives d'éradication de certaines espèces invasives sont en cours (voir Prévention, préservation et restauration des parcs naturels). Ainsi, le pays essaye de retrouver un peu de sa splendeur d'origine, avec une faune et une flore exceptionnelles. Pour les maoris, la forêt est sacrée ; le ciel correspond au père (Père Ciel) et la terre correspond à la mère (Mère Terre ou Mère Nature). Dans leurs croyances, c'est un arbre qui aurait séparé le ciel de la terre, pour donner naissance au nouveau monde. L'emblème du pays est la fougère (argentée) car de nombreuses fougères (plus de 300 espèces) occupent les forêts ; c'est également l'emblème des All Blacks, la célèbre équipe de rugby néo-zélandaise.

Climat

Le climat de la Nouvelle-Zélande est assez humide, avec des différences d'une région à l'autre. Globalement, il y pleut plus sur l'île du Nord et surtout de Mai à Août. Les températures basses de ces mêmes mois permettent la pratique du ski. Notez que les saisons sont inversées par rapport à la France, puisque la Nouvelle-Zélande se trouve dans l'hémisphère Sud. Ainsi, pour pratiquer le ski, il faut s'y rendre de Juin à Octobre. Pour y pratiquer un tourisme "classique", la meilleure saison pour voyager en Nouvelle-Zélande se situe de Novembre à Mars même si, en raison de la saison touristique, les tarifs augmentent considérablement, surtout durant les mois de Décembre à Février. Les paysages de Nouvelle-Zélande ne seraient pas ce qu'ils sont sans la pluie. La météo est assez capricieuse et il peut faire grand soleil et deux heures plus tard, le ciel peut être chargé de nuages et il peut se mettre à pleuvoir ! Le vent souffle souvent, et souvent très fort. En bord de mer, les rafales de vent sont courantes ! Pour obtenir des prévisions météorologiques, le site de MetSercice, spécifique à la Nouvelle-Zélande, est efficace. Pour davantage de précisions sur le climat de l'île du Nord, vous pouvez consulter notre fiche climat de la Nouvelle-Zélande.

Langue

Les langues officielles de la Nouvelle-Zélande sont l'anglais et le maori. L'anglais est parlé par presque toute la population. Le maori est, quant à lui, uniquement parlé par 4% de la population. Cette langue appartient au groupe des langues polynésiennes. Le maori de Nouvelle-Zélande est donc spécifique à l'île. Pour dire « bonjour » (ou bienvenue) en maori, c'est « kia ora », alors qu'en Polynésie française, c'est « ia ora na ».

Fuseau horaire

La Nouvelle-Zélande se trouve à plus de 18 000 km de la France et il y a 10 à 12h de décalage horaire selon la saison. Comme la France, la Nouvelle-Zélande applique le changement d'heure d'été/hiver, mais pas au même moment. Ainsi, par exemple, durant les mois de Juillet et Août, il y a 10h de décalage horaire ; début Octobre, il y en a 11, alors qu'en Décembre et en Janvier, il y a 12h de décalage.


Y aller

Comment y aller ?

La principale porte d'entrée pour rejoindre l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande est l'aéroport d'Auckland (AKL). Mais il y a également l'aéroport de Wellington (WLG), la capitale du pays. Le pays étant géographiquement éloigné de la France, les prix sont, par conséquent, assez élevés, avec un prix moyen de 1 200 EUR TTC l'aller-retour. Cependant, en cherchant bien, on peut parfois trouver de meilleurs tarifs plutôt proches de 800 EUR (voire inférieurs - voir notre page Billets d'avion pour la Nouvelle-Zélande).

Recherche et réservation d'un billet d'avion pour la Nouvelle-Zélande

Si vous préférez opter pour un séjour organisé plutôt que de partir à l'aventure, vous pouvez réserver un séjour auprès d'une agence de voyage (depuis la France). Ce séjour pourra être modulé en fonction de vos centres d'intérêts (par exemple circuit ou randonnée).

Recherche et réservation d'un séjour pour la Nouvelle-Zélande

Douane et Visa

La Nouvelle-Zélande est très stricte concernant les produits importés, principalement pour des raisons sanitaires. Avant de passer le contrôle douanier, un formulaire doit être rempli où il est impératif de mentionner tout ce que nous transportons (aliments, chaussures, tentes, palmes, etc.). Plusieurs panneaux indiquent le montant de la contravention à payer (400 NZD, soit environ 250 EUR) en cas de déclaration incorrecte. Les sacs sont passés au rayon X ; les tentes sont parfois complètement déballées et dépliées pour vérifier qu'il n'y ait pas de terre accrochée ; les semelles des chaussures sont également inspectées. Les palmes, masques et tubas sont, eux aussi, contrôlés car il ne doit pas y avoir la moindre goutte d'eau. Attention, les paquets de nourriture ouverts (petits gâteaux par exemple) doivent être terminés ou jetés avant le passage en douane.

Pour une personne de nationalité française et pour un séjour inférieur à 3 mois, le visa n'est pas nécessaire. Un passeport en cours de validité est suffisant (mais une date de validité d'au moins 6 mois postérieure à la date de retour est demandée). D'autre part, il faut être en possession d'un billet d'avion qui montre que l'on a l'intention de quitter le pays (il peut vous être demandé au guichet d'enregistrement). Les douaniers peuvent également vous demander de justifier que vous détenez au moins 1000 NZD (620 EUR) sur un compte bancaire. Pour les séjours supérieurs à 3 mois, d'autres informations sont alors demandées par les services douaniers (visa, montant plus élevé sur un compte, etc.). La Nouvelle-Zélande est ouverte à l'accueil des jeunes étrangers désirant travailler dans le pays. Dans ce cas, il faut s'informer sur les formalités d'obtention d'un PVT (Programme Vacances-Travail). Informations actualisées en 2017 ; pour obtenir une information récente : Ministère des Affaires étrangères

PVT - VVT - WHV

Le PVT (Programme Vacances-Travail) encore appelé VVT (Visa Vacances-Travail) ou WHV (Working Holiday Visa) est un visa proposé aux moins de 30 ans qui leur donne le droit de passer 1 an en Nouvelle-Zélande, tout en travaillant sur place (renouvelable 1 an). Les rémunérations proposées en Nouvelle-Zélande sont attrayantes mais il faut cependant tenir compte du coût élevé de la vie dans ce pays. Nombreux seront ceux qui ne pourront pas louer de chambre ou aller à l'hôtel (compte tenu de leur budget restreint). L'une des solutions souvent envisagée est celle d'acheter un van ou une simple voiture qui sera transformé pour pouvoir y passer les nuits et éventuellement y cuisiner . Le véhicule sera alors revendu à la fin du séjour. Attention, le camping sauvage n'est pas autorisé lorsque le véhicule n'est pas certifié "Self-contained" (voir Dormir en Nouvelle-Zélande, rubrique "Bivouac").


Se déplacer

On pense, souvent à tort, que la Nouvelle-Zélande est petite ! Or, il ne faut pas moins de 1 000 km pour traverser toute l'île du Nord et autant pour l'île du Sud ! L'infrastructure routière est très bonne et on s'y déplace facilement, tout comme en Europe, à la différence près que la conduite se fait à gauche !

Moyens de transport

Parmi les moyens de transport que l'on peut utiliser en Nouvelle-Zélande, nous pouvons citer :

Le bus

Le réseau de bus est bien développé en Nouvelle-Zélande. Ce réseau relie toutes les villes, sites touristiques, ainsi que certains départs (sentiers) de randonnées. Les compagnies sont nombreuses et vous n'aurez aucun mal à trouver des bus sur place. Certaines compagnies proposent des "pass" ou "forfaits" valables sur une période allant jusqu'à 1 an. Ainsi, avec un pass, il est possible de monter et descendre du bus n'importe où et n'importe quand. Cependant, en pleine saison, il est souvent recommandé de réserver sa place.

L'avion

Parmi les compagnies aériennes qui desservent les trajets internes (domestiques), il y a Air New Zealand, Pacific Blue et Jetstar. Les coûts sont très variables, selon la période et la distance.

La voiture

Une voiture peut s'avérer utile pour voyager plus librement en Nouvelle-Zélande. Le carburant devra être ajouté à votre budget (le prix du litre de carburant est globalement moins cher qu'en France). Louer une voiture se fait sans problème et c'est relativement bon marché. Comptez à partir de 18 EUR/jour pour une petite voiture. On trouvera des loueurs locaux sur place ainsi que la plupart des loueurs internationaux.

Pour les longs séjours, l'achat d'un véhicule peut être étudié et envisagé.

Le van ou camping-car

Camping-car Van

Voyager en Nouvelle-Zélande en van ou en camping-car est très courant. Le choix de ce type de transport est en effet idéal dans ce pays. Bien qu'assez cher, on rentrera rapidement dans ses frais en réduisant les frais d'hébergements. Il sera en effet possible de passer les nuits sur des terrains de camping ou des espaces dédiés à cet effet, ou même faire un bivouac sauvage gratuit, sous certaines conditions (voir Hébergements en Nouvelle-Zélande) ! En Nouvelle-Zélande, le camping-car est désigné par le terme "motorhome" et le van par le terme "campervan" . Les grands loueurs de vans ou de camping-cars sont Britz, Maui, Kea, Apollo, United Campervans, Jucy, etc.. Il existe une autre catégorie de loueurs, surnommés "low-cost", qui proposent des véhicules moins chers car plus vieux, qui ont été rachetés aux autres loueurs. Ces loueurs "low-cost" sont Mighty, Cheapa, Alpha Campervans, Wicked Campers, Wendekreisen, Backpacker Sleeper Vans, etc.. Selon la saison et le modèle, le prix varie beaucoup. À Auckland, la plupart des loueurs sont situés à Mangere, c'est-à-dire à environ 5 km de l'aéroport. L'agence "THL" (36 Richard Pearse Drive, Mangere, Auckland) centralise plusieurs enseignes de loueurs et toute l'équipe est très compétente (c'est auprès de cette agence que nous avons loué notre camping-car ; voir notre recherche d'un camping-car et le bilan du voyage avec celui-ci...). On trouvera ces mêmes agences dans les principales villes comme Wellington et Christchurch. Ainsi, il est possible de prendre le véhicule dans une ville et de le rendre dans une ville différente, moyennant parfois des frais d'abandon.

Pour les longs séjours, l'achat d'un van ou d'un camping-car sur place peut être envisagé.

Pour les services du véhicule (vidange des eaux usées et rechargement en eau propre), de nombreuses aires de services sont prévues à cet effet. À défaut, on trouvera parfois des points d'eau potable . S'il n'existe pas de tel endroit, on pourra effectuer les services dans un terrain de camping, gratuitement ou moyennant une modique somme. Des applications pour mobile existent et facilitent la recherche des aires de services pour camping-car (voir Liens et applications).

Durant notre voyage en Nouvelle-Zélande, nous avons loué sur place un camping-car (voir notre recherche d'un camping-car et le bilan de notre voyage avec celui-ci...).

Le train

Le déplacement en train est assez limité, mais "KiwiRail" offre tout de même quelques itinéraires reliant certains grands axes du pays. Les tarifs sont toutefois assez élevés ! Certaines de leurs lignes passent à travers de beaux paysages. Ce moyen de transport est à privilégier pour passer un moment de détente, tout en contemplant les paysages. Ainsi, sur l'île du Nord, il est possible de faire Auckland - Wellington en 10h30 de train. Sur l'île du Sud, il est possible de faire Picton - Christchurch en 5h30 ou Christchurch - Greymouth en 5h. Il s'agit d'ailleurs de trajets proposés par KiwiRail dans le cadre d'un ticket touristique appelé "KiwiRail Scenic Journeys", qui offre un service dédié aux touristes (fenêtres panoramiques, espace ouvert en plein air, écran GPS, commentaires audio, etc.). Ce type de trajet se fait dans la journée, mais il est possible de le faire en plusieurs étapes durant plusieurs jours afin de vous laisser le temps de visiter quelques lieux. Dans ce cas, il faut se procurer un "Scenic Rail Pass".
L'itinéraire touristique Auckland - Wellington est appelé "Northern Explorer". Il franchit plus de 25 ponts et 14 tunnels, traverse la ville d'Hamilton ainsi que la Raurimu Spiral , un endroit particulier où la voie forme une incroyable spirale afin de prendre 100 m de hauteur en une très courte distance. Mais surtout, cet itinéraire passe à proximité du Parc national de Tongariro, où l'on pourra observer quelques magnifiques cônes volcaniques.
L'itinéraire touristique Picton - Christchurch est appelé "Coastal Pacific". Il longe toute la côte pacifique, où l'on pourra apercevoir les phoques, en passant par Kaikoura, 175 ponts et 22 tunnels. Ce tronçon a été fermé de 2016 à 2019, en raison du tremblement de terre de 2016.
Quant à l'itinéraire touristique Christchurch - Greymouth. Il est appelé "TranzAlpine", offre de magnifiques paysages de montagnes des Alpes néo-zélandaises, en passant par le Parc national Arthur's Pass et son col, 19 tunnels, 4 viaducs dont le viaduc Staircase de 73 m de haut.
En dehors de "KiwiRail", il existe d'autres petites lignes privées sur l'île du Sud qui proposent des itinéraires touristiques, comme "Tairri Gorge Railway" et "The Seasider" en partance de Dunedin. Ou encore, un train côtier qui relie Dunedin à Christchurch. Et également, le "Kingston Flyer" un train à vapeur à proximité de Queenstown.

Le ferry

Ferry Ferry

Passer de l'île du Nord à l'île du Sud est très simple. Que l'on soit en voiture, en van ou en camping-car, cela ne pose aucun problème, le coût du ferry sera simplement plus cher selon la taille du véhicule embarqué. Le Détroit de Cook sépare les deux îles et il y faut 3h de navigation en ferry pour relier le port de Wellington (Ile du Nord) au port de Picton (Ile du Sud) . Seules 2 compagnies de ferries effectuent ce type de trajet : "Interislander" et "Bluebridge". Exemple d'un tarif : 300 EUR pour un camping-car de 7,7m + 2 adultes. 10% de remise peuvent être appliqués soit avec des coupons que l'on trouve dans certaines brochures touristiques, soit avec la carte de membre "Top 10 Holiday Parks" .
Certaines îles plus petites sont également accessibles en ferry, tout comme certaines embouchures, baies ou rivières que l'on peut traverser par ce moyen.

Conduite, Routes et Péages

Route

En Nouvelle-Zélande, la conduite se fait à gauche et le volant se trouve à droite. Si pour vous, rouler de la sorte est une première, soyez extrêmement prudents, d'autant plus avec un gros camping-car ! Au fil des kilomètres, on s'habitue à ce mode de conduite. Les néo-zélandais conduisent bien. Le Permis International ainsi que le Permis national du pays d'origine sont exigés.

La qualité des routes nationales est très aléatoire. La vitesse y est en général limitée à 100 km/h. Dans tous les cas, il faut suivre les indications des panneaux signalétiques de limitation de vitesse. Les panneaux de signalisation sont très complets et clairs. Les virages sont bien signalés, avec même des "vitesses conseillées" (panneaux jaunes) pour prendre certains virages . Les véhicules comme les camping-cars sont limités à 90 km/h maximum. Les autoroutes sont gratuites mais les tunnels sont souvent payants. Parfois, les routes sont très étroites et il arrive que certains ponts et tunnels n'aient qu'une seule voie à double sens .

Carburant

En Nouvelle-Zélande, le prix du gasoil est moins cher qu'en France. En 2014, les tarifs du gasoil étaient entre 1,33 et 1,45 NZD/litre (c'est-à-dire entre 0,83 et 0,90 EUR/litre). Le prix de l'essence était d'environ 1,90 NZD/litre (1,18 EUR/litre). Cependant, pour les véhicules diesel, une taxe est à payer au kilomètre (Distance licence ou RUC (Road User Charges)) ; elle tourne autour de 28 EUR par 1 000 km. Les loueurs proposent parfois des formules pour les diesels avec des forfaits incluant plusieurs centaines ou milliers de kilomètres, ou même avec kilométrage illimité, en incluant également la taxe pour les diesels dans le coût de la location.

Les stations-service sont largement répandues dans le pays. Très souvent, elles proposent 0,04 NZD (ou 4 cents) de remise par litre sur présentation d'un ticket d'achat dans un hypermarché comme Countdown, Pack'nSave, New World, etc.. Conservez bien le bas de vos tickets de caisse d'achats alimentaires, car il y figure un code-barres et le montant de la remise pouvant être obtenu par litre. Ensuite, il faut se rendre dans l'une des stations essence partenaires pour bénéficier de la remise, comme par exemple chez "Caltex" ou "Z Energy's". En général, les stations-service annoncent en grand lorsqu'elles acceptent tel ou tel coupon de remise . Selon le montant total des achats, la remise sera plus ou moins importante. Exemple : lors d'achats dans un Countdown, pour un montant total de presque 300 NZD (186 EUR), nous avons obtenu 0,33 NZD (0,20 EUR) de remise par litre, ramenant le prix du litre de gasoil à 1 NZD (0,62 EUR)...

Stationnement

Les places de parking situées dans les villes sont généralement chères, avec un tarif pouvant aller jusqu'à 5 EUR/h ! Les panneaux qui indiquent un emplacement de parking, mentionnent généralement un temps de stationnement maximum autorisé !

Aire de repos

Aire de repos

En Nouvelle-Zélande, les aires de pique-nique sont nombreuses et généralement très propres et fonctionnelles. On y trouve des bancs, des tables et parfois des barbecues électriques ou au gaz (souvent gratuits, parfois payants).


Sur place

Où dormir ?

Hébergement en dur

Rien de plus facile que de loger en Nouvelle-Zélande. Les hôtels ou motels sont nombreux, ainsi que les B&B, Home & Hosted, Backpackers et les auberges de jeunesse affiliées ou non à la YHA Youth Hostelling Association.

Recherche et réservation d'hôtels en Nouvelle-Zélande

Camping

Camping

Les campings sont largement développés et sont généralement appelés "holiday park". On y trouve de tout, du simple emplacement sans sanitaire, au plus confortable des campings (avec piscine, salle de TV, cuisine tout équipée, barbecue, etc.) qui peut également proposer des chambres, des bungalows ou des chalets. Les normes des campings sont similaires à celles d'Europe. La plupart du temps, ils sont impeccablement propres. L'heure à laquelle il faut quitter le camping (check-out) est souvent tôt (de 9 à 11h) !

Les campings du groupe "Top 10 Holiday Parks" sont en général de très bonne catégorie. La carte de membre "Top 10 Holiday Parks" permet d'avoir 10% de remise sur tous les campings de ce groupe. Dans la catégorie "beaucoup moins chers", il y a les campings du DOC (Department Of Conservation), avec plus de 200 campings répartis dans le pays. Ces derniers ont l'avantage d'être souvent situés à proximité de lieux superbes en pleine nature et d'être "très bon marché" (de 4 à 10 EUR l'emplacement) ; bien qu'ils soient généralement très simples, ils comprennent souvent des toilettes . S'ils n'ont pas "d'accueil" ou de "réception", il y a un système de paiement qui consiste à remplir une fiche qui sera ensuite à insérer dans une enveloppe dans laquelle on glissera également son paiement, puis que l'on postera dans une boite . Encore moins cher : certains terrains privés sont proposés pour quelques dollars ou même gracieusement par leur propriétaire. Dans ce dernier cas, il y aura une boite de don (donation box), pour y insérer ce que vous souhaitez donner.

Camping et bivouac sauvage

Bivouac

Le bivouac "sauvage" consiste à passer la nuit en tente (freedom camping) ou dans son véhicule (overnight parking), mais cela ne permet pas d'y passer la journée. Il est très réglementé, on ne peut donc pas faire ce que l'on veut en Nouvelle-Zélande ! Bivouaquer en tente sur un itinéraire de trekking n'est généralement autorisé que sur des emplacements prévus à cet effet (se référer à la réglementation de la région) . Pour passer la nuit dans sa voiture, son van ou son camping-car, il faut se référer aux panneaux qui indiqueront ce que vous avez le droit de faire. Très souvent, seuls les véhicules "self-contained" seront autorisés . Dans de rares cas, un panneau indique qu'il est autorisé de passer la nuit sans certificat "self-contained" . Aussi les rares parkings qui autorisent à y passer la nuit (overnight parking) ne le permettent que pour une ou quelques nuits. Dans certains cas, c'est une région entière, ou une ville, qui impose sa réglementation spécifique. S'il n'y a aucune indication, passer la nuit dans son véhicule sera autorisé sous 2 conditions : être sur un emplacement public et non privé et, qu'obligatoirement le véhicule est certifié "self-contained", et cela, même s'il y a des toilettes à proximité.

Avoir le certificat "Self-contained" n'est possible que lorsque le véhicule est "autonome" (réserve d'eau, toilettes, cuve de stockage des eaux usées, poubelle et autres conditions). Des conditions faciles à avoir pour un camping-car, mais plus difficile pour un van (mais pas impossible). Notez qu'il est possible de faire une demande de ce certificat vous-même, si le véhicule ne le possède pas (dans le cas où vous êtes propriétaire du véhicule).

Manger

Kiwi Gold

La Nouvelle-Zélande ce n'est pas seulement profiter des magnifiques paysages naturels... c'est aussi déguster des plats qui racontent l'histoire du pays ! Dans les villes, le choix de restaurant est généralement vaste, car les néo-zélandais aiment passer du bon temps à table et aiment goûter à toutes les cuisines du monde. Certains restaurants sont même très bien classés. De nombreuses chaînes de fast-foods existent également. La cuisine végétarienne est assez courante.

Ainsi, la cuisine néo-zélandaise est un mélange de plats maoris et de plats occidentaux, à la touche anglaise prononcée. Le Fish and Chips (poisson frit et frites ) est largement répandu et est bon marché. Les restaurants de hamburgers sont fréquents. La viande de mouton est certainement la plus courante, puisque la Nouvelle-Zélande compte environ 40 millions de moutons, soit 10x plus que d'habitants ! Le Hangi est une sorte de "barbecue" traditionnel maori réalisé habituellement dans un trou en terre, à l'étouffée au feu de bois ou encore à la vapeur, au-dessus de fumeroles volcaniques ! On y trouvera bien entendu du poisson ou des fruits de mer. Par exemple, les grandes moules vertes ou encore les Whitebait, des petits poissons frits que l'on mange de différentes manières.

La Nouvelle-Zélande produit du fromage de vache et de chèvre et les prix sont abordables ; bien entendu, le fromage d'Europe importé sera nettement plus onéreux !

En fruit, on trouvera bien entendu le Kiwi vert et jaune, qui a été nommé ainsi en référence à l'oiseau emblématique du pays. Pour ne pas le confondre avec l'animal, on l'appelle en anglais "Kiwifruit". Le Kiwi Gold de Nouvelle-Zélande est une variété de kiwi dont la chair est jaune (au lieu du vert habituel) et le goût plus sucré que le kiwi traditionnel ! Le kiwi gold se trouve de plus en plus fréquemment dans nos supermarchés en France...

Pour les fans de sodas, ils pourront goûter au "L&P" (Lemon & Paeroa), une boisson gazeuse à base de citron. N'hésitez pas à goûter à la pâte à tartiner Végémite (ou Marmite) : tout une aventure gustative ! (on n'en dit pas plus !)

Côté miel, on pourra profiter des bienfaits du miel de Manuka et Kanuka, vendus très chers en France.

Faire ses courses

Voici quelques exemples d'enseignes que l'on trouve en Nouvelle-Zélande : Countdown, Pack'nSave, New World, Warehouse, Fresh Choice ... Le Pack'nSave est différent des supermarchés classiques que nous connaissons en France puisque les magasins ressemblent à un dépôt où les produits sont présentés sur leur palette ou dans des cartons. Quelle que soit l'enseigne, conservez bien le coupon imprimé au bas de votre ticket de caisse car il donne droit à des remises à certaines stations-essence. Il s'agit en général d'une remise par litre d'essence, allant d'un minimum de 0,04 NZD par litre, à beaucoup plus . Les supermarchés vont jusqu'à afficher la remise que vous obtiendrez si vous faites les courses chez eux, montant qui varie selon les jours. Par ailleurs, les stations-services affichent en grand les coupons de remise acceptés . Exemple record pour nous : lors d'achat dans un "Countdown" pour un montant total de presque 300 NZD (186 EUR), nous avons eu une remise de 0,33 NZD (0,20 EUR) par litre de carburant, ce qui n'est pas négligeable ! De plus, lors de la location de notre camping-car, nous avons eu une carte de remise valable dans tous les Countdown du territoire.

Nota : n'oubliez pas de tester les glaces néo-zélandaises de la marque Kapiti ainsi que la boisson gazeuse L&P . Nous avons également craqué pour l'excellent poulet grillé farci (souvent bio) des magasins Countdown (proposé tous les jours à environ 7 EUR).

Pensez à trier vos déchets, puisque le pays propose des poubelles dédiées au tri ou des points de collecte .

Budget

Un voyage en Nouvelle-Zélande coûte relativement cher. Pour commencer, il y a le prix plutôt élevé des billets d'avion depuis la France. En dehors de quelques produits, le coût de la vie est cher, au moins autant que le coût de la vie en France. Le carburant est, toutefois, un peu moins cher qu'en France. Le coût des hébergements est similaire à la France. La restauration est plus chère et même faire ses propres courses reste plus cher ! Quant à la location de voiture, elle est assez bon marché. Dans les villes, les parkings sont généralement chers.

Argent

La monnaie en Nouvelle-Zélande est le Dollar néo-zélandais, codifié par NZD. Sur place, il n'y a aucune difficulté pour changer des Euros ou faire des retraits de Dollars néo-zélandais avec sa carte de crédit car les banques et les distributeurs de billets sont très répandus. Voici les 5 plus grandes banques de Nouvelle-Zélande : ANZ, ASB, BNZ, Kiwibank et Westpac. Pour effectuer des retraits d'argent à moindre frais, nous avons choisi d'emporter avec nous une Visa Première de la "BNP Paribas" de France, associée à un compte "Monde Expat" qui donne droit aux retraits sans frais dans les distributeurs des banques partenaires (dans le monde). En Nouvelle-Zélande, nous avons privilégié les distributeurs de la banque Westpac pour retirer des espèces sans frais avec cette formule. Westpac est une banque largement répandue dans tout le pays.

Il est également possible de récupérer du cash lors d'un paiement en caisse dans un supermarché. Ainsi, lors de passage en caisse et d'un paiement par carte bancaire, il est possible de demander des espèces en utilisant les mots "cash out". Ensuite, le montant demandé sera donné en espèces et sera ajouté au total des achats à payer via la carte bancaire et cela, sans commission supplémentaire.

Toilettes publiques

Du jamais vu dans le monde... Les toilettes publiques se trouvent partout (dans chaque ville et dans presque chaque village) et, en général, elles sont très propres ! Merci !


Au cœur de la nature

Parcs naturels

Sachant que la Nouvelle-Zélande a pour objectif d'atteindre la neutralité carbone dans les prochaines décennies, il est évident que les néo-zélandais sont sensibles à la préservation de la nature. Ainsi, de nombreux parcs naturels de Nouvelle-Zélande font l'objet d'un travail de prévention et de préservation, voire de restauration de la faune et de la flore endémique. C'est pour cela que de nombreux panneaux indiquent le comportement à tenir lorsque l'on pénètre dans ces lieux  : par exemple, ne pas sortir des sentiers et ne pas prélever quoi que ce soit (faune ou flore) ! Emporter avec soi ses déchets. Parfois, on trouvera des brosses pour nettoyer les semelles des chaussures afin d'éliminer tout résidu de terre provenant d'un autre endroit. On trouvera également parfois une bombonne contenant un produit désinfectant à asperger sur les semelles. Certains panneaux avec une tête-de-mort, signalent l'utilisation de poison destiné à éliminer la faune invasive importée par l'homme (comme les hermines et les opossums) ou encore de boîtes de capture qu'il faut éviter de toucher .

Pour permettre la découverte de cette nature (ou du moins une partie), les itinéraires de randonnées sont nombreux et sont très bien balisés et entretenus .

La Nouvelle-Zélande compte, en effet, pas moins de 14 parcs nationaux qui sont gérés par le DOC.

DOC

Le DOC (Departement Of Conservation), qui est l'un des ministères du gouvernement de Nouvelle-Zélande, s'occupe de la conservation du pays. Le DOC gère ainsi les parcs nationaux, un grand nombre d'itinéraires de randonnées et de trekkings, des emplacements de pique-nique, de campings, etc.. Il gère, par exemple, 950 refuges (huts) et 200 campings. Il possède également des centres d'informations pour les visiteurs (DOC Visitor Centre). Son site web est bien fourni et utile : doc.govt.nz

i-Site

Les offices de tourisme sont nommés "i-Site" en Nouvelle-Zélande et sont repérables à leur panneau portant un "i" dans un fond vert, parfois bleu . Il en existe plus de 80 repartis dans le pays. Ces centres d'informations touristiques vous fourniront horaires, tarifs, brochures et cartes des lieux à visiter. Certaines brochures contiennent des coupons de remise pour les entrées aux sites touristiques. Le personnel est, en général, de bon conseil, même si la tendance est de vous pousser à consommer des activités payantes ; ils se gardent souvent de vous dire qu'il est possible d'y aller de manière plus économique, voire parfois gratuite ! Ces "i-Site" proposent un service de réservation et généralement un accès WiFi gratuit.

Les "Great Walks"

En Nouvelle-Zélande, plusieurs itinéraires de trekking ont été classés "meilleurs itinéraires". On les appelle les "Great Walks". Ce sont généralement des itinéraires à faire en plusieurs jours, mais l'on peut aussi se contenter d'une petite partie de l'itinéraire. Il existe également un classement des itinéraires de randonnées courtes, les "Great Short Walks". Le site officiel du DOC donne tous les renseignements nécessaires (transports, nuitées, itinéraires, difficulté...) pour l'organisation d'un trekking pour chacun des Great Walks : DOC - Great Walks

Sur l'île du Nord

Parmi les "Great Walks" situés sur l'île du Nord, on répertorie les "Tongariro Northern Circuit", "Lake Waikaremoana" et "Whanganui Journey".

Parmi les "Great Short Walks", on note les "Cape Kidnappers" (4-5h), "Cathedral Cove" (2h), "Rangitoto Island" (2-3h), "Taranaki Falls" (Parc national Tongariro ; 2h), "Te Paki Sand Dunes" (2-3h), "Trounson Kauri Park" (1h), "Waitomo Walkway" (2h) et "Wilkies Pools" (1h30).

Sur l'île du Sud

Parmi les "Great Walks" situés sur l'île du Sud, il y a : "Abel Tasman Coast Track", "Heaphy Track", "Milford Track", "Routeburn Track", "Kepler Track" et "Hollyford Track".

Parmi les "Great Short Walks", il y a : "Swingbridge Track" (1h), "Waikoropupu Springs" (0h30), "Kaikoura Peninsula" (2-3h), "Paparoa National Park" (1h), "Franz Josef Glacier" (2h), "Ship Creek" (1h), "Kea Point" (1h), "Tunnel Beach" (2h), "Lake Wilkie" (0h40), "Key Summit" (2-3h) et "Ulva Island" (2h).

Faune

La Nouvelle-Zélande regorge d'animaux qui sont plus fascinants les uns que les autres. Bon nombre d'entre eux sont endémiques. Voici quelques espèces :

Kiwi

Kiwi

Le Kiwi est l'oiseau endémique emblématique de la Nouvelle-Zélande. La principale caractéristique de cet oiseau nocturne est qu'il ne peut pas voler ! De la taille d'une grosse poule et court sur pattes, le kiwi a de toutes petites ailes, un plumage qui a la texture de la fourrure et des narines tout au bout du bec. Ses narines lui permettent d'ailleurs d'avoir un excellent odorat pour débusquer sa nourriture (vers, insectes, escargots, fruits) dans la terre ou sous les amas de feuilles ! Son œuf, qui pèse en moyenne 500g, est le plus gros œuf du monde par rapport à la taille de l'animal. Seul le mâle couve l'œuf, et ce, pendant 3 mois. Il fait son terrier dans les zones boisées, dans le sol, les troncs ou sous les fougères. Sa longévité est de 30-35 ans. L'actuelle stratégie de camouflage du kiwi et sa vie nocturne proviennent certainement de l'héritage génétique des attaques de l'aigle géant de Haast... Les 5 espèces de kiwi sont malheureusement toutes en voie d'extinction, ceci étant dû à la dégradation de son habitat naturel (déforestation) ainsi qu'à ses prédateurs (comme les hermines, les rats ou les opossums), importés par les colons, qui se nourrissent des oeufs et des jeunes kiwis.

Weka

Weka

Le Weka (ou Râle Wéka) est un cousin du Kiwi ; bien qu'il soit également dépourvu d'ailes, il ne craint pas l'homme et n'hésite pas à s'en approcher pour espérer obtenir à manger !

Kakapo

Le Kakapo (ou Strigops kakapo, ou encore Perroquet-hibou) est un grand perroquet endémique de 4 kg, qui ne sait pas voler et dont la parade nuptiale nocturne est unique ! En danger d'extinction, il ne reste plus que 160 individus dans le monde...

Kea

Kea

Le Kea (ou Nestor Kéa), cousin du kakapo, vit en montagne. Il sait voler et n'hésite pas à s'approcher des hommes ou à se poser sur les véhicules en espérant obtenir de la nourriture ! Pour sa protection, il est interdit de le nourrir !

Kereru

Le Kereru (ou Carpophage de Nouvelle-Zélande) est le seul pigeon du pays. Il a un plumage magnifique.

Tui

Tui

Le Tui est un passereau endémique de Nouvelle-Zélande ; son chant est très présent lorsque vous vous promenez dans la nature. Son plumage est noir avec de magnifiques reflets bleuâtres. Il possède également une sorte de petite "cravate", constituée de deux plumes blanches sous la gorge. Considéré comme "intelligent" (comme le perroquet), il se plaît à imiter les animaux autour de lui.

Manchot pygmée

Pour rafraîchir les mémoires, rappelons tout d'abord la principale différence entre un pingouin et un manchot : le pingouin vit dans l'hémisphère Nord et peut voler, tandis que le manchot vit, lui, dans les contrées froides de l'hémisphère Sud et ne vole pas !

Le Manchot pygmée (ou Petit manchot bleu, ou Blue Penguin en anglais ou encore Kororā en maori) est la plus petite espèce de manchots au monde ! D'une hauteur d'environ 40 cm, il est caractérisé par son magnifique plumage bleu. Cette espèce, endémique d'Australie et de Nouvelle-Zélande, pèse à peine un peu plus d'un kilo. Il peut être observé en Nouvelle-Zélande sur l'île du Sud ainsi que sur les îles Chatham et l'île de Stewart. Il passe sa vie en mer, sauf durant la période de reproduction et de mue. Globalement, les premiers Manchots pygmées arrivent sur terre en Juin pour construire les nids et se reproduire. Les nids sont logés (sur le littoral) dans des cavités naturelles ou des terriers creusés, par leur soin, dans des dunes ou au pied des falaises. De Juillet à Novembre, ils couvent les oeufs. D'Août à Février, les oeufs éclosent et les poussins deviennent indépendants à environ 8 semaines, une fois que leur plumage est complet. Durant ce laps de temps, les poussins sont gardés durant 2 à 3 semaines par l'un des adultes puis inversement, laissant à l'autre le temps d'aller se nourrir en mer. De Décembre à Février, les adultes partent en mer pour nourrir ; ils vont doubler leur poids en préparation de la mue. De Janvier à Avril, les adultes muent et doivent rester à terre jour et nuit (ils ne se nourrissent plus). D'Avril à Juin, les adultes retournent en mer pour rétablir leur poids initial. Ce cycle de vie n'est que vague, puisque le Manchot pygmée peut se reproduire toute l'année et parfois 2 ou même 3 fois dans l'année. Ainsi, quel que soit le moment, on pourra toujours s'attendre à observer des Manchots pygmées à différents stades de leur cycle de vie. L'espérance de vie estimée d'un Manchot pygmée est entre 10 et 20 ans.

Manchot antipode

Manchot antipode

Le Manchot antipode (ou Manchot à œil jaune, ou Yellow-eyed Penguin en anglais ou encore Hoiho en maori) est le manchot le plus rare du monde ; il est d'ailleurs malheureusement en danger d'extinction. Il mesure 70 cm et pèse environ 5 kg, et préfère vivre en couple plutôt qu'en colonie. En Nouvelle-Zélande, il peut être observé sur les petites îles sub-antarctiques de l'extrême Sud du pays (îles de Campbell et d'Auckland), mais également au Sud de l'île du Sud (Curio Bay, Monro Beach, Roaring Bay, Péninsule d'Otago, Oamaru...). Août et Septembre correspondent à la période de reproduction. De Septembre à Novembre, les manchots pondent des oeufs et les couvent. De Novembre à Février, les oeufs éclosent et les petits restent dans les nids. Durant la journée, l'un des parents garde le nid, tandis que l'autre part toute la journée pêcher en mer pour se nourrir et apporter de la nourriture aux poussins. Il revient 1 à 2h avant la tombée de la nuit, quel que soit le niveau de marée. De Février à Avril, les petits quittent leur nid. Les adultes muent, restent sur terre et vivent sur les graisses stockées. D'Avril à Septembre, les jeunes partent et certains reviendront sur les lieux l'année d'après pour se reproduire.

Gorfou des Snares

Le Gorfou des Snares (ou Snares crested penguin) vit principalement sur les îles Snares, situées à l'extrême Sud de la Nouvelle-Zélande. Il arrive toutefois que l'on puisse en voir sur l'île du Sud.

Gorfou du Fiordland

Le Gorfou du Fiordland (ou Fiordland crested penguin, ou encore Tawaki en maori) est difficilement observable car c'est l'un des plus rares gorfou du monde. Il vit dans la région de Fiordland, mais on peut également l'observer à Monro Beach.

Albatros royal

L'Albatros royal se trouve principalement sur l'île Campbell au Sud de la Nouvelle-Zélande. On trouvera également une petite colonie sur l'île du Sud, sur la péninsule d'Otago. Les Albatros sont les plus grands oiseaux du monde. Lorsqu'il ne nidifie pas, il passe sa vie en mer, loin des hommes. À partir de 8 ou 9 ans, il niche tous les deux ans. L'accouplement se déroule de Septembre à Octobre. En Novembre et Décembre, les oeufs sont couvés. De Janvier à Août, les poussins sont nourris et finiront par quitter leur nid.

Lion de mer

Le Lion de mer (ou Rāpoka en maori) est une espèce d'otarie que l'on rencontrera parfois sur les côtes de l'île du Sud ; on peut d'ailleurs facilement le confondre avec l'otarie à fourrure. L'espèce de Lion de mer de la Nouvelle-Zélande est l'espèce la plus rare au monde et elle est malheureusement menacée.

Otarie à fourrure

Otarie à fourrure

On rencontrera souvent l'Otarie à fourrure (ou Kekeno en maori) sur les côtes de l'île du Sud. L'Otarie à fourrure est reconnaissable par son nez plus pointu que celui du lion de mer. Les naissances ont lieu en Novembre et Décembre. Les jeunes restent plusieurs mois à terre et se nourrissent du lait de leur mère qui fait des allers-retours en mer pour se nourrir. Les jeunes commencent à explorer la mer vers Octobre. Ils pourront, à leur tour se reproduire, mais pas avant l'âge de 10 ans. Leur espérance de vie est d'environ 15 ans.

Dauphin d'Hector

Le Dauphin d'Hector (ou Dauphin à front blanc) est un dauphin endémique de la Nouvelle-Zélande. Il est l'un des plus rares et des plus petits dauphins du monde. Il est malheureusement en danger critique d'extinction.

Dauphin de Maui

Le Dauphin de Maui est une sous-espèce du Dauphin d'Hector, également endémique de la Nouvelle-Zélande.

Dauphin obscur

Dauphin obscur

Le Dauphin obscur (ou Dusky dolphin) est une espèce de dauphin d'Amérique du Sud, fortement présent autour de la Nouvelle-Zélande.

Ver luisant

Le Ver luisant (ou Arachnocampa luminosa, ou encore Glowworm en anglais) est natif de la Nouvelle-Zélande. Ce ver attire, par sa lumière, les insectes pour se nourrir... La région de Waitomo est particulièrement riche en vers luisants, mais ceux-ci peuvent être vus dans toute la Nouvelle-Zélande. On les trouve aussi bien dans les grottes que dans la forêt. Pour plus d'information, voici une documentation bien complète : Les vers luisants de Nouvelle-Zélande.

Faune incroyable

Autres

Ceci n'est qu'une infime partie de la faune que compte la Nouvelle-Zélande. Pour en connaître plus, rendez-vous sur ce site Web : Espèces aviaires endémiques de Nouvelle-Zélande


Informations complémentaires

Internet

Il est assez facile d'avoir un accès Internet en Nouvelle-Zélande. Voici les principales méthodes de connexion durant un voyage touristique :

WiFi gratuit

Un accès WiFi gratuit est souvent proposé par les librairies, les musées ou par quelques i-Site.

WiFi privé fourni par un hébergement ou un restaurant

L'accès à Internet est proposé par de nombreux hébergements, y compris dans les campings. Assez souvent, il fonctionne via un fournisseur universel comme par exemple "IAC". Bien que rarement gratuits, ils sont souvent peu onéreux avec environ 5 NZD (3 EUR) les 24h. Le coût dépendra beaucoup du lieu d'accès. Dans les régions loin de tout, les connexions seront bien plus chères, voire inexistantes. Pour obtenir un meilleur tarif, il est possible de prendre une connexion illimitée sur 1 mois pour environ 50 NZD (31 EUR). Attention toutefois, ce type d'achat n'est intéressant que si vous séjournez souvent en hébergement. Par ailleurs, les restaurants offrent souvent une connexion gratuite.

WiFi via un hotspot

Un hotspot WiFi est une zone couverte par un fournisseur d'accès. On trouvera des hotspots dans pratiquement toutes les villes. Ceux-ci sont repérables par des panneaux ou affiches. Ils nécessitent un abonnement ou une recharge qui se fera directement sur l'interface de connexion (première page qui s'affiche). Le principal fournisseur est "Spark" .

3G/4G

Le réseau cellulaire 3G ou 4G permet de fournir Internet. Pour cela il faut se munir d'une clé 3G/4G ou d'un routeur 3G/4G, à concilier avec un abonnement ou une recharge. Vodafone couvre de nombreux endroits dans le pays. Pour cela il suffit de se renseigner dans un magasin HiFi ou de téléphonie. Une recharge revient à 20 NZD (12 EUR) les 500Mb, à 30 NZD (19 EUR) les 1Gb ou encore à 50 NZD (31 EUR) les 3Gb. Cela revient bien plus cher que le WiFi, mais apporte une grande liberté car la connexion pourra se faire de pratiquement partout, à condition toutefois d'être à proximité d'une ville. L'achat initial de la clé 3G/4G est d'environ 40 NZD (25 EUR). Un routeur 3G/4G coûte environ 80 NZD (50 EUR). Tous les deux bénéficieront d'un pré-chargement de 1Gb. La solution "routeur 3G/4G" permet de connecter plusieurs appareils en même temps. C'est la solution que nous avons choisie : un routeur 3G chez Vodafone en promotion à 36 NZD (22 EUR) pré-chargé avec 1Gb. Durant 70 jours, nous avons utilisé 5Gb, dont les 1Gb pré-chargés avec l'achat du routeur, dont 2 x 500Mb offerts par Vodafone (en profitant des promotions). Nous avons ainsi payé le routeur + 3 Gb de recharge : 53 EUR. Pour réduire la consommation, nous avons privilégié l'utilisation du WiFi lorsque c'était possible. De cette façon, l'accès à Internet a été possible presque tout le temps, même là où nous pensions ne pas pouvoir nous connecter !

Électricité

Format prise électrique - Nouvelle-Zélande Prise électrique - Nouvelle-Zélande

En Nouvelle-Zélande, le voltage est de 230 volts (comme en France), mais le format des prises électriques n'est pas le même ! Pensez à emporter un adaptateur électrique 2 ou 3 broches plates (1 servant à la terre).

La Nouvelle-Zélande avec des enfants

Aire de jeux Te Papa Aire de jeux

En Nouvelle-Zélande, les activités qui plairont aux enfants sont nombreuses : parcs d'attraction, luges d'été et d'hiver, télésièges, musées ludiques, balades en kayak, observation de la faune à l'état sauvage ou dans un parc animalier, balades faciles et sécurisées, plages, piscines avec toboggans... Les aires de jeux sont, pour la plupart, superbement bien aménagées. Elles ne sont jamais identiques et proposent aux enfants des jeux incroyables ! Un régal pour nos petits bouts !

Exemples : ne manquez pas le musée de Te Papa qui se trouve à Wellington. Assistez à un show maori à Rotorua. Testez une descente à bord d'une balle gonflable au ZORB à Rotorua. Passez au musée de l'illusion "Puzzling World" situé à Wanaka. Ou encore, découvrez l'incroyable descente de luge d'été Skyline de Queenstown.

Désagréments

Sandflies

Le désagrément majeur que l'on peut rencontrer en Nouvelle-Zélande ce sont les mouches des sables (ou Sandflies, ou encore Namu en maori) ! Cette petite mouche est particulièrement vorace et cherchera à tout prix à vous sucer le sang  ! Seule la femelle mord car elle a besoin de protéines pour produire ses oeufs. Selon les saisons et les régions, il peut y en avoir beaucoup, à un tel point que cela peut devenir carrément traumatisant. Elles sont actives en journée. La mouche injecte un anticoagulant à sa victime et c'est ce qui va provoquer des démangeaisons et gonflements qui peuvent durer plusieurs jours. Heureusement, elles ne véhiculent pas de maladies, mais leur morsure est très irritante avec des effets qui durent assez longtemps ! Les néo-zélandais sont équipés et l'on trouve, dans les pharmacies et supermarchés, de nombreux produits répulsifs ou apaisants.

Liens et applications

Avant de partir


Notre voyage en Nouvelle-Zélande ?

Nous avons passé 2 mois 1/2 en Nouvelle-Zélande. Nous avons ainsi passé 36 jours sur l'île du Nord et 35 jours sur l'île du Sud. Nous avons gagné la Nouvelle-Zélande par la ville d'Auckland et avons débuté notre périple en explorant l'extrême Nord de l'île du Nord, jusqu'au Cap Reinga. Notre parcours s'est ensuite fait du Nord au Sud jusqu'à Wellington, située au Sud de l'île du Nord. Nous avons découvert les régions de Coromandel, Rotorua, Taranaki et Tongariro. De Wellington, nous avons pris un ferry pour rejoindre l'île du Sud que nous avons entièrement parcourue du Nord au Sud par sa côte Ouest, en passant par le Parc national Abel Tasman, les montagnes des Alpes du Sud et la région de Fiordland. Une fois à l'extrémité Sud de l'île du Sud, nous avons remonté l'île par la côte Est jusqu'à Christchurch, où s'est terminé notre voyage, notre vol retour étant prévu depuis cette ville.

Données clés

Pays visité : Nouvelle-Zélande
Le voyage : Ile du Nord : du 10 au 14 septembre 2014 (4 jours) et du 9 octobre au 14 novembre 2014 (36 jours)
Ile du Sud : du 14 novembre au 19 décembre 2014 (35 jours)
Hébergements : Bivouac - Camping - Pension
Moyen de transport : Camping-car - Voiture
Nombre de personnes : 3 (Emmanuelle, Gilles et Yann (7 ans))
Langues utilisées : Anglais
Taux de change moyen au moment du voyage : 1 EUR (Euro) = 1,60 NZD (Dollar néo-zélandais) = 1,25 USD (Dollar américain)
Distance parcourue : 8 500 km (3 500 km sur l'île du Sud + 5 000 km sur l'île du Nord)

Budget

Un voyage en Nouvelle-Zélande coûte relativement cher. Pour commencer, il y a le prix élevé des vols. Puis, sur place, le coût de la vie est relativement cher, au moins autant que le coût de la vie en France. Voici, pour exemple, nos dépenses pour 2 adultes + 1 enfant de 7 ans, pour le voyage en totalité, soit 75 jours :

À savoir : nous avons très souvent dormi en bivouac gratuit et avons pratiquement toujours fait nous-mêmes la cuisine.


Pourquoi visiter la Nouvelle-Zélande ?

La Nouvelle-Zélande est une destination rêvée pour les amoureux de la nature ! Les paysages sont diversifiés et certains sont grandioses ! Il n'est pas étonnant que la Nouvelle-Zélande soit souvent choisie comme lieu de tournage pour réaliser des films aux paysages exceptionnels ("Le Seigneur des Anneaux", "Le Monde de Narnia", etc.). Avec 14 parcs nationaux implantés dans le pays, il est évident que les néo-zélandais sont sensibles à la préservation de leur écosystème ! Pour les fans de balades et de randonnées, les sentiers sont nombreux et très bien balisés...

Voyager en Nouvelle-Zélande c'est un peu comme voyager en Europe... mais à l'autre bout du monde ! Sillonner le pays est très facile en raison d'une infrastructure très organisée. Le patrimoine culturel du pays est également important ; il mêle la culture occidentale aux traditions maories qui sont très présentes dans tout le pays.

Le pays du "0 déchet" par terre... est vraiment très agréable à découvrir et saura combler aussi bien les amateurs de nature que de culture !
(et c'est également le pays où l'on trouve des toilettes (propres !) à chaque coin de rue (ou presque :-)) !)


Nous vous remercions de votre intérêt et vous souhaitons de belles découvertes !
Bon vent !

Emmanuelle et Gilles